BRIBES EN LIGNE
la communication est       o temps de cendre de deuil de les plus terribles chaque automne les       sur la pure forme, belle muette, i en voyant la masse aux voici des œuvres qui, le si elle est belle ? je pour religion de josué il aller à l’échange sur j’ai longtemps montagnes de ils avaient si longtemps, si nous serons toujours ces les dieux s’effacent rafale n° 4 on le page suivante ► page dentelle : il avait nous serons toujours ces etait-ce le souvenir la toile ou, du moins, la textes mis en ligne en ( ce texte a       un       entre pour maguy giraud et antoine simon 28 quelque temps plus tard, de pour egidio fiorin des mots l’impression la plus difficile alliage de la rencontre d’une l’appel tonitruant du       vu les l’eau froide de l’anse Éléments - des voix percent, racontent la prédication faite écrire comme on se recleimet deu mult est-ce parce que, petit, on le tissu d’acier c’est extrêmement       au fond       gloussem  les premières   1) cette pour jean-marie simon et sa   encore une nos voix dans un clignement de       et tu a claude b.   comme une gardien de phare à vie, au       il <script     c’est ici, me descendre à pigalle, se seul dans la rue je ris la       journ&ea       cette       fourmi&n page précédente page temps de pierres dans la le vieux qui dans le respect du cahier des et…   dits pour marcel mieux valait découper tu le sais et je le vois dernier vers aoi     pourquoi tu aller au texte nous sommes il semble possible       la la chaude caresse de pour robert c’est une sorte de f les feux m’ont et voici maintenant quelques       les aller à la bribe suivante ce qui fait tableau : ce jamais si entêtanteeurydice les textes mis en ligne raphaël je ne saurais dire avec assez tous ces charlatans qui fin première       à sur l’erbe verte si est si vous entendez le lac   pour théa et ses Ç’avait été la d’un côté dans ma gorge encore une citation “tu iloec endreit remeint li os marcel alocco a le 28 novembre, mise en ligne bernadette griot vient de    au balcon libre de lever la tête {{}} on trouvera la       force pour andrée elle réalise des r.m. a toi le don des cris décembre 2001. 1 2        au pas le samedi 26 mars, à 15 dessiner les choses banales    en autre citation "voui non... non... je vous onzième carles respunt : quant carles oït la je suis les amants se "école de on dit qu’agathe madame, on ne la voit jamais       à à propos des grands leonardo rosa la bouche pleine de bulles     sur la pente       longtem c’est la chair pourtant dans les écroulements  avec « a la de sorte que bientôt rafale n° 6 just do (dans mon ventre pousse une   (dans le antoine simon 6 sa langue se cabre devant le  l’écriture 1 2        sur les deuxième apparition de le travail de bernard rare moment de bonheur,       sur le nécrologie   « moi, temps où le sang se   maille 1 : que a inishmore chaque plante est “dans le dessin       la la fraîcheur et la elle ose à peine les ruelles blanches qui   on n’est effleurer le ciel du bout des très malheureux... textes mis en ligne en 1.- les rêves de       le pour martine, coline et laure on cheval dans le pays dont je vous lorsque martine orsoni allons fouiller ce triangle le ciel est clair au travers je sais bien ce qu’il page précédente le café cliquetis obscène des deux mille ans nous       é   anatomie du m et 1 2  la vie est ce bruissement     m2         une dernier vers aoi l’homme est       la       dans le se placer sous le signe de guetter cette chose       le     longtemps sur et nous n’avons rien les grands       "je madame est la reine des c’est seulement au pour mes enfants laure et ce monde est semé sequence dernier vers que mort les étourneaux ! derniers textes mis en il y a deux villes à antoine simon 22 (en regardant un dessin de derniers textes mis en le pendu dans le monde de cette ma chair n’est ensevelie de silence, 1 2 3 je dors d’un sommeil de tromper le néant titrer "claude viallat,       dans le comme une suite de       je suis chairs à vif paumes lancinant ô lancinant reprise du site avec la mais jamais on ne page précédente longue nous serons toujours ces       la toutes ces pages de nos j’ai relu daniel biga,       sous 1 2  s’égarer on introibo ad altare antoine simon 11 mes pensées restent intendo... intendo !       au       l’     chambre la vie est dans la vie. se régine robin, laure et pétrarque comme polenta je suis occupé ces ce qui fascine chez deux nouveauté, antoine simon 33 "l’art est-il  je ne voulais pas ma voix n’est plus que mais non, mais non, tu a grant dulur tendrai puis (la numérotation des en 1958 ben ouvre à     le  le livre, avec « pouvez-vous le soleil n’est pas de l’autre errer est notre lot, madame, sites de mes       é "nice, nouvel éloge de la antoine simon 9       ton antoine simon 3       voyage       le pour martine       sur le avez-vous vu si j’étais un     &nbs f les rêves de i ce qui était beau, ce texte se présente antoine simon 23 tandis que dans la grande f qu’il vienne, le feu pour le prochain basilic, (la tant pis pour eux. certains prétendent il n’est pire enfer que dont les secrets… à quoi dernier vers aoi et si au premier jour il réponse de michel mougins. décembre         ] heureux l’homme les doigts d’ombre de neige maintenant il connaît le       la pie l’éclair me dure, dans ce pays ma mère predication_du_15_ao avant dernier vers aoi toutes sortes de papiers, sur "pour tes un texte que j’ai 13) polynésie quand les eaux et les terres inoubliables, les       sur le intendo carthage, fille de mélodie verte macles et roulis photo 3     une abeille de 1 2  dernier vers aoi karles se dort cum hume que reste-t-il de la bribes en ligne a 1 2  dire que le livre est une l’évidence etudiant à que nos princes et empereurs page suivante page immense est le théâtre et       l’       dans le     ton plaisir il arriva que aller à la bribe suivante       à ço dist li reis : un temps hors du 1 2  pour angelo article_butor-3.pdf    7 artistes et 1 les petites fleurs des  tous ces chardonnerets vous êtes ouverture d’une rafale n° 5 un pour michèle gazier 1  jésus je suis bien dans 1 2   le "musée deux ce travail vous est aller à la bribe suivante       je fais deuxième apparition il ne sait rien qui ne va au seuil de l’atelier     l’é  née à    courant torna a sorrento ulisse torna macles et roulis photo 4 un jour nous avons il avait accepté avec marc, nous avons les dessins de martine orsoni douce est la terre aux yeux       fourr&ea cinquième citation ne se reprendre. creuser son       montagne       à  les œuvres de     de rigoles en petites proses sur terre pas une année sans évoquer pour accéder au pdf du cet article est paru pour andré     " al matin, quant primes pert passet li jurz, la noit est exacerbé d’air pour accéder au pdf, carissimo ulisse, torna a       quinze je suis retourné dans la ces feuilles page suivante page ce poème est tiré du aux barrières des octrois la poésie, à la a christiane       il voudrais je vous le 26 août 1887, depuis dix l’espace ouvert au       nuage quel étonnant       l’ les premières si grant dol ai que ne   si vous souhaitez   pour le prochain vous dites : "un la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > ORSONI Martine > Martine Orsoni
<- Sainte Marguerite | Saint Georges de la Manade de Marie ->
Saint Gabriel Archange
Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition
Artiste(s) : Orsoni

Des quatre archanges que nomment les écritures, Ouriel est le plus secret et seul le Midrash le cite, Raphaël le plus controversé, Michel le plus combatif et Gabriel le plus tendre et peut-être le plus élevé. C’est lui que Dieu envoya annoncer à Marie la naissance de J.-C. Or Marie ne fut point troublée par l’apparition de Gabriel qui pourtant était d’une beauté lumineuse et d’un maintien plein de force retenue et qui suggérait la danse des nuages même quand il se tenait immobile ; Marie ne fut pas non plus surprise par le fait que Gabriel lui annonçait que l’enfant à naître monterait sur le trône de David ; Marie ne fut surprise que de la perspective d’enfanter alors qu’elle n’avait pas de relations avec le sexe de l’homme.
Cette scène est très illustre et je veux te la raconter à la place qui est la sienne. Ecoute ici comment Gabriel vint en aide à Daniel pour une vision qu’il avait eue. Daniel était un noble personnage de la cour de Babylone où il était surnommé Belthsassar ou Baltassar, et où il servit les Chaldéens Nabuchodonosor et Belshassar, puis le Perse Cyrus quand celui-ci eut défait l’empire de Babylone. Sa sagesse et sa foi avaient fait grandir en lui le pouvoir de susciter et d’interpréter les songes et les visions. C’est ainsi qu’il vit un jour un bélier aux deux cornes inégales défendre et étendre son territoire devant un torrent. Mais un bouc pourvu d’une corne entre les deux yeux affronta le bélier et lui brisa les cornes. Le bouc à son tour étendit sa puissance jusqu’à ce que sa corne se brise et qu’en surgissent quatre à la place ; alors l’une d’elles se mit à croître jusqu’au ciel.
Daniel se trouvait alors dans la ville élamite de Suse où le roi résidait en hiver ; et ses pas l’avaient porté au bord de l’Ulaï qui traverse la ville. Il aimait marcher moins pour le plaisir qu’il en éprouvait dans ses membres que parce que la marche activait en lui des combinaisons inattendues d’images et de mots : tout en suivant son chemin, il recevait le don de tous les objets et les êtres qu’il croisait, là où ses jambes le portaient et où son regard se posait, et dans son coeur et son âme leurs croisements construisaient un réseau serré où venaient se prendre les palpitations du monde. Daniel avait vu le bélier comme il avait vu le bouc ; il avait accueilli aussi les images de leurs parades guerrières, et leurs grands mouvements de tête vers tous les points de l’horizon ; il avait pris plaisir à les voir baisser la tête pour présenter leurs cornes en avant, et bondir avec une brusque agilité comme si soudain toute leur énergie s’était portée sur leurs pattes arrière ; il savait reconnaître à ses cornes l’âge et la vigueur du bétail, certains éléments de son passé et de son caractère. Or, tandis que son corps cheminait, son esprit considérait ce qu’il savait du monde. Et Daniel avait vu le Mède comme il avait vu le Perse, et leurs parades guerrières et leurs grands mouvements vers tous les points de l’horizon ; il avait mesuré leur puissance et savait reconnaître les marques de leur vigueur comme celles de leurs faiblesses ; et il savait enfin que les forces finissent par s’excéder d’elles-mêmes, comme les faiblesses trouvent en elles-mêmes les raisons de l’affermissement. C’est cet écheveau mêlé au mouvement de ses pas qui chargeait la vision de Daniel, et qu’il cherchait à démêler.
Et comme il était pensif, n’entendant plus que des cris d’oiseaux et des souffles de vent, il lui apparut que Gabriel tirait pour lui les fibres du réel et il en fut d’abord effrayé...

Force de Dieu ! dit Daniel en s’adressant à l’ange qui dévidait les fils de son coeur, tout n’est donc que guerre et destruction !

Mais l’ange entreprit de fortifier son coeur

Entends, Daniel, plus forte que la puissance est la justice
toute puissance a sa limite dans la puissance
toute injustice dans l’injustice
il n’est pas dans ce monde de puissant qui ne sera abattu
Aucun pouvoir n’a le pouvoir de se survivre
et les persécuteurs périront, broyés par la main de Dieu.
Mais jusqu’à ce jour
Garde en toi-même , dans le silence de ton coeur,
l’espoir des justes et des humbles

La vigueur nouvelle que lui communiquait Gabriel submergea Daniel comme un trop-plein de savoir, de plaisir ou de joie. Il s’écroula sur le sol et ne put, de plusieurs jours, reprendre son service auprès du roi. Il garda, comme l’ange le lui avait demandé, la vision secrète dans le silence de son coeur, et s’il en avait saisi l’importance, il continuait à s’interroger sur ce qu’elle signifiait.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP