BRIBES EN LIGNE
« e ! malvais tout en travaillant sur les   si vous souhaitez  les trois ensembles j’ai relu daniel biga, j’ai changé le  marcel migozzi vient de       sur vous avez nécrologie à la bonne   pour adèle et genre des motsmauvais genre       "       " le 19 novembre 2013, à la de la antoine simon 32 paien sunt morz, alquant elle ose à peine       il 1.- les rêves de 1257 cleimet sa culpe, si antoine simon 11 antoine simon 10 poème pour le pendu des quatre archanges que       six       dans pour andrée la mort, l’ultime port, l’instant criblé se reprendre. creuser son je me souviens de    regardant   nous sommes ce qui importe pour  tous ces chardonnerets       bruyan antoine simon 30 comme une suite de "ah ! mon doux pays, a la fin il ne resta que       &n la fraîcheur et la très malheureux... a l’aube des apaches, dernier vers aoi mille fardeaux, mille raphaËl     &nbs quelques autres jamais si entêtanteeurydice       montag il aurait voulu être pour gilbert sables mes parolesvous sous la pression des un tunnel sans fin et, à       cette  de la trajectoire de ce     tout autour     un mois sans tes chaussures au bas de il existe au moins deux ma voix n’est plus que       droite et la peur, présente quatrième essai de la lecture de sainte les plus vieilles   la production   entrons       les     au couchant nice, le 18 novembre 2004 dernier vers aoi et si au premier jour il bribes en ligne a envoi du bulletin de bribes   le vieux qui pour nicolas lavarenne ma  les éditions de r.m.a toi le don des cris qui errer est notre lot, madame, etait-ce le souvenir il n’y a pas de plus à la mémoire de  martin miguel vient     extraire les enseignants : je découvre avant toi  “s’ouvre pour pierre theunissen la la langue est intarissable       &agrav folie de josuétout est au matin du f dans le sourd chatoiement ….omme virginia par la il s’appelait       dans       dans le 28 novembre, mise en ligne f les marques de la mort sur nous serons toujours ces dix l’espace ouvert au chairs à vif paumes       au le proche et le lointain les textes mis en ligne le grand combat :   un vendredi trois tentatives desesperees pour dernier vers aoi   au milieu de     son antoine simon 3 1) la plupart de ces le lent déferlement traquer avec marc, nous avons la pureté de la survie. nul ce va et vient entre cher bernard       un dernier vers aoi       reine  monde rassemblé un temps hors du dans ce périlleux ils s’étaient il y a dans ce pays des voies  je signerai mon   1) cette       bien rien n’est les avenues de ce pays des quatre archanges que souvent je ne sais rien de villa arson, nice, du 17 je déambule et suis polenta un nouvel espace est ouvert   adagio   je f le feu m’a       il sixième légendes de michel tu le sais bien. luc ne l’éclair me dure, nouvelles mises en    en     le cygne sur madame chrysalide fileuse elle réalise des macles et roulis photo 1 me je ne peins pas avec quoi,   je ne comprends plus attendre. mot terrible. il faut laisser venir madame comme c’est il était question non printemps breton, printemps la terre a souvent tremblé le lourd travail des meules là, c’est le sable et mieux valait découper je ne sais pas si       le si elle est belle ? je et tout avait       la dernier vers aoi et que dire de la grâce  un livre écrit       neige accoucher baragouiner       la le soleil n’est pas issent de mer, venent as marie-hélène  pour jean le       ce comment entrer dans une attendre. mot terrible. on croit souvent que le but       en i.- avaler l’art par l’une des dernières a propos de quatre oeuvres de « 8° de exode, 16, 1-5 toute la mort d’un oiseau. laure et pétrarque comme deux mille ans nous dernier vers aoi     longtemps sur on dit qu’agathe la danse de dimanche 18 avril 2010 nous autre citation"voui seul dans la rue je ris la art jonction semble enfin ce monde est semé mais non, mais non, tu  hors du corps pas       quinze       le jamais je n’aurais et…  dits de ecrire sur deuxième essai le    au balcon     à cliquetis obscène des au programme des actions       en un Être tout entier la flamme « amis rollant, de comme un préliminaire la que d’heures mise en ligne d’un alocco en patchworck © 1- c’est dans si grant dol ai que ne halt sunt li pui e mult halt c’est le grand  de même que les cet article est paru les dessins de martine orsoni la force du corps, le recueil de textes si j’étais un nous lirons deux extraits de pas facile d’ajuster le je reviens sur des pour jacky coville guetteurs       au  si, du nouveau pour daniel farioli poussant agnus dei qui tollis peccata le 26 août 1887, depuis       journ&     du faucon vous n’avez madame, on ne la voit jamais passent .x. portes, il y a tant de saints sur iv.- du livre d’artiste       l̵ sauvage et fuyant comme passet li jurz, la noit est jouer sur tous les tableaux pour martine soudain un blanc fauche le a la femme au       un pas de pluie pour venir   que signifie du bibelot au babilencore une  le grand brassage des heureuse ruine, pensait dernier vers aoi approche d’une au seuil de l’atelier de profondes glaouis  ce qui importe pour       l̵ deuxième approche de dernier vers aoi     les provisions je serai toujours attentif à diaphane est le mot (ou même si des voix percent, racontent j’écoute vos un soir à paris au la liberté s’imprime à ce jour-là il lui c’était une       pour  au travers de toi je    de femme liseuse   saint paul trois quatrième essai rares nice, le 8 octobre janvier 2002 .traverse         or 1) notre-dame au mur violet  tu vois im font chier c’est la peur qui fait deuxième suite antoine simon 26 tout en vérifiant carmelo arden quin est une al matin, quant primes pert les amants se       m̵ l’impression la plus dont les secrets… à quoi station 1 : judas     double o tendresses ô mes effleurer le ciel du bout des dire que le livre est une le plus insupportable chez       baie paroles de chamantu les étourneaux !       fourr&       qui       le  improbable visage pendu entr’els nen at ne pui       dans seins isabelle boizard 2005 en introduction à etudiant à le nécessaire non reprise du site avec la dans les horizons de boue, de d’un bout à écrirecomme on se cet univers sans la question du récit chercher une sorte de vos estes proz e vostre et c’était dans à cri et à       &agrav "nice, nouvel éloge de la   pour le prochain in the country       le jusqu’à il y a dernier vers aoi  le livre, avec gardien de phare à vie, au antoine simon 31 dernier vers aoi       deux antoine simon 12 les grands libre de lever la tête bruno mendonça la légende fleurie est       vaches       au       une en ceste tere ad estet ja       voyage la tentation du survol, à depuis ce jour, le site  jésus que reste-t-il de la autre essai d’un béatrice machet vient de je suis       apr&eg six de l’espace urbain, dans le train premier l’homme est l’ami michel 1 la confusion des avant propos la peinture est d’abord l’échange des       " cinquième essai tout bel équilibre et sa on a cru à je n’ai pas dit que le quel étonnant (ô fleur de courge... ainsi fut pétrarque dans pour robert encore une citation“tu dans le monde de cette au commencement était arbre épanoui au ciel vous dites : "un où l’on revient       voyage l’art c’est la   je n’ai jamais       la je suis occupé ces ( ce texte a     m2 &nbs la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CIX | CXI ->
CX

Clefs : citations , Dieu , Josué , "Je" , langue

Je ne saurais dire avec assez de
Je ne saurais dire avec assez de vigueur
  de force
Je n’aurais pas assez de vigueur pour pouvoir dire
Il me manquera
Je manquerai de force pour
Je ne sais
Je ne sais si ce que je dirai aura l’impact nécessaire pour
Il faudrait que ça ait de l’impact. Quelle allure
 Et pourtant c’est trop
banal, la mort du marionnettiste !
Ah ! si seulement… Vous ne pouvez pas savoir. Vous ne pouvez pas vous faire une idée de. Ce serait si simple de. On pourrait si simplement. Si seulement on pouvait simplement. Comment dire ? Comment dire assez fort ? Oui oui bien sûr oui et si jamais oui oui comme vous dîtes bien sûr… Ecrans… Ecrans ou masques c’est… Ecrans ou ombres ? mots… mots… Tu divagues Josué tu dis oh ça va tu vagues tu tais tu Ecran ah seulement ah crier ah seulement hurler un peu fort. Oh ! Björg tout de même vous… Capitaine terre en vue terre en… Depuis neuf nous… C’est la tourmente tour c’est là Josué tu t’en vas en couilles tu j’avais quitté Circé depuis dit-on Es-tu ce que tu deviens ? peux-tu le devenir ? Peux-tu pars en mots Si écrasé Si impuissant Ah le monde Josué le dictionnaire tu ne sais pas respirer tu ne sais pas les gouffres gouffres gouffres et si je et si je ah ! secouer secouer les étouffements ah si ah silence c’est si banal la mort c’est si bas tiens moi là l’angoisse l’angoscia l’engorgement l’air qui ne p la mort c’est si banal quel passage quel passage où et qui nous nous sommes embarqués dans le même tombeau enterrés dans la même nef nous sommes partis pour le même voy ah et je et tu dans le même le magnétisme de la m cette attirance cette oubli mourir pour oublier la mort se désang sangluer sangorger si fla faible débilité pourquoi je dehors hors de je suis légion je suis légion si faible et hors de je oh tête vide tête folle crâne fermé oh prisonnier de je comment la sérénité la ser éternité le calme la tranquillité comment la cranti Josué tu viens après tu ne sais que tu Ne pas savoir comment ne pas savoir la terre en vue est-ce la terre si confuse ah si fu quoi Björg vous en êtes vous fîtes vous allâtes Ah dire si aurai-je la force le courage de virtus virtus core accorati animo avanti sù forza spingi sù che quanto come oh ! cosa come parla madonna non mi lasciar parapapa parapapero parapapa… Tu erres tu et si limitée l’errance tu cognes à tous les murs à toutes les vitres à toutes les par si limitée d’une rue à l’à l’aube à l’autre renvoyé labyrinthe et pourtant Dédale a pu ah s’envo ah et toutes les rues coulent vers la mer et toutes et les égouts et les bus et les vélomot Se cogner à toutes les engoncés en soi-même trop à l’étroit en s trop juste et ça gratte ça rape le pire c’est el c’et le frottement des cou des doututres surtout aux joint jointures à quelques encablures à ah le pire se cogner ainsi à la ville la foule la marée de le flot des les coups des victus cae vae moriturus toutes les rues se mirent et coulent vers la ville lave ville étau serrant à la fois de dehors et de dedans pris dans la masse bétonné dans traversé par des tiges mét figé d’abord puis en fusion coulant en fusion maître Björg tu parles trop Jos et tu embrouilles tu sèmes la confusion chape chape pierre tombale tout pèse nous pèse Je n’aurais jamais dû prendre à l’ouest je n’aurais mais que pouvons-nous contre c’est l’égoulement c’est le sens de la marche la direction des vents qu’y faire peut ne pas tomber en bas ne pas garder sur soi cette odeur de cendre de poussière quel passage comment ne pas y être prêt Tu Tu et le bateau barque ou balloté d’une montagne à l’autre et le vertige et la tourmente du dedans et l’angoisse sereine. Sereine. La sérénité de se savoir enfin au bout du voy et le sel plein les yeux vous êtes le vous êtes le… frêle esquif coquille jeu d’enfant vers l’égout vers sa perte et ta tristesse à peine juste parce que c’est inscrit au décor et l’engouffrement la chute la plongée l’étouffe l’asphyxie Je multiple de la douleur

Or quant’a dir qual era è cosa dura
esta selva selvaggia e aspra e forte
che nel pensier rinova la paura ! ...

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette