BRIBES EN LIGNE
(ma gorge est une       les et que dire de la grâce nous serons toujours ces préparation des ainsi alfred…       &agrav des quatre archanges que pour jacky coville guetteurs   ces sec erv vre ile maintenant il connaît le     de rigoles en pour m.b. quand je me heurte pour yves et pierre poher et comme un préliminaire la       l̵ pas de pluie pour venir je t’enfourche ma madame est toute faisant dialoguer dans l’innocence des temps de pierres dans la la deuxième édition du giovanni rubino dit guetter cette chose       soleil       le       l̵ et ma foi, au programme des actions il ne s’agit pas de du fond des cours et des dernier vers aoi passet li jurz, la noit est       bonheu  l’exposition  ….omme virginia par la       pav&ea       m&eacu macles et roulis photo c’est la chair pourtant 1 la confusion des       sur     vers le soir o tendresses ô mes       la madame est la reine des je ne sais pas si lorsque martine orsoni   (à martin miguel art et nice, le 18 novembre 2004 pour michèle gazier 1) la fonction, s’égarer on dans l’innocence des bien sûr, il y eut la galerie chave qui le proche et le lointain le coeur du jamais si entêtanteeurydice bien sûrla mesdames, messieurs, veuillez iv.- du livre d’artiste sauvage et fuyant comme     une abeille de f le feu s’est a propos d’une les petites fleurs des la vie est dans la vie. se pour mon épouse nicole       l̵ la terre a souvent tremblé    si tout au long l’homme est       reine a ma mère, femme parmi je t’enlace gargouille       tourne décembre 2001.       devant les plus terribles  pour le dernier jour "si elle est       marche       neige  les premières josué avait un rythme il avait accepté             m̵ rien n’est       sur le       le allons fouiller ce triangle dentelle : il avait on peut croire que martine pour angelo clers est li jurz et li outre la poursuite de la mise le lent tricotage du paysage “le pinceau glisse sur certains soirs, quand je       sur  “... parler une antoine simon 30 i mes doigts se sont ouverts pour jean-marie simon et sa ce jour là, je pouvais six de l’espace urbain, l’évidence station 4 : judas    voici donc la les dessins de martine orsoni je déambule et suis quand il voit s’ouvrir,       deux l’impossible   six formes de la station 7 : as-tu vu judas se       deux un verre de vin pour tacher  hier, 17   que signifie sors de mon territoire. fais premier essai c’est pour maguy giraud et dernier vers aoi la réserve des bribes       cette tu le saiset je le vois tout en travaillant sur les  il est des objets sur accorde ton désir à ta   mougins. décembre bientôt, aucune amarre mes pensées restent macles et roulis photo 3 eurydice toujours nue à dernier vers aoi   pour le prochain dix l’espace ouvert au le 15 mai, à histoire de signes .       la    seule au la danse de dernier vers aoi il s’appelait    en sept (forces cachées qui       montag  de la trajectoire de ce pas facile d’ajuster le c’est un peu comme si,  le "musée (dans mon ventre pousse une  au travers de toi je       dans recleimet deu mult j’écoute vos et si tu dois apprendre à     au couchant trois tentatives desesperees chercher une sorte de   saint paul trois « amis rollant, de la force du corps,       bien inoubliables, les pour daniel farioli poussant chaque automne les carcassonne, le 06   adagio   je le ciel de ce pays est tout     &nbs dernier vers aoi ki mult est las, il se dort pour andré les lettres ou les chiffres pour frédéric « voici madame, c’est notre     chant de un soir à paris au v.- les amicales aventures du   1) cette  le livre, avec nous lirons deux extraits de vedo la luna vedo le  tu ne renonceras pas. les routes de ce pays sont cet article est paru dans le i.- avaler l’art par en 1958 ben ouvre à la musique est le parfum de       midi nécrologie  marcel migozzi vient de quel étonnant les dernières torna a sorrento ulisse torna libre de lever la tête "moi, esclave" a je rêve aux gorges après la lecture de       enfant et ces       le apaches : ...et poème pour ce va et vient entre li emperere s’est le numéro exceptionnel de je serai toujours attentif à       six jusqu’à il y a le 26 août 1887, depuis       dans dernier vers aoi grande lune pourpre dont les antoine simon 16 laure et pétrarque comme dans le respect du cahier des « pouvez-vous samuelchapitre 16, versets 1 des voiles de longs cheveux  le grand brassage des 1254 : naissance de a claude b.   comme antoine simon 6 chairs à vif paumes on dit qu’agathe       d&eacu le plus insupportable chez le corps encaisse comme il       dans  il y a le exode, 16, 1-5 toute dieu faisait silence, mais antoine simon 28 ajout de fichiers sons dans       la carles respunt :   ciel !!!! antoine simon 5 0 false 21 18 madame, on ne la voit jamais j’ai longtemps bernard dejonghe... depuis l’appel tonitruant du neuf j’implore en vain travail de tissage, dans     les provisions       baie 1.- les rêves de au commencement était a la libération, les antoine simon 32 si j’avais de son d’un bout à et te voici humanité dernier vers doel i avrat, j’ai perdu mon livre grand format en trois       au f le feu est venu,ardeur des dernier vers aoi « 8° de démodocos... Ça a bien un il est le jongleur de lui nous savons tous, ici, que dernier vers aoi l’heure de la dans les carnets       p&eacu       la    au balcon       le  dernier salut au       les     hélas, à bernadette de profondes glaouis     " ce n’est pas aux choses dernier vers aoi avant dernier vers aoi patrick joquel vient de       l̵  dans le livre, le  tu vois im font chier   en grec, morías Être tout entier la flamme   ces notes       jonath nouvelles mises en al matin, quant primes pert raphaËl je crie la rue mue douleur       assis dernier vers aoi   il faut laisser venir madame tout est prêt en moi pour et que vous dire des       une "et bien, voilà..." dit coupé en deux quand raphaël heureuse ruine, pensait   entrons       dans  la toile couvre les de la granz fut li colps, li dux en       voyage de sorte que bientôt couleur qui ne masque pas pour philippe c’est pour moi le premier références : xavier toi, mésange à quand sur vos visages les je suis bien dans ses mains aussi étaient pour max charvolen 1) de prime abord, il vue à la villa tamaris       la thème principal :  pour jean le mais jamais on ne  les œuvres de       j̵ les textes mis en ligne pour michèle aueret lorsqu’on connaît une       o errer est notre lot, madame, pour qui veut se faire une le travail de bernard  jésus 1257 cleimet sa culpe, si aux barrières des octrois le glacis de la mort rm : nous sommes en c’est vrai la gaucherie à vivre,       le     le cygne sur chaises, tables, verres, antoine simon 23 "mais qui lit encore le rita est trois fois humble. frères et l’éclair me dure, macao grise je suis celle qui trompe ensevelie de silence, pour jean gautheronle cosmos j’ai changé le de proche en proche tous       aux etait-ce le souvenir granz est li calz, si se  née à   nous sommes  “ne pas   encore une       en un a supposer quece monde tienne mi viene in mentemi journée de attendre. mot terrible. ainsi fut pétrarque dans c’est seulement au lentement, josué cinquième citationne générations bribes en ligne a pour egidio fiorin des mots (la numérotation des toutes ces pages de nos descendre à pigalle, se       vu et je vois dans vos huit c’est encore à pour mes enfants laure et iloec endreit remeint li os macles et roulis photo 1  “s’ouvre       la       aujour suite du blasphème de       au la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > L’atelier du crocheteur > Débats sur l’art > Poitiers, Art contemporain et éducation artistique

Je n’hésiterai pas à le dire : la question posée ici me paraît être d’un enjeu considérable.

Pour reprendre une formule que nous employons depuis l’expérimention des années 93-97 sur l’éducation artistique et culturelle, l’objectif est d’alphabétiser culturellement ce pays.

Les relations entre une population et les objets et les démarches de l’art ont en effet la même importance que celle de la première alphabétisation, institutionnalisée en France dans la deuxième moitié du XIXème siècle.

Sans apprentissage de la lecture et de l’écriture, pas de possibilité de vivre dans la société qui se forme au XIXème siècle. Ce n’est pas seulement l’évolution des savoirs, des sciences et des techniques, de la vie quotidienne qui impose que toute la population disposent de l’outil de la lecture et de l’écriture, mais l’évolution des formes de la vie politique : sans l’écriture et la lecture, c’est l’exercice de ses droits et de ses devoirs qui se trouve limité dans les démocraties modernes. Savoir lire et écrire ce n’est pas seulement un objectif de la démocratie, c’en est une condition absolument nécessaire.

Aujourd’hui, alors que les conditions d’existence se sont encore complexifiées dans nos pays, les besoins en outillage sémiotique, symbolique, intellectuel, affectif, sensible, se sont développés. On ne parle plus, ou pratiquement plus, d’analphabétisme, mais on pose le problème de l’illettrisme. Un illettré, ce n’est pas un analphabète ; un illéttré dispose des outils du déchiffrement, mais il a plus ou moins de mal à faire du sens avec les objets qu’il déchiffre.

Que lui manque-t-il ? Il lui manque les outils de la mise en relation, en contexte, il lui manque la maîtrise des ensemble, une capacité à se représenter, à symboliser, à abstraire, à se sortir des graphème pour reconstruire le texte. Il lui manque la maîtrise des espaces symboliques et sensibles que travaille chacun des champs artistiques.

La phase actuelle de l’alphabétisation est bien là : il faut passer de l’appropriation de l’alphabet à celle des espaces symboliques.

Voilà l’enjeu de nos débats. Dans la réception des objets de l’art et de la culture, ce qui est posé ce n’est pas d’abord l’élargissement et la diversification des publics. Ce n’est pas non plus l’accès au luxe culturel pour le plus grand nombre. Ce qui est posé, c’est l’une des conditions nécessaires du développement des individus et de la structuration des groupes sociaux aussi bien pour mieux maîtriser sa vie privée que pour assurer la vie sociale, l’exercice de la démocratie.

Nous allons poser de diverses façon la question de la réception de l’art. Nous allons réflechir à la façon dont il est plus ou moins bien reçu, à la façon dont sont constitués et évoluent les publics, nous allons nous demander à quelles conditions nous pouvons élargir ces publics, améliorer la réception, nous allons nous demander comment former les publics de demain...

Mais n’oublions pas que cela ne se comptabilise pas en nombre de visiteurs de musées et d’espaces d’art ou de collectionneurs, cela se mesure en termes d’épanouissement des individus, de bien-être, et de développement de nos démocraties...

 

Pour travailler sur ces questions, ce matin, 3 moments...

 

Publication en ligne : 21 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette