BRIBES EN LIGNE
      le       pass&e       retour       les dernier vers aoi   recleimet deu mult       le cher bernard       &ccedi dernier vers aoi c’est une sorte de       ( saluer d’abord les plus       marche carmelo arden quin est une dernier vers aoi chairs à vif paumes bruno mendonça folie de josuétout est tout est prêt en moi pour     &nbs clers fut li jurz e li tout en travaillant sur les accorde ton désir à ta martin miguel art et    7 artistes et 1       reine la mort, l’ultime port,   ces sec erv vre ile le geste de l’ancienne, je serai toujours attentif à    de femme liseuse sequence 6   le les cuivres de la symphonie douce est la terre aux yeux j’oublie souvent et il n’était qu’un antoine simon 3 avec marc, nous avons antoine simon 16 dernier vers aoi       mouett    il dans le respect du cahier des pour angelo       monde imaginal, régine robin, station 1 : judas       avant moisissures mousses lichens       la chaises, tables, verres, je reviens sur des pour gilbert arbre épanoui au ciel de proche en proche tous tu le sais bien. luc ne il avait accepté siglent a fort e nagent e ses mains aussi étaient Éléments - toulon, samedi 9 il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi       dans nous avancions en bas de j’ai changé le dans le pays dont je vous allons fouiller ce triangle       au dans les rêves de la lu le choeur des femmes de dieu faisait silence, mais les avenues de ce pays       &n       deux très malheureux... able comme capable de donner  les premières  tu ne renonceras pas. chaque jour est un appel, une       bonhe jamais si entêtanteeurydice abu zayd me déplait. pas préparation des madame a des odeurs sauvages les grands je ne sais pas si madame des forêts de       l̵ je rêve aux gorges d’un bout à       enfant montagnesde  les œuvres de les petites fleurs des       le     chant de c’est la peur qui fait       baie  ce mois ci : sub   six formes de la de pa(i)smeisuns en est venuz a propos de quatre oeuvres de ma mémoire ne peut me  jésus "pour tes marché ou souk ou couleur qui ne masque pas dernier vers aoi la question du récit au commencement était on dit qu’agathe pour pierre theunissen la       " les dernières     faisant la       jonath autres litanies du saint nom pour lee dans ce pays ma mère   la baie des anges derniers vers sun destre de l’autre       chaque “dans le dessin deuxième essai merci à la toile de     au couchant merci à marc alpozzo       m̵ a toi le don des cris qui entr’els nen at ne pui rm : d’accord sur a claude b.   comme dernier vers aoi il y a tant de saints sur jamais je n’aurais franchement, pensait le chef,       jardin pour egidio fiorin des mots ce qui fascine chez si j’avais de son       va antoine simon 11       entre les oiseaux s’ouvrent pas sur coussin d’air mais antoine simon 29   anatomie du m et c’est le grand dernier vers aoi références : xavier temps où les coeurs chaque automne les       en un et si au premier jour il la mastication des les durand : une soudain un blanc fauche le   que signifie « 8° de mougins. décembre pour frédéric l’erbe del camp, ki noble folie de josué, le ciel de ce pays est tout   l’oeuvre vit son la prédication faite bribes en ligne a les routes de ce pays sont jusqu’à il y a 10 vers la laisse ccxxxii l’évidence 1254 : naissance de   je ne comprends plus       pour le nécessaire non f toutes mes sur la toile de renoir, les je ne saurais dire avec assez ma voix n’est plus que li quens oger cuardise       je me toutes ces pages de nos et que vous dire des sa langue se cabre devant le  un livre écrit madame est une torche. elle (la numérotation des 1 la confusion des dans les écroulements et…  dits de pour andré toi, mésange à aucun hasard si se iv.- du livre d’artiste pour vous deux, c’est joie et il y a des objets qui ont la des quatre archanges que quand il voit s’ouvrir, madame aux rumeurs antoine simon 23 la communication est  le grand brassage des en introduction à il en est des meurtrières. f le feu s’est   ciel !!!! pour alain borer le 26 "si elle est ce 28 février 2002. à cri et à       j̵ l’éclair me dure, a la femme au       alla antoine simon 14       la leonardo rosa seul dans la rue je ris la       tourne la pureté de la survie. nul la liberté s’imprime à la deuxième édition du normal 0 21 false fal avant dernier vers aoi les amants se       sur       l̵ cinq madame aux yeux "ces deux là se ce texte m’a été       &agrav etudiant à       p&eacu     une abeille de passent .x. portes, dessiner les choses banales j’ai perdu mon où l’on revient le corps encaisse comme il vous dites : "un clers est li jurz et li neuf j’implore en vain il arriva que sculpter l’air : errer est notre lot, madame,  “... parler une       " deuxième essai le       dans lentement, josué (elle entretenait je n’hésiterai ki mult est las, il se dort       la pie je crie la rue mue douleur       le    regardant tous feux éteints. des carles respunt :       devant cinquième citationne le 26 août 1887, depuis       ...mai dernier vers aoi libre de lever la tête pour andré in the country       une (josué avait certains soirs, quand je       toujours les lettres : pour m.b. quand je me heurte première grant est la plaigne e large cet article est paru dans le madame est une       la  je signerai mon à bernadette       force on préparait sous la pression des     cet arbre que (vois-tu, sancho, je suis je suis troisième essai et avez-vous vu i.- avaler l’art par     depuis il ne s’agit pas de la gaucherie à vivre,       pierre ciel tes chaussures au bas de       la il n’y a pas de plus       entre eurydice toujours nue à au matin du   voici donc la deux nouveauté, si tu es étudiant en tendresses ô mes envols       au tandis que dans la grande       coude passet li jurz, si turnet a       aux le géographe sait tout À perte de vue, la houle des     [1]  antoine simon 12 dans l’effilé de des quatre archanges que li emperere s’est un jour, vous m’avez station 3 encore il parle     pluie du       dans la vie est ce bruissement pour martine, coline et laure     hélas,   d’un coté, le bulletin de "bribes       au autre petite voix la tentation du survol, à       je il faut aller voir 0 false 21 18 et il fallait aller debout la vie humble chez les dernier vers aoi j’ai longtemps qu’est-ce qui est en         &n karles se dort cum hume rimbaud a donc f j’ai voulu me pencher li emperere par sa grant marcel alocco a ] heureux l’homme très saintes litanies deux mille ans nous c’est pour moi le premier pour martine       fourr& a supposer quece monde tienne       cerisi rita est trois fois humble. s’ouvre la 1 au retour au moment dernier vers aoi dernier vers aoi si elle est belle ? je la langue est intarissable 5) triptyque marocain (en regardant un dessin de dernier vers aoi générations  monde rassemblé laure et pétrarque comme me  l’écriture dernier vers aoi on cheval   nous sommes  il est des objets sur intendo... intendo !       le pour philippe l’homme est   je n’ai jamais je déambule et suis dernier vers aoi pour jacky coville guetteurs elle ose à peine       ce madame déchirée       au le texte qui suit est, bien ma chair n’est antoine simon 18 présentation du la vie est dans la vie. se dernier vers doel i avrat, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 6 | Capharnaüm, 8 ->
Capharnaüm, 7
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

nous avancions en bas de casse nous avancions dans les boyaux d’un monde suintant et transpirions ainsi beaucoup
dans les mailles des tricots de corps se tordaient les damnés de l’instant
tout en organisant son confort Hérode prenait les mots pour des fauteuils et les jambes révélées des femmes
les jambes arquées nous tiraient des larmes
les temps
S’étiraient et nous entrions dans Caphernaüm premier lieu de miracles

Station 3 : Judas et néon/néant
 
les trognes les nez les bouches           les bouches surtout        s’écrasaient sur nos haillons
les corps clamaient de                       tous leurs pores                réclamaient le lait initial
celui d’avant la poussière                  dans celle des pas            j’attendais

l’autoroute était embouteillée aucune voie possible ne pouvait nous sortir de l’emphysème
entrevu dans  la cacophonie ambiante le panneau Nice/péage abandonnait  au soir sa part solaire

Publication en ligne : 18 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette