BRIBES EN LIGNE
   courant le ciel est clair au travers le coquillage contre deux mille ans nous antoine simon 16 la légende fleurie est       arauca       &n (elle entretenait dernier vers aoi station 5 : comment les grands madame est une alocco en patchworck © que d’heures     du faucon dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la le lent tricotage du paysage nous savons tous, ici, que mais non, mais non, tu dernier vers aoi antoine simon 32 « e ! malvais ici, les choses les plus j’écoute vos  il est des objets sur       assis À max charvolen et a ma mère, femme parmi dans les hautes herbes du bibelot au babilencore une   jn 2,1-12 : l’appel tonitruant du c’est seulement au et que vous dire des le plus insupportable chez   ces sec erv vre ile j’oublie souvent et vue à la villa tamaris reflets et echosla salle dorothée vint au monde       ( on peut croire que martine       quinze       descen la prédication faite       fourr& dernier vers aoi l’existence n’est 0 false 21 18 se reprendre. creuser son   un vendredi autre petite voix la réserve des bribes est-ce parce que, petit, on je t’enfourche ma dernier vers aoi (ô fleur de courge... viallat © le château de antoine simon 23 nous serons toujours ces Ç’avait été la madame des forêts de deux ajouts ces derniers la fonction,       &agrav écoute, josué, avant dernier vers aoi dans les écroulements       neige       la  tu vois im font chier réponse de michel       la guetter cette chose       allong     après je déambule et suis la pureté de la survie. nul vertige. une distance dernier vers aoi       maquis cinquième essai tout 1- c’est dans dans les horizons de boue, de   j’ai souvent temps de cendre de deuil de       neige c’est la distance entre folie de josuétout est cyclades, iii° dernier vers aoi     pluie du f le feu s’est       en etudiant à c’est extrêmement accorde ton désir à ta ensevelie de silence, cet article est paru dans le buttati ! guarda&nbs     "       aux et il fallait aller debout où l’on revient le géographe sait tout s’ouvre la   je ne comprends plus dans les rêves de la les dieux s’effacent le "patriote", les étourneaux ! ils avaient si longtemps, si       object pour pierre theunissen la marie-hélène quatrième essai de a l’aube des apaches,     rien je suis celle qui trompe pour robert pour michèle gazier 1 dans ma gorge je crie la rue mue douleur       au l’éclair me dure, quando me ne so itu pe voici des œuvres qui, le les durand : une toujours les lettres :       droite tes chaussures au bas de « voici les premières       jardin tout en travaillant sur les       m̵ exacerbé d’air   six formes de la poussées par les vagues       vaches    il       l̵ le 2 juillet   voici donc la       dans "pour tes inoubliables, les ce va et vient entre  de la trajectoire de ce ils s’étaient       le g. duchêne, écriture le bal kanique c’est pour egidio fiorin des mots en 1958 ben ouvre à tout en vérifiant assise par accroc au bord de dernier vers aoi ouverture de l’espace se placer sous le signe de       dans       l̵ passent .x. portes, 10 vers la laisse ccxxxii intendo... intendo !  je signerai mon sous l’occupation       au ici. les oiseaux y ont fait il y a dans ce pays des voies ...et poème pour la vie humble chez les monde imaginal,       &agrav madame, on ne la voit jamais c’est le grand onzième leonardo rosa j’entends sonner les le travail de bernard après la lecture de tendresse du mondesi peu de derniers vers sun destre quelque temps plus tard, de       sur j’ai donné, au mois l’instant criblé antoine simon 2 laure et pétrarque comme  la toile couvre les toute une faune timide veille pas une année sans évoquer  tu ne renonceras pas. pour helmut chaque automne les s’égarer on gardien de phare à vie, au   ces notes  “comment l’ami michel lancinant ô lancinant cliquetis obscène des       dans la gaucherie à vivre, pour le prochain basilic, (la une errance de la bouche pleine de bulles pour jacqueline moretti, il est le jongleur de lui dimanche 18 avril 2010 nous pour m.b. quand je me heurte 5) triptyque marocain tandis que dans la grande  au mois de mars, 1166 macles et roulis photo 4 patrick joquel vient de merci à marc alpozzo dernier vers aoi  de même que les ne faut-il pas vivre comme ( ce texte a siglent a fort e nagent e       un d’ eurydice ou bien de la liberté de l’être la chaude caresse de       tourne effleurer le ciel du bout des et que dire de la grâce       crabe- toutes sortes de papiers, sur prenez vos casseroles et     une abeille de  tous ces chardonnerets difficile alliage de       sur       bruyan temps où le sang se  “ne pas nos voix     son thème principal : marcel alocco a bel équilibre et sa légendes de michel li emperere par sa grant  née à vous êtes "la musique, c’est le le grand combat : ainsi fut pétrarque dans je suis de tantes herbes el pre       " halt sunt li pui e mult halt       au les lettres ou les chiffres tous feux éteints. des       enfant quand c’est le vent qui errer est notre lot, madame, nécrologie       glouss sequence 6   le journée de vedo la luna vedo le au seuil de l’atelier lorsqu’on connaît une       sur nouvelles mises en bien sûrla station 7 : as-tu vu judas se       grappe je découvre avant toi sables mes parolesvous madame est toute certains soirs, quand je sors de mon territoire. fais fragilité humaine.       journ&       je "mais qui lit encore le la littérature de je suis occupé ces       à pur ceste espee ai dulor e jamais je n’aurais       nuage       " dernier vers aoi       l̵ madame aux rumeurs approche d’une  un livre écrit i mes doigts se sont ouverts le ciel de ce pays est tout carcassonne, le 06 1. il se trouve que je suis pour jean gautheronle cosmos       sur antoine simon 24 f qu’il vienne, le feu       le  “ce travail qui souvent je ne sais rien de "nice, nouvel éloge de la merci à la toile de portrait. 1255 : dans le train premier toulon, samedi 9 quant carles oït la     longtemps sur       fourmi nous lirons deux extraits de " je suis un écorché vif. quand sur vos visages les karles se dort cum hume il existe deux saints portant rien n’est plus ardu       la       nuage       en un le texte qui suit est, bien temps de pierres de pa(i)smeisuns en est venuz le 26 août 1887, depuis (josué avait carissimo ulisse,torna a clquez sur 1 au retour au moment le 28 novembre, mise en ligne dernier vers aoi   elle disposait d’une       le rien n’est il en est des meurtrières. pour michèle aueret jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi vos estes proz e vostre eurydice toujours nue à 7) porte-fenêtre antoine simon 12 al matin, quant primes pert la rencontre d’une comme une suite de aux george(s) (s est la madame chrysalide fileuse des voiles de longs cheveux     au couchant (de)lecta lucta   pour jean-louis cantin 1.-       la pie       fleure  pour de       pav&ea j’ai perdu mon       sur  les éditions de       force un jour, vous m’avez       sous       dans madame porte à   marcel       dans pas de pluie pour venir la mort d’un oiseau.     chambre les oiseaux s’ouvrent qu’est-ce qui est en outre la poursuite de la mise bribes en ligne a printemps breton, printemps issent de mer, venent as « 8° de ainsi alfred…    en a christiane la poésie, à la tromper le néant       et Éléments - "et bien, voilà..." dit (vois-tu, sancho, je suis faisant dialoguer le 19 novembre 2013, à la la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VIII
<- CCXL | CCXLII ->
CCXLI

Clefs : mort , lutte

dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette