BRIBES EN LIGNE
merle noir  pour       montagne    il apaches : monde imaginal,   voici donc la   iv    vers il y a bien là, dans textes mis en ligne en le temps passe dans la       apr&egra paysage de ta torna a sorrento ulisse torna avant dernier vers aoi comme c’est  les premières on dit qu’agathe   le texte suivant a       un       pav&eacu "si elle est je reviens sur des cher.e.s ami.e.s vous pouvez page suivante ► page page suivante ► page ils s’étaient nous dirons donc       objectif oiseau tranquille au vol page suivante ► page       rampant madame aux rumeurs preambule – ut pictura toute trace fait sens. que la mastication des pour martin de pareïs li seit la l’eau froide de l’anse recleimet deu mult       "   nous sommes       é branches lianes ronces   ces sec erv vre ile page suivante je crie la rue mue douleur cyclades, iii° (dans mon ventre pousse une sommaire ► page suivante page précédente retour de proche en proche tous "a cannes, propos de table ce poème est tiré du  hors du corps pas max charvolen, martin miguel lorsqu’on connaît une il faut laisser venir madame textes mis en ligne en dernier vers aoi   présentation du projet sables mes paroles vous la deuxième édition du  le livre, avec page suivante ► page       le elle disposait d’une « e ! malvais présentation du projet j’ai parlé sauvage et fuyant comme quel étonnant il y a des mots, mais comme   je n’ai jamais un temps hors du       maquis art jonction semble enfin marcel alocco a la mort, l’ultime port,       force sequence a ma mère, femme parmi chaises, tables, verres, le scribe ne retient douze (se fait terre se       grappes       je entr’els nen at ne pui   pour théa et ses       le       ce qui autre citation       ( des conserves ! page suivante page paru en ce mois de juin 2021, abstraction voir figuration l’attente, le fruit dans le train premier a propos de quatre oeuvres de tes chaussures au bas de       la madame chrysalide fileuse petit matin frais. je te et tout avait à la bonne       à on préparait         or décembre 2001. Éléments - le ciel est clair au travers bernadette griot vient de dessiner les choses banales béatrice machet vient de       jonathan imagine que, dans la pour marcel 1 2  aller à la bribe suivante toujours les lettres :       la page précédente       sous       midi un verre de vin pour tacher antoine simon 13 antoine simon 14 1 2  « et bien, de soie les draps, de soie   (à “dans le dessin page suivante ► page c’est seulement au dernier vers aoi page suivante ► christ a en cet anniversaire, ce qui       o       et le peintre manuel casimiro toulon, samedi 9       est-ce page suivante page pas même du bibelot au babil encore aller à textes mis en ligne en à yvon quand une fois on a equitable un besoin sonnerait 1 2 3 page suivante ► page       pav&eacu dernier vers aoi       tourneso (ma gorge est une c’est ici, me des quatre archanges que toute une faune timide veille     hélas, 1 2 3  c’était bribes en ligne a   un vendredi {{}} on trouvera la     son rafale n° 6 just do se reprendre. creuser son page suivante ► page c’est une sorte de dans le monde de cette       allong&e       entre cover-oleti_artin_ri page suivante ► page page suivante ► page si grant dol ai que ne normalement, la rubrique page suivante ► r.m. a toi in the country comme ce mur blanc quelque chose page suivante ► page « ces deux là suite du blasphème de       coude dernier vers aoi pour helmut dernier vers aoi aller à la bribe suivante       la un texte que j’ai douce est la terre aux yeux frères et cet article est paru dans le pénétrer dans ce jour, dernier vers aoi (de)lecta lucta        &       le très saintes litanies (la numérotation des d’un côté antoine simon 7 edmond, sa grande page suivante ► page « je suis un il semble possible écoute, josué,   entrons maintenant   d’un coté, pour accéder au texte, page suivante ► page le travail de bernard haut var ► trois petits ouverture de l’espace il aurait voulu être le lent déferlement pur ceste espee ai dulor e       deux pour écouter la lecture,       sur mult est vassal carles de       quinze       la la chaise, le châssis, le deux ce travail vous est pour frédéric   au milieu de  dans toutes les rues dans un clignement de       à chercher une sorte de lancinant ô lancinant langues de plomb a la josué ne       m’       descenda ce qui importe pour       ( pour accéder au pdf, depuis le 20 juillet, bribes       au elle ose à peine       que de       gentil       fleur préparer le ciel ii li quens oger cuardise      & antoine simon 15 ► abÉcÉdaire à jean pour gilbert ce 28 février 2002. avec marc, nous avons       le       voyage l’erbe del camp, ki bernard noël, droits le franchissement des antoine simon 26 je meurs de soif     pluie du la poésie, à la tout le problème le 15 mai, à       aujourd page suivante ► page     de rigoles en       magnolia sommaire ► page suivante le 26 août 1887, depuis ce n’est pas aux choses madame est toute libre de lever la tête immense est le théâtre et       apr&egra il arriva que accoucher baragouiner 1- c’est dans la route de la soie, à pied, quand il voit s’ouvrir,  tous ces chardonnerets antoine simon 10 travail de tissage, dans approche d’une attendre. mot terrible.     [1] l page précédente page sommaire ► page suivante quando me ne so itu pe 1 2 3 la terre nous page suivante ► page pour jacky coville guetteurs  de la trajectoire de ce pour michèle gazier 1) bruno mendonça accorde ton désir à ta 1 2  tous feux éteints. des    7 artistes et 1 hans freibach : gardien de phare à vie, au deuxième essai il avait accepté le recueil de textes 1 2  le numéro exceptionnel de l’illusion d’une me 1 2  et que vous dire des     sur la pente     chambre carmelo arden quin est une livre grand format en trois après la lecture de       &nbs « h&eacut clxvi deus li otreit (la sue) madame, c’est notre qui d’entre nous rossignolet tu la textes mis en ligne en mars       j’ issent de mer, venent as allons fouiller ce triangle deus li otreit (la sue) 1 2  1 2  alocco en patchworck © 1 2  ainsi fut pétrarque dans l’heure de la       la       avant et voici maintenant quelques dernier vers aoi difficile alliage de giovanni rubino dit pour daniel farioli poussant       je suis elle réalise des   tout est toujours en grande digue est dispersée dernier vers aoi descendre à pigalle, se pour accéder au texte, la cité de la musique tendresse du monde si peu       mé raphaËl clere est la noit e la nous savons tous, ici, que en ceste tere ad estet ja je suis occupé ces     sur la  la lancinante accéder à l’article le géographe sait tout       l’ la toile ou, du moins, la       dé catalogue.03pdf.pdf une errance de derniers textes mis en       à       baie pour andré on croit souvent que le but fin première sommaire ► page suivante       " et…   dits page suivante ► page       la       le ciel pas une année sans évoquer       entre exode, 16, 1-5 toute jusqu’à il y a le proche et le lointain  l’écriture       pé     l’é       dans la 1 2  dernier vers aoi clers est li jurz et li aller à la bribe suivante     une abeille de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LIVRE 4 : EXPANSIONS /

Je ne saurais dire avec assez de
Je ne saurais dire avec assez de vigueur
  de force
Je n’aurais pas assez de vigueur pour pouvoir dire
Il me manquera
Je manquerai de force pour
Je ne sais
Je ne sais si ce que je dirai aura l’impact nécessaire pour
Il faudrait que ça ait de l’impact. Quelle allure
 Et pourtant c’est trop
banal, la mort du marionnettiste !
Ah ! si seulement… Vous ne pouvez pas savoir. Vous ne pouvez pas vous faire une idée de. Ce serait si simple de. On pourrait si simplement. Si seulement on pouvait simplement. Comment dire ? Comment dire assez fort ? Oui oui bien sûr oui et si jamais oui oui comme vous dîtes bien sûr… Ecrans… Ecrans ou masques c’est… Ecrans ou ombres ? mots… mots… Tu divagues Josué tu dis oh ça va tu vagues tu tais tu Ecran ah seulement ah crier ah seulement hurler un peu fort. Oh ! Björg tout de même vous… Capitaine terre en vue terre en… Depuis neuf nous… C’est la tourmente tour c’est là Josué tu t’en vas en couilles tu j’avais quitté Circé depuis dit-on Es-tu ce que tu deviens ? peux-tu le devenir ? Peux-tu pars en mots Si écrasé Si impuissant Ah le monde Josué le dictionnaire tu ne sais pas respirer tu ne sais pas les gouffres gouffres gouffres et si je et si je ah ! secouer secouer les étouffements ah si ah silence c’est si banal la mort c’est si bas tiens moi là l’angoisse l’angoscia l’engorgement l’air qui ne p la mort c’est si banal quel passage quel passage où et qui nous nous sommes embarqués dans le même tombeau enterrés dans la même nef nous sommes partis pour le même voy ah et je et tu dans le même le magnétisme de la m cette attirance cette oubli mourir pour oublier la mort se désang sangluer sangorger si fla faible débilité pourquoi je dehors hors de je suis légion je suis légion si faible et hors de je oh tête vide tête folle crâne fermé oh prisonnier de je comment la sérénité la ser éternité le calme la tranquillité comment la cranti Josué tu viens après tu ne sais que tu Ne pas savoir comment ne pas savoir la terre en vue est-ce la terre si confuse ah si fu quoi Björg vous en êtes vous fîtes vous allâtes Ah dire si aurai-je la force le courage de virtus virtus core accorati animo avanti sù forza spingi sù che quanto come oh ! cosa come parla madonna non mi lasciar parapapa parapapero parapapa… Tu erres tu et si limitée l’errance tu cognes à tous les murs à toutes les vitres à toutes les par si limitée d’une rue à l’à l’aube à l’autre renvoyé labyrinthe et pourtant Dédale a pu ah s’envo ah et toutes les rues coulent vers la mer et toutes et les égouts et les bus et les vélomot Se cogner à toutes les engoncés en soi-même trop à l’étroit en s trop juste et ça gratte ça rape le pire c’est el c’et le frottement des cou des doututres surtout aux joint jointures à quelques encablures à ah le pire se cogner ainsi à la ville la foule la marée de le flot des les coups des victus cae vae moriturus toutes les rues se mirent et coulent vers la ville lave ville étau serrant à la fois de dehors et de dedans pris dans la masse bétonné dans traversé par des tiges mét figé d’abord puis en fusion coulant en fusion maître Björg tu parles trop Jos et tu embrouilles tu sèmes la confusion chape chape pierre tombale tout pèse nous pèse Je n’aurais jamais dû prendre à l’ouest je n’aurais mais que pouvons-nous contre c’est l’égoulement c’est le sens de la marche la direction des vents qu’y faire peut ne pas tomber en bas ne pas garder sur soi cette odeur de cendre de poussière quel passage comment ne pas y être prêt Tu Tu et le bateau barque ou balloté d’une montagne à l’autre et le vertige et la tourmente du dedans et l’angoisse sereine. Sereine. La sérénité de se savoir enfin au bout du voy et le sel plein les yeux vous êtes le vous êtes le… frêle esquif coquille jeu d’enfant vers l’égout vers sa perte et ta tristesse à peine juste parce que c’est inscrit au décor et l’engouffrement la chute la plongée l’étouffe l’asphyxie Je multiple de la douleur

Or quant’a dir qual era è cosa dura
esta selva selvaggia e aspra e forte
che nel pensier rinova la paura ! ...

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP