BRIBES EN LIGNE
      sur bernadette griot vient de au programme des actions       nuage       pass&e l’évidence je sais, un monde se la langue est intarissable sous l’occupation imagine que, dans la issent de mer, venent as il en est des meurtrières.       au granz est li calz, si se       les macles et roulis photo la légende fleurie est toutes ces pages de nos tendresses ô mes envols bel équilibre et sa hans freibach : la danse de je rêve aux gorges v.- les amicales aventures du sauvage et fuyant comme moisissures mousses lichens antoine simon 23       l̵ histoire de signes . préparation des    courant dont les secrets… à quoi derniers vers sun destre suite du blasphème de station 4 : judas  "ces deux là se je n’ai pas dit que le fontelucco, 6 juillet 2000 1. il se trouve que je suis       l̵ quelques textes dans le monde de cette il était question non (josué avait cet univers sans       le       sur le au rayon des surgelés coupé le sonà  dernières mises       &ccedi bal kanique c’est si j’avais de son temps où les coeurs dernier vers aoi le "patriote", cher bernard bribes en ligne a pour michèle aueret charogne sur le seuilce qui       il antoine simon 28 dentelle : il avait ce n’est pas aux choses ouverture d’une pour daniel farioli poussant branches lianes ronces  ce qui importe pour lentement, josué de sorte que bientôt   les petites fleurs des les installations souvent,     sur la dans les écroulements j’ai ajouté je ne peins pas avec quoi, paysage de ta tombe  et   né le 7 f le feu m’a   adagio   je cliquetis obscène des dernier vers aoi     le attendre. mot terrible. dernier vers que mort ...et poème pour 1257 cleimet sa culpe, si pour julius baltazar 1 le quando me ne so itu pe   le 10 décembre madame déchirée seins isabelle boizard 2005       polenta quand il voit s’ouvrir, descendre à pigalle, se une errance de       la       va     [1]  vertige. une distance dimanche 18 avril 2010 nous marie-hélène assise par accroc au bord de un trait gris sur la zacinto dove giacque il mio       bien nous dirons donc dans l’innocence des attendre. mot terrible. pour michèle gazier 1) af : j’entends première exacerbé d’air "ah ! mon doux pays, « h&eacu les dernières  jésus dernier vers aoi s’ouvre la c’est la chair pourtant       &n madame est toute   la baie des anges le lourd travail des meules dans les rêves de la on dit qu’agathe l’une des dernières je t’enlace gargouille décembre 2001.       b&acir     chambre f qu’il vienne, le feu       sabots i.- avaler l’art par À perte de vue, la houle des  le "musée       embarq il n’y a pas de plus c’était une ne pas négocier ne       nuage le temps passe dans la huit c’est encore à et c’était dans des voiles de longs cheveux  “s’ouvre       sur que d’heures comme un préliminaire la       tourne à propos “la « amis rollant, de       sur la lecture de sainte pour nicolas lavarenne ma ici. les oiseaux y ont fait       la       dans antoine simon 20       baie de pareïs li seit la mouans sartoux. traverse de pour lee   un vendredi pour martin antoine simon 6 quand les eaux et les terres       les 13) polynésie li quens oger cuardise printemps breton, printemps       midi  dernier salut au en cet anniversaire, ce qui  monde rassemblé tromper le néant fragilité humaine. madame, c’est notre il ne reste plus que le epuisement de la salle, si j’étais un       ruelle     oued coulant ce texte se présente tu le sais bien. luc ne       en m1        mise en ligne du texte pour robert la fonction, iloec endreit remeint li os pour raphaël je suis       reine deuxième suite station 5 : comment etait-ce le souvenir antoine simon 27 art jonction semble enfin non, björg,     au couchant       "       jardin   anatomie du m et f le feu est venu,ardeur des rêve, cauchemar,       reine       assis comme c’est reflets et echosla salle       &agrav dernier vers aoi madame a des odeurs sauvages         &n et voici maintenant quelques au matin du fin première raphaël       &n pour qui veut se faire une j’écoute vos  c’était les grands en ceste tere ad estet ja si tu es étudiant en certains prétendent passent .x. portes,       ma a christiane       bonheu sixième  née à       arauca toujours les lettres :  les éditions de     ton un temps hors du au labyrinthe des pleursils écoute, josué, deuxième essai le       descen si, il y a longtemps, les nice, le 18 novembre 2004 du bibelot au babilencore une dernier vers aoi       &agrav       avant lancinant ô lancinant l’heure de la de mes deux mains monde imaginal, me c’est la peur qui fait dernier vers aoi pour helmut ainsi va le travail de qui neuf j’implore en vain merci à marc alpozzo       cerisi pas de pluie pour venir chairs à vif paumes j’ai travaillé juste un mot pour annoncer j’ai parlé a toi le don des cris qui À l’occasion de       " r.m.a toi le don des cris qui       après la lecture de ce face aux bronzes de miodrag les oiseaux s’ouvrent coupé en deux quand rm : nous sommes en la mort d’un oiseau. à propos des grands un verre de vin pour tacher antoine simon 12 dernier vers aoi antoine simon 31 madame est la reine des …presque vingt ans plus pour andré       devant antoine simon 2       parfoi dans les carnets merle noir  pour       ton alocco en patchworck © la vie humble chez les le 26 août 1887, depuis jamais je n’aurais les plus vieilles le geste de l’ancienne,       vu mon cher pétrarque, au seuil de l’atelier et ma foi,  les trois ensembles mes pensées restent depuis ce jour, le site au commencement était    si tout au long rm : d’accord sur de pa(i)smeisuns en est venuz dans ce pays ma mère des quatre archanges que chaises, tables, verres,     l’é la réserve des bribes deux mille ans nous a la fin il ne resta que g. duchêne, écriture le se placer sous le signe de    tu sais jouer sur tous les tableaux le franchissement des 0 false 21 18 des quatre archanges que il s’appelait       dans vi.- les amicales aventures nécrologie   on n’est elle réalise des soudain un blanc fauche le  la lancinante il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi carcassonne, le 06 pour pierre theunissen la       sur je t’ai admiré,       la le soleil n’est pas il y a tant de saints sur f le feu s’est       " l’erbe del camp, ki max charvolen, martin miguel       entre       à       &agrav temps de cendre de deuil de la force du corps,    seule au dans le pain brisé son       sous       ( pour egidio fiorin des mots la cité de la musique je serai toujours attentif à       j̵ douce est la terre aux yeux   iv    vers ki mult est las, il se dort       je le bulletin de "bribes dernier vers doel i avrat,       droite avant dernier vers aoi o tendresses ô mes  tu ne renonceras pas. al matin, quant primes pert " je suis un écorché vif. dernier vers s’il c’est parfois un pays   six formes de la c’est extrêmement "le renard connaît encore une citation“tu dernier vers aoi sculpter l’air : la gaucherie à vivre,  “ce travail qui       la       fourr& li emperere par sa grant pour gilbert     hélas, je m’étonne toujours de la etudiant à  hier, 17 depuis le 20 juillet, bribes diaphane est le deuxième approche de vous êtes la liberté s’imprime à 7) porte-fenêtre    7 artistes et 1       pour la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

 

 

La géométrie est un plaisir fasciste et le dénombrement est concentrationnaire. Garde-toi, Josué, d’explorer d’inutiles possibles, d’user du chiffre et du
compas : quand tu croiras avoir saisi le monde, c’est que tu le considèreras derrière tes grilles... Croirais-tu maîtriser le feu en le couvrant d’un voile ?

LUIGI

LAURA

ERSILIA

GENOVEFFA

GIOVANNI

MARIA-LUISA

RAFFAELLE

MARIO

TERESA

ALBERTO

MARIA

GINA

MASSIMO

MARIANNINA

ALFONSO

MIMMA

DANTE

SANTINA

ROBERTO

RENZO

VANNI

IVANA

JEAN-LOUIS

GENEVIEVE

TONI

PIER LUIGI

MASSIMINO

GINA

LAURA

LOUIS

LAURA

MARIANNE

Aurais-je voulu vous tromper ? L’aurais-je pu ?

POPAUL

BEBERT

GILOU

ALAIN ET MIMILE

CLOCLO

GERARD

HUGUETTE

YVON

ALFREDO

IRMA

MINGHINA

MARC

ERCOLE

PIERROT

DOMINIQUE

DOMINIQUE

JEAN-PIERRE

JEAN-LOUIS

RENE

SERGE

JEAN-CLAUDE

PIERRE

ENZA

PHILIPPE

MICHEL

RENEE

CHRISTIAN

MARIE-FRANCE

MIREILLE

HELENE

JEAN-LOUP

JEAN- MARIE

ARMELLE

CHARLINE

MAX

MARCEL

NOEL

CLAUDE

MARTIN

SERGE

LOUIS

VIVIEN

CARMELO

PATRICK

ALBERT

BERNARD

FRANÇOIS

GUILLAUME

SIMONE


Mes bras brisés mes bras tendus tu te retiens mon peuple tu te retiens

JEAN-PIERRE

CLAUDE

JACQUELINE

CLAUDIE

MAURICE

LAURENCE

MARC

GEORGES

HENRI

JEAN-LUC

CHRISTIANE

GENEVIEVE

PATRICK

PATRICK

SERGE

MARIANNE

HENRI

CHARLES

RAYMOND

 

 

mon lit seul à ma terre m’attache et de ma terre je fais mon lit, mât et ancre en mon voyage

BEATRICE

MARTINE

ANNE

LAURENCE

PASCALE 

VALERIE

STEPHANE

MARIELLE

CHRISTOPHE

LOUIS

JACQUES

DANIELE

BRUNO

ELSA

MARCEL

MARTIN

MAX

NOEL 

HELENE

TITA -

MICHELE

CLAUDE

PATRICK

DANIEL

CLAUDE

PIERRE

ALEX

OMAR

ALBERTO

JEAN-FRANÇOIS

MARIE-DOMINIQUE

JEAN

GENEVIEVE

MANUEL

MICHEL

Qui êtes-vous qui êtes

ROBERT

PIERRE

JEAN-MARC

JEAN-MARIE

CLAUDINE

REGINE

MATHIEU

MARIE-CLAUDE

MONIQUE

GEORGES

PIERRE

MARIE

CELESTINE

JEAN

FRANÇOIS

ANNIE

NICOLE

CHRISTIAN

NADIA

IDA

JOSIANE

JACQUES

KELLI

JACQUES

 

Ainsi nous naviguions ainsi nous approchant de contrées in connues in terdites quand la montagne la m

SYLVAIN

ROSELINE

ROGER

ROGER

SEBASTIEN

FRANCINE

HENRI

ANNICK

FRANÇOIS

KARIM

SONIA

ROMAIN

GERARD

AZIZ

VIVIEN

ODETTE

NICOLAS -

FRANÇOISE

RICHARD

MURIELLE

JOHANNE 

BRUNO

ESTELLE

ZAKIA

YANN

DENISE -

PASCAL

PAUL

THIERRY

MARINA

SYLVIE 

AHMED

LAURENT

ERIC

EMMANUELLE

SABINE

CECILE

LUCIEN

GERARD -

JEAN-JACQUES

GUILLAUME

ARTHUR

MARCEL

JEAN

SEVERINE

FLORENT

CORINNE

JEAN-MARC

LYANE

SYLVIE

MICHAELA

MICHEL

MYRIAM

 

 

 

 

 

Tu es le rêve d’une ombre, dit Dieu, en s’estompant.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette