BRIBES EN LIGNE
    dans la ruela j’écoute vos le recueil de textes à bernadette mais jamais on ne chaises, tables, verres, madame est une torche. elle       fourr& un jour nous avons arbre épanoui au ciel   six formes de la autres litanies du saint nom pas même quando me ne so itu pe glaciation entre (josué avait lentement       cette journée de       rampan chaque automne les dernier vers aoi huit c’est encore à zacinto dove giacque il mio       jonath af : j’entends béatrice machet vient de antoine simon 14 comment entrer dans une       je me       "   3   

les       sur       à j’ai travaillé   anatomie du m et      & madame, vous débusquez     les provisions là, c’est le sable et   pour adèle et je suis celle qui trompe     au couchant   maille 1 :que       entre références : xavier vous avez vertige. une distance       allong cher bernard       pourqu temps de pierres dans la je déambule et suis voudrais je vous avant dernier vers aoi     double bien sûrla antoine simon 12       deux       il ] heureux l’homme nous savons tous, ici, que       vaches       &agrav que d’heures   tout est toujours en antoine simon 25       reine coupé le sonà       le pour yves et pierre poher et       nuage autre petite voix pour       dans 5) triptyque marocain le franchissement des i mes doigts se sont ouverts tout le problème le proche et le lointain bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi bribes en ligne a       le  de même que les carissimo ulisse,torna a d’un bout à iloec endreit remeint li os  zones gardées de un verre de vin pour tacher il en est des noms comme du et que vous dire des     le cygne sur       dans la force du corps,  “s’ouvre ce texte m’a été madame déchirée dernier vers aoi si grant dol ai que ne    de femme liseuse       au       fourr& et la peur, présente le 15 mai, à ici, les choses les plus  la toile couvre les le lent tricotage du paysage les dernières très saintes litanies si j’étais un la terre a souvent tremblé À peine jetés dans le descendre à pigalle, se apaches : neuf j’implore en vain station 4 : judas        juin encore la couleur, mais cette     tout autour samuelchapitre 16, versets 1 percey priest lakesur les pas facile d’ajuster le nice, le 8 octobre deux nouveauté, pour helmut je reviens sur des nice, le 30 juin 2000 dernier vers aoi  hors du corps pas       ma  les premières un temps hors du ma voix n’est plus que   saint paul trois et combien vous êtes       au quel étonnant       les carissimo ulisse,torna a toute trace fait sens. que o tendresses ô mes pour raphaël mille fardeaux, mille antoine simon 3     pourquoi la pureté de la survie. nul       ...mai leonardo rosa agnus dei qui tollis peccata tout à fleur d’eaula danse je ne peins pas avec quoi, non, björg,     ton rien n’est plus ardu pour martine autre essai d’un nous avons affaire à de    regardant tendresses ô mes envols " je suis un écorché vif. 7) porte-fenêtre au lecteur voici le premier rêves de josué, quant carles oït la pour jacky coville guetteurs       &agrav mise en ligne d’un voici des œuvres qui, le les enseignants : à       six  pour jean le (À l’église       avant pas sur coussin d’air mais branches lianes ronces morz est rollant, deus en ad le 28 novembre, mise en ligne dans le pain brisé son    courant       sur     une abeille de       quand 1 la confusion des saluer d’abord les plus       é spectacle de josué dit j’ai relu daniel biga, la tentation du survol, à langues de plomba la Être tout entier la flamme il n’est pire enfer que titrer "claude viallat, la rencontre d’une aux barrières des octrois a ma mère, femme parmi cinquième citationne imagine que, dans la la vie est ce bruissement nous serons toujours ces attelage ii est une œuvre la liberté s’imprime à a la fin il ne resta que la poésie, à la dernier vers aoi beaucoup de merveilles       et tu       la  référencem mult ben i fierent franceis e sous l’occupation et encore  dits "mais qui lit encore le l’une des dernières il en est des meurtrières.   né le 7 li emperere par sa grant ce 28 février 2002. j’ai changé le un jour, vous m’avez s’ouvre la il aurait voulu être laure et pétrarque comme "le renard connaît       qui       cerisi "et bien, voilà..." dit  dernières mises de l’autre ...et poème pour       au lancinant ô lancinant c’est une sorte de f le feu m’a à la mémoire de franchement, pensait le chef, immense est le théâtre et pour daniel farioli poussant antoine simon 19 le lourd travail des meules   ciel !!!!       grimpa face aux bronzes de miodrag temps de bitume en fusion sur tout mon petit univers en le géographe sait tout       descen “dans le dessin mon travail est une grant est la plaigne e large jamais je n’aurais       dans il faut aller voir     hélas, tendresse du mondesi peu de l’homme est l’heure de la difficile alliage de macles et roulis photo 6       une     un mois sans rita est trois fois humble. torna a sorrento ulisse torna f les marques de la mort sur violette cachéeton napolì napolì tandis que dans la grande   le 10 décembre       &ccedi à cri et à       la l’évidence dans le pays dont je vous la prédication faite       sabots       apr&eg  les œuvres de sixième       o carcassonne, le 06 à la bonne on peut croire que martine       le c’est la chair pourtant juste un mot pour annoncer       neige       alla       neige fin première  dans toutes les rues premier vers aoi dernier mult est vassal carles de dorothée vint au monde       soleil       une  ce mois ci : sub et te voici humanité       la       au pourquoi yves klein a-t-il f le feu est venu,ardeur des m1           depuis martin miguel art et a supposer quece monde tienne sainte marie,       au  epître aux dernier vers aoi       pass&e trois (mon souffle au matin pour mon épouse nicole       la       bonhe de tantes herbes el pre sur la toile de renoir, les       en un       que poussées par les vagues dans le respect du cahier des       jardin       dans "ah ! mon doux pays, dernier vers aoi       assis tout est possible pour qui seul dans la rue je ris la madame est la reine des       la et…  dits de quand c’est le vent qui       droite     nous moi cocon moi momie fuseau 1254 : naissance de       la   la baie des anges dernier vers aoi       il je me souviens de equitable un besoin sonnerait temps de cendre de deuil de frères et un homme dans la rue se prend la chaude caresse de de la tu le sais bien. luc ne    nous sequence 6   le exode, 16, 1-5 toute 1. il se trouve que je suis lentement, josué comme ce mur blanc chairs à vif paumes c’est vrai les routes de ce pays sont antoine simon 15 madame chrysalide fileuse     &nbs marie-hélène rimbaud a donc dernier vers aoi       sur avec marc, nous avons       marche deuxième apparition       bonheu ils s’étaient les plus vieilles       " comme une suite de traquer  le livre, avec attention beau noble folie de josué, dessiner les choses banales cet univers sans  un livre écrit onzième les cuivres de la symphonie jouer sur tous les tableaux mougins. décembre il n’y a pas de plus un tunnel sans fin et, à de soie les draps, de soie    7 artistes et 1 suite du blasphème de et si tu dois apprendre à       la pie       je me livre grand format en trois       sur a la libération, les vous n’avez antoine simon 7 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VII

dernier vers

AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte