BRIBES EN LIGNE
diaphane est le station 7 : as-tu vu judas se   on n’est il arriva que la vie est ce bruissement il souffle sur les collines clers fut li jurz e li générations dentelle : il avait     chant de j’ai relu daniel biga, le 26 août 1887, depuis « amis rollant, de les dieux s’effacent 13) polynésie  le livre, avec autre citation"voui arbre épanoui au ciel comme un préliminaire la       &eacut maintenant il connaît le station 1 : judas   le 10 décembre un soir à paris au références : xavier et ces pour andré libre de lever la tête le soleil n’est pas dernier vers aoi (À l’église le corps encaisse comme il    de femme liseuse genre des motsmauvais genre deuxième essai c’est un peu comme si, ne pas négocier ne   si vous souhaitez rien n’est plus ardu siglent a fort e nagent e pour andrée au rayon des surgelés deux nouveauté, le vieux qui quelques autres et je vois dans vos 1. il se trouve que je suis antoine simon 7       marche au labyrinthe des pleursils ce jour là, je pouvais premier vers aoi dernier       object       reine pour helmut le "patriote", dernier vers aoi       su et si au premier jour il       au bel équilibre et sa quai des chargeurs de j’entends sonner les des quatre archanges que ils avaient si longtemps, si       le mise en ligne ouverture d’une  tu ne renonceras pas. avec marc, nous avons recleimet deu mult dernier vers doel i avrat, antoine simon 10 au matin du on préparait antoine simon 15 ma chair n’est dans ce pays ma mère si grant dol ai que ne     tout autour ….omme virginia par la       maquis    il il ne reste plus que le que d’heures et il fallait aller debout       sur in the country au programme des actions sa langue se cabre devant le merci à marc alpozzo antoine simon 24 polenta nos voix       l̵ laure et pétrarque comme     longtemps sur  au travers de toi je       " d’abord l’échange des monde imaginal, pourquoi yves klein a-t-il  le "musée     faisant la       aujour       six antoine simon 18 mult ben i fierent franceis e intendo... intendo ! et  riche de mes       coude six de l’espace urbain,     le f j’ai voulu me pencher autre petite voix       fourr&  zones gardées de le coquillage contre toi, mésange à le passé n’est pour martine, coline et laure je n’ai pas dit que le de pareïs li seit la       &ccedi dire que le livre est une sables mes parolesvous pour mon épouse nicole il n’est pire enfer que mes pensées restent napolì napolì pierre ciel dernier vers aoi antoine simon 17 antoine simon 11 reflets et echosla salle il n’était qu’un       baie o tendresses ô mes après la lecture de tendresse du mondesi peu de 1) notre-dame au mur violet dernier vers aoi nous avancions en bas de la fraîcheur et la madame des forêts de comme une suite de toute une faune timide veille       la la brume. nuages d’un côté À max charvolen et martin une fois entré dans la       magnol       crabe-  “ce travail qui a la libération, les quatrième essai de nous viendrons nous masser   ciel !!!! la force du corps, exode, 16, 1-5 toute       une dans les hautes herbes     surgi   est-ce que cette machine entre mes       vaches je n’hésiterai la terre nous dernier vers aoi       au la mastication des l’art c’est la       midi madame, on ne la voit jamais il faut laisser venir madame la mort, l’ultime port, a ma mère, femme parmi dans le pain brisé son ( ce texte a il en est des noms comme du   nous sommes les installations souvent, percey priest lakesur les la langue est intarissable  les œuvres de aucun hasard si se   anatomie du m et je désire un cliquetis obscène des macles et roulis photo 4 juste un madame a des odeurs sauvages Ç’avait été la et que vous dire des     ton pour alain borer le 26 « voici dernier vers s’il granz est li calz, si se toulon, samedi 9 ce n’est pas aux choses       dans karles se dort cum hume    regardant sixième rm : nous sommes en tendresses ô mes envols       dans la tentation du survol, à  pour jean le “le pinceau glisse sur dernier vers aoi les cuivres de la symphonie et voici maintenant quelques ainsi fut pétrarque dans à propos “la franchement, pensait le chef, pour pierre theunissen la       je me il en est des meurtrières.       jonath je rêve aux gorges régine robin, cinquième essai tout bernard dejonghe... depuis vous avez "tu sais ce que c’est i.- avaler l’art par dessiner les choses banales       arauca pour maxime godard 1 haute pour michèle aueret iv.- du livre d’artiste mon cher pétrarque, archipel shopping, la     [1]   de même que les il ne sait rien qui ne va pas une année sans évoquer À max charvolen et dernier vers aoi   le tissu d’acier deuxième approche de comme c’est       force       en vue à la villa tamaris il existe au moins deux un homme dans la rue se prend voile de nuità la       le     hélas, j’ai parlé li emperere par sa grant   voici donc la carissimo ulisse,torna a mon travail est une       apparu  avec « a la       fleure f les feux m’ont et c’était dans le recueil de textes     un mois sans ce     l’é     du faucon pour gilbert les dernières       rampan lentement, josué       ma dernier vers aoi et…  dits de   ces notes       parfoi pour jean-marie simon et sa mouans sartoux. traverse de 1.- les rêves de immense est le théâtre et les plus vieilles première j’ai perdu mon pour jacqueline moretti, "si elle est       longte madame est la reine des je reviens sur des branches lianes ronces quel étonnant des conserves ! de mes deux mains     de rigoles en       &agrav       entre       ton  les éditions de       quand       " attelage ii est une œuvre jouer sur tous les tableaux on trouvera la video buttati ! guarda&nbs là, c’est le sable et vertige. une distance je découvre avant toi violette cachéeton onzième pour mireille et philippe suite de  née à     oued coulant 7) porte-fenêtre sous la pression des       deux (en regardant un dessin de vos estes proz e vostre       je tout le problème portrait. 1255 : dans le pays dont je vous       voyage       & derniers       p&eacu l’art n’existe dernier vers aoi alocco en patchworck © le lent tricotage du paysage le lourd travail des meules folie de josuétout est macles et roulis photo 6 raphaël approche d’une écoute, josué, dix l’espace ouvert au       pass&e pour jean-louis cantin 1.- « pouvez-vous coupé le sonà elle réalise des pour philippe    tu sais       dans       cette spectacle de josué dit madame est toute moisissures mousses lichens       qui       sur comme ce mur blanc « 8° de coupé en deux quand       et tu       ( pour robert le ciel est clair au travers dans l’effilé de a propos d’une    seule au dernier vers que mort abu zayd me déplait. pas leonardo rosa beaucoup de merveilles a toi le don des cris qui r.m.a toi le don des cris qui temps où les coeurs nouvelles mises en       sous je me souviens de quelques textes il ne s’agit pas de il y a tant de saints sur madame, vous débusquez elle ose à peine     son antoine simon 25 religion de josué il à sylvie  de la trajectoire de ce deuxième dernier vers aoi cinq madame aux yeux   ces sec erv vre ile     une abeille de  “comment       chaque même si       assis  il est des objets sur le bulletin de "bribes antoine simon 2     après f le feu s’est c’est seulement au de pa(i)smeisuns en est venuz  “s’ouvre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- est-ce encore un fleuve ? | un brin de coriandre ->
au Bosphore
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au Bosphore

chez les Turcs du bord de Loire

pause kébab

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette