BRIBES EN LIGNE
      ...mai       bien antoine simon 3 1- c’est dans       " ainsi alfred… ce 28 février 2002. à propos des grands       dans ce qui aide à pénétrer le de soie les draps, de soie     à deux ajouts ces derniers et si tu dois apprendre à c’est la distance entre  ce qui importe pour sixième  “la signification       il ce texte m’a été folie de josuétout est temps de pierres       sous c’est parfois un pays fin première ouverture de l’espace     extraire les lettres ou les chiffres   1) cette   la baie des anges quand les eaux et les terres       la raphaël     sur la pente       la bientôt, aucune amarre la galerie chave qui toute une faune timide veille antoine simon 23 cinquième citationne je suis occupé ces       au       journ& marie-hélène       sur le envoi du bulletin de bribes station 5 : comment (ma gorge est une "je me tais. pour taire.       pourqu écoute, josué,      & mesdames, messieurs, veuillez j’arrivais dans les quatrième essai de  mise en ligne du texte suite de       "   saint paul trois ce va et vient entre art jonction semble enfin       la je dors d’un sommeil de       " prenez vos casseroles et nous dirons donc  ce mois ci : sub ce jour là, je pouvais 1.- les rêves de       qui et encore  dits autres litanies du saint nom merci à marc alpozzo raphaËl trois (mon souffle au matin quelques autres madame aux rumeurs la brume. nuages il ne sait rien qui ne va certains soirs, quand je ki mult est las, il se dort c’est pour moi le premier         &n encore une citation“tu 1) la plupart de ces le tissu d’acier  hier, 17 viallat © le château de poussées par les vagues pluies et bruines, pour jacqueline moretti, avec marc, nous avons antoine simon 2 seul dans la rue je ris la  pour jean le       &n la deuxième édition du dans l’effilé de 13) polynésie       descen À l’occasion de dernier vers aoi   maintenant il connaît le dernier vers aoi voici des œuvres qui, le macles et roulis photo 4 l’instant criblé avez-vous vu présentation du seins isabelle boizard 2005 carmelo arden quin est une chaque automne les pour nicolas lavarenne ma       sur le ciel de ce pays est tout l’une des dernières       ce la littérature de journée de nécrologie les petites fleurs des apaches : une fois entré dans la a la fin il ne resta que on a cru à ce texte se présente j’aime chez pierre attelage ii est une œuvre il est le jongleur de lui siglent a fort e nagent e le galop du poème me       un   jn 2,1-12 :       reine un verre de vin pour tacher constellations et antoine simon 22 deuxième apparition la fraîcheur et la     rien il avait accepté allons fouiller ce triangle  le "musée       à le texte qui suit est, bien       allong equitable un besoin sonnerait et il parlait ainsi dans la cet article est paru m1        marcel migozzi vient de     depuis jusqu’à il y a quatrième essai de dessiner les choses banales       maquis mon travail est une c’est vrai  les éditions de  on peut passer une vie en 1958 ben ouvre à bel équilibre et sa     nous glaciation entre pas sur coussin d’air mais à clquez sur       cette et que dire de la grâce douce est la terre aux yeux le recueil de textes À la loupe, il observa       pav&ea  pour le dernier jour les avenues de ce pays madame des forêts de décembre 2001.       su    seule au dernier vers aoi       le       m&eacu       l̵ le temps passe dans la pur ceste espee ai dulor e l’erbe del camp, ki lorsqu’on connaît une leonardo rosa rita est trois fois humble. se reprendre. creuser son le corps encaisse comme il dans les hautes herbes je me souviens de tes chaussures au bas de       l̵       arauca quant carles oït la tu le sais bien. luc ne       ( mon cher pétrarque, il ne s’agit pas de ouverture d’une alocco en patchworck ©   la production   ces notes dorothée vint au monde j’ai donné, au mois franchement, pensait le chef, et que vous dire des dix l’espace ouvert au       " un besoin de couper comme de sous la pression des mille fardeaux, mille "moi, esclave" a       quinze     tout autour       la    si tout au long     du faucon f tous les feux se sont     oued coulant la bouche pleine de bulles halt sunt li pui e mult halt (À l’église les étourneaux !       montag madame chrysalide fileuse voudrais je vous légendes de michel la mort, l’ultime port, l’heure de la       grappe       baie le geste de l’ancienne, « pouvez-vous       aux ...et poème pour li emperere s’est a propos d’une « amis rollant, de le 26 août 1887, depuis antoine simon 19       le j’ai donc  tu ne renonceras pas. dans ce périlleux de mes deux mains onzième des quatre archanges que le plus insupportable chez quel étonnant tu le saiset je le vois       le outre la poursuite de la mise au seuil de l’atelier je découvre avant toi   nous sommes pour mireille et philippe très malheureux...             les dans le pays dont je vous aux barrières des octrois dernier vers aoi     le errer est notre lot, madame, et il fallait aller debout dernier vers aoi "l’art est-il c’est la peur qui fait  les œuvres de   tout est toujours en chairs à vif paumes les parents, l’ultime deuxième suite       en sauvage et fuyant comme de la quelques textes je désire un « 8° de je m’étonne toujours de la       je me       six descendre à pigalle, se vi.- les amicales aventures       longte       dans   on n’est     pourquoi ce qu’un paysage peut  la lancinante       pav&ea       banlie   en grec, morías     un mois sans     sur la  epître aux     &nbs à propos “la       rampan madame, c’est notre f le feu est venu,ardeur des       voyage et  riche de mes le samedi 26 mars, à 15 morz est rollant, deus en ad en ceste tere ad estet ja pour martine inoubliables, les       je       neige       vu       vaches l’impossible etait-ce le souvenir       vu  au travers de toi je dernier vers s’il un homme dans la rue se prend rm : nous sommes en bien sûr, il y eut très saintes litanies dernier vers aoi l’art n’existe et si au premier jour il on cheval ne faut-il pas vivre comme  de la trajectoire de ce (en regardant un dessin de et c’était dans il semble possible antoine simon 31       &agrav       pour   voici donc la comme un préliminaire la chaises, tables, verres, sables mes parolesvous f qu’il vienne, le feu d’un côté pour gilbert temps où les coeurs   ces sec erv vre ile       " comme c’est pour max charvolen 1) toi, mésange à c’était une       dans ço dist li reis :       &n a dix sept ans, je ne savais   le texte suivant a       neige quai des chargeurs de le ciel est clair au travers la musique est le parfum de   le 10 décembre juste un       apparu dernier vers aoi écrirecomme on se madame porte à madame déchirée pour marcel       le pour jean-louis cantin 1.- les routes de ce pays sont sequence 6   le je t’enfourche ma vous dites : "un iv.- du livre d’artiste sous l’occupation petit matin frais. je te  tu vois im font chier un soir à paris au au programme des actions temps de cendre de deuil de non, björg, démodocos... Ça a bien un temps de pierres dans la antoine simon 9   3   

les       b&acir ce qui fascine chez madame est une torche. elle la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXII | CXIV ->
CXIII

Clefs : Dieu , Josué , monde , "Je" , langue , voyages

Ainsi Alfred… Dois-je dire… ton Alfred… Moins navigateur que fuyard, moins explorateur qu’orgueilleux, se donnant des raisons pour

 Fausses raisons ou non, disait Josué,
le voyage est vrai. Ou trouverions-nous notre infini, sinon en nous heurtant à notre finitude, où notre éternité si ce n’est en allant au bout de notre temps, en côtoyant notre mort ?


 
en allant au bout de notre souffle, de notre voix, de notre corps indocile…
 


AOI


Jamais je n’aurais connu le repos, jamais je n’aurais eu idée de la plénitude du bonheur, si je n’avais pu faire errer sur elle mes mains, mes yeux et mon corps.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette