BRIBES EN LIGNE
      un       longte il existe au moins deux un jour, vous m’avez et encore  dits il est le jongleur de lui       é   marcel montagnesde mes pensées restent le franchissement des torna a sorrento ulisse torna passet li jurz, si turnet a un titre : il infuse sa       neige       arauca j’ai ajouté apaches : nous lirons deux extraits de quelques textes  “... parler une le 19 novembre 2013, à la la gaucherie à vivre,       rampan il avait accepté       pass&e sur l’erbe verte si est aucun hasard si se accorde ton désir à ta pour maguy giraud et  les trois ensembles       au dernier vers aoi ce va et vient entre ma mémoire ne peut me on croit souvent que le but les oiseaux s’ouvrent madame déchirée l’art n’existe les avenues de ce pays raphaËl pour andré villers 1) station 5 : comment nos voix dernier vers aoi références : xavier béatrice machet vient de errer est notre lot, madame,       je pour martin 1) la plupart de ces     une abeille de ce n’est pas aux choses la terre a souvent tremblé autre citation"voui deuxième suite le coquillage contre (josué avait     à « h&eacu c’est parfois un pays   1) cette la question du récit antoine simon 24 deuxième approche de pour marcel bribes en ligne a je suis celle qui trompe able comme capable de donner   si j’avais de son       sur       six pour martine, coline et laure       aux cinq madame aux yeux exode, 16, 1-5 toute dernier vers aoi les amants se madame porte à j’ai en réserve six de l’espace urbain, première ainsi va le travail de qui dernier vers aoi pour mon épouse nicole et  riche de mes pour frédéric …presque vingt ans plus lancinant ô lancinant karles se dort cum hume       sur une autre approche de ce monde est semé si elle est belle ? je je dors d’un sommeil de nice, le 8 octobre mise en ligne d’un pour jean marie quatre si la mer s’est mais jamais on ne j’écoute vos     du faucon dans les horizons de boue, de     &nbs       ce heureuse ruine, pensait "et bien, voilà..." dit       sur       au dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis c’est la peur qui fait rien n’est de soie les draps, de soie       que     l’é carles respunt : cher bernard dernier vers aoi que d’heures       au sors de mon territoire. fais       les ouverture de l’espace sous l’occupation un trait gris sur la quel ennui, mortel pour  “ce travail qui la vie est dans la vie. se dernier vers s’il la terre nous v.- les amicales aventures du autre petite voix samuelchapitre 16, versets 1 epuisement de la salle,       un sculpter l’air : je suis bien dans   je ne comprends plus       m̵ le bulletin de "bribes  jésus c’est vrai     son un temps hors du “le pinceau glisse sur j’ai perdu mon et ma foi,       quand je n’ai pas dit que le de la pour le prochain basilic, (la dans les hautes herbes       l̵ avec marc, nous avons l’une des dernières       dans il s’appelait souvent je ne sais rien de       il       dans carcassonne, le 06 comme c’est antoine simon 10       fleure violette cachéeton       cerisi  je signerai mon     depuis de l’autre le corps encaisse comme il siglent a fort e nagent e  c’était   dits de ce texte se présente       "       assis  avec « a la c’est un peu comme si,       deux que reste-t-il de la neuf j’implore en vain je sais, un monde se   que signifie sept (forces cachées qui ecrire sur  pour jean le   on n’est dans le pain brisé son travail de tissage, dans    nous bernard dejonghe... depuis pour antoine simon 27 Ç’avait été la eurydice toujours nue à ma chair n’est m1       je suis dernier vers aoi la légende fleurie est la bouche pleine de bulles  les éditions de     cet arbre que pour andré       une     chant de la fraîcheur et la nécrologie dans le train premier  “s’ouvre c’était une granz est li calz, si se       embarq dix l’espace ouvert au temps où les coeurs après la lecture de il n’était qu’un jamais si entêtanteeurydice       fourr& pure forme, belle muette,       s̵ le glacis de la mort iloec endreit remeint li os approche d’une i.- avaler l’art par       dans je déambule et suis rêves de josué, temps de cendre de deuil de les parents, l’ultime   (à et…  dits de    regardant voici des œuvres qui, le il en est des noms comme du       tourne       la quelques autres religion de josué il pour philippe  de la trajectoire de ce  on peut passer une vie pour michèle pour egidio fiorin des mots ils sortent les plus vieilles où l’on revient monde imaginal,     quand     pluie du napolì napolì printemps breton, printemps a grant dulur tendrai puis pierre ciel abstraction voir figuration ce texte m’a été qu’est-ce qui est en attendre. mot terrible. madame, vous débusquez le tissu d’acier le géographe sait tout       l̵       sur equitable un besoin sonnerait attendre. mot terrible. il semble possible (en regardant un dessin de l’éclair me dure, difficile alliage de c’est une sorte de       cette ki mult est las, il se dort   pour théa et ses j’arrivais dans les       vu sous la pression des       sous       b&acir       sur le très malheureux... genre des motsmauvais genre pour michèle gazier 1 à propos “la tout en vérifiant       (       qui       chaque jusqu’à il y a     "  mise en ligne du texte comme un préliminaire la       je me la vie est ce bruissement petites proses sur terre bien sûr, il y eut antoine simon 12 ce paysage que tu contemplais  les premières   nous sommes chaque jour est un appel, une dans le pays dont je vous    seule au merle noir  pour antoine simon 5     chambre antoine simon 13 le temps passe dans la  dernières mises       fourr&       le   voici donc la s’égarer on       sur f les marques de la mort sur libre de lever la tête       le et voici maintenant quelques     les fleurs du cinquième citationne etait-ce le souvenir       su     [1]        banlie le temps passe si vite, portrait. 1255 : madame a des odeurs sauvages au seuil de l’atelier quand les eaux et les terres je ne sais pas si se placer sous le signe de nu(e), comme son nom ] heureux l’homme i mes doigts se sont ouverts antoine simon 9 a la femme au dernier vers doel i avrat,       dans (elle entretenait polenta mais non, mais non, tu depuis le 20 juillet, bribes vous êtes morz est rollant, deus en ad       descen antoine simon 25 halt sunt li pui e mult halt   un quand il voit s’ouvrir, autre citation       retour une errance de  “comment       pav&ea       enfant merci à la toile de j’ai longtemps antoine simon 30 Être tout entier la flamme       nuage les grands dernier vers aoi la littérature de quand sur vos visages les le recueil de textes je meurs de soif       &agrav ce pays que je dis est de pareïs li seit la       sur       pav&ea je me souviens de     faisant la la rencontre d’une  ce qui importe pour       en un       j̵ quand les mots le ciel est clair au travers  tu vois im font chier même si le proche et le lointain       droite pour mireille et philippe       nuage  l’écriture trois tentatives desesperees       la premier essai c’est antoine simon 20       et tu la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

Ton plaisir du nombre et de la géométrie, disait Dieu, est pervers...Josué le savait bien, lui qui n’avait jamais pu observer sans frémir l’ordonnancement militaire, que les défilés, processions, mettaient en colère, que les rangées impeccables d’enfants remplissaient d’angoisse. Tout ce qui pouvait ressembler à une mise en ordre des hommes, à une mise au pas, le laissait dans une perplexité effrayée...Uniformité des gestes, des vêtements, des pensées, des buts ! Il ne savait que trop la perversité de l’ordre et du nombre pour avoir si aisément
goûté à leurs contraintes rassurantes, à la force dont ils chargent tous les aveuglements.

 
Celui qui parlait ainsi s’était détaché d’un petit groupe d’hommes

Frères, je tends depuis si longtemps vers vous mes bras brisés ! Depuis si longtemps mes doigts malhabiles cherchent à façonner un impérissable objet de notre existence éphémère. Depuis si longtemps notre peuple agonise de retenue, non de réserve ni de pudeur...de retenue
Depuis si longtemps

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette