BRIBES EN LIGNE
      tourne pour jacqueline moretti, passent .x. portes,   (dans le bel équilibre et sa ( ce texte a quelque chose       le   la production dernier vers aoi quatre si la mer s’est   pour le prochain dernier vers aoi l’évidence neuf j’implore en vain macles et roulis photo 1 zacinto dove giacque il mio assise par accroc au bord de pour jacky coville guetteurs       (       en À max charvolen et martin       &agrav j’arrivais dans les       le       fourr&       banlie faisant dialoguer   encore une       le au rayon des surgelés comme une suite de exacerbé d’air le temps passe si vite,       dans madame porte à toutes ces pages de nos antoine simon 26 pour le prochain basilic, (la     dans la ruela       pour sous l’occupation station 7 : as-tu vu judas se       l̵       pourqu d’un côté ce qui aide à pénétrer le       pav&ea un jour nous avons       en se reprendre. creuser son macles et roulis photo 6 carissimo ulisse,torna a si elle est belle ? je       ruelle dernier vers aoi abstraction voir figuration       fourr&       avant envoi du bulletin de bribes chairs à vif paumes       je quand sur vos visages les ma voix n’est plus que j’ai en réserve je t’enfourche ma vertige. une distance et combien     le       st       sous       juin nous dirons donc sous la pression des nous savons tous, ici, que   est-ce que quatrième essai rares ….omme virginia par la antoine simon 18 paysage de ta tombe  et les petites fleurs des dans le patriote du 16 mars le numéro exceptionnel de dans la caverne primordiale       le pour martine, coline et laure ] heureux l’homme avant propos la peinture est  les œuvres de pour qui veut se faire une rita est trois fois humble. antoine simon 17 1-nous sommes dehors. agnus dei qui tollis peccata “le pinceau glisse sur carcassonne, le 06 le 26 août 1887, depuis quand les eaux et les terres dans les horizons de boue, de   pour olivier juste un       l̵       &agrav en 1958 ben ouvre à toulon, samedi 9 au matin du antoine simon 22 il est le jongleur de lui       aujour madame a des odeurs sauvages deuxième apparition de dans le pain brisé son       sur le titrer "claude viallat, vedo la luna vedo le attelage ii est une œuvre antoine simon 14 pour ma ouverture de l’espace c’est la distance entre antoine simon 13   je n’ai jamais       jonath pour jean-marie simon et sa « e ! malvais  on peut passer une vie  de la trajectoire de ce soudain un blanc fauche le là, c’est le sable et aucun hasard si se la liberté s’imprime à antoine simon 27 monde imaginal,       ce elle réalise des on peut croire que martine       je me       et tu c’est seulement au sainte marie, j’ai perdu mon       pass&e     quand rossignolet tu la dernier vers aoi       &ccedi sables mes parolesvous aux george(s) (s est la 1) notre-dame au mur violet  marcel migozzi vient de       la merle noir  pour viallat © le château de À perte de vue, la houle des et je vois dans vos coupé en deux quand (À l’église     les provisions grande lune pourpre dont les mi viene in mentemi leonardo rosa       il la liberté de l’être pour jean marie la mort d’un oiseau.       et ces antoine simon 31 la deuxième édition du et nous n’avons rien  martin miguel vient temps où les coeurs au labyrinthe des pleursils ainsi fut pétrarque dans antoine simon 24 antoine simon 11 al matin, quant primes pert       au la force du corps, bribes en ligne a c’est vrai  tu ne renonceras pas. au commencement était grant est la plaigne e large       gentil et si tu dois apprendre à       apr&eg       sur c’est un peu comme si,   un vendredi nouvelles mises en sequence 6   le a propos de quatre oeuvres de normalement, la rubrique ce qui importe pour en ceste tere ad estet ja clers fut li jurz e li a ma mère, femme parmi etait-ce le souvenir la mastication des       allong       sur le       au     tout autour temps de bitume en fusion sur "moi, esclave" a générations à la bonne trois (mon souffle au matin    nous dernier vers aoi josué avait un rythme pour anne slacik ecrire est lentement, josué       rampan et la peur, présente certains prétendent j’ai travaillé   marcel dix l’espace ouvert au fontelucco, 6 juillet 2000 karles se dort cum hume pour egidio fiorin des mots c’est une sorte de ce jour-là il lui le galop du poème me       va nu(e), comme son nom       la   ces notes ecrire sur je suis occupé ces pour helmut       fourmi   au milieu de   on n’est “dans le dessin rien n’est pour gilbert macles et roulis photo 3     l’é pas facile d’ajuster le les premières les enseignants : polenta   (à  les trois ensembles station 5 : comment le lent tricotage du paysage "l’art est-il    regardant dimanche 18 avril 2010 nous avec marc, nous avons       d&eacu       au       &agrav    si tout au long nos voix preambule – ut pictura able comme capable de donner   anatomie du m et il s’appelait comme un préliminaire la pour max charvolen 1) je m’étonne toujours de la tous feux éteints. des très saintes litanies un temps hors du     son   la baie des anges macles et roulis photo 4 avez-vous vu     pourquoi dernier vers aoi vous avez j’aime chez pierre petit matin frais. je te antoine simon 25       journ& mesdames, messieurs, veuillez ils avaient si longtemps, si n’ayant pas antoine simon 19       o intendo... intendo ! peinture de rimes. le texte pour m.b. quand je me heurte religion de josué il ce qu’un paysage peut ce texte m’a été  le grand brassage des rare moment de bonheur,  epître aux       qui la langue est intarissable il y a dans ce pays des voies le 23 février 1988, il dans les écroulements à propos des grands       entre     du faucon dont les secrets… à quoi sa langue se cabre devant le je serai toujours attentif à marcel alocco a pour frédéric   saint paul trois       &eacut  “ce travail qui mille fardeaux, mille equitable un besoin sonnerait et que dire de la grâce deuxième essai le descendre à pigalle, se jamais je n’aurais  monde rassemblé       reine ki mult est las, il se dort "je me tais. pour taire. la communication est       six     de rigoles en   tout est toujours en       allong dans les carnets       &agrav antoine simon 2 les plus vieilles la mort, l’ultime port,   ciel !!!! mais non, mais non, tu dernier vers aoi et si au premier jour il mise en ligne tout est possible pour qui antoine simon 33 difficile alliage de une autre approche de « amis rollant, de patrick joquel vient de je suis       la     vers le soir  au mois de mars, 1166 l’une des dernières       ma antoine simon 23 sept (forces cachées qui maintenant il connaît le une fois entré dans la aux barrières des octrois quand les mots a la libération, les   d’un coté, tromper le néant     hélas,       pav&ea  jésus   3   

les la vie est ce bruissement  “ne pas   l’oeuvre vit son inoubliables, les quel étonnant un homme dans la rue se prend bien sûrla       bien       deux de mes deux mains À max charvolen et je crie la rue mue douleur si grant dol ai que ne     faisant la troisième essai tout en travaillant sur les même si c’est le grand   en grec, morías ainsi alfred… immense est le théâtre et jusqu’à il y a pour martine d’ eurydice ou bien de il existe au moins deux poème pour je t’ai admiré,       dans je rêve aux gorges pour philippe li emperere par sa grant branches lianes ronces sauvage et fuyant comme lancinant ô lancinant normal 0 21 false fal arbre épanoui au ciel la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Leonardo Rosa > FATA
<- FATA 8 | FATA 10 ->
FATA 9
Artiste(s) : Rosa L.

F

Le feu est venu,
Ardeur des lumières explosives ou des oxydations lentes.
Il m’a saisi quand j’ai voulu me pencher au bord des enfers ;
Il m’a appris qu’on ne se consume que des feux que l’on a su voler.

A

Tout ce qui agite l’eau agite l’homme,
Ses sanglots, ses grondements, ses chutes,
Ses émiettements, multitude où la lumière se brise et se disperse.

Je modèle le souffle de mon corps océan sur les souffles de l’eau.

T

Terre frontière terre tue,
Socle calcaire où j’ai construit ma dérisoire ardeur de souffle et d’au.

Les sillons dont tu la griffes nous ont appris toute la mesure de l’espace et du temps.

A

Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis

(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes

Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.

Au dessus des eaux, dans les fluidités terreuses qui montent des roseaux immobilisés et des bois flottés,
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un fruit au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.

Bientôt les horizons se chargeront de transparences bleues ;
L’air le plus proche s’échauffera progressivement,
Et dans l’or pauvre des pailles usées par le temps,
Vapeurs lentes des rêves de renaissance,
Se dilateront nos regards.

Publication en ligne : 2 janvier 2009
Première publication : 1996

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette