BRIBES EN LIGNE
    &nbs pour robert pour philippe dire que le livre est une       é sculpter l’air : petit matin frais. je te       apparu à bernadette pure forme, belle muette, la chaude caresse de premier vers aoi dernier       &agrav     double mais jamais on ne       mouett la danse de j’ai changé le       qui l’heure de la attendre. mot terrible. ils sortent les enseignants : pour julius baltazar 1 le     nous printemps breton, printemps me (elle entretenait antoine simon 5 f toutes mes écoute, josué,       sur       va là, c’est le sable et ce va et vient entre approche d’une troisième essai journée de dernier vers aoi  ce qui importe pour rêve, cauchemar,     cet arbre que dix l’espace ouvert au       que toute une faune timide veille je serai toujours attentif à et combien seins isabelle boizard 2005 depuis ce jour, le site vous n’avez quai des chargeurs de coupé le sonà je meurs de soif iv.- du livre d’artiste nice, le 30 juin 2000       "   six formes de la       je me le coquillage contre raphaël temps de pierres dans la la légende fleurie est       le « h&eacu il était question non a grant dulur tendrai puis le temps passe dans la vertige. une distance f le feu s’est allons fouiller ce triangle nu(e), comme son nom       juin glaciation entre       vu mult ben i fierent franceis e       " quelques autres marcel alocco a pour martine et que dire de la grâce antoine simon 10  dans toutes les rues pour andré la route de la soie, à pied, quatre si la mer s’est madame aux rumeurs le franchissement des antoine simon 3 ce qui aide à pénétrer le macles et roulis photo 7 si j’avais de son dernier vers aoi     dans la ruela les avenues de ce pays marie-hélène la musique est le parfum de on cheval     pourquoi       &agrav quand les mots  référencem pour jean-marie simon et sa josué avait un rythme "le renard connaît alocco en patchworck © et ma foi, 1.- les rêves de c’est une sorte de la cité de la musique quand nous rejoignons, en   que signifie ici. les oiseaux y ont fait       enfant antoine simon 33 la rencontre d’une mouans sartoux. traverse de   pour le prochain c’est parfois un pays       ma (dans mon ventre pousse une à suite du blasphème de "et bien, voilà..." dit mais non, mais non, tu  martin miguel vient pour martin antoine simon 23  l’exposition        sur nous dirons donc       longte pour ma     &nbs je découvre avant toi cinq madame aux yeux     le l’impression la plus beaucoup de merveilles vos estes proz e vostre antoine simon 16       bruyan       le il ne reste plus que le       fourr&       fleur je ne saurais dire avec assez j’arrivais dans les l’une des dernières frères et  la lancinante ce n’est pas aux choses     pluie du si j’étais un sur l’erbe verte si est mi viene in mentemi des quatre archanges que diaphane est le mot (ou pas même il existe au moins deux je crie la rue mue douleur sept (forces cachées qui       dans pour anne slacik ecrire est marché ou souk ou fragilité humaine. très saintes litanies les routes de ce pays sont que reste-t-il de la pour jacqueline moretti, "nice, nouvel éloge de la  “ne pas 1 au retour au moment ce jour-là il lui       retour après la lecture de       pourqu       au à cri et à       sur sa langue se cabre devant le   ciel !!!!       il       gentil il pleut. j’ai vu la un temps hors du antoine simon 22 en introduction à percey priest lakesur les       un “dans le dessin     sur la pente antoine simon 18 dans ma gorge arbre épanoui au ciel des voix percent, racontent       dans sables mes parolesvous quel étonnant la langue est intarissable chaque jour est un appel, une madame chrysalide fileuse a la femme au jamais si entêtanteeurydice station 3 encore il parle   entrons nous savons tous, ici, que       (  pour le dernier jour       en       le les petites fleurs des seul dans la rue je ris la       la    tu sais  pour jean le rien n’est non, björg, de la dans le pays dont je vous       banlie il s’appelait in the country pour daniel farioli poussant la communication est       pass&e pour mireille et philippe       d&eacu maintenant il connaît le     après       o le texte qui suit est, bien  née à  il est des objets sur l’art n’existe   si vous souhaitez recleimet deu mult deuxième apparition de equitable un besoin sonnerait inoubliables, les antoine simon 31 sors de mon territoire. fais pas une année sans évoquer pour andré       &eacut       j’ai donné, au mois je suis bien dans deuxième essai paien sunt morz, alquant     ton je m’étonne toujours de la voile de nuità la passet li jurz, la noit est quatrième essai de       jonath       grimpa le passé n’est le corps encaisse comme il ma chair n’est   est-ce que       je       l̵ au rayon des surgelés   marcel       aux    nous les plus terribles "je me tais. pour taire.       les       sur le il y a tant de saints sur       &n religion de josué il la force du corps,     faisant la certains soirs, quand je la terre a souvent tremblé       ...mai deux nouveauté, une errance de un soir à paris au chairs à vif paumes deux ajouts ces derniers paysage de ta tombe  et pour michèle gazier 1       embarq       aujour pour yves et pierre poher et       maquis       coude bientôt, aucune amarre le "patriote", s’ouvre la antoine simon 25       devant il n’était qu’un       pass&e  la toile couvre les …presque vingt ans plus station 7 : as-tu vu judas se  monde rassemblé dernier vers aoi ce attendre. mot terrible. « pouvez-vous ço dist li reis : (vois-tu, sancho, je suis patrick joquel vient de     m2 &nbs vous deux, c’est joie et d’un bout à preambule – ut pictura       journ& dernier vers aoi c’est un peu comme si,       reine et tout avait antoine simon 11       la pie ne pas négocier ne la pureté de la survie. nul les premières       dans       grappe       bien epuisement de la salle, tous ces charlatans qui       parfoi ajout de fichiers sons dans est-ce parce que, petit, on s’égarer on neuf j’implore en vain       le les dessins de martine orsoni toutes ces pages de nos apaches : le travail de bernard rêves de josué, j’ai relu daniel biga, f les rêves de effleurer le ciel du bout des dans ce périlleux dans les écroulements mon travail est une   un vendredi folie de josuétout est 1. il se trouve que je suis polenta c’est la peur qui fait dernier vers aoi j’ai ajouté je dors d’un sommeil de la question du récit "mais qui lit encore le       sur jamais je n’aurais       au trois tentatives desesperees deuxième dernier vers aoi       le tandis que dans la grande les cuivres de la symphonie les doigts d’ombre de neige       la ses mains aussi étaient douze (se fait terre se branches lianes ronces pour qui veut se faire une  marcel migozzi vient de tous feux éteints. des raphaël les installations souvent,       la mise en ligne       dans antoine simon 32       sur pierre ciel et ces assise par accroc au bord de pour jacky coville guetteurs de proche en proche tous     au couchant       neige un tunnel sans fin et, à tu le sais bien. luc ne sainte marie, rm : nous sommes en    si tout au long l’attente, le fruit six de l’espace urbain, les étourneaux !       je ( ce texte a la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- III | V ->
IV
Artiste(s) : Laurent (site)

Dans ce pays ma mère l’ombre il se fait une grande fête
pleine de chants et de danses lentes
tu es partie
on croirait parfois que l’air ne laissant à nos abords que ton cénotaphe jalousement
conserve en ses replis secrets
tes yeux infimes de jeune morte
les mélodies les plus brèves absorbant tous les ciels
et des mouvements suspendus provoquent
le ruissellement des iris et des lunes
amante naïve de la dionée.

JPEG - 45.2 ko
Dans ce pays ma mère l’ombre...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette