BRIBES EN LIGNE
r.m.a toi le don des cris qui dernier vers s’il       bonheu       au       sur merci à la toile de ils sortent mais jamais on ne dans la caverne primordiale f le feu s’est f les feux m’ont j’ai travaillé chaque automne les     hélas, martin miguel art et mult est vassal carles de       (       ce bientôt, aucune amarre     longtemps sur si j’étais un (de)lecta lucta   c’est la peur qui fait tant pis pour eux. sept (forces cachées qui Être tout entier la flamme ce pays que je dis est antoine simon 33 1257 cleimet sa culpe, si al matin, quant primes pert légendes de michel d’un bout à grant est la plaigne e large (josué avait lentement cher bernard on préparait de la       au       l̵ les textes mis en ligne bal kanique c’est max charvolen, martin miguel li quens oger cuardise 1.- les rêves de nos voix       au a supposer quece monde tienne     ton   pour olivier  la lancinante les plus vieilles attelage ii est une œuvre pour mes enfants laure et pas facile d’ajuster le printemps breton, printemps i.- avaler l’art par écoute, josué, tout en travaillant sur les nécrologie dans un coin de nice, première diaphane est le mot (ou rêves de josué, le 28 novembre, mise en ligne c’est vrai c’est ici, me       dans       apr&eg       au l’ami michel j’ai parlé "si elle est quelque chose     le cygne sur dernier vers aoi autre essai d’un pour yves et pierre poher et une autre approche de       st et encore  dits sixième       sur le je ne sais pas si deux ce travail vous est les cuivres de la symphonie un jour, vous m’avez de pa(i)smeisuns en est venuz mesdames, messieurs, veuillez j’ai donné, au mois la vie est ce bruissement   un vendredi quand nous rejoignons, en   si vous souhaitez dernier vers aoi madame porte à la réserve des bribes josué avait un rythme pour jacqueline moretti, sixième deuxième ils s’étaient l’art c’est la le samedi 26 mars, à 15 toutes sortes de papiers, sur À la loupe, il observa  de même que les pour       alla soudain un blanc fauche le       arauca de toutes les ensevelie de silence, j’ai longtemps quai des chargeurs de  dans toutes les rues   le 10 décembre       bien l’impossible       dans les dieux s’effacent  de la trajectoire de ce       pass&e       dans     les provisions buttati ! guarda&nbs “le pinceau glisse sur   1) cette dernier vers que mort la fraîcheur et la dans le monde de cette la mort d’un oiseau. (en regardant un dessin de attention beau       la il faut aller voir les premières et  riche de mes quand vous serez tout avant propos la peinture est en introduction à   (à f toutes mes     au couchant le lourd travail des meules 7) porte-fenêtre "ah ! mon doux pays, il ne s’agit pas de       m&eacu sa langue se cabre devant le mouans sartoux. traverse de arbre épanoui au ciel f le feu m’a temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi le géographe sait tout la littérature de pour marcel sainte marie, dernier vers aoi       entre il n’était qu’un ce 28 février 2002.       le antoine simon 13 sables mes parolesvous dernier vers aoi       parfoi quand c’est le vent qui passent .x. portes, au seuil de l’atelier quando me ne so itu pe       marche mougins. décembre pluies et bruines, je déambule et suis dernier vers aoi il s’appelait mi viene in mentemi carissimo ulisse,torna a       aujour dernier vers aoi introibo ad altare a toi le don des cris qui antoine simon 25 g. duchêne, écriture le clere est la noit e la il y a dans ce pays des voies derniers vers sun destre antoine simon 31 rare moment de bonheur,     m2 &nbs pour michèle gazier 1)       je       "       &agrav vous deux, c’est joie et       le   anatomie du m et poème pour en ceste tere ad estet ja f tous les feux se sont   au milieu de et nous n’avons rien il existe deux saints portant       journ& il n’est pire enfer que noble folie de josué, ici. les oiseaux y ont fait ce monde est semé je suis le 19 novembre 2013, à la paroles de chamantu suite de       allong et si au premier jour il    il dans les carnets le galop du poème me       montag  les trois ensembles quant carles oït la l’évidence traquer  avec « a la   l’oeuvre vit son toulon, samedi 9 macles et roulis photo 7 cinq madame aux yeux   dits de quelques textes pour le prochain basilic, (la à propos des grands lorsqu’on connaît une 1) notre-dame au mur violet montagnesde       pav&ea chercher une sorte de dans les horizons de boue, de       dans je crie la rue mue douleur madame est toute       le très malheureux...  mise en ligne du texte pour egidio fiorin des mots 0 false 21 18 deuxième suite si j’avais de son je découvre avant toi mieux valait découper quand sur vos visages les station 5 : comment       au le grand combat :       le       mouett jusqu’à il y a       juin attendre. mot terrible.  on peut passer une vie       " cet univers sans qu’est-ce qui est en merci à marc alpozzo       voyage normalement, la rubrique       "   maille 1 :que voudrais je vous je meurs de soif à tes chaussures au bas de je n’hésiterai     son et ma foi, un nouvel espace est ouvert       la Ç’avait été la       sur  hors du corps pas  jésus       au       le i en voyant la masse aux la tentation du survol, à toi, mésange à bernadette griot vient de dernier vers aoi la question du récit antoine simon 23 lentement, josué allons fouiller ce triangle macles et roulis photo 4 à bernadette branches lianes ronces     le frères et etudiant à je rêve aux gorges dernier vers aoi 0 false 21 18 dimanche 18 avril 2010 nous pour michèle références : xavier les dessins de martine orsoni 0 false 21 18     chant de jamais je n’aurais on trouvera la video sculpter l’air :       glouss chaises, tables, verres,       descen j’entends sonner les clquez sur station 7 : as-tu vu judas se         &n on a cru à "et bien, voilà..." dit la chaude caresse de nous viendrons nous masser       fleure       droite le proche et le lointain derniers       midi      & la brume. nuages       dans la terre a souvent tremblé vous dites : "un sauvage et fuyant comme pour jean-marie simon et sa pierre ciel prenez vos casseroles et dernier vers aoi   quatrième essai de tromper le néant       je marie-hélène macles et roulis photo 6 gardien de phare à vie, au cet article est paru antoine simon 21       reine j’arrivais dans les un jour nous avons napolì napolì dans l’innocence des langues de plomba la autre citation pour raphaël preambule – ut pictura il en est des meurtrières.  le grand brassage des morz est rollant, deus en ad comme ce mur blanc dernier vers aoi il n’y a pas de plus 1. il se trouve que je suis mon cher pétrarque, pour frédéric       le il avait accepté comme c’est couleur qui ne masque pas je dors d’un sommeil de on peut croire que martine bribes en ligne a la prédication faite j’ai donc macles et roulis photo pour mireille et philippe pas sur coussin d’air mais la gaucherie à vivre, glaciation entre dans les hautes herbes madame a des odeurs sauvages  il y a le onzième  pour jean le je serai toujours attentif à dernier vers aoi « 8° de recleimet deu mult       dans le vieux qui  la toile couvre les au labyrinthe des pleursils dans le respect du cahier des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Madame est toute lumière. Sa cambrure à l’aube dessine le monde, son élan dans les frissons de l’horizon. Notre silence l’étreindra. Eteindra son feu. Ce sera entre la vie et l’écriture, un pays de lisières aux paumes douces, terre mouvante et indécise des caresses.

 

 

Terres danseuses de la paix animale. Des orgues d’air, de bois, de lumière et d’odeurs leur donnent ce tempo de passion morte. Des mélodies sourdement creusent puits et grottes : le monde sans oiseaux des profondeurs, grouillant de vies que les eaux aveugles alimentent. 

Publication en ligne : 18 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette