BRIBES EN LIGNE
  tout est toujours en un homme dans la rue se prend ki mult est las, il se dort il ne reste plus que le       crabe- antoine simon 27 le coquillage contre pour michèle aueret printemps breton, printemps clquez sur dernier vers aoi accoucher baragouiner   j’ai souvent dans un coin de nice, l’évidence quand il voit s’ouvrir, dernier vers que mort voici des œuvres qui, le je suis occupé ces  un livre écrit “dans le dessin       b&acir voudrais je vous me ce qui fascine chez dieu faisait silence, mais la tentation du survol, à franchement, pensait le chef, nous avons affaire à de    courant les plus terribles dernier vers aoi du fond des cours et des  le grand brassage des à sylvie « e ! malvais pour mireille et philippe   saint paul trois c’est le grand toutes ces pages de nos sixième antoine simon 16 le 26 août 1887, depuis les dessins de martine orsoni et que vous dire des       au quatrième essai rares dernier vers aoi ecrire les couleurs du monde souvent je ne sais rien de alocco en patchworck © le 23 février 1988, il deux ce travail vous est il en est des noms comme du   au milieu de la mastication des     après quatrième essai de antoine simon 25 chairs à vif paumes viallat © le château de madame porte à       apparu mult ben i fierent franceis e ce qui aide à pénétrer le encore une citation“tu les dernières dernier vers aoi ce qui importe pour la galerie chave qui sous la pression des     cet arbre que attendre. mot terrible. je désire un 0 false 21 18 "mais qui lit encore le deux ajouts ces derniers j’ai donc       longte avez-vous vu paysage de ta tombe  et et tout avait a supposer quece monde tienne sequence 6   le       soleil le coeur du       voyage on cheval pour philippe   pour le prochain ce va et vient entre portrait. 1255 : le temps passe dans la ouverture d’une  tu vois im font chier dernier vers s’il ce 28 février 2002. petites proses sur terre les amants se       juin c’est seulement au et la peur, présente les avenues de ce pays c’était une dans l’effilé de     dans la ruela  avec « a la   je ne comprends plus     &nbs tous ces charlatans qui comment entrer dans une pour martine et que dire de la grâce le proche et le lointain À peine jetés dans le dernier vers aoi raphaËl mais jamais on ne démodocos... Ça a bien un À la loupe, il observa vous avez   un vendredi       embarq mise en ligne d’un derniers quelques autres frères et a la femme au rien n’est plus ardu dernier vers aoi un jour, vous m’avez là, c’est le sable et     pourquoi f le feu est venu,ardeur des     nous et combien quel étonnant     faisant la deuxième apparition en cet anniversaire, ce qui marie-hélène poème pour intendo... intendo ! le 2 juillet la vie humble chez les       midi c’est la chair pourtant ce n’est pas aux choses au labyrinthe des pleursils bientôt, aucune amarre la mort, l’ultime port,       six encore la couleur, mais cette dernier vers aoi (À l’église ici, les choses les plus constellations et pour yves et pierre poher et dans les rêves de la in the country carles respunt :       m̵ mult est vassal carles de pour mon épouse nicole comme c’est quai des chargeurs de    de femme liseuse   est-ce que   que signifie  “ce travail qui f dans le sourd chatoiement     de rigoles en il souffle sur les collines je n’hésiterai on peut croire que martine       glouss introibo ad altare       l̵ certains prétendent dans ce périlleux écoute, josué,     rien antoine simon 26       bruyan décembre 2001. quatre si la mer s’est sous l’occupation     extraire     double je ne saurais dire avec assez       d&eacu 1257 cleimet sa culpe, si "le renard connaît mieux valait découper station 4 : judas  clers est li jurz et li dont les secrets… à quoi ce jour-là il lui effleurer le ciel du bout des a ma mère, femme parmi       bien madame, vous débusquez       dans « pouvez-vous ce paysage que tu contemplais seins isabelle boizard 2005 montagnesde la réserve des bribes au rayon des surgelés antoine simon 21 les étourneaux ! macao grise lentement, josué il y a des objets qui ont la travail de tissage, dans a dix sept ans, je ne savais coupé en deux quand est-ce parce que, petit, on  pour jean le la littérature de l’erbe del camp, ki  c’était       dans quand sur vos visages les merci à marc alpozzo 0 false 21 18 cinq madame aux yeux dernier vers aoi hans freibach :       ma  je signerai mon jusqu’à il y a       le le pendu "la musique, c’est le vous dites : "un d’abord l’échange des ma mémoire ne peut me       ce     le dernier vers aoi dernier vers aoi     hélas,       va art jonction semble enfin pas une année sans évoquer bien sûrla     le cygne sur       sur halt sunt li pui e mult halt huit c’est encore à     ton j’ai perdu mon c’est vrai sur l’erbe verte si est la deuxième édition du merci à la toile de merle noir  pour dernier vers aoi pour angelo       deux     les provisions pour julius baltazar 1 le le lent déferlement       le la lecture de sainte la gaucherie à vivre, dernier vers aoi pour michèle gazier 1 le passé n’est       &n 13) polynésie dans les hautes herbes       je me l’ami michel pluies et bruines, c’est un peu comme si, temps de cendre de deuil de  la toile couvre les dernier vers aoi l’homme est libre de lever la tête nécrologie able comme capable de donner pour     &nbs       rampan nice, le 8 octobre et nous n’avons rien un trait gris sur la tant pis pour eux. la légende fleurie est     surgi       ton (dans mon ventre pousse une l’art c’est la le soleil n’est pas  de la trajectoire de ce Être tout entier la flamme une fois entré dans la exode, 16, 1-5 toute macles et roulis photo 1 un temps hors du suite de       deux la poésie, à la       le ( ce texte a si tu es étudiant en       la certains soirs, quand je fontelucco, 6 juillet 2000       apr&eg la route de la soie, à pied, elle réalise des       chaque ma voix n’est plus que li emperere par sa grant samuelchapitre 16, versets 1       &agrav       et tu       la je n’ai pas dit que le antoine simon 14 madame est la reine des il n’était qu’un antoine simon 17 temps de pierres dans la karles se dort cum hume mesdames, messieurs, veuillez quand les eaux et les terres       la       sur envoi du bulletin de bribes     un mois sans       droite madame, c’est notre       le station 3 encore il parle les oiseaux s’ouvrent j’ai relu daniel biga, bal kanique c’est iloec endreit remeint li os   six formes de la cette machine entre mes il pleut. j’ai vu la soudain un blanc fauche le       au       au carissimo ulisse,torna a la fraîcheur et la je déambule et suis lorsqu’on connaît une trois tentatives desesperees pas sur coussin d’air mais a propos d’une dernier vers aoi   i mes doigts se sont ouverts antoine simon 19 de pa(i)smeisuns en est venuz       descen une errance de i en voyant la masse aux attendre. mot terrible. le ciel est clair au travers pour martin issent de mer, venent as douze (se fait terre se antoine simon 7       ce epuisement de la salle, la vie est ce bruissement       neige       parfoi dernier vers aoi   la production le "patriote", Éléments - pour maxime godard 1 haute c’est ici, me si j’avais de son voile de nuità la   le texte suivant a dans les écroulements d’ eurydice ou bien de je meurs de soif  martin miguel vient       le dernier vers aoi sors de mon territoire. fais       magnol li emperere s’est ne pas négocier ne la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- les fleurs du fleuve | quai des chargeurs ->
longtemps sur la rivière
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

longtemps sur la rivière bleue

une corneille chasse une mouette

puis réciproquement

 

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette