BRIBES EN LIGNE
      "       au certains prétendent       le vi.- les amicales aventures ouverture d’une       sur le la terre a souvent tremblé       dans "ah ! mon doux pays, pour julius baltazar 1 le       la pie       un antoine simon 30 pour max charvolen 1)       &agrav il n’était qu’un       je 0 false 21 18 temps où le sang se 10 vers la laisse ccxxxii toutefois je m’estimais       ( imagine que, dans la petites proses sur terre       va peinture de rimes. le texte bribes en ligne a l’ami michel des quatre archanges que (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi il en est des noms comme du dernier vers aoi est-ce parce que, petit, on autre citation"voui un homme dans la rue se prend les avenues de ce pays       six carles li reis en ad prise sa ne pas négocier ne  le livre, avec en cet anniversaire, ce qui abstraction voir figuration mieux valait découper on peut croire que martine       &agrav suite du blasphème de       voyage         &n elle disposait d’une même si les textes mis en ligne ço dist li reis : on a cru à 1 la confusion des l’attente, le fruit « e ! malvais dans le pain brisé son  je signerai mon 1. il se trouve que je suis       &n bientôt, aucune amarre    regardant sur l’erbe verte si est j’ai ajouté ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi       bonheu toi, mésange à d’un côté madame, c’est notre heureuse ruine, pensait troisième essai et 7) porte-fenêtre antoine simon 17 lorsque martine orsoni   adagio   je    au balcon       l̵ portrait. 1255 : et ma foi, j’ai en réserve c’est seulement au le 15 mai, à  “... parler une marcel alocco a et que dire de la grâce ce qu’un paysage peut le passé n’est       m&eacu dix l’espace ouvert au rare moment de bonheur, sors de mon territoire. fais lu le choeur des femmes de       " pour jacky coville guetteurs comme une suite de travail de tissage, dans       dans nouvelles mises en la cité de la musique je suis     l’é à cri et à j’ai perdu mon "si elle est poème pour     [1]      une abeille de       dans j’écoute vos la mort d’un oiseau. passet li jurz, si turnet a et  riche de mes dernier vers aoi pour martine rêves de josué,       la le ciel de ce pays est tout mon travail est une cinquième citationne  “comment la liberté s’imprime à le géographe sait tout dernier vers que mort   au milieu de  dans toutes les rues   ces notes granz est li calz, si se elle réalise des voudrais je vous moisissures mousses lichens napolì napolì la mort, l’ultime port, fragilité humaine. le bulletin de "bribes dernier vers aoi que d’heures  de même que les     sur la les premières il n’est pire enfer que apaches :       l̵ l’art c’est la quelque temps plus tard, de et ces la prédication faite quand les mots il souffle sur les collines  ce mois ci : sub antoine simon 24       le tendresse du mondesi peu de de tantes herbes el pre grande lune pourpre dont les j’ai donné, au mois       pav&ea tout en travaillant sur les ajout de fichiers sons dans préparation des autres litanies du saint nom je m’étonne toujours de la c’est la distance entre pas une année sans évoquer le 19 novembre 2013, à la jusqu’à il y a marché ou souk ou       en pour frédéric       coude sauvage et fuyant comme       ce difficile alliage de fontelucco, 6 juillet 2000 il y a tant de saints sur je suis bien dans     les fleurs du bien sûrla noble folie de josué,       neige  jésus  dernier salut au j’ai travaillé comment entrer dans une preambule – ut pictura le texte qui suit est, bien la route de la soie, à pied, de sorte que bientôt en ceste tere ad estet ja le travail de bernard ensevelie de silence, il tente de déchiffrer, certains soirs, quand je toulon, samedi 9 à la bonne l’évidence dernier vers aoi   quand il voit s’ouvrir, antoine simon 12    courant       sur sa langue se cabre devant le  “ne pas d’un bout à       alla         or tandis que dans la grande il s’appelait  si, du nouveau  monde rassemblé ils avaient si longtemps, si si j’avais de son comme un préliminaire la  le grand brassage des de la  référencem quand sur vos visages les  zones gardées de dans l’innocence des le glacis de la mort ils s’étaient avant propos la peinture est vous avez Éléments - autre citation       pass&e pure forme, belle muette, il existe deux saints portant       dans       pass&e antoine simon 31 onze sous les cercles l’appel tonitruant du comme c’est les oiseaux s’ouvrent vos estes proz e vostre   ces sec erv vre ile tout à fleur d’eaula danse légendes de michel la vie humble chez les       la       je me   marcel antoine simon 23 villa arson, nice, du 17 la communication est f les marques de la mort sur que reste-t-il de la « h&eacu et te voici humanité ] heureux l’homme il était question non temps de cendre de deuil de antoine simon 22 le temps passe si vite, madame est la reine des madame, vous débusquez les doigts d’ombre de neige dentelle : il avait quelques textes       le je suis occupé ces dans les écroulements f dans le sourd chatoiement la fraîcheur et la saluer d’abord les plus       &eacut on trouvera la video       le nous lirons deux extraits de pour martine, coline et laure  la toile couvre les a la femme au six de l’espace urbain, pour michèle gazier 1) montagnesde halt sunt li pui e mult halt lorsqu’on connaît une de toutes les   tout est toujours en m1         se reflets et echosla salle a dix sept ans, je ne savais       apr&eg antoine simon 15 c’est le grand       &agrav       parfoi  improbable visage pendu le 26 août 1887, depuis pour andré quatre si la mer s’est normalement, la rubrique la fonction, sequence 6   le approche d’une  mise en ligne du texte deuxième cher bernard il semble possible a claude b.   comme       banlie tu le sais bien. luc ne intendo... intendo ! ainsi fut pétrarque dans percey priest lakesur les à langues de plomba la c’est une sorte de       sur pur ceste espee ai dulor e j’aime chez pierre l’éclair me dure,       descen       " je suis un écorché vif.       les à la mémoire de la terre nous nice, le 8 octobre dernier vers aoi soudain un blanc fauche le les plus terribles il faut aller voir le 2 juillet nous dirons donc "et bien, voilà..." dit     hélas, sept (forces cachées qui de proche en proche tous nos voix carissimo ulisse,torna a à bernadette un verre de vin pour tacher a toi le don des cris qui macles et roulis photo 7       entre       fleur des voiles de longs cheveux       droite  dans le livre, le à propos des grands un jour nous avons       vu dernier vers aoi 1.- les rêves de       magnol qu’est-ce qui est en       au merci à marc alpozzo dans le train premier temps de bitume en fusion sur       l̵ guetter cette chose vous dites : "un       voyage quatrième essai de tous feux éteints. des   anatomie du m et et il parlait ainsi dans la "mais qui lit encore le       en     vers le soir (en regardant un dessin de       embarq c’est ici, me ce qui importe pour       aux pour le prochain basilic, (la 1) la plupart de ces nous viendrons nous masser       une pas même des conserves !  marcel migozzi vient de la danse de madame est une       la ainsi va le travail de qui madame est une torche. elle le soleil n’est pas j’ai donc station 3 encore il parle quatrième essai de juste un       la la gaucherie à vivre, antoine simon 25       bonhe buttati ! guarda&nbs les routes de ce pays sont la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

<- La connexion littéraire | Interface ->
La maison de nos rêves
© Michel Butor
Artiste(s) : Charvolen (site) , (site) Ecrivain(s) : Butor (site)

pour Max Charvolen

1) rabattements

  Lorsque le puissant égyptien de l’ancien empire désirait emmener avec lui de l’autre côté de la mort tous ses familiers, il les appliquait en bas-relief ou en peinture sur les parois de sa tombe, en s’efforçant de les rendre aussi présents que possible, donc aussi identifiables dans leur leur attitude ou leur profession. Le visage était plus parlant de profil, mais l’oeil de face. Les épaules étaient bien écartées, mais le ba  s du torse pivotait pour surmonter les jambes de profil de la marche ou dans toute autre activité. Le nombril reposait sur le côté du ventre indiquant la direction du sexe, même si celui-ci était généralement caché derrière une robe ou un pagne. Quant aux tétons, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, il n’en reste qu’un, bien détaché sur le profil du torse, du côté de la marche ou de l’activité.

  Chez les cubistes, on ne retient de l’objet, qu’il soit pichet, guitare ou visage, que les profils les plus satisfaisants pour l’amateur de géométrie, en les combinant dans des idéogrammes qui se promènent dans l’espace. Chez Juan Gris en particulier le cercle de l’embouchure joue avec la panse de la jarre, de la tasse ou de la bouteille.

  Les rabattements de Max Charvolen sont plus proches de ceux que l’on trouve dans les découpages pour enfants et adultes, qu’il faut détacher et plier, parfois coller pour obtenir des modèles réduits fragiles que l’on manipule pour les admirer.

  Il faut alors tenir compte de toutes les faces que l’on détache les unes des autres comme un maître d’hôtel désarticule les membres d’un faisan. Mais on garde pourtant toutes les jointures qui peuvent se déplier sur un plan, de façon à rendre l’objet futur plus solide. La forme obtenue constitue un développement souvent inattendu de l’instrument ou du meuble auquel nous sommes habitués. Certes nous pouvons reconnaître chaque face lorsque nous l’abstrayons des autres, mais c’est l’ensemble qui produit une sorte de floraison dont l’objet courant n’était que le germe.

  Dans les solides les plus réguliers, les faces annexes apparaissent alors comme des ombres. Le découpeur d’ailleurs peut jouer avec elles, leur faire adopter diverses obliques, si bien qu’il devient comme une source d’éclairage, un Soleil miniature. Si l’on pense à la Lune les ombres deviennent des fantômes qui accompagnent de leur sabbat l’objet englouti.

  L’écartement des faces normalement soudées les unes aux autres devient un écartèlement. C’est un peu comme un papillon dont on sépare les ailes pour le conserver après l’avoir chloroformé. Il faut longuement les maintenir par des bandes de carton pour qu’elles prennent leur nouvelle position de repos, ce qui permettra de voir à loisir leur splendeur, dans la nature seulement entraperçue à travers le volètement.

  L’enfant qui découpe avec ses ciseaux ou, s’il est plus grand, son cutter, reprend l’incision beaucoup plus violente accomplie par le dessinateur. L’enfant sépare entre le plein des parties imprimées et généralement colorées, et le blanc du vide laissé dans les blessures infligées par l’anatomiste. Si l’objet est entièrement constitué de faces planes, il est relativement facile de le déployer. Si certaines faces sont cylindriques, on peut encore les dérouler. Mais si nous avons des cônes ou des sphères, il faudra alors les déchirer. Ce sont les problèmes que rencontrent les cartographes pour étaler notre sphère terrestre dans leurs atlas. On imagine la difficulté de traiter ainsi le corps humain. Quel carnage !

  L’objet est ainsi sacrifié dans un discret rituel ; la forme qu’on lui fait adopter sur la feuille de bristol est un embaumement prévu pour une résurrection ludique, pour une transfiguration.


2) variations

  Les manuels de boucherie ou de dissection nous enseigne de quelle façon détacher les différents membres d’un corps pour y provoquer le moins de dégâts. Même dans ce domaine il y a diverses écoles. Mais si nous prenons un solide géométrique ou l’un des meubles qui facilitent notre vie quotidienne, il apparait immédiatement qu’il y a plusieurs solutions au problème du découpage et donc de la reconstitution.

  Prenons un simple cube ou dé, je peux en détacher les faces tout en les gardant solidaires de nombreuses façons différentes. Sans chercher à les énumérer toutes, viiennent immédiatement à l’esprit une croix latine et un tau. Dans la croix latine une face est mitoyenne de quatre autres sur le plan ; dans le tau, une face est mitoyenne de trois. Cette face peut être considétée comme un foyer autour duquel les autres se déploient en flammes, ou un coeur floral au milieu de ses pétales.

  Si nous nous en tenons au cube géométrique, les six faces sont équivalentes ; n’importe laquelle peut être choisie comme foyer. Mais si nous prenons le dé du 421 ou du jeu de l’oie, chacune de ses faces est gravée d’un chiffre différent. Dans mes rabattements je réalise donc des figures arithmétiques très variées lesquelles peuvent revêtir des significations évocatoires et émotives singulières. Je peux assigner à chaque face un emblème et nous voici en pleine poésie.

  Selon la face qui sera choisie comme foyer l’objet sera plus ou moins reconnaissable ; il sera résumé ou caché. La découpure constitue donc une analyse à la fois formelle et mythologique de l’objet considéré. Chaque choix est une perspective.


3) réflexions

  De nombreuses découpes différentes nous permettent de reconstituer le même objet. Mais une fois que le découpage a été fait, nous pouvons obtenir des objets nouveaux.

  Prenons un dé que nous avons écartelé en croix latine autour de la face marqué d’un seul point. Autour nous aurons le 2, le 3, le 4 et le 5. Le 6 peut s’accrocher sur l’une des quatre précédentes. Il est possible de replier les pétales vers moi, de mon côté du numéro 1, ou loin de moi, de l’autre côté. Nous obtenons alors deux volumes symétriques. La face focale reste dans le plan de la planche qui joue le rôle d’un miroir. Alice nous a confié la clef de son monde à l’envers.

  Dans la chambre inversée, ce qui est à gauche de la cheminée passe à droite. Mais si je prends le développement d’un meuble, d’une chaise par exemple, si je reconstitue un barreau en repliant les faces dépliées, je peux passer à volonté de l’intérieur à l’extérieur, du plein au vide. Les murs eux-mêmes deviennent habitables.

  Par ces manipulations, le blanc de la planche, ce qui restait entre les faces écartelées, devient un espace envahissant qui traverse toutes les parois. Je puis retourner mon escalier pour monter ou descendre sur l’envers de ses marches.

  Dans l’ancienne théologie on parle de corps glorieux, celui que nous aurons après le jugement dernier, dans la cité-jardin de la Jérusalem céleste, un corps transparent à la lumière, capable de traverser toutes les murailles. Voici en attendant des objets glorieux, des maisons glorieuses où apprivoiser notre éternité.


  

Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette