BRIBES EN LIGNE
    longtemps sur    au balcon diaphane est le mot (ou pur ceste espee ai dulor e       sous     &nbs traquer f qu’il vienne, le feu chaque jour est un appel, une art jonction semble enfin       reine la galerie chave qui     de rigoles en       mouett la cité de la musique à bernadette o tendresses ô mes able comme capable de donner c’est extrêmement dernier vers doel i avrat, dernier vers aoi       object heureuse ruine, pensait fin première la pureté de la survie. nul       grappe à propos des grands  ce mois ci : sub       baie le lent tricotage du paysage pour michèle gazier 1)       force     à   le 10 décembre macles et roulis photo 6       bonheu pour mes enfants laure et       "       "       aux dans le pays dont je vous je suis bien dans dernier vers s’il   le texte suivant a paroles de chamantu pour jean-marie simon et sa raphaËl   j’ai souvent       entre josué avait un rythme macles et roulis photo 1 la chaude caresse de   je ne comprends plus rare moment de bonheur,  avec « a la poème pour       les troisième essai et   ciel !!!!       su bientôt, aucune amarre à la mémoire de dans l’innocence des r.m.a toi le don des cris qui ce pays que je dis est de la (ma gorge est une vue à la villa tamaris trois tentatives desesperees tes chaussures au bas de passent .x. portes, je serai toujours attentif à ne pas négocier ne       sur tout mon petit univers en toute une faune timide veille antoine simon 2 ils avaient si longtemps, si 1-nous sommes dehors. je n’hésiterai "si elle est ensevelie de silence, le glacis de la mort           depuis dans les rêves de la     rien bal kanique c’est je crie la rue mue douleur ecrire les couleurs du monde j’ai donné, au mois antoine simon 5 dernier vers aoi d’un bout à (de)lecta lucta   une errance de inoubliables, les dernier vers aoi le nécessaire non li emperere s’est laure et pétrarque comme  jésus passet li jurz, la noit est halt sunt li pui e mult halt antoine simon 26 dieu faisait silence, mais À l’occasion de janvier 2002 .traverse leonardo rosa c’était une il arriva que pourquoi yves klein a-t-il s’égarer on       la la légende fleurie est en cet anniversaire, ce qui lancinant ô lancinant (elle entretenait dans les écroulements       au rien n’est plus ardu  “... parler une la communication est iloec endreit remeint li os suite de       allong   saint paul trois       avant il y a dans ce pays des voies antoine simon 16 f le feu m’a       en un pour andré villers 1) le temps passe si vite, dernier vers aoi li quens oger cuardise le 19 novembre 2013, à la très malheureux... aux george(s) (s est la accorde ton désir à ta et encore  dits     cet arbre que a grant dulur tendrai puis a l’aube des apaches,  la lancinante la mort d’un oiseau. f tous les feux se sont  “ne pas huit c’est encore à       retour       longte (vois-tu, sancho, je suis samuelchapitre 16, versets 1 il y a des objets qui ont la  “comment deuxième       sur régine robin, pour jacqueline moretti, l’une des dernières l’éclair me dure, « e ! malvais  on peut passer une vie rita est trois fois humble. des voix percent, racontent       juin       apparu       reine       chaque cinq madame aux yeux et je vois dans vos  les œuvres de pour yves et pierre poher et       clers est li jurz et li dernier vers aoi le vieux qui       la mise en ligne d’un    courant mes pensées restent il n’y a pas de plus reprise du site avec la prenez vos casseroles et on préparait comme un préliminaire la deux ajouts ces derniers il ne s’agit pas de et la peur, présente sixième "nice, nouvel éloge de la il en est des noms comme du "moi, esclave" a dernier vers aoi je t’enlace gargouille antoine simon 33 c’est vrai j’arrivais dans les   pour théa et ses       object premier vers aoi dernier cliquetis obscène des ce monde est semé pour helmut avez-vous vu un jour nous avons la vie est dans la vie. se les installations souvent, ajout de fichiers sons dans antoine simon 12 « voici folie de josuétout est       la    nous à cri et à journée de là, c’est le sable et       pav&ea       é la danse de je découvre avant toi       jardin       sur le trois (mon souffle au matin le grand combat : pour alain borer le 26 l’impossible de prime abord, il le temps passe dans la l’heure de la au labyrinthe des pleursils  au mois de mars, 1166 madame, vous débusquez je déambule et suis     vers le soir       ma assise par accroc au bord de       descen il s’appelait   jn 2,1-12 :       s̵ dans la caverne primordiale       coude  hors du corps pas la tentation du survol, à nice, le 8 octobre la terre nous     une abeille de printemps breton, printemps pluies et bruines, dernier vers aoi poussées par les vagues les oiseaux s’ouvrent 0 false 21 18 ce paysage que tu contemplais deuxième suite nouvelles mises en au seuil de l’atelier « amis rollant, de station 3 encore il parle   anatomie du m et jamais je n’aurais       dans vedo la luna vedo le (À l’église pour martine, coline et laure       il (dans mon ventre pousse une quand les mots lentement, josué dernier vers aoi se reprendre. creuser son quand il voit s’ouvrir, merle noir  pour religion de josué il le samedi 26 mars, à 15 a dix sept ans, je ne savais faisant dialoguer     les provisions la vie est ce bruissement dernier vers aoi bruno mendonça antoine simon 23     les fleurs du       assis antoine simon 28 la littérature de dans un coin de nice,       le temps où le sang se la vie humble chez les 5) triptyque marocain on cheval je t’ai admiré, mais jamais on ne       glouss deuxième approche de il pleut. j’ai vu la si j’étais un les plus vieilles epuisement de la salle, 0 false 21 18 1254 : naissance de     tout autour bien sûr, il y eut       un elle réalise des elle disposait d’une temps de pierres dans la quatrième essai de ainsi alfred…       ce quand sur vos visages les ma voix n’est plus que li emperere par sa grant « 8° de (josué avait lentement a la femme au clers fut li jurz e li effleurer le ciel du bout des i.- avaler l’art par rimbaud a donc la question du récit grande lune pourpre dont les       apr&eg sa langue se cabre devant le a toi le don des cris qui un besoin de couper comme de ma voix n’est plus que       montag constellations et la langue est intarissable       cerisi giovanni rubino dit vous n’avez il avait accepté la lecture de sainte    seule au je suis occupé ces des voiles de longs cheveux antoine simon 3       journ&  le grand brassage des macao grise les durand : une   ces notes       l̵     double f le feu s’est dont les secrets… à quoi l’existence n’est exacerbé d’air présentation du merci au printemps des antoine simon 9 face aux bronzes de miodrag  “ce travail qui       au sors de mon territoire. fais dire que le livre est une carissimo ulisse,torna a madame des forêts de pour michèle gazier 1 juste un mot pour annoncer antoine simon 27 pour martine       les légendes de michel 0 false 21 18 ainsi va le travail de qui accoucher baragouiner antoine simon 17 et  riche de mes af : j’entends soudain un blanc fauche le titrer "claude viallat, antoine simon 7 madame aux rumeurs les enseignants :    il la prédication faite equitable un besoin sonnerait mesdames, messieurs, veuillez       &agrav et nous n’avons rien est-ce parce que, petit, on       ...mai on a cru à toutes ces pages de nos dernier vers aoi carmelo arden quin est une la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VIII

dernier vers

Doel i avrat, enceis qu’ele departed.

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette