BRIBES EN LIGNE
(vois-tu, sancho, je suis fontelucco, 6 juillet 2000 me   3   

les   né le 7 les routes de ce pays sont de mes deux mains       &agrav des quatre archanges que douce est la terre aux yeux       sous sequence 6   le madame, on ne la voit jamais v.- les amicales aventures du voudrais je vous       force vue à la villa tamaris       sur pour mon épouse nicole histoire de signes . antoine simon 10 pour michèle gazier 1) tant pis pour eux. portrait. 1255 :       une  il est des objets sur rien n’est cet univers sans       o       neige       ce (la numérotation des dernier vers aoi quatrième essai de       les une fois entré dans la pour andré la musique est le parfum de merci à marc alpozzo avec marc, nous avons madame est une que d’heures     [1]  fragilité humaine. il faut aller voir       coude le "patriote", lorsqu’on connaît une depuis le 20 juillet, bribes la mastication des pour m.b. quand je me heurte une autre approche de paysage de ta tombe  et antoine simon 15       dans       l̵ suite de il faut laisser venir madame a propos d’une 1) la plupart de ces       pourqu       deux dernier vers aoi lancinant ô lancinant « voici       (       grimpa     m2 &nbs à       fourmi (ô fleur de courge... un jour nous avons noble folie de josué, paien sunt morz, alquant mille fardeaux, mille je meurs de soif antoine simon 25       bonheu un verre de vin pour tacher À la loupe, il observa     faisant la d’ eurydice ou bien de printemps breton, printemps sept (forces cachées qui cet article est paru  “ce travail qui sixième       la       au il avait accepté       droite iv.- du livre d’artiste en 1958 ben ouvre à se placer sous le signe de       jonath de soie les draps, de soie a dix sept ans, je ne savais l’erbe del camp, ki tes chaussures au bas de dernier vers aoi "mais qui lit encore le ce va et vient entre l’appel tonitruant du dans ce périlleux  improbable visage pendu granz fut li colps, li dux en coupé le sonà    7 artistes et 1 pour michèle ce qui fascine chez dans ce pays ma mère je n’ai pas dit que le       le     chambre       dans       sur       voyage pour lee "l’art est-il l’art n’existe macles et roulis photo 7   on n’est f le feu s’est vous avez pour mes enfants laure et bribes en ligne a lentement, josué sous la pression des  c’était       apparu le bulletin de "bribes travail de tissage, dans l’éclair me dure, ma voix n’est plus que ma chair n’est       s̵ dernier vers aoi jamais je n’aurais  dernières mises la langue est intarissable temps de bitume en fusion sur    si tout au long siglent a fort e nagent e et combien apaches :   1) cette je crie la rue mue douleur pour anne slacik ecrire est       ruelle sixième vous avez dans le train premier c’est la peur qui fait a ma mère, femme parmi  “s’ouvre   est-ce que pour jean-marie simon et sa guetter cette chose grant est la plaigne e large « pouvez-vous marie-hélène décembre 2001. dernier vers aoi tous feux éteints. des passent .x. portes,       d&eacu j’ai changé le descendre à pigalle, se     pluie du       su       entre le galop du poème me je dors d’un sommeil de le temps passe si vite, deuxième essai aucun hasard si se dans la caverne primordiale de l’autre et il fallait aller debout la route de la soie, à pied, j’arrivais dans les 1) notre-dame au mur violet i mes doigts se sont ouverts     l’é antoine simon 12 voile de nuità la pour martin pour le prochain basilic, (la   voici donc la   ces sec erv vre ile assise par accroc au bord de maintenant il connaît le       p&eacu spectacle de josué dit si tu es étudiant en       st       sur antoine simon 31     au couchant fin première nous avancions en bas de antoine simon 33 l’instant criblé religion de josué il       un thème principal :       magnol À peine jetés dans le       sur dernier vers aoi       le 0 false 21 18   six formes de la dernier vers aoi 1-nous sommes dehors. allons fouiller ce triangle viallat © le château de dernier vers aoi       sur     rien je suis bien dans pour michèle gazier 1 vous êtes   nous sommes tandis que dans la grande des voiles de longs cheveux   laure et pétrarque comme  monde rassemblé mon cher pétrarque, aux barrières des octrois deux mille ans nous j’ai donné, au mois       embarq la liberté de l’être folie de josuétout est       descen ne faut-il pas vivre comme       la mise en ligne d’un de proche en proche tous traquer le scribe ne retient f le feu s’est   saint paul trois les avenues de ce pays chaque automne les abstraction voir figuration autre citation"voui       " temps de pierres dans la de toutes les régine robin,       vu le glacis de la mort grande lune pourpre dont les outre la poursuite de la mise sa langue se cabre devant le dans les hautes herbes macles et roulis photo 3 bel équilibre et sa       je       j̵ au matin du ne pas négocier ne       la moisissures mousses lichens pour andré villers 1) f les marques de la mort sur       jardin    courant quand nous rejoignons, en carles li reis en ad prise sa       et tu c’est seulement au       voyage     à buttati ! guarda&nbs elle ose à peine quand c’est le vent qui le 15 mai, à  “comment iloec endreit remeint li os la danse de     longtemps sur     le carles respunt :       le  au mois de mars, 1166       la       nuage     après et la peur, présente rêve, cauchemar, rm : nous sommes en clers fut li jurz e li reflets et echosla salle je déambule et suis       dans         &n       sur       allong madame a des odeurs sauvages a la femme au       en nous lirons deux extraits de a supposer quece monde tienne     nous la communication est les durand : une langues de plomba la       dans de sorte que bientôt temps de pierres "je me tais. pour taire.       le on a cru à       une sur la toile de renoir, les en cet anniversaire, ce qui si, il y a longtemps, les       longte       deux       pass&e   ciel !!!! dans le pain brisé son À max charvolen et martin       enfant « h&eacu       sabots antoine simon 27 au seuil de l’atelier deux ajouts ces derniers       avant       dans polenta     du faucon    seule au il était question non et si tu dois apprendre à pas facile d’ajuster le "si elle est certains soirs, quand je inoubliables, les  les œuvres de depuis ce jour, le site c’est un peu comme si, premier essai c’est sculpter l’air : ici. les oiseaux y ont fait     surgi antoine simon 30       vu immense est le théâtre et dernier vers aoi pour jacky coville guetteurs très malheureux...     les fleurs du 1 la confusion des l’illusion d’une eurydice toujours nue à mougins. décembre toutefois je m’estimais tu le sais bien. luc ne il existe au moins deux       dans     pourquoi       la       maquis l’une des dernières tout est possible pour qui madame déchirée dernier vers aoi   raphaël effleurer le ciel du bout des le pendu (en regardant un dessin de nos voix li quens oger cuardise la vie humble chez les tendresses ô mes envols l’heure de la l’art c’est la       pav&ea     cet arbre que quai des chargeurs de et ces   un la question du récit "tu sais ce que c’est reprise du site avec la derniers     double un trait gris sur la l’attente, le fruit    au balcon la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts
<- 27- le 25/03/09 |
28- le 26/03/09
© Raphaël Monticelli, Alain Freixe
Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie

Nos voix d’étoupe et d’amadou, nos langues sèches, prêtes au feu, sur des parterres de feuilles sèches, nos voix dans le vent des voix, c’est vous qui les portez, Madame

 

 

Madame qui portez tout ! Vous êtes le jeu du monde. Le pays du secret. Des forêts profondes. Où s’efface jusqu’à la lumière.

Publication en ligne : 26 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette