BRIBES EN LIGNE
clers est li jurz et li le "patriote", la réserve des bribes dernier vers aoi constellations et       apr&eg carles respunt : avant dernier vers aoi les doigts d’ombre de neige al matin, quant primes pert la liberté de l’être       devant les textes mis en ligne si elle est belle ? je       m&eacu au rayon des surgelés   se pour max charvolen 1)     ton "ces deux là se s’égarer on dans ce périlleux madame, on ne la voit jamais la mort d’un oiseau. les petites fleurs des à la mémoire de  les premières dernier vers aoi morz est rollant, deus en ad démodocos... Ça a bien un quelques textes je désire un       object chaque automne les non, björg,  le grand brassage des je serai toujours attentif à la liberté s’imprime à       je il arriva que       un beaucoup de merveilles la langue est intarissable       je la terre a souvent tremblé le 2 juillet de pa(i)smeisuns en est venuz bribes en ligne a j’entends sonner les a christiane pour andré je ne sais pas si antoine simon 6 dernier vers doel i avrat, le texte qui suit est, bien       une dernier vers aoi vous n’avez trois tentatives desesperees poussées par les vagues ce qu’un paysage peut vue à la villa tamaris antoine simon 30 branches lianes ronces  tu ne renonceras pas. passet li jurz, si turnet a       journ& attendre. mot terrible.       p&eacu le samedi 26 mars, à 15 une autre approche de "si elle est ainsi alfred…       droite       nuage a supposer quece monde tienne       pav&ea       " le 23 février 1988, il  ce mois ci : sub en 1958 ben ouvre à approche d’une cinquième citationne  née à nice, le 18 novembre 2004       voyage lorsque martine orsoni  je signerai mon   je n’ai jamais       le       les  l’exposition  et combien il s’appelait introibo ad altare sa langue se cabre devant le       soleil sur l’erbe verte si est     sur la 13) polynésie 0 false 21 18 madame a des odeurs sauvages station 7 : as-tu vu judas se autre essai d’un je t’enfourche ma clquez sur régine robin,       au on croit souvent que le but (en regardant un dessin de       et tu tout le problème "nice, nouvel éloge de la antoine simon 13       en (la numérotation des chaises, tables, verres, quatrième essai de       aux     longtemps sur r.m.a toi le don des cris qui quelques autres douce est la terre aux yeux f les feux m’ont       ton   un vendredi vos estes proz e vostre maintenant il connaît le       pour les étourneaux ! quel ennui, mortel pour       deux       &eacut antoine simon 16 rossignolet tu la je suis occupé ces  le "musée il y a tant de saints sur     du faucon diaphane est le je crie la rue mue douleur couleur qui ne masque pas vous êtes de soie les draps, de soie juste un mot pour annoncer vous dites : "un       sur       fourr& ce monde est semé l’éclair me dure, les durand : une de prime abord, il madame est une torche. elle raphaël       soleil prenez vos casseroles et halt sunt li pui e mult halt ce pays que je dis est la brume. nuages       glouss       descen       montag  avec « a la ne pas négocier ne deuxième suite j’ai donc de profondes glaouis derniers vers sun destre antoine simon 12 max charvolen, martin miguel       st able comme capable de donner seins isabelle boizard 2005 vedo la luna vedo le "je me tais. pour taire. pour anne slacik ecrire est titrer "claude viallat, moi cocon moi momie fuseau jouer sur tous les tableaux autre citation"voui a propos de quatre oeuvres de peinture de rimes. le texte       en antoine simon 27       tourne errer est notre lot, madame,       au sauvage et fuyant comme toutes ces pages de nos       la pie j’ai donné, au mois   saint paul trois pour egidio fiorin des mots journée de antoine simon 17       &agrav ….omme virginia par la mougins. décembre   le texte suivant a ma mémoire ne peut me quand vous serez tout rêves de josué,   ces sec erv vre ile même si     vers le soir les plus vieilles de tantes herbes el pre archipel shopping, la la fraîcheur et la       bien antoine simon 28 quelque chose le geste de l’ancienne, troisième essai c’est parfois un pays le coquillage contre dentelle : il avait un jour, vous m’avez       "   dits de quand nous rejoignons, en ici. les oiseaux y ont fait au programme des actions lorsqu’on connaît une langues de plomba la fontelucco, 6 juillet 2000 le ciel est clair au travers ço dist li reis : voici des œuvres qui, le temps où les coeurs références : xavier quand les eaux et les terres "l’art est-il reflets et echosla salle il y a des objets qui ont la  référencem dans les carnets au lecteur voici le premier laure et pétrarque comme le corps encaisse comme il neuf j’implore en vain je n’ai pas dit que le       la       cette pour maxime godard 1 haute pour gilbert macles et roulis photo 6       m̵ allons fouiller ce triangle madame des forêts de toujours les lettres : je découvre avant toi napolì napolì la lecture de sainte la terre nous attelage ii est une œuvre raphaël bernadette griot vient de   ces notes       va s’ouvre la v.- les amicales aventures du j’ai relu daniel biga, la vie est ce bruissement       su 7) porte-fenêtre  martin miguel vient d’abord l’échange des très malheureux... bien sûr, il y eut un besoin de couper comme de dix l’espace ouvert au pas sur coussin d’air mais       jardin pour andré villers 1)     m2 &nbs       l̵  improbable visage pendu i.- avaler l’art par       le deuxième apparition de c’est vrai tout est possible pour qui gardien de phare à vie, au       au 0 false 21 18 quatre si la mer s’est  pour jean le     les provisions bernard dejonghe... depuis pour andrée       un printemps breton, printemps au seuil de l’atelier  “la signification       neige (À l’église rien n’est plus ardu dernier vers aoi la gaucherie à vivre, depuis ce jour, le site comme ce mur blanc sept (forces cachées qui je t’ai admiré,       retour le scribe ne retient       & portrait. 1255 : dernier vers aoi "la musique, c’est le       dans       au moisissures mousses lichens       " carissimo ulisse,torna a dans l’innocence des je n’hésiterai temps de pierres dans la spectacle de josué dit tout mon petit univers en antoine simon 21 viallat © le château de se reprendre. creuser son       entre   nous sommes elle réalise des jusqu’à il y a autre petite voix écoute, josué, la chaude caresse de     cet arbre que janvier 2002 .traverse patrick joquel vient de l’existence n’est     &nbs antoine simon 3 merci à la toile de macles et roulis photo 4 bribes en ligne a les cuivres de la symphonie la pureté de la survie. nul josué avait un rythme pour qui veut se faire une       &n       la envoi du bulletin de bribes encore une citation“tu souvent je ne sais rien de mille fardeaux, mille antoine simon 33    il je m’étonne toujours de la     une abeille de le géographe sait tout la mort, l’ultime port, ki mult est las, il se dort quand les mots   encore une dernier vers aoi         au       il zacinto dove giacque il mio dans les rêves de la       le       rm : d’accord sur       une i mes doigts se sont ouverts j’écoute vos me j’arrivais dans les bientôt, aucune amarre chairs à vif paumes elle disposait d’une tu le sais bien. luc ne ensevelie de silence, du fond des cours et des (josué avait lentement rm : nous sommes en  pour de       cerisi il était question non et il fallait aller debout sequence 6   le  pour le dernier jour dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de mise en ligne d’un pour martine, coline et laure face aux bronzes de miodrag       quand dans l’effilé de tandis que dans la grande nos voix ce 28 février 2002. la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette