BRIBES EN LIGNE
deuxième apparition de charogne sur le seuilce qui petit matin frais. je te difficile alliage de d’un côté siglent a fort e nagent e le soleil n’est pas     dans la ruela sous la pression des comme c’est coupé en deux quand dimanche 18 avril 2010 nous station 5 : comment en 1958 ben ouvre à soudain un blanc fauche le c’est vrai imagine que, dans la le pendu f le feu s’est pour qui veut se faire une le geste de l’ancienne, "la musique, c’est le toute une faune timide veille il pleut. j’ai vu la il ne s’agit pas de  il y a le toi, mésange à pour frédéric peinture de rimes. le texte   si vous souhaitez         &n laure et pétrarque comme dernier vers aoi je désire un nous viendrons nous masser la bouche pleine de bulles  on peut passer une vie       quinze       alla ses mains aussi étaient deux mille ans nous  un livre écrit 1) la plupart de ces       jardin i.- avaler l’art par       le au lecteur voici le premier       s̵ temps où le sang se pour jacqueline moretti, le numéro exceptionnel de chaises, tables, verres, pure forme, belle muette, ce va et vient entre a ma mère, femme parmi genre des motsmauvais genre toulon, samedi 9 bientôt, aucune amarre clquez sur dorothée vint au monde pour alain borer le 26 nu(e), comme son nom preambule – ut pictura la rencontre d’une  c’était souvent je ne sais rien de       que quand les eaux et les terres un verre de vin pour tacher pour marcel       banlie       apparu le lourd travail des meules   tout est toujours en       juin alocco en patchworck © dernier vers aoi ils s’étaient  le grand brassage des nous serons toujours ces torna a sorrento ulisse torna station 3 encore il parle on préparait on trouvera la video thème principal :       neige i mes doigts se sont ouverts À max charvolen et martin moi cocon moi momie fuseau cet univers sans antoine simon 16 pour trois (mon souffle au matin les textes mis en ligne mi viene in mentemi bernadette griot vient de la réserve des bribes "nice, nouvel éloge de la À peine jetés dans le madame, c’est notre introibo ad altare heureuse ruine, pensait légendes de michel   le texte suivant a la liberté s’imprime à pour andré 0 false 21 18 et ces       " dieu faisait silence, mais le tissu d’acier  le livre, avec pour m.b. quand je me heurte si elle est belle ? je dernier vers aoi il s’appelait la communication est     &nbs       en       pourqu nous dirons donc       les les durand : une  de même que les       au dernier vers aoi   que signifie rien n’est et je vois dans vos vous deux, c’est joie et un nouvel espace est ouvert       deux dernier vers que mort villa arson, nice, du 17 ce qui aide à pénétrer le d’un bout à la musique est le parfum de temps de pierres  marcel migozzi vient de je t’enfourche ma       o       arauca    il ( ce texte a  hier, 17    au balcon antoine simon 17   ces sec erv vre ile ici. les oiseaux y ont fait et c’était dans dans les écroulements   pour théa et ses deux ce travail vous est   pour olivier       la     à  la lancinante 0 false 21 18 vertige. une distance la route de la soie, à pied,       aujour pour lee       le equitable un besoin sonnerait rm : nous sommes en pour andré     nous reprise du site avec la     pourquoi dernier vers aoi  pour jean le       descen jamais je n’aurais deuxième essai le af : j’entends les doigts d’ombre de neige tout le problème   au milieu de des quatre archanges que même si la fonction, "et bien, voilà..." dit jouer sur tous les tableaux et encore  dits quand il voit s’ouvrir, dans ma gorge  dans toutes les rues 1-nous sommes dehors.     pluie du    de femme liseuse  dernières mises spectacle de josué dit madame dans l’ombre des pour ma   un envoi du bulletin de bribes antoine simon 25 5) triptyque marocain l’erbe del camp, ki   jn 2,1-12 : r.m.a toi le don des cris qui et que vous dire des     "       embarq dernier vers aoi l’heure de la a dix sept ans, je ne savais tout en travaillant sur les (de)lecta lucta   quelque temps plus tard, de de toutes les avant dernier vers aoi les grands la galerie chave qui       la       six suite du blasphème de toujours les lettres : voudrais je vous toute trace fait sens. que sur l’erbe verte si est (josué avait la bouche pure souffrance       object l’impossible vue à la villa tamaris allons fouiller ce triangle       chaque dernier vers aoi à la mémoire de « 8° de le 26 août 1887, depuis tous feux éteints. des       l̵ de proche en proche tous macao grise       longte en cet anniversaire, ce qui station 7 : as-tu vu judas se karles se dort cum hume     le cygne sur cinquième citationne ce texte se présente       deux f le feu m’a   (dans le       assis le ciel est clair au travers   saint paul trois janvier 2002 .traverse il aurait voulu être eurydice toujours nue à violette cachéeton c’est une sorte de bribes en ligne a       allong     &nbs       je me où l’on revient 1.- les rêves de le bulletin de "bribes etait-ce le souvenir       la effleurer le ciel du bout des " je suis un écorché vif. il y a dans ce pays des voies quand nous rejoignons, en derniers passet li jurz, si turnet a un soir à paris au j’ai relu daniel biga, sauvage et fuyant comme franchement, pensait le chef, la deuxième édition du lancinant ô lancinant issent de mer, venent as sequence 6   le lorsqu’on connaît une monde imaginal,       &agrav un tunnel sans fin et, à dernier vers aoi  les éditions de antoine simon 2 antoine simon 10 dernier vers aoi ainsi alfred…       " quand c’est le vent qui comme une suite de intendo... intendo ! les plus vieilles béatrice machet vient de essai de nécrologie,       je lu le choeur des femmes de       st merci au printemps des able comme capable de donner la danse de j’ai longtemps   né le 7 samuelchapitre 16, versets 1   pour le prochain  hors du corps pas guetter cette chose ...et poème pour   la production arbre épanoui au ciel bien sûr, il y eut       reine coupé le sonà d’ eurydice ou bien de       grappe       une       grimpa bel équilibre et sa pour michèle gazier 1 je crie la rue mue douleur giovanni rubino dit là, c’est le sable et  l’écriture dernier vers aoi madame aux rumeurs    regardant percey priest lakesur les       gentil elle ose à peine       un des quatre archanges que prenez vos casseroles et quatrième essai de       bonheu       " Ç’avait été la       (       dans antoine simon 31 le 28 novembre, mise en ligne il avait accepté je rêve aux gorges dernier vers aoi pour angelo dernier vers aoi je ne peins pas avec quoi, antoine simon 33 le 15 mai, à et combien       le vous avez     du faucon       longte madame a des odeurs sauvages madame porte à carles li reis en ad prise sa ajout de fichiers sons dans je ne sais pas si madame, on ne la voit jamais assise par accroc au bord de ne pas négocier ne       la le glacis de la mort couleur qui ne masque pas  née à un titre : il infuse sa face aux bronzes de miodrag j’ai en réserve on croit souvent que le but une errance de epuisement de la salle, et que dire de la grâce josué avait un rythme     quand  il est des objets sur leonardo rosa à sylvie mais jamais on ne un jour, vous m’avez  tous ces chardonnerets  “... parler une deux ajouts ces derniers on cheval mille fardeaux, mille       droite reflets et echosla salle       " tu le sais bien. luc ne rêve, cauchemar, les petites fleurs des   nous sommes macles et roulis photo 3 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VI
<- CXCV | CXCVII ->
CXCVI


En ceste tere ad estet ja .VII. anz.
Li emperere est ber e cumbatant :
Meilz voel murir que ja fuiet de camp ;
Suz ciel n’ad rei qu’il prist a un enfant.
Carles ne creint nuls hom ki seit vivant. »

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette