BRIBES EN LIGNE
pluies et bruines,  “ne pas dernier vers aoi mult est vassal carles de dernier vers aoi   (à  dernier salut au branches lianes ronces les textes mis en ligne un jour, vous m’avez ce qui importe pour tout est prêt en moi pour la langue est intarissable  si, du nouveau antoine simon 22 antoine simon 9 la liberté s’imprime à       dans avant propos la peinture est issent de mer, venent as       b&acir je t’enlace gargouille nécrologie   encore une traquer la chaude caresse de       je me       l̵ dernier vers aoi je sais, un monde se l’art c’est la       soleil deuxième essai le   ciel !!!! je suis occupé ces il existe au moins deux au matin du pour jean-marie simon et sa f les marques de la mort sur       voyage     surgi fin première quelques textes deux nouveauté, rare moment de bonheur, dernier vers aoi "mais qui lit encore le       six pour jean-louis cantin 1.-  dernières mises coupé le sonà   d’un coté, le lent déferlement       &n edmond, sa grande able comme capable de donner       embarq  le livre, avec station 5 : comment       reine (en regardant un dessin de allons fouiller ce triangle pour max charvolen 1) depuis ce jour, le site     faisant la les oiseaux s’ouvrent a toi le don des cris qui       le le grand combat : rm : nous sommes en vedo la luna vedo le pour nicolas lavarenne ma la deuxième édition du   tout est toujours en  hors du corps pas très malheureux... langues de plomba la pierre ciel       " et ces       m̵ la tentation du survol, à sept (forces cachées qui pour jacqueline moretti, de la       maquis et que dire de la grâce quand sur vos visages les c’est la distance entre   je ne comprends plus       vu   six formes de la  dans le livre, le grant est la plaigne e large un temps hors du décembre 2001. dernier vers aoi il aurait voulu être    de femme liseuse douce est la terre aux yeux j’écoute vos madame est toute d’un côté macles et roulis photo 7 antoine simon 30 sa langue se cabre devant le le 15 mai, à la force du corps, le 28 novembre, mise en ligne 10 vers la laisse ccxxxii pour philippe       un sur l’erbe verte si est  les éditions de       la pie sables mes parolesvous de prime abord, il   adagio   je une autre approche de suite de ils s’étaient antoine simon 15       dans autre citation ce       chaque dernier vers aoi rien n’est je serai toujours attentif à le lourd travail des meules le ciel est clair au travers       apr&eg ce poème est tiré du sequence 6   le       ( l’ami michel et que vous dire des marcel alocco a pour michèle gazier 1 folie de josuétout est s’égarer on madame est la reine des accorde ton désir à ta (josué avait lentement (elle entretenait la danse de    courant tous feux éteints. des       sur ouverture de l’espace juste un mot pour annoncer dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a     &nbs       s̵ voile de nuità la est-ce parce que, petit, on       & les premières voudrais je vous antoine simon 24 carles respunt : j’ai travaillé nice, le 18 novembre 2004 madame a des odeurs sauvages les plus vieilles  le grand brassage des temps où le sang se    au balcon ils sortent    tu sais il n’y a pas de plus       apr&eg  le "musée max charvolen, martin miguel       dans 5) triptyque marocain       object bel équilibre et sa passet li jurz, la noit est       le antoine simon 17 la vie est ce bruissement recleimet deu mult pour martine, coline et laure  tu ne renonceras pas. antoine simon 21 ce 28 février 2002.       dans   pour olivier quel ennui, mortel pour je ne saurais dire avec assez dernier vers aoi j’ai relu daniel biga, granz est li calz, si se seins isabelle boizard 2005 en 1958 ben ouvre à nice, le 30 juin 2000 antoine simon 10 la fraîcheur et la epuisement de la salle, il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi dernier vers aoi les avenues de ce pays pour julius baltazar 1 le À perte de vue, la houle des       la le galop du poème me polenta quatrième essai de voici des œuvres qui, le       bien une errance de clers est li jurz et li samuelchapitre 16, versets 1 autre essai d’un       je      & jouer sur tous les tableaux     oued coulant pour egidio fiorin des mots ce jour-là il lui en ceste tere ad estet ja ce qui fascine chez     l’é elle réalise des encore une citation“tu       droite       grappe station 7 : as-tu vu judas se fragilité humaine. tout en vérifiant  improbable visage pendu noble folie de josué, si, il y a longtemps, les mise en ligne pure forme, belle muette,       su f le feu s’est       le       une   du bibelot au babilencore une pas sur coussin d’air mais dont les secrets… à quoi un soir à paris au envoi du bulletin de bribes   le 10 décembre le glacis de la mort  la lancinante marie-hélène       je alocco en patchworck © régine robin,  au mois de mars, 1166 petites proses sur terre  les trois ensembles et  riche de mes     les provisions travail de tissage, dans autres litanies du saint nom pour le prochain basilic, (la c’est ici, me       sur pour michèle       aux toulon, samedi 9 passent .x. portes, préparation des tu le sais bien. luc ne pour marcel constellations et antoine simon 27 attelage ii est une œuvre       midi mais non, mais non, tu     rien       l̵       la       st de pareïs li seit la 0 false 21 18 mon travail est une tout mon petit univers en difficile alliage de "moi, esclave" a ce va et vient entre derniers vers sun destre ma chair n’est ici. les oiseaux y ont fait       le tendresse du mondesi peu de  la toile couvre les peinture de rimes. le texte et si tu dois apprendre à       la dernier vers aoi trois (mon souffle au matin les dessins de martine orsoni dernier vers aoi antoine simon 19 je déambule et suis le bulletin de "bribes a propos d’une on croit souvent que le but le 26 août 1887, depuis écoute, josué, les étourneaux ! f les rêves de     pourquoi on préparait inoubliables, les vertige. une distance chairs à vif paumes   se  “s’ouvre antoine simon 29 ce qui fait tableau : ce antoine simon 23 (ô fleur de courge... de toutes les tout le problème le 19 novembre 2013, à la       assis on trouvera la video pas une année sans évoquer des voiles de longs cheveux descendre à pigalle, se af : j’entends       bonheu le texte qui suit est, bien  hier, 17 bien sûrla   (dans le     quand macles et roulis photo 3       entre   un vendredi   marcel   jn 2,1-12 : quelque temps plus tard, de       ruelle et…  dits de ( ce texte a pour raphaël 7) porte-fenêtre  ce qui importe pour pour yves et pierre poher et abu zayd me déplait. pas       un maintenant il connaît le dire que le livre est une     chambre bribes en ligne a introibo ad altare antoine simon 12 ço dist li reis : il arriva que       voyage pas même générations errer est notre lot, madame,       au ce pays que je dis est "pour tes le samedi 26 mars, à 15 avez-vous vu   on n’est ce jour là, je pouvais comme une suite de temps de cendre de deuil de    nous premier essai c’est pourquoi yves klein a-t-il il souffle sur les collines chaque jour est un appel, une     chant de juste un pour ma jamais je n’aurais je suis « voici     une abeille de attendre. mot terrible. carissimo ulisse,torna a c’est seulement au etudiant à au lecteur voici le premier i.- avaler l’art par entr’els nen at ne pui le scribe ne retient dernier vers aoi       longte madame, vous débusquez la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...
<- A l’étal | Les creux de l’ombre ->
A propos d’Edmond Vernassa
Artiste(s) : Vernassa

Pour M.B.

Quand je me heurte à la dureté des choses de ce monde, je ne cherche plus qu’à fixer l’instant où, stupéfait encore du choc, je m’émerveille de la richesse de ce qui, en moi et autour de moi, se transforme, sans que j’en sente encore toute la douleur (je sais pourtant qu’inévitablement elle me submergera.)
Quand je me heurte à la dureté froide des choses de ce monde, je n’en retiens d’abord que la pure forme et la soudaineté dans un mémorial urgent qui doit sa transparence au quartz, au cristal, à la glace pour que ne demeure que l’éclat lumineux de l’impact et, quand la lumière se tord, ses différentes vibrations comme d’une eau troublée par la caresse de l’air ou la fuite furtive des vies qu’elle abrite.

Quand je me heurte à l’inévitable dureté des choses, retenant mon souffle, j’inscris dans l’air avec de l’air les déchirures du monde et mes déchirements.

Publication en ligne : 21 juillet 2008
Première publication : octobre 1990 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette