BRIBES EN LIGNE
  pour le prochain tout est prêt en moi pour       jonath la poésie, à la de pareïs li seit la       deux pour egidio fiorin des mots paien sunt morz, alquant dernier vers aoi       nuage   jn 2,1-12 : napolì napolì le corps encaisse comme il rien n’est     une abeille de abu zayd me déplait. pas l’art n’existe d’un côté pour martin marcel alocco a quel ennui, mortel pour  dans le livre, le il est le jongleur de lui ce jour là, je pouvais  au travers de toi je       m&eacu       et fragilité humaine. antoine simon 28   je n’ai jamais pour m.b. quand je me heurte antoine simon 5     pourquoi la fraîcheur et la dernier vers aoi merle noir  pour dentelle : il avait pour maguy giraud et dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais on a cru à je suis bien dans a l’aube des apaches, passet li jurz, la noit est r.m.a toi le don des cris qui il existe deux saints portant tu le saiset je le vois vous deux, c’est joie et       le  “... parler une sous la pression des     de rigoles en dernier vers aoi (la numérotation des À peine jetés dans le       sur nous savons tous, ici, que antoine simon 15 quel étonnant dernier vers aoi         &n   maille 1 :que dans ma gorge reflets et echosla salle il semble possible antoine simon 10 vos estes proz e vostre couleur qui ne masque pas       sous très malheureux... il ne reste plus que le pour helmut       assis       sur pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi       je me       la le plus insupportable chez voile de nuità la       une vedo la luna vedo le pour yves et pierre poher et démodocos... Ça a bien un une fois entré dans la     à le temps passe dans la mult ben i fierent franceis e bernard dejonghe... depuis quelque chose essai de nécrologie, temps de pierres dans la pour robert f dans le sourd chatoiement   la production on trouvera la video       o ainsi fut pétrarque dans depuis ce jour, le site un temps hors du antoine simon 9   iv    vers nu(e), comme son nom vi.- les amicales aventures cet univers sans livre grand format en trois mon cher pétrarque,       coude mais non, mais non, tu troisième essai et  marcel migozzi vient de pour mireille et philippe     tout autour mais jamais on ne       l̵ l’heure de la onze sous les cercles patrick joquel vient de    de femme liseuse edmond, sa grande À l’occasion de       droite pour martine, coline et laure printemps breton, printemps quatre si la mer s’est l’impression la plus le bulletin de "bribes (ô fleur de courge...       l̵ toute une faune timide veille art jonction semble enfin rimbaud a donc dans le pain brisé son zacinto dove giacque il mio   on n’est les dernières la tentation du survol, à lentement, josué   l’oeuvre vit son (vois-tu, sancho, je suis       voyage comme c’est carles respunt : alocco en patchworck ©       neige   pour adèle et il ne s’agit pas de li quens oger cuardise arbre épanoui au ciel     vers le soir très saintes litanies l’existence n’est       sur       le À max charvolen et martin toulon, samedi 9   saint paul trois i.- avaler l’art par "ah ! mon doux pays, pour pierre theunissen la et je vois dans vos dernier vers aoi sauvage et fuyant comme pour michèle aueret le temps passe si vite, pour jacky coville guetteurs (en regardant un dessin de macles et roulis photo 3 dernier vers s’il pur ceste espee ai dulor e    il ma chair n’est  il y a le 1) la plupart de ces deuxième approche de dans les carnets portrait. 1255 : pour anne slacik ecrire est     &nbs descendre à pigalle, se nous viendrons nous masser dernier vers aoi prenez vos casseroles et une autre approche de Éléments - ne faut-il pas vivre comme la musique est le parfum de quelque temps plus tard, de rêve, cauchemar, dans le monde de cette la cité de la musique     un mois sans f les marques de la mort sur le grand combat : encore une citation“tu le soleil n’est pas quatrième essai de dont les secrets… à quoi       je seul dans la rue je ris la lorsqu’on connaît une  zones gardées de af : j’entends un soir à paris au les durand : une       neige avant dernier vers aoi   un rm : nous sommes en       l̵ j’ai donc des quatre archanges que intendo... intendo ! pour jean marie       " grande lune pourpre dont les pas facile d’ajuster le les étourneaux ! j’ai donné, au mois temps où les coeurs       embarq clers est li jurz et li fin première    au balcon pour jacqueline moretti, soudain un blanc fauche le       le carissimo ulisse,torna a       la       dans agnus dei qui tollis peccata     le sur l’erbe verte si est la lecture de sainte le 19 novembre 2013, à la dix l’espace ouvert au station 7 : as-tu vu judas se les amants se montagnesde archipel shopping, la carmelo arden quin est une "nice, nouvel éloge de la nous avancions en bas de on préparait mille fardeaux, mille antoine simon 21       au la terre nous       l̵ réponse de michel madame a des odeurs sauvages       un madame des forêts de   ces sec erv vre ile     dans la ruela     son attendre. mot terrible. antoine simon 13 branches lianes ronces       su antoine simon 23   (dans le guetter cette chose quant carles oït la 1) notre-dame au mur violet       ...mai rêves de josué, on croit souvent que le but       deux dernier vers aoi al matin, quant primes pert temps de cendre de deuil de ( ce texte a l’instant criblé la langue est intarissable       &agrav lancinant ô lancinant martin miguel art et un trait gris sur la 7) porte-fenêtre il existe au moins deux sors de mon territoire. fais madame dans l’ombre des  pour jean le  “comment ce qui fait tableau : ce       la j’oublie souvent et  les œuvres de s’égarer on       à etait-ce le souvenir petit matin frais. je te       fourr& et il parlait ainsi dans la  je signerai mon pour jean gautheronle cosmos       apr&eg il arriva que f le feu est venu,ardeur des      & macles et roulis photo au rayon des surgelés les oiseaux s’ouvrent à la bonne dans la caverne primordiale carles li reis en ad prise sa tendresses ô mes envols       sur le       au et si au premier jour il les plus vieilles       soleil derniers vers sun destre de l’autre antoine simon 31       pourqu et ma foi, frères et       le pure forme, belle muette, dans le train premier histoire de signes . petites proses sur terre    7 artistes et 1 franchement, pensait le chef, j’ai longtemps c’est la chair pourtant       &agrav "mais qui lit encore le faisant dialoguer     sur la pente le 23 février 1988, il “le pinceau glisse sur  tu ne renonceras pas. dans les carnets dans les rêves de la au commencement était cet article est paru     depuis   marcel monde imaginal, de sorte que bientôt       en un j’ai en réserve cet article est paru dans le "moi, esclave" a nice, le 8 octobre cliquetis obscène des cinquième essai tout macles et roulis photo 7 pas une année sans évoquer pour martine l’une des dernières au programme des actions   est-ce que    seule au première le travail de bernard     le cygne sur dans le pays dont je vous derniers     surgi bernadette griot vient de   dits de les dessins de martine orsoni pour jean-marie simon et sa pas même toutefois je m’estimais dernier vers aoi la terre a souvent tremblé du bibelot au babilencore une merci au printemps des autre essai d’un mi viene in mentemi avant propos la peinture est       un (josué avait la chaude caresse de je suis celle qui trompe "pour tes huit c’est encore à       la       pav&ea a supposer quece monde tienne si elle est belle ? je si grant dol ai que ne dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXI | CXIII ->
CXII

Clefs : Josué , spectacle

REFLETS ET ECHOS
La salle découvrit ses miroirs. Images multipliées dans l’illusion de l’infini. Simultanément, toutes les chambres à échos furent branchées de sorte que chaque phrase était répétée par un haut parleur voisin selon l’inclinaison du corps et l’orientation des ondes sonores. Multiplication infinie d’un illusoire contact... Josué avait rêver de projeter en même temps la figure du parleur... Mais la technique lui avait fait défaut ; quelque hologramme, peut-être, quelque jeu de laser, mais quelle complexité de caméras ! Combien d’objectifs aurait-il fallu monter, celer, maîtriser ! Après tout, se disait Josué, il est bien plus juste de ne refléter que des images de foule et des échos de voix : la reproduction de la voix est plus crédible que celle du corps... et il est juste aussi que la voix semble parvenir -identique- d’une autre personne, chacun de nous est-il davantage son corps ou ses mots ? Les corps, pour différents qu’ils soient, prennent, de toutes manières, des postures identiques... Les prennent-ils ? Je me serais laissé allé à la facilité de la technique... Il est facile d’user des machines : synthétiseurs d’images, micro-projecteur-relief... Me serais-je fourvoyé en installant les chambres d’échos ? Après tout, n’importe quel match est prétexte à jeux d’échos, inversions sonores, plaisir musical... Et même à reflets physique...
Je me frappe, la douleur est un miroir brisé. Où est la matrice de l’image éclatée ? Pièges à lumière...

 

Je ne pensais pas qu’il y eût, entre Alfred et moi, autant de liens avant d’avoir entrepris avec lui – et dans les conditions que j’ai relatées- cette terrible
expédition.
Je me frappe, disait Josué, cet écartèlement m’ouvrira-t-il ?

 J

D’où que surgît le son fondateur, ce lieu devenait, au treizième moment, celui de l’inversion ; entretemps, sa circulation répondait à une géométrie simple, solide, première : esquissant d’abord l’isocèle, le son était repris au troisième point et projeté selon un angle droit avec une intensité suffisante pour sortir du cercle couvert par le son d’origine à nouveau repris comme pour poursuivre le carré, il
était encore augmenté et renaissait comme pour construire un hexagone dont le côté était égal au diamètre du cercle initial ; au septième point, pourtant, il s’intensifiait encore et sa circulation construisait un deuxième hexagone deux fois plus vaste… Ainsi, c’était au point de départ qu’à tous moments venaient se rompre et repartir toutes les vagues sonores, tous les déferlements, où convergeaient tous les échos.

 

Comment s’ouvrir ? Disait Josué… Quel rapport du reflet à l’éclat ? Et de l’éclat à l’éclatement ? De la constance aux retours, à l’alternance ? Quel rapport du son plein à l’écho ? Croyant m’ouvrir, je me fane et m’étiole, je m’affadis…
Eclats ou écarts ? Je m’abandonne aux séductions . Quand je pense, murmurait Dieu, que tu me traitais d’abécédaire !

L’une des variantes consistait à ne jamais passer par le carré mais, s’appuyant sur l’hexagone, engendrer la spirale en faisant parcourir au son une distance deux fois plus grande à partir des points sept, treize et dix neuf…

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette