BRIBES EN LIGNE
      avant en ceste tere ad estet ja  pour jean le le geste de l’ancienne,     le dernier vers aoi (ô fleur de courge... dernier vers aoi page suivante page 1 2  1 2  dernier vers aoi page suivante ► page références : xavier       jardin antoine simon 27 ...et la mémoire rêve       la deux nouveauté, pour andré pour accéder au texte, antoine simon 14 chercher une sorte de et encore   dits Ç’avait été la (de)lecta lucta   1 2 3 dorothée vint au monde l’entreprise dont je me « je me tais. predication_du_15_ao       bien       les assise par accroc au bord de clers fut li jurz e li de la page suivante ► nous abu zayd me déplait. pas   entrons maintenant le peintre manuel casimiro    seule au sommaire ► page suivante preambule – ut pictura entr’els nen at ne pui       l’ madame dans l’ombre des bernard noël en débat À peine jetés dans le       une titrer "claude viallat,       la bernadette griot vient de cover-oleti_artin_ri ce 28 février 2002.       journ&ea dernier vers aoi apaches : depuis ce jour, le site les éditions de la passe du l’ami michel l’instant criblé la prédication faite       coude       le long à la bonne 1 2  station 5 : comment la fonction, la fraîcheur et la comment entrer dans une l’impression la plus (À l’église pour michèle gazier 1)       rampant je rêve aux gorges dernier vers aoi       à a claude b.   comme une est-ce parce que, petit, on soudain un blanc fauche le antoine simon 5 page suivante ► macles et bien sûr, il y eut   le texte suivant a   tout est toujours en       l’       l’ accéder au texte en cliquant       ç et si tu dois apprendre à « pouvez-vous 1 2  rafale n° 7 un rafale n° 12 où bernard noël, droits le 28 novembre, mise en ligne normal 0 21 false fal moi cocon moi momie fuseau 1 2  today i eat my i en voyant la masse aux on trouvera la video       dans le j’ai en réserve edmond, sa grande aller à la bribe suivante       ton je n’aime pas les gens   la production avant même de commencer, sommaire ► page suivante un titre : il infuse sa   en grec, morías rafale la chaude caresse de pour accéder au pdf, dernier vers aoi page suivante ► page 1 2  rafale sommaire ► page suivante onzième rita est trois fois humble. Éléments - de l’autre commençons donc par j’aime chez pierre 1 2  je reviens sur des page suivante ► page       & quand les mots   ciel !!!! station 3 encore il parle il avait accepté       cerisier baous et rious je suis       il pour michèle gazier 1 avec marc, nous avons       "j& sommaire ► page suivante 199* passé galerie le pendu traversé le lieu-dit de       tourneso des quatre archanges que au centre des quartiers de démodocos... Ça a bien un pour andré villers 1) {{}} on trouvera la 7) porte-fenêtre etait-ce le souvenir au seuil de l’atelier page suivante ► page j’ai donné, au mois       vaches 1254 : naissance de vous, dont l’âme, le vertige. une distance granz fut li colps, li dux en  tous ces chardonnerets à cri et à année 2018 ► année 2020       le textes mis en ligne en juin page suivante ► page la légende fleurie est textes mis en ligne en toutes sortes de papiers, sur dernier vers aoi  tu vois im font chier       l’       alla aller à la bribe suivante quatrième essai de page précédente ► page Être tout entier la flamme       apr&egra me  un livre écrit dans le vacarme des couleurs, si tu es étudiant en bel équilibre et sa rafale n° 10 ici       attelage ii est une œuvre et si au premier jour il       la   iv    vers du maurithuis par je ne saurais dire avec assez paien sunt morz, alquant   saint paul trois dans le respect du cahier des pour pierre theunissen la  référencem       je suis pour michèle auer et cinq madame aux yeux page suivante ► page comme un préliminaire la sculpter l’air : antoine simon 13 je voudrais voir les arbres dernier vers aoi s’égarer on la lecture de sainte et c’était dans able comme capable de donner page suivante ► page j’ai donc page précédente retour à jamais si entêtanteeurydice rafale       un À perte de vue, la houle des nous serons toujours ces 1 2  un verre de vin pour tacher antoine simon 33 souvent je ne sais rien de 1 2  n’ayant pas des voix percent, racontent il y a des titres qui       le printemps breton, printemps le flot pâle des maisons autres litanies du saint nom branches lianes ronces ki mult est las, il se dort       droite elle réalise des et   riche de mes régine robin, comme c’est carles li reis en ad prise sa     double dernier vers aoi passet li jurz, la noit est       é granz est li calz, si se il en est des noms comme du 1 2  « je suis un ce n’est pas aux choses il y a tant de saints sur d’abord trouver un titre. diaphane est le sommaire ► page suivante bruno mendonça ce jour-là il lui napolì napolì       m’ j’ai changé le  epître aux aller à l’échange sur 1 2 3       dans aller vers bribes, livres 1 1 2  antoine simon 32 page précédente longue il aurait voulu être page précédente page introibo ad altare il y a des mots, mais comme       mouette il faut aller voir pour anne slacik ecrire est pour max charvolen 1) page précédente retour   né le 7 c’est un peu comme si,       apparu     extraire suite de madame a des odeurs sauvages       pav&eacu préparation des corps 1 2  cet univers sans les parents, l’ultime le numéro exceptionnel de     m2   a la fin   il ne resta eloge de la boite aux la bouche pleine de bulles à propos des grands page suivante ► page 1) chaque oeuvre est en derniers textes mis en   au milieu de il était question non toutefois je m’estimais clquez sur dernier vers aoi il y a bien là, dans     [1] l       la béatrice machet vient de la réserve des bribes que reste-t-il de la     faisant la je t’enfourche ma le géographe sait tout cliquez sur l’icône dans les horizons de boue, de le slam ? une ruse de 1- c’est dans       et tu "l’art est-il se reprendre. creuser son grande digue est dispersée antoine simon 21       bonheu six de l’espace urbain, mise en ligne d’un       pour une autre approche de inoubliables, les       dans préparer le ciel i la rencontre d’une il souffle sur les collines aller à       sur la charogne sur le seuil ce qui j’ai travaillé dans le monde de cette page suivante ► page un besoin de couper comme de le glacis de la mort   la baie des anges les cuivres de la symphonie a christiane je sais bien ce qu’il vedo la luna vedo le paysage de ta       pé à bernadette la mastication des approche d’une un texte que j’ai ] heureux l’homme       sur le sauvage et fuyant comme imagine que, dans la essai de nécrologie, li quens oger cuardise cette machine entre mes dernier vers aoi que d’heures   marcel de mes deux mains dans les écroulements     sur la pente "le renard connaît aux george(s) (s est la cela fait 53 ans que je macao grise a ma mère, femme parmi       entre c’est la chair pourtant dans un coin de nice, vue à la villa tamaris constellations et abstraction voir figuration retour vers le musicien si vous entendez le lac     &nbs seul dans la rue je ris la présentation du projet de profondes glaouis mieux valait découper sommaire ► page suivante     un mois sans reprise du site avec la je découvre avant toi pour nicolas lavarenne ma       sur le il n’est pire enfer que leonardo rosa la vie humble chez les       il sommaire ► page suivante le grand combat : début de la mise en ligne de       ...mais pas de pluie pour venir       embarq la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’éloignement du prince Icare /

MICHEL BUTOR

VII. Waterloo
© Michel Butor
Publication en ligne : 3 avril 2009
Ecrivain(s) : Butor (site)

On préparait l’anniversaire
quatre-vingts ans c’est un bel âge
une promesse de jeunesse
il devait y avoir concerts
hommages de toutes façons
avec des numéros spéciaux
il n’aura rien vu de cela
voici ce que j’avais écrit
 
Épitre à Henri l’oiseleur
Mon cher Henri depuis que
nous nous sommes rencontrés
lors d’un concert au Domaine
musical de l’Odéon
ma façon de percevoir
non seulement les orchestres
mais la vie s’est transformée
 
Avant même de te voir
j’avais entendu dans ton
Mobile pour deux pianos
comme le bruit d’une porte
qui s’ouvrait sur l’horizon
grincement libérateur
pour accueillir l’inconnu
 
Certes j’écoutais déjà
les instruments je lisais
des mélodies je chantais
j’avais peiné sans succès
sur le violon séducteur
mais je ne comprenais pas
comment tout s’enracinait
 
Et pourtant je cherchais
depuis si longtemps déjà
j’avais tellement besoin
d’écouter la voix la langue
les cris d’oiseaux les signaux
que nous donnent les objets
tintements vrombissements
 
Barrisssement du butor
à son départ pour l’Égypte
prose du transsibérien
les effets Doppler-Fizeau
des avertisseur qu’on croise
le chuchotement des feuilles
le déferlement des vagues
 
Et cette polyphonie
des miroirs et perspectives
la distribution des timbres
dans la plus humble cuisine
le rassassement des phrases
dans les classes et les jeux
les variations dans les nuages
 
Or ce qui pourrait surprendre
c’est que c’est dans un milieu
où l’on veillait aux clôtures
on entretenait les murs
entre modernes anciens
professionnels amateurs
que tu m’apportas les clefs
 
Mais c’est que dans cette ascèse
je trouvais la garantie
que si tu me signalais
une voie de liberté
je pourrais m’y enfoncer
sans trop risquer de soudain
devoir rebrousser chemin
 
Aussi comme pédagogue
tu m’as tenu par la main
en me donnant l’impression
de vistier les recoins
du château d’enchantement
en y faisant circuler
l’air venu du monde entier
 
Que de voyages ensemble
dans partitions et légendes
dans continents et mémoires
de Berlin à Buffalo
d’Italie en Éthiopie
roses des voix paysages
planétaires illustrés
 
Tout en effeuillant les siècles
de Webern à Beethoven
de Lassus à Stravinxky
le jazz le rock et le rap
les coffres d’ethnographie
laissant filtrer leurs richesses
augmentant nos tessitures
 
Les années ont déposé
leurs millésimes en couches
comme une poussière d’âges
transformant le bruit des pas
la fontaine de jouvance
semble encore un peu plus loin
mais nous l’entendons toujours
 
Tu sais que je deviens sourd
et toi les sons te poursuivent
comme une meute de chiens
mais nous saurons moduler
les étages du silence
et les échos du passé
en point d’orgue d’avenir
 
Je reprends mon rythme funèbre
c’est pourtant celui des chansons
mais le sept me semble plus gai
ce devait être une surprise
pour l’engager à continuer
le destin a creusé la fosse
où s’est engouffré son génie
 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP