BRIBES EN LIGNE
      "       au certains prétendent       le vi.- les amicales aventures ouverture d’une       sur le la terre a souvent tremblé       dans "ah ! mon doux pays, pour julius baltazar 1 le       la pie       un antoine simon 30 pour max charvolen 1)       &agrav il n’était qu’un       je 0 false 21 18 temps où le sang se 10 vers la laisse ccxxxii toutefois je m’estimais       ( imagine que, dans la petites proses sur terre       va peinture de rimes. le texte bribes en ligne a l’ami michel des quatre archanges que (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi il en est des noms comme du dernier vers aoi est-ce parce que, petit, on autre citation"voui un homme dans la rue se prend les avenues de ce pays       six carles li reis en ad prise sa ne pas négocier ne  le livre, avec en cet anniversaire, ce qui abstraction voir figuration mieux valait découper on peut croire que martine       &agrav suite du blasphème de       voyage         &n elle disposait d’une même si les textes mis en ligne ço dist li reis : on a cru à 1 la confusion des l’attente, le fruit « e ! malvais dans le pain brisé son  je signerai mon 1. il se trouve que je suis       &n bientôt, aucune amarre    regardant sur l’erbe verte si est j’ai ajouté ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi       bonheu toi, mésange à d’un côté madame, c’est notre heureuse ruine, pensait troisième essai et 7) porte-fenêtre antoine simon 17 lorsque martine orsoni   adagio   je    au balcon       l̵ portrait. 1255 : et ma foi, j’ai en réserve c’est seulement au le 15 mai, à  “... parler une marcel alocco a et que dire de la grâce ce qu’un paysage peut le passé n’est       m&eacu dix l’espace ouvert au rare moment de bonheur, sors de mon territoire. fais lu le choeur des femmes de       " pour jacky coville guetteurs comme une suite de travail de tissage, dans       dans nouvelles mises en la cité de la musique je suis     l’é à cri et à j’ai perdu mon "si elle est poème pour     [1]      une abeille de       dans j’écoute vos la mort d’un oiseau. passet li jurz, si turnet a et  riche de mes dernier vers aoi pour martine rêves de josué,       la le ciel de ce pays est tout mon travail est une cinquième citationne  “comment la liberté s’imprime à le géographe sait tout dernier vers que mort   au milieu de  dans toutes les rues   ces notes granz est li calz, si se elle réalise des voudrais je vous moisissures mousses lichens napolì napolì la mort, l’ultime port, fragilité humaine. le bulletin de "bribes dernier vers aoi que d’heures  de même que les     sur la les premières il n’est pire enfer que apaches :       l̵ l’art c’est la quelque temps plus tard, de et ces la prédication faite quand les mots il souffle sur les collines  ce mois ci : sub antoine simon 24       le tendresse du mondesi peu de de tantes herbes el pre grande lune pourpre dont les j’ai donné, au mois       pav&ea tout en travaillant sur les ajout de fichiers sons dans préparation des autres litanies du saint nom je m’étonne toujours de la c’est la distance entre pas une année sans évoquer le 19 novembre 2013, à la jusqu’à il y a marché ou souk ou       en pour frédéric       coude sauvage et fuyant comme       ce difficile alliage de fontelucco, 6 juillet 2000 il y a tant de saints sur je suis bien dans     les fleurs du bien sûrla noble folie de josué,       neige  jésus  dernier salut au j’ai travaillé comment entrer dans une preambule – ut pictura le texte qui suit est, bien la route de la soie, à pied, de sorte que bientôt en ceste tere ad estet ja le travail de bernard ensevelie de silence, il tente de déchiffrer, certains soirs, quand je toulon, samedi 9 à la bonne l’évidence dernier vers aoi   quand il voit s’ouvrir, antoine simon 12    courant       sur sa langue se cabre devant le  “ne pas d’un bout à       alla         or tandis que dans la grande il s’appelait  si, du nouveau  monde rassemblé ils avaient si longtemps, si si j’avais de son comme un préliminaire la  le grand brassage des de la  référencem quand sur vos visages les  zones gardées de dans l’innocence des le glacis de la mort ils s’étaient avant propos la peinture est vous avez Éléments - autre citation       pass&e pure forme, belle muette, il existe deux saints portant       dans       pass&e antoine simon 31 onze sous les cercles l’appel tonitruant du comme c’est les oiseaux s’ouvrent vos estes proz e vostre   ces sec erv vre ile tout à fleur d’eaula danse légendes de michel la vie humble chez les       la       je me   marcel antoine simon 23 villa arson, nice, du 17 la communication est f les marques de la mort sur que reste-t-il de la « h&eacu et te voici humanité ] heureux l’homme il était question non temps de cendre de deuil de antoine simon 22 le temps passe si vite, madame est la reine des madame, vous débusquez les doigts d’ombre de neige dentelle : il avait quelques textes       le je suis occupé ces dans les écroulements f dans le sourd chatoiement la fraîcheur et la saluer d’abord les plus       &eacut on trouvera la video       le nous lirons deux extraits de pour martine, coline et laure  la toile couvre les a la femme au six de l’espace urbain, pour michèle gazier 1) montagnesde halt sunt li pui e mult halt lorsqu’on connaît une de toutes les   tout est toujours en m1         se reflets et echosla salle a dix sept ans, je ne savais       apr&eg antoine simon 15 c’est le grand       &agrav       parfoi  improbable visage pendu le 26 août 1887, depuis pour andré quatre si la mer s’est normalement, la rubrique la fonction, sequence 6   le approche d’une  mise en ligne du texte deuxième cher bernard il semble possible a claude b.   comme       banlie tu le sais bien. luc ne intendo... intendo ! ainsi fut pétrarque dans percey priest lakesur les à langues de plomba la c’est une sorte de       sur pur ceste espee ai dulor e j’aime chez pierre l’éclair me dure,       descen       " je suis un écorché vif.       les à la mémoire de la terre nous nice, le 8 octobre dernier vers aoi soudain un blanc fauche le les plus terribles il faut aller voir le 2 juillet nous dirons donc "et bien, voilà..." dit     hélas, sept (forces cachées qui de proche en proche tous nos voix carissimo ulisse,torna a à bernadette un verre de vin pour tacher a toi le don des cris qui macles et roulis photo 7       entre       fleur des voiles de longs cheveux       droite  dans le livre, le à propos des grands un jour nous avons       vu dernier vers aoi 1.- les rêves de       magnol qu’est-ce qui est en       au merci à marc alpozzo dans le train premier temps de bitume en fusion sur       l̵ guetter cette chose vous dites : "un       voyage quatrième essai de tous feux éteints. des   anatomie du m et et il parlait ainsi dans la "mais qui lit encore le       en     vers le soir (en regardant un dessin de       embarq c’est ici, me ce qui importe pour       aux pour le prochain basilic, (la 1) la plupart de ces nous viendrons nous masser       une pas même des conserves !  marcel migozzi vient de la danse de madame est une       la ainsi va le travail de qui madame est une torche. elle le soleil n’est pas j’ai donc station 3 encore il parle quatrième essai de juste un       la la gaucherie à vivre, antoine simon 25       bonhe buttati ! guarda&nbs les routes de ce pays sont la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...

Légendes de Michel Butor


Phylactères de Raphaël Monticelli


 
Avant l’enthousiasme public Marie Antoinette s’accorde un brin de promenade devant les tribunes

“Oh ! Georges ! Oh !” se dit-elle en contemplant de dessous les gradins du 3ème degré de la tribune de gauche.- “Elle ne pense décidément qu’à ça !” rumine Milou d’un air de n’en rien vouloir dire mais qui n’en pense pas moins.
B. sourit et fait voler ses regards sur L qui commence à creuser son premier trou dans le sable avant de passer au travail de blanchiment.


 
La fanfare vient de sonner : les deux amies s’installent à leur fenêtre dans un virage spectaculaire.


“Regarde ! Regarde !” dit Aglaé à Marie Antoinette, en la poussant du coude. -”Mais oui ! Je regarde, je regarde” répond cette dernière, un peu agacée tout de même. Elle a hâte que commence le grand défilé et partage son émotion entre le souvenir de Georges et celui d’André.
B. sourit, il aspire le monde des yeux, dilate de plaisir les ailes de son nez, tandis qu’L. met en réserve les draps dans lesquels il se fait fort de pouvoir déchiffrer tous les souvenirs qui y sont inscrits et quelques autres.


 
Mère et fille essaient de nouveaux tissus imprimés pour faire bonne figure dans la foule.

“Vraiment trop décolletée celle-ci.” -”La mienne grossit un peu.” répond la petite. C’est que rien ne doit être trop beau pour faire partie de ceux qui regarderont le spectacle.
B. suce le monde, penche à peine la tête sur le coté droit, vraisemblablement pour signifier une satisfaction en attente de suite ; L. trie les draps qu’il a en réserve en fonction de leurs dimensions, de leurs poids et de leurs cicatrices.

 
Elle fouille à genoux sa bibliothèque effondrée à la recherche de renseignements sur la cérémonie du jour.

“Cette citation a propos de Georges, elle était pourtant bien chez Tacite, dans le De Agricola” se répète -t-elle avec désespoir en son for intérieur .
B. se défend d’être indiscret, ses mains se lèvent, présentent leurs paume en avant à plat ; L. déploie sur le sable des draps si grands que la terre seule peut leur servir de châssis.



 
Trois générations dans la même ferveur pour la tôle et les barbelés.


“Allons, allons ! pressons ! pressons ! “ dit Maman. “Viens, mémé, viens vite ! -Voilà ! Voilà ! Ne me bousculez pas ! Ces choses ne sont plus de mon âge, mon dieu ! et mes jambes, mes pauvres jambes me font tellement souffrir...”
Un morceau de toile était détachée du châssis, dit B. sa main droite part vers le haut pour y figurer un geste d’arrachement ; L. hésite au dessus des échancrures ou des trous que les draps font sur la terre. Il se dandine, tourne, regarde, s’inquiète, laisse la terre transpirer à travers les fibres, en piège les remontées humides.


 
Impétueuse, autoritaire, la caporale passe sa dernière revue de détail


“Gaarde à vous ! AAArme sur l’épauaul’ gauch !...”. Le vent qui pousse du désert donne à la bouche un goût de sable.
Tandis que la tête de B. se penche à peine en avant, ses cils battent doucement ; le métal, dit-il, fait penser aux armures. L. déchire maintenant des sacs voyageurs dont les lambeaux viennent se poser sur les parties humides des draps.



 
La lieutenante donne le départ aux colombes blindées.


“Prêtes au départ ?” -”prêtes”, disent les colombes. Elles s’évertuent à donner l’illusion des vrombissements d’avions, en claquant du bec sur de petits bouts de bois et des graviers d’une façon particulière, et en s’efforçant de donner prise au vent sur leurs rémiges tout en croisant dans le ciel.
La main droite de B. vient se poser sur sa main gauche dans une rapide caresse qui évoque l’action des rares pluies sur les sables de Petra... L. disperse des dunes colorées sur ses draps et ses lambeaux .


 
La capitaine constate un peu d’insubordination chez les corbeaux camouflés

“Silence dans les rangs ! silence !” “Il arrive, capitaine, il arrive”. Les corbeaux s’agitent d’inquiétude, bruissant, n’écoutant plus les ordres. “Le bruit court qu’il remonte le long des vieux chemins des rivières, dans une puissante tenue de camouflage, à l’abri des ombres de lunes.”
L’oeil se fixe, la tête se rejette en arrière, B. écoute ; après l’ancien rite des terres, L. entreprend celui, plus antique, des eaux.

 
La colonnelle écoute le rapport de la mésange espionne.


“Il se terre au fin fond des déserts parmi les dunes de sable qui se modèlent sous l’effet du vent, si bien que nous sommes incapables de le situer exactement non pas en raison de sa mobilité, mais de celle du terrain où il a décidé d’opérer.”-”Damned !” Se borne à dire la colonelle. 
Le regard de B. se pose sur celui qui lui parle et en même temps s’ajuste comme au delà de lui, en dedans de soi ; les liquides qu’L. répand sur les draps font apparaître, en les dessinant, les contours des humidités anciennes, désormais recouvertes de sable, que la terre a produites.

 
La générale envoie son chef d’état-major mater la révolte des mouettes.


“Compris Hector ? Nous ne pouvons plus tolérer aucune fantaisie de ce genre ! “- “Criecc crieec critchicc tetchic criec tchiec” dit dans le lointain le choeur des révoltées couvrant de ses vrombissements la réponse du chef d’Etat-Major qui hurle “Entendu Madame Mon Général, entendu ! Aucune, aucune espèce de fan de fantaisie, non, d’au d’aucun ordre !”-”Crieec Tchic Tchic criecc tchic”.

La main droite de B. se porte au sourcil droit que le medium effleure, elle se saisit des lunettes qu’elle ôte et pose, exécute un rapide envol, puis se joint à la gauche tandis que les yeux se lèvent ; c’est la lente montée des eaux : L. crée autour de lui la mer dans laquelle il se perd. “Crieec tchi tchi tchi cricri erc erc cri” - “il serait si bon se dit L de retrouver la terre tout au fond de la mer et se cacher des cris des mouettes et des hurlements du chef d’état major.”


 
Les infirmières éboueuses exposent les grands blessés


“Aaarrghh.... Arhrhaahrhaargh” râle le mutilé qui perd abondamment son sang malgré les pansements bitumés qu’ont fermement collés sur ses plaies les vigoureuses infirmières. Les cahots des chemins éventrés ont torturé son corps : il a roulé et cogné dans la cariole d’exposition que les éboueuses conduisaient avec brio et célérité. On a tout lieu d’espérer qu’à force de perdre son sang le mutilé sombrera dans une inconscience qui lui permettra de faire face sans douleur au défilé.


“Allons, allons ! Pressons, pressons ! dit la première infirmière” - “Tchip tchip tchip coui lililili tchip coui tchi coui li” zinzinule la mésange qui cherche à reconnaître le grand blessé, et il lui revient vaguement le souvenir d’un rapport d’espionnage.
Le va et vient de la main droite de B. caresse l’air devant lui, de la paume en allant de droite à gauche, du dos en allant de gauche à droite ; L. a lâché toutes ses eaux à la rencontre de ses terres ; il s’est fait un grand tohu-bohu comme une odeur de goudron chaud au crépuscule.


 
Les gloires nationales tâtent précautionneusement le sol miné.

“En avant ! en avant !” - presse la cinquième gloire en poussant la quatrième dans le dos. “Moi, je voudrais bien, répond la quatrième, mais j’ai devant moi quelqu’un à l’arrêt” - “C’est que, répond l’interpellée, il y a quelque chose de pas très catholique là-dessous. On défile, on défile, mais on ne sait jamais sur quoi on peut tomber. Pensez un peu à tout l’explosif qu’on a mis !” - “C’est vrai, mais avançons ! allons !” intime la deuxième gloire. Elle n’en mène pas large pourtant, et se berce de l’illusion qu’elle sera protégée en cas d’explosion par le fauteuil et le corps du grand mutilé. Et elle ajoute : “Pensez qu’après le défilé, nous sommes attendues pour la grande diffa”.

Silence chez les autres... “Ahhhah...” Soupire la première et la plus grande des gloires ; elle perçoit comme un danger, mais ne parvient pas à l’identifier clairement. Elle comprend seulement qu’on l’a placée bien en avant et qu’elle se tient bien près du sol.
Les mains de B. ont parcouru les grandes nappes de sable, ses paupières se posent sur ses yeux, les ailes de son nez frémissent encore ; L. ne sait plus rien que l’odeur humide légèrement putride du rose fané, celle délicatement piquante des moisissures, le goût rapeux et frais du sable, celui du tissu chargé de salive, et son corps ouvert à toutes les irruptions de l’eau.


 
La république généreuse met en service ses ambulances dernier cri.

“Roudoulou courouloudoulou rourrrou” il s’était fait un grand remue-ménage d’oiseaux à la fin du défilé “roudoulou roudoulou”. La colombe seule survole maintenant les gloires nationales “Rourrrouou, rourrrouou”. Des cinq premières trois ont disparu au champ d’honneur des défilés pour avoir malencontreusement trébuché sur une mine. “Courouloudoulou”. Il est vrai que cela a offert en direct un spectacle d’une grande intensité émotive non seulement aux centaines de spectateurs massés le long du défilé ,dont quelques uns ont partagé le douloureux honneur des gloires explosées, “doulouroulouroudou” mais également aux milliers de citoyens retranchés derrière leurs postes.

“Rrououourou”. Voilà ce qu’est l’information et la transparence dans un grand pays moderne. Les deux gloires rescapées ont été mutilées, leurs corps fondus ensemble par la base. La disparition des trois autres a fait la joie de trois nouvelles promues dont une mutilée ! “Vive la république” crient-elles en choeur. “Rouourrlourou” répond la colombe.
B. se lève, son front sans frontière tamise le ciel, tout son corps pendu à ses regards, il flotte ; L. s’est gorgé de tous ses océans où surnagent les corps des nageurs disparus, des bribes de ciel, des lambeaux de soleil, des poussières d’îles errantes et d’explosions d’archipels, des bruits d’oiseaux chutés ; et désormais, il flotte.



Publication en ligne : 22 décembre 2008
Première publication : 1993

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette