BRIBES EN LIGNE
(de)lecta lucta   vedo la luna vedo le les routes de ce pays sont ce       une il faut aller voir dernier vers aoi pour andré je ne saurais dire avec assez ki mult est las, il se dort     cet arbre que les cuivres de la symphonie f les marques de la mort sur normal 0 21 false fal outre la poursuite de la mise ( ce texte a pierre ciel       dans vertige. une distance le 15 mai, à       sur le de profondes glaouis       droite   adagio   je       la le vieux qui       journ&     l’é fontelucco, 6 juillet 2000 branches lianes ronces derniers « pouvez-vous macles et roulis photo 6       deux     les fleurs du       je dernier vers aoi     oued coulant   entrons dans ce pays ma mère les amants se josué avait un rythme pour michèle       je me cliquetis obscène des carles respunt : huit c’est encore à il n’y a pas de plus sur l’erbe verte si est de tantes herbes el pre recleimet deu mult mais non, mais non, tu antoine simon 18 antoine simon 21   je n’ai jamais il existe deux saints portant       arauca       la et…  dits de 0 false 21 18   on n’est l’une des dernières le coeur du d’ eurydice ou bien de il est le jongleur de lui des quatre archanges que du bibelot au babilencore une       sur le soleil n’est pas pour jean-marie simon et sa bientôt, aucune amarre  le livre, avec toulon, samedi 9 f le feu est venu,ardeur des madame dans l’ombre des rita est trois fois humble.       soleil traquer       il       " antoine simon 31 pas une année sans évoquer le texte qui suit est, bien le 26 août 1887, depuis pour frédéric dernier vers aoi       bien pour mon épouse nicole l’heure de la   pour olivier       le    courant       embarq autre citation "moi, esclave" a station 3 encore il parle la chaude caresse de À l’occasion de il faut laisser venir madame le "patriote",       vaches premier vers aoi dernier     pourquoi       neige li emperere s’est rossignolet tu la et  riche de mes attendre. mot terrible. (josué avait       le    seule au macao grise clers fut li jurz e li  l’écriture j’ai donné, au mois       sur r.m.a toi le don des cris qui pas de pluie pour venir j’entends sonner les   encore une l’illusion d’une       " hans freibach : ma mémoire ne peut me       la l’attente, le fruit  l’exposition  pluies et bruines, l’impossible ce jour-là il lui pour gilbert       o souvent je ne sais rien de       aux on trouvera la video la brume. nuages morz est rollant, deus en ad le lourd travail des meules un besoin de couper comme de marcel alocco a pour m.b. quand je me heurte       montag pour jacky coville guetteurs       j̵ dernier vers aoi             bruyan pour nicolas lavarenne ma les textes mis en ligne sixième il arriva que gardien de phare à vie, au deuxième approche de (À l’église une il faut dire les       pass&e a supposer quece monde tienne  dans toutes les rues ce texte se présente pour max charvolen 1)     ton madame, c’est notre pur ceste espee ai dulor e chairs à vif paumes un temps hors du       dans       cette       au   1) cette il avait accepté dans un coin de nice, libre de lever la tête       chaque a toi le don des cris qui ma voix n’est plus que   ces sec erv vre ile quant carles oït la six de l’espace urbain,       fourr& macles et roulis photo 3 les plus vieilles on cheval pour philippe dans les horizons de boue, de ensevelie de silence, madame chrysalide fileuse trois tentatives desesperees j’ai ajouté « e ! malvais c’est vrai  pour le dernier jour vos estes proz e vostre à sylvie il n’est pire enfer que  monde rassemblé 7) porte-fenêtre la lecture de sainte chaises, tables, verres, et que vous dire des f dans le sourd chatoiement  “ne pas bien sûrla livre grand format en trois journée de merci à la toile de quatre si la mer s’est madame est une d’un bout à antoine simon 11 toutefois je m’estimais       &eacut "l’art est-il tout le problème pour angelo une fois entré dans la il ne sait rien qui ne va     surgi il semble possible antoine simon 19 il était question non     une abeille de cinquième essai tout laure et pétrarque comme pour mes enfants laure et alocco en patchworck © une errance de       m̵ depuis ce jour, le site madame des forêts de des voix percent, racontent c’est seulement au sur la toile de renoir, les un soir à paris au   anatomie du m et 1257 cleimet sa culpe, si  jésus       &agrav antoine simon 24       au i mes doigts se sont ouverts       sabots diaphane est le suite du blasphème de quand nous rejoignons, en     quand il aurait voulu être références : xavier       object       sur    regardant quand vous serez tout printemps breton, printemps (ma gorge est une       bonhe tes chaussures au bas de antoine simon 20 sous l’occupation toutes ces pages de nos au seuil de l’atelier "je me tais. pour taire.  au mois de mars, 1166     après je serai toujours attentif à f toutes mes       l̵       un abstraction voir figuration le tissu d’acier et il parlait ainsi dans la madame est la reine des approche d’une pour le prochain basilic, (la able comme capable de donner     double   3   

les f le feu s’est le grand combat : pour maguy giraud et       le max charvolen, martin miguel       l̵       baie nos voix je ne sais pas si  c’était dernier vers aoi suite de dernier vers aoi quelques autres (ô fleur de courge... il s’appelait madame porte à entr’els nen at ne pui sors de mon territoire. fais et c’était dans de toutes les       et tu dernier vers aoi comme un préliminaire la générations antoine simon 17 troisième essai et avant propos la peinture est dernier vers aoi merle noir  pour glaciation entre preambule – ut pictura essai de nécrologie, (la numérotation des ce va et vient entre 0 false 21 18 peinture de rimes. le texte f j’ai voulu me pencher   nous sommes à la mémoire de faisant dialoguer accoucher baragouiner « 8° de antoine simon 16 coupé le sonà       au       je grant est la plaigne e large dessiner les choses banales lentement, josué samuelchapitre 16, versets 1 à giovanni rubino dit       qui elle ose à peine iloec endreit remeint li os attention beau       le dimanche 18 avril 2010 nous juste un dernier vers aoi   ainsi fut pétrarque dans un trait gris sur la       une       aujour ne pas négocier ne  je signerai mon j’ai relu daniel biga, j’aime chez pierre à bernadette ce monde est semé et la peur, présente bernadette griot vient de les dernières lancinant ô lancinant temps où les coeurs 1- c’est dans et combien       sur le dernier vers aoi seins isabelle boizard 2005 charogne sur le seuilce qui 1) la plupart de ces non... non... je vous assure, tendresse du mondesi peu de etudiant à raphaËl a propos d’une un titre : il infuse sa s’ouvre la       "   né le 7       je me et te voici humanité le 23 février 1988, il heureuse ruine, pensait la mort d’un oiseau. dans le pain brisé son raphaël antoine simon 12 l’impression la plus j’ai changé le écrirecomme on se a la libération, les vous avez il n’était qu’un  le "musée toute une faune timide veille envoi du bulletin de bribes "mais qui lit encore le l’erbe del camp, ki  un livre écrit     dans la ruela tout en vérifiant c’est le grand       glouss ] heureux l’homme antoine simon 13 la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Miodrag Tasic
<- Oeuvres |
Seuils
Artiste(s) : Tasic (site)

Au seuil de l’atelier bouffées de choses fades dans la bouche le soleil de mai pousse dans le dos la poussière illuminée danse sous mes pas dans la pièce

Au seuil de l’atelier dans la chaleur tremblante du bec buntzen les vieux monstres de bronze me rejettent

Au seuil de l’atelier le mouvement figé dans les cires refroidies m’ignore

Au seuil de l’atelier ma présence est ignorée superbe regards distants (vides ?) de très anciennes divinités de bronze à l’image de mes viscères mises à nu et débordantes

Au seuil de l’atelier l’indifférence froide des vieux égoïsmes

Au seuil de l’atelier regards de statues rentrés en dedans

La lumière s’étire et a peine à se poser sur ces chairs d’artifice

Amertumes qui remontent le long de la gorge elles brûlent au coeur du triangle que font le nombril et les mamelons au tréfond de soi

Publication en ligne : 5 janvier 2009
Première publication : 1997 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette