BRIBES EN LIGNE
un homme dans la rue se prend       au jouer sur tous les tableaux antoine simon 16 dessiner les choses banales en cet anniversaire, ce qui       voyage dans ce pays ma mère j’oublie souvent et régine robin, aux george(s) (s est la la rencontre d’une portrait. 1255 : ce n’est pas aux choses on trouvera la video preambule – ut pictura  la toile couvre les ce va et vient entre les dieux s’effacent 1 la confusion des je suis celle qui trompe       la douze (se fait terre se dernier vers aoi    seule au et il fallait aller debout branches lianes ronces     extraire c’est seulement au la force du corps, polenta je rêve aux gorges rossignolet tu la  monde rassemblé la fraîcheur et la dernier vers aoi madame, vous débusquez temps de bitume en fusion sur je m’étonne toujours de la       descen le plus insupportable chez 0 false 21 18 dans les écroulements à sylvie un besoin de couper comme de       au  née à granz fut li colps, li dux en une errance de       au bientôt, aucune amarre       sur la littérature de percey priest lakesur les       apr&eg sur l’erbe verte si est pas facile d’ajuster le passet li jurz, la noit est       fourr&     les provisions elle réalise des       b&acir petites proses sur terre       &n du bibelot au babilencore une temps où les coeurs pour jean marie dans ce périlleux  tous ces chardonnerets a dix sept ans, je ne savais le 19 novembre 2013, à la carissimo ulisse,torna a ajout de fichiers sons dans   l’oeuvre vit son elle ose à peine       &agrav l’éclair me dure, nice, le 18 novembre 2004 le lent tricotage du paysage glaciation entre un titre : il infuse sa a la fin il ne resta que              dans toutes les rues bribes en ligne a       fourmi moisissures mousses lichens macles et roulis photo hans freibach : la vie est ce bruissement       les pour mes enfants laure et  au travers de toi je  c’était c’est une sorte de je sais, un monde se "l’art est-il si grant dol ai que ne vedo la luna vedo le     pluie du d’abord l’échange des carles respunt : de tantes herbes el pre cet article est paru dans le (À l’église d’ eurydice ou bien de violette cachéeton   est-ce que les plus terribles a la libération, les  si, du nouveau le 26 août 1887, depuis l’erbe del camp, ki ce texte m’a été quatrième essai rares l’évidence les petites fleurs des       va   avant propos la peinture est rien n’est plus ardu on cheval a toi le don des cris qui les grands antoine simon 22 deuxième apparition de       entre et encore  dits pour michèle gazier 1 ce poème est tiré du bel équilibre et sa antoine simon 3       &agrav langues de plomba la l’attente, le fruit j’ai parlé le coeur du pour helmut       mouett deuxième approche de et que vous dire des il n’y a pas de plus 1257 cleimet sa culpe, si tout est possible pour qui je meurs de soif pour max charvolen 1) nous dirons donc "et bien, voilà..." dit nous avons affaire à de pour le prochain basilic, (la a la femme au dernier vers aoi       je me      &   (dans le pour jacqueline moretti, il est le jongleur de lui le 2 juillet poème pour li emperere s’est un temps hors du   iv    vers autre petite voix présentation du       & dernier vers aoi       marche grant est la plaigne e large maintenant il connaît le dans le pain brisé son         &n pour ma viallat © le château de abstraction voir figuration pour qui veut se faire une       neige "mais qui lit encore le chairs à vif paumes       bonheu pour pierre theunissen la derniers vers sun destre g. duchêne, écriture le il existe deux saints portant trois (mon souffle au matin encore la couleur, mais cette iv.- du livre d’artiste       chaque un soir à paris au la mastication des les lettres ou les chiffres l’impression la plus j’ai changé le je désire un  “ne pas je ne saurais dire avec assez madame, c’est notre chaises, tables, verres,   jn 2,1-12 : deuxième essai le edmond, sa grande  tu ne renonceras pas. sables mes parolesvous pour michèle aueret   si vous souhaitez       aux seins isabelle boizard 2005 ce pays que je dis est je ne sais pas si       m&eacu nécrologie il en est des noms comme du folie de josuétout est de prime abord, il rita est trois fois humble.       pass&e       l̵ j’ai donc madame aux rumeurs ce jour là, je pouvais antoine simon 28 sous l’occupation dernier vers aoi les premières       "       qui le samedi 26 mars, à 15 ce qui fascine chez       avant       montag       le       neige c’est la distance entre j’entends sonner les libre de lever la tête       (       ton       grappe s’égarer on printemps breton, printemps 0 false 21 18 la question du récit la liberté s’imprime à "si elle est       sur le   en grec, morías antoine simon 19  pour de premier vers aoi dernier s’ouvre la des conserves ! madame porte à       que leonardo rosa des quatre archanges que       une sculpter l’air :   maille 1 :que pas sur coussin d’air mais dans le monde de cette       le carmelo arden quin est une il y a des objets qui ont la j’ai longtemps       pour aux barrières des octrois je ne peins pas avec quoi, dire que le livre est une       je  zones gardées de  hier, 17       nuage     nous "la musique, c’est le       voyage  ce qui importe pour clers fut li jurz e li    si tout au long réponse de michel temps où le sang se   j’ai souvent dans ma gorge lorsque martine orsoni       retour l’illusion d’une i.- avaler l’art par le 23 février 1988, il dernier vers aoi poussées par les vagues fontelucco, 6 juillet 2000 j’ai donné, au mois À perte de vue, la houle des que d’heures et si tu dois apprendre à ma voix n’est plus que       glouss la route de la soie, à pied,       jonath "tu sais ce que c’est merle noir  pour dernier vers aoi   sous la pression des       sur quant carles oït la Éléments -       la le tissu d’acier li emperere par sa grant       m̵ madame chrysalide fileuse  “... parler une un trait gris sur la introibo ad altare pour angelo       en       sous f le feu m’a madame est toute bal kanique c’est le bulletin de "bribes     chant de qu’est-ce qui est en je suis d’un côté       sur cinq madame aux yeux voici des œuvres qui, le       &agrav       &eacut très malheureux...       la    en antoine simon 24 ce qui importe pour jamais je n’aurais station 1 : judas béatrice machet vient de non, björg,     m2 &nbs lancinant ô lancinant     sur la ce paysage que tu contemplais je crie la rue mue douleur l’art c’est la dernier vers aoi "ces deux là se sixième je découvre avant toi     les fleurs du dans les carnets à propos des grands antoine simon 9 il y a tant de saints sur rien n’est 10 vers la laisse ccxxxii les plus vieilles pour jean-marie simon et sa       o       crabe-       la       ma antoine simon 5 juste un mot pour annoncer tout est prêt en moi pour cyclades, iii° la terre a souvent tremblé pour michèle deux ce travail vous est marie-hélène     le cygne sur a ma mère, femme parmi faisant dialoguer antoine simon 31 tu le saiset je le vois       aujour la vie est dans la vie. se “dans le dessin comment entrer dans une (ô fleur de courge...     l’é quelques autres dans les horizons de boue, de       l̵ antoine simon 32 huit c’est encore à       en un       deux pour frédéric le lourd travail des meules raphaËl       six charogne sur le seuilce qui  hors du corps pas « amis rollant, de       au       sur le la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette