BRIBES EN LIGNE
      " deux ajouts ces derniers pour julius baltazar 1 le des voix percent, racontent (À l’église    au balcon       neige       et tu libre de lever la tête effleurer le ciel du bout des       assis  il est des objets sur frères et f les rêves de granz fut li colps, li dux en mise en ligne       sur "mais qui lit encore le    nous derniers l’impossible et que dire de la grâce       le sept (forces cachées qui derniers vers sun destre je me souviens de je reviens sur des       la  les premières on croit souvent que le but tout le problème etudiant à jusqu’à il y a     pluie du la lecture de sainte    si tout au long pour martine       &eacut nous viendrons nous masser les grands autre petite voix   saint paul trois     le       l̵ je dors d’un sommeil de la question du récit madame déchirée  “s’ouvre aucun hasard si se       su ….omme virginia par la    7 artistes et 1   un vendredi livre grand format en trois       juin       le montagnesde vous avez sors de mon territoire. fais       é tout est possible pour qui       jardin       &n   né le 7       pass&e nu(e), comme son nom       dans soudain un blanc fauche le la liberté s’imprime à je sais, un monde se       les mougins. décembre les plus vieilles je suis douce est la terre aux yeux l’ami michel paysage de ta tombe  et j’ai travaillé elle réalise des       dans la légende fleurie est i.- avaler l’art par portrait. 1255 : préparation des  si, du nouveau dernier vers aoi patrick joquel vient de       ce « e ! malvais   entrons si elle est belle ? je onzième cet article est paru dans le gardien de phare à vie, au       &agrav       vaches     longtemps sur et il fallait aller debout       montag         &n       embarq c’est le grand hans freibach : pour m.b. quand je me heurte cyclades, iii°       aux clquez sur la brume. nuages (dans mon ventre pousse une       fleur pluies et bruines, halt sunt li pui e mult halt je serai toujours attentif à le franchissement des         or iv.- du livre d’artiste  pour le dernier jour mes pensées restent trois tentatives desesperees       " c’était une antoine simon 15       pourqu 5) triptyque marocain je rêve aux gorges troisième essai et       qui       je me « 8° de antoine simon 22 dernier vers aoi f le feu est venu,ardeur des     chant de       rampan   1) cette m1       des voiles de longs cheveux       allong antoine simon 28 le tissu d’acier a toi le don des cris qui       st l’erbe del camp, ki       deux il n’y a pas de plus j’ai relu daniel biga, de profondes glaouis d’abord l’échange des "la musique, c’est le madame dans l’ombre des antoine simon 19 c’est un peu comme si, envoi du bulletin de bribes a propos d’une pour alain borer le 26 li quens oger cuardise huit c’est encore à ils sortent   nous sommes juste un et…  dits de pour   maille 1 :que deux mille ans nous       les karles se dort cum hume sa langue se cabre devant le    en leonardo rosa cinq madame aux yeux (josué avait et te voici humanité inoubliables, les rossignolet tu la c’est vrai quand nous rejoignons, en à propos des grands seul dans la rue je ris la ce qui importe pour un besoin de couper comme de les petites fleurs des     &nbs ce texte se présente dans les écroulements 0 false 21 18     tout autour spectacle de josué dit il en est des noms comme du raphaël deuxième essai dernier vers aoi il n’est pire enfer que       la de proche en proche tous quelque temps plus tard, de troisième essai quand vous serez tout temps de bitume en fusion sur   marcel les lettres ou les chiffres pour marcel samuelchapitre 16, versets 1 il semble possible nouvelles mises en quand c’est le vent qui       dernier vers aoi l’illusion d’une madame est toute la fonction, branches lianes ronces la mort d’un oiseau.       aujour       au mouans sartoux. traverse de Ç’avait été la ici, les choses les plus vous n’avez antoine simon 6 maintenant il connaît le   six formes de la pas sur coussin d’air mais sixième f qu’il vienne, le feu pour nicolas lavarenne ma       o mult est vassal carles de     quand exode, 16, 1-5 toute le nécessaire non merci à la toile de 1 au retour au moment à la mémoire de voudrais je vous dimanche 18 avril 2010 nous vous êtes       bonheu       fleure       enfant À max charvolen et martin si j’étais un dans le respect du cahier des       bien coupé le sonà  née à dernier vers aoi       l̵ la réserve des bribes dernier vers aoi dernier vers aoi un jour, vous m’avez il ne s’agit pas de le glacis de la mort f tous les feux se sont l’appel tonitruant du sous l’occupation dernier vers aoi  improbable visage pendu       allong polenta raphaël il souffle sur les collines le lourd travail des meules “dans le dessin       le nice, le 30 juin 2000 pour martine, coline et laure le 19 novembre 2013, à la je ne sais pas si       en il est le jongleur de lui madame aux rumeurs      & le soleil n’est pas tu le sais bien. luc ne     les provisions 1254 : naissance de ecrire les couleurs du monde station 5 : comment au seuil de l’atelier       la quel ennui, mortel pour lentement, josué approche d’une   (dans le       nuage À perte de vue, la houle des exacerbé d’air ajout de fichiers sons dans     dans la ruela légendes de michel       pass&e au programme des actions à cri et à un homme dans la rue se prend ce qu’un paysage peut pour jean-marie simon et sa rien n’est plus ardu vous deux, c’est joie et dernier vers aoi       d&eacu accorde ton désir à ta « pouvez-vous dernier vers aoi dernier vers aoi     nous carles respunt : ils avaient si longtemps, si le samedi 26 mars, à 15 rêves de josué, li emperere par sa grant       une jamais si entêtanteeurydice générations       crabe- titrer "claude viallat, la liberté de l’être pour ma       le       avant il en est des meurtrières.     &nbs suite de pour maguy giraud et madame des forêts de morz est rollant, deus en ad se placer sous le signe de o tendresses ô mes dernier vers aoi mon cher pétrarque, attention beau   voici donc la faisant dialoguer  pour jean le non, björg, l’impression la plus dans l’effilé de antoine simon 23  de même que les tout mon petit univers en je ne saurais dire avec assez       la diaphane est le quatrième essai rares       la pie encore la couleur, mais cette ( ce texte a attendre. mot terrible.       jonath   tout est toujours en la bouche pleine de bulles 0 false 21 18       au       &n je désire un dont les secrets… à quoi pour gilbert antoine simon 26 "et bien, voilà..." dit ouverture de l’espace preambule – ut pictura j’ai en réserve tendresses ô mes envols temps où les coeurs       cette       j̵ une fois entré dans la les durand : une     au couchant À max charvolen et 1.- les rêves de pour jacky coville guetteurs l’évidence la bouche pure souffrance on a cru à on préparait normalement, la rubrique "ces deux là se tandis que dans la grande janvier 2002 .traverse le temps passe si vite, temps de pierres dans la et  riche de mes moi cocon moi momie fuseau       alla prenez vos casseroles et       à       deux le ciel est clair au travers petites proses sur terre       pav&ea  ce qui importe pour j’arrivais dans les de pareïs li seit la   anatomie du m et c’est ici, me       bonhe la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

| Éloge du traitement de texte ->
Écrire est un geste
© Michel Butor
Artiste(s) : Slacik Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : écrire

pour Anne Slacik

Ecrire est un geste. Avec l’écriture ancienne, que ce fut au calame, au pinceau, à la plume, chacun l’admet ; et ce geste devient danse avec toute calligraphie mais surtout quand celle-ci atteint de grandes dimensions. Mais c’est encore un geste et une da nse sur le clavier d’une machine à écrire ou d’un ordinateur.

Mettre dans la page est un geste. La page est une scène où les mots virevoltent, s’appellent, se répondent, se répètent, se reprennent, se repoussent ou s’équilibrent.

Placer dans un volume est un geste. Les phrases se coulent de page en page ; les paragraphes s’espacent ou se précipitent. Et voici les titres et les blancs, sans même parler des frontispices, culs-de-lampe ou lettrines.

Mettre dans une histoire est un geste. Les personnages se déplacent. Le récit s’attarde souvent délicieusement sur la description de tel site, puis brusquement les années passent. On fait le tour de la Terre, par exemple, avant de revenir voir Julie sur les rives du Léman. Marches autour d’une chambre ou d’un immeuble, courses éperdues, chevauchées, navigations, puis tous les moyens de locomotion moderne : les trains, les voitures, les avions.

Penser est un geste. On feuillette un volume. On passe à un autre. Une image sert de signal qui fait partir à la recherche d’une référence antique, américaine, scientifique... Après tant de révolutions, pérégrinations, explorations, enquêtes on se retrouve sur les rives de son théâtre ou de sa page, et l’on fait le geste scriptural avec ses doigts et tout son corps ou tous ses corps.

Publication en ligne : 14 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette