BRIBES EN LIGNE
premier vers aoi dernier     extraire       le 1 2 3 rien n’est plus ardu depuis le 20 juillet, bribes ki mult est las, il se dort d’ eurydice ou bien de la mort d’un oiseau. est-ce parce que, petit, on la terre a souvent tremblé (la numérotation des fragilité humaine. cette machine entre mes peinture de rimes. le texte     chambre Ç’avait été la si c’est ça, madame est une page suivante ► r.m. a toi ce jour-là il lui     nous avions joseph a pour sens "dieu 1 2  de prime abord, il de profondes glaouis pour visionner la carmelo arden quin est une page précédente page d’abord un curieux       voyage cliquez sur l’icône je t’ai admiré, nous avons affaire à de passet li jurz, la noit est le corps encaisse comme il commençons donc par le branches lianes ronces       à       il page suivante ► page 1 2 3 à la bonne si vous entendez le lac       bien    tu sais présentation du projet de proche en proche tous rafale a l’extrémité du toutes sortes de papiers, sur textes mis en ligne en août vertige. une distance  dernières mises deus li otreit (la sue) régine robin, quand il voit s’ouvrir, textes mis en ligne en       é journée de préparer le ciel ii       je fais je n’aime pas les gens merci à la toile de     un mois sans cher.e.s ami.e.s vous pouvez       " dernier vers aoi le lent tricotage du paysage  au mois de mars, 1166 petit matin frais. je te chaises, tables, verres, le 15 mai, à       le       deux antoine simon 21 dernier vers doel i avrat,       bonheur       sur les une autre approche de       j’ i mes doigts se sont ouverts en 1958 ben ouvre à   pour théa et ses       "j& à bernadette       sur le a inishmore chaque plante est   en grec, morías paien sunt morz, alquant {{}} on trouvera la même si le nécessaire non pour gilbert j’ai travaillé moi cocon moi momie fuseau abu zayd me déplait. pas       cerisier il semble possible recleimet deu mult autre essai d’un textes mis en ligne en juin la chaude caresse de       neige le lent déferlement page suivante ► page la légende fleurie est a grant dulur tendrai puis la force du corps, la toile ou, du moins, la ils avaient si longtemps, si dernier vers aoi et encore   dits sommaire ► page suivante a ma mère, femme parmi       nuage       m’       rampant je t’enfourche ma 1 2  page suivante ► page toulon, samedi 9 elle disposait d’une   nous sommes       parfois 7) porte-fenêtre ils sortent       dans le traversé le lieu-dit de la mort, l’ultime port, des quatre archanges que pour andré lorsqu’on connaît une démodocos... Ça a bien un ce qui fait tableau : ce  hors du corps pas sommaire ► page suivante       une       allong&e raphaël monticelli 30 juin  zones gardées de       la sables mes paroles vous vous avez 1 2  la terre nous dans le patriote du 16 mars     pluie du  jésus         j’oublie souvent et je n’ai pas dit que le présentation du projet se reprendre. creuser son granz est li calz, si se attendre. mot terrible.       force       l’ il y a des mots, mais comme   au milieu de li emperere s’est nous lirons deux extraits de     [1] l au programme des actions page suivante ► page de tantes herbes el pre la lecture de sainte tous ces charlatans qui aller à la bribe i au page suivante ► ce pays que samuel chapitre 16, versets 1 rafale n° 7 un langues de plomb a la autres litanies du saint nom j’arrivais dans les le "patriote", siglent a fort e nagent e morz est rollant, deus en ad allons fouiller ce triangle les lettres ou les chiffres josué avait un rythme         &n il arriva que « ces deux là 1 2    entrons maintenant antoine simon 16 c’est une sorte de page suivante page des quatre archanges que dernier vers aoi granz fut li colps, li dux en   adagio   je    il       à pour bruno charlotte, in ce qui fascine chez predication_du_15_ao       au fond sommaire ► page suivante dorothée vint au monde       la dimanche 18 avril 2010 nous       vu les       en aller à apaches : 1 2 pas sur coussin d’air mais 1 2        le dernier vers aoi       dans le page précédente le café ço dist li reis : antoine simon 2 page suivante page  de même que les page précédente page pénétrer dans ce jour, 3 

les lieux aussi sont       reine page suivante ► page du bibelot au babil encore nouvelles mises en pour m.b. quand je me heurte  tous ces chardonnerets le travail de bernard je n’hésiterai     tout autour page suivante page je suis occupé ces madame, on ne la voit jamais page précédente retour page suivante ► nous       le vent trois (mon souffle au matin fin première   jn 2,1-12 :    en « voici préparer le ciel i       quinze aller à la bribe suivante pour max charvolen 1) thème principal : c’est seulement au a supposer que ce monde       le long       sur le oiseau tranquille au vol onze sous les cercles l’instant criblé je t’enlace gargouille difficile alliage de pas de pluie pour venir libre de lever la tête pour écouter la lecture, karles se dort cum hume le recueil de textes quelques autres la poésie, à la station 3 encore il parle  martin miguel vient       pass&eac       juin   ces notes 1 les morceaux de nuit se printemps breton, printemps raphaël monticelli 30 juin iloec endreit remeint li os dernier vers aoi   ouverture de l’espace mise en ligne d’un chaque automne les présentation du projet cyclades, iii°       la janvier 2002 .traverse page suivante page       fourr&ea histoire de signes . la galerie chave qui page suivante page a la femme au quelque temps plus tard, de elle ose à peine tout en vérifiant edmond, sa grande au rayon des surgelés me inoubliables, les  avec « a la antoine simon 12 haut var ► trois petits   d’un coté, page suivante ► page hans freibach : 1 2  aller à la bribe suivante       neige       droite la mastication des textes mis en ligne en mars s’égarer on       la       objectif textes mis en ligne en juin si elle est belle ? je coupé le son à écrire comme on se il en est des noms comme du il y a bien là, dans       montagne tromper le néant       "..   un vendredi 1 2  ce n’est pas aux choses       descenda tout est possible pour qui  epître aux sites de mes antoine simon 30 1) notre-dame au mur violet les photos et archives vous êtes       dans tromper le néant  si, du nouveau début de la mise en ligne de carissimo ulisse, torna a  dernier salut au  les œuvres de leonardo rosa       le sequence biboon. plus qu’une saison. présentation du       ruelle pluies et bruines, comment au centre des quartiers de rafale à propos des grands       mouette       la page suivante ► page ce qui aide à pénétrer le (ô fleur de courge... des voix percent, racontent   se page suivante ► page sauvage et fuyant comme       marche 1 2  clers fut li jurz e li       sur       soleil dernier vers aoi antoine simon 26 j’ai donné, au mois "si elle est tout en travaillant sur les il n’était qu’un les cuivres de la symphonie       le le thème 1 2       "       la pure forme, belle muette,       le antoine simon 7 page suivante gérard dessiner les choses banales 1 2        le marcel alocco a mais jamais on ne li quens oger cuardise à cri et à page suivante ► page rafale n° 5 un page suivante ► page patrick joquel vient de       &nbs   marcel art jonction semble enfin       au pas antoine simon 31 page précédente ► de et si au premier jour il tandis que dans la grande       ( la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Martine Orsoni /
Saint Georges de la Manade de Marie
Publication en ligne : 31 décembre 2008
/ catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Il existe deux saints portant le nom de Georges ; si le plus ancien est très célèbre et révéré, l’autre, bien qu’inconnu, ne lui cède rien en grandeur, dévotion et humilité.
Georges veut dire, à peu près, terrien ou paysan ; et personne que lui n’a mieux mérité un si beau nom. C’est de la terre en effet que Georges tirait sa force ; comme la terre il s’humilia volontiers sous le pied de qui le foulait, sans lui rendre de haine ; pourtant, comme elle, il était capable de réactions irrépressibles, soit que des forces profondes la travaillent, soit que, dans nos dérisoires efforts pour la soumettre, nous finissons par outrepasser les bornes de notre condition.
Georges était l’un des fleurons d’une manade des environs d’Arles et il s’était pris d’une grande dévotion pour la B.V.M. Dire quelle manade et pourquoi cette dévotion sortirait de mon propos ; sache seulement que, saisi d’étonnement en entendant les bruits d’une procession, un quinze août, il avait glissé un regard par deux lattes disjointes et avait rencontré l’image de Marie ; le regard de Georges était si doux, ainsi tendu, que la B.V.M., touchée par tant d’innocence, lui avait inspiré un sentiment nouveau pour lui, fait de tendresse et de dévotion pour la mère de Dieu.
Georges garda ce sentiment dans son coeur puisqu’aussi bien, il ne pouvait le communiquer à personne, pas même à ses semblables ; il poursuivit son innocente existence, en consacrant désormais toutes ses pensées à la divine vision qui, un quinze août, avait bouleversé sa vie.
Le jour vint, au bout d’un an, où Georges dut passer dans l’arène. Il suivit avec son indifférence habituelle la voie qu’on lui traçait, sans souci pour le temps qui passait ou pour ce qui pouvait lui advenir ; il se retrouva enclos dans une cellule où lui parvenaient des rumeurs de foule en liesse. Cela le rendait nerveux ; mais ses pensées revenaient sans cesse à la bonne dame qui lui avait rendu un regard d’une innocence très douce parmi les bruits, et il en était tranquillisé.
Les rumeurs cependant enflaient ; des rythmes excédés retentissaient ; l’air, rempli de poussière et de soleil, commençait à sentir la sueur de cheval... On commença à le houspiller, puis, dans un grand éclat de silence chaud, les portes de son enclos s’écartèrent et il fut projeté dans un espace nu, grand comme une mer, et qui vibra de voix et de cris quand il en fit le tour en courant.
Aussitôt, fusant de mille endroits, mille diables portant toutes sortes d’instruments de torture, se mirent à traverser l’espace en l’agaçant, et commença alors pour lui le moment le plus douloureux de sa vie ; tout l’étourdissait : la chaleur, les bruits, les rumeurs et les silences, les hommes courant, les flèches qu’on lui fichait dans le dos et aux flancs, ses propres bruits, son coeur battant, sa respiration forte et rapide, ses oreilles bourdonnantes. Un cavalier immense, montée sur une bête carapaçonnée, lui planta dans le cou un poinçon fixé au bout d’une longue perche avec lequel il le taraudait, en appuyant dessus. Après quoi, dans le silence, un nouveau bourreau entra dans l’arène et déclencha de grandes manifestations d’allégresse. Il était râblé, cambré, une canne à la main, tout ruisselant de rouge et d’or ; Il avançait avec la digne allure d’un prélat, la poitrine bombée, le menton levé, le sourire figé, la narine dilatée, et tournait alternativement la tête de droite à gauche, tout en faisant pivoter, d’une dédaigneuse poussée de la canne sur le sol, le torse et le bassin de gauche à droite, et, comme dansant sans hâte, posait la pointe de son soulier sur le sable, avant d’y appuyer le talon.
Dans sa lourde caboche, sous le vaste espace velu entre les yeux, Georges sut que celui-là serait impitoyable ; profitant de ce court moment de tranquillité, il tourna ses pensées vers la dame au regard innocent.

Bonne dame, douce mère, disait-il à peu près en son for intérieur, du jour où vous m’êtes apparue, voici longtemps, vous avez fait couler au fond de mon coeur de grands ruisseaux d’apaisement ; mais désormais, je sais aussi ce qu’est souffrir. Vous m’avez donné tant de joie, souffrez que je vous offre toute ma peine. Je ne sais ni ce qui m’atteint, ni ce qui m’attend, je sais seulement que le soleil est chaud, mes naseaux secs et pleins de sable, mes yeux se brouillent de sang, et cet homme est effrayant !

Ayant dit, Georges tomba à genoux sur ses pattes de devant. Alors, sous des milliers de regards, la bonne Vierge posa sa main sur le museau brûlant, et, tandis que le toréador tombait foudroyé, on vit l’âme de Georges, très lumineuse quoique toute petite, guidée d’une main sur le museau par la Vierge Marie, quitter lentement son corps et tranquillement s’élever. Alors, des dizaines, des centaines, des milliers d’âmes de toros se hissèrent du sable et leur longue et lumineuse procession accompagna Georges et Marie, formant la plus lumineuse des manades, dans un pénétrant mugissement continu.
C’est ainsi que, dans le souvenir des toros, comme dans le fond innocent et animal des gens de bien, Georges, le petit taureau de la terre, est devenu, dans le ciel, saint Georges de la Manade de Marie.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP