BRIBES EN LIGNE
fragilité humaine. tout en travaillant sur les pour andré pour andrée pour andré antoine simon 15       o ki mult est las, il se dort archipel shopping, la d’abord l’échange des       &agrav   ciel !!!! rêve, cauchemar, antoine simon 16 deux nouveauté, depuis ce jour, le site onzième les oiseaux s’ouvrent pour mes enfants laure et 1-nous sommes dehors. antoine simon 25 toutes ces pages de nos "si elle est le "patriote", douce est la terre aux yeux très saintes litanies a ma mère, femme parmi   l’oeuvre vit son tu le sais bien. luc ne   maille 1 :que ce jour-là il lui aux george(s) (s est la en introduction à travail de tissage, dans       pour     au couchant i.- avaler l’art par dans l’effilé de et que dire de la grâce pour jean-marie simon et sa f le feu m’a antoine simon 23       grappe de prime abord, il dernier vers aoi un temps hors du pas facile d’ajuster le ] heureux l’homme de proche en proche tous f les marques de la mort sur guetter cette chose quand nous rejoignons, en  un livre écrit       la "et bien, voilà..." dit madame est la reine des grant est la plaigne e large (dans mon ventre pousse une       ton au labyrinthe des pleursils       dans  les premières       la       au temps de bitume en fusion sur le 23 février 1988, il dans ma gorge quelque temps plus tard, de lu le choeur des femmes de       le accoucher baragouiner marie-hélène et  riche de mes depuis le 20 juillet, bribes suite du blasphème de  les éditions de inoubliables, les il semble possible charogne sur le seuilce qui station 7 : as-tu vu judas se il y a des objets qui ont la dernier vers aoi tout à fleur d’eaula danse       baie le pendu       allong villa arson, nice, du 17       dans carissimo ulisse,torna a prenez vos casseroles et       dans       object   je n’ai jamais le ciel de ce pays est tout fontelucco, 6 juillet 2000       &n   1) cette ….omme virginia par la dans le train premier gardien de phare à vie, au sixième dans les carnets intendo... intendo ! ce va et vient entre il n’est pire enfer que non, björg, 1254 : naissance de       &agrav       ce se reprendre. creuser son dernier vers aoi edmond, sa grande comme c’est du bibelot au babilencore une ma chair n’est  “ne pas       bien errer est notre lot, madame,  marcel migozzi vient de       force ce texte se présente diaphane est le mot (ou quatrième essai rares       une il s’appelait l’homme est pour ma je t’enlace gargouille   (dans le et si au premier jour il et ma foi, 1.- les rêves de pour lee       quinze pour robert       vu envoi du bulletin de bribes f dans le sourd chatoiement ce qui importe pour dans un coin de nice, rare moment de bonheur,       au       ...mai les textes mis en ligne pure forme, belle muette, chercher une sorte de nous serons toujours ces       longte martin miguel art et     hélas, marché ou souk ou  il y a le       fleur la vie est ce bruissement clquez sur     double vos estes proz e vostre antoine simon 13 raphaËl la tentation du survol, à « pouvez-vous       sur sors de mon territoire. fais quatrième essai de     extraire dans l’innocence des la lecture de sainte       dans     pluie du frères et faisant dialoguer au matin du     vers le soir des voix percent, racontent       " pour martine bien sûr, il y eut station 5 : comment un besoin de couper comme de « e ! malvais nous dirons donc bribes en ligne a       entre       " sept (forces cachées qui dans le pain brisé son paysage de ta tombe  et si tu es étudiant en       un et ces a supposer quece monde tienne  on peut passer une vie       dans de pa(i)smeisuns en est venuz une il faut dire les siglent a fort e nagent e je suis celle qui trompe et la peur, présente on cheval deuxième apparition de (en regardant un dessin de merci à marc alpozzo deuxième approche de dentelle : il avait printemps breton, printemps quatrième essai de les plus vieilles couleur qui ne masque pas le proche et le lointain       sur le bulletin de "bribes la deuxième édition du  l’écriture le scribe ne retient   j’ai souvent   se ce texte m’a été dernier vers aoi toutefois je m’estimais pour michèle ce monde est semé laure et pétrarque comme antoine simon 29  dans le livre, le       magnol pour mireille et philippe       nuage samuelchapitre 16, versets 1  si, du nouveau madame est toute je ne peins pas avec quoi, violette cachéeton au lecteur voici le premier allons fouiller ce triangle livre grand format en trois temps de pierres dans la    il antoine simon 17 entr’els nen at ne pui c’est un peu comme si, lorsqu’on connaît une comment entrer dans une portrait. 1255 : traquer la force du corps,       les je serai toujours attentif à dernier vers aoi difficile alliage de tout est possible pour qui  le grand brassage des et nous n’avons rien ce n’est pas aux choses voici des œuvres qui, le tous ces charlatans qui recleimet deu mult nous avancions en bas de et si tu dois apprendre à l’impression la plus la musique est le parfum de à la bonne le plus insupportable chez ils sortent et je vois dans vos   voici donc la libre de lever la tête       b&acir     &nbs halt sunt li pui e mult halt deux mille ans nous en cet anniversaire, ce qui       apparu passet li jurz, la noit est poème pour       les       les les petites fleurs des un soir à paris au temps où les coeurs buttati ! guarda&nbs Ç’avait été la pour anne slacik ecrire est       le le 19 novembre 2013, à la quand il voit s’ouvrir, régine robin, dernier vers aoi tant pis pour eux. dernier vers aoi (À l’église comme ce mur blanc l’art n’existe je rêve aux gorges merci à la toile de       reine cinquième citationne sous la pression des bien sûrla le recueil de textes mise en ligne d’un       l̵       aujour (de)lecta lucta   exacerbé d’air       ce quand les eaux et les terres   ces notes dernier vers aoi douze (se fait terre se il en est des noms comme du       enfant il faut laisser venir madame au commencement était  ce qui importe pour       va   six formes de la  zones gardées de et il fallait aller debout pour martin f le feu s’est art jonction semble enfin vous êtes « amis rollant, de antoine simon 9 un jour, vous m’avez       sur immense est le théâtre et tout le problème a propos de quatre oeuvres de af : j’entends ils s’étaient     après etait-ce le souvenir       &agrav est-ce parce que, petit, on imagine que, dans la  mise en ligne du texte     sur la à sylvie       banlie ouverture de l’espace tes chaussures au bas de il y a tant de saints sur   pour théa et ses mes pensées restent macles et roulis photo 3   anatomie du m et le temps passe dans la       dans a la femme au       en le 26 août 1887, depuis à propos “la       je si j’avais de son À perte de vue, la houle des petites proses sur terre       (     pourquoi       soleil       juin préparation des avec marc, nous avons "je me tais. pour taire. dans les hautes herbes le géographe sait tout dans ce pays ma mère       & j’ai donc       dans mult ben i fierent franceis e derniers je ne sais pas si cinquième essai tout    regardant rm : nous sommes en rien n’est les étourneaux !       parfoi mon travail est une vi.- les amicales aventures     cet arbre que mille fardeaux, mille où l’on revient     un mois sans tous feux éteints. des le travail de bernard tendresse du mondesi peu de genre des motsmauvais genre deuxième essai le       deux macao grise ma mémoire ne peut me la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Sergio Saad

Septième salut : Comme une autre trace du magma du dedans

<- Le doute de l’arpenteur | La paix du soldat ->
La sérénité de l’équilibriste
Artiste(s) : Saad

Il est le jongleur de lui même, lui seul est en jeu dans ces rites complexes où interviennent le temps, l’espace, le corps, le souffle et le rythme ; lui seul et son corps comme un objet autre que lui.
Il est le séducteur des espaces fragiles, il amadoue le vertige, allonge la durée, vise à l’harmonie des moindres mouvements de son souffle et de ses muscles, se suspend au temps qu’il suspend.
On dit que sa vie ne tient qu’à un fil. Il le sait bien et c’est à cette conscience qu’il doit d’être serein et de pouvoir supporter l’espace qui l’écrase. L’équilibriste s’est tout entier voué au seul souci de demeurer debout, malgré tout, dans la zone incertaine où le hasard l’a jeté ; il en oublie les peurs et les doutes que, par un excessif souci de certitudes, l’arpenteur agite dans son cœur.

Publication en ligne : 2 janvier 2009
Première publication : janvier 1994 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette