BRIBES EN LIGNE
vertige. une distance     " le scribe ne retient buttati ! guarda   martin miguel vient       dans de pareïs li seit la         or il en est des meurtrières.       au soir tout est possible pour qui la littérature de macles et roulis photo 7     quand basile ainsi fut pétrarque dans dernier vers aoi coupé en deux quand on dit qu’agathe       ç (en regardant un dessin de       rampant       il c’est la chair pourtant max charvolen, martin miguel       j’     longtemps sur qu’est-ce qui est en je sais, un monde se tendresse du monde si peu j’ai ajouté  l’entretien je sais bien ce qu’il derniers textes mis en  jésus rafale rien n’est plus ardu   voici donc la derniers textes mis en je dors d’un sommeil de etudiant à       le gardien de phare à vie, au       nuage le coeur du j’oublie souvent et les cuivres de la symphonie de pa(i)smeisuns en est venuz ne faut-il pas vivre comme       longtem pour jacqueline moretti, pénétrer dans ce jour,       quand       en un ce monde est semé la lecture de sainte folie de josué tout moisissures mousses lichens     à sous l’occupation le 26 août 1887, depuis intendo... intendo ! d’un côté clers est li jurz et li le 15 mai, à béatrice machet vient de le temps passe dans la       sabots a grant dulur tendrai puis viallat © le château de sept (forces cachées qui eurydice toujours nue à       allong&e je suis antoine simon 33 c’est extrêmement j’arrivais dans les de l’autre   pour adèle et il ne reste plus que le antoine simon 28 une il faut dire les À propos de fata en pour tous ces charlatans qui dernier vers aoi   pour le prochain douce est la terre aux yeux c’est le grand tes chaussures au bas de la toile ou, du moins, la si grant dol ai que ne   « moi, heureuse ruine, pensait je t’enfourche ma ...et la mémoire rêve       sur le antoine simon 14 il faut aller voir 1 2        dans j’ai changé le pure forme, belle muette,   (à ajouts à la       le       vaches       bâ deuxième apparition libre de lever la tête     pourquoi tu cette machine entre mes a-t-il il s’appelait il pleut. j’ai vu la       les       les "école de       pav&eacu tout à fleur d’eaula danse quel ennui, mortel pour torna a sorrento ulisse torna la vie est dans la vie. se       une bien sûr, il y eut f le feu m’a       "..       la       au fond le 26 août 1887, depuis 10 vers la laisse ccxxxii un besoin de couper comme de     le cygne sur dans les horizons de boue, de mieux valait découper nu(e), comme son nom le galop du poème me mais jamais on ne       reine   (dans le ce texte se présente  de la trajectoire de ce dorothée vint au monde    au balcon ce 28 février 2002. j’ai donc passet li jurz, si turnet a une autre approche de dernier vers aoi voici le texte qui ouvre je désire un       " la prédication faite 1 au retour au moment et je vois dans vos dans la caverne primordiale dans les hautes herbes après la lecture de       la on cheval huit c’est encore à de toutes les       à je ne saurais dire avec assez deux ajouts ces derniers tout le problème 1) la plupart de ces mise en ligne ajout de fichiers sons dans le texte qui suit est, bien la tentation du survol, à       nuage la mastication des pour le prochain basilic, (la       " dans le monde de cette démodocos... Ça a bien un       araucari dans le respect du cahier des nous viendrons nous masser de soie les draps, de soie 1 2  prenez vos casseroles et joseph a pour sens "dieu vos estes proz e vostre       le seins isabelle boizard 2005 cinquième citation ne quel étonnant pour ma pour jacky coville guetteurs       dans le livre grand format en trois tu le sais et je le vois pour nicolas lavarenne ma       dans le   maille 1 : que       dans le À la loupe, il observa dernier vers aoi de prime abord, il trois tentatives desesperees nous avons affaire à de tromper le néant un temps hors du antoine simon 30 antoine simon 5 mult est vassal carles de       dans le li emperere s’est normal 0 21 false fal des conserves ! dernier vers aoi       le pour raphaël       midi dernier vers aoi       sur les grands       au les dessins de martine orsoni je rêve aux gorges cinq madame aux yeux       objectif       au    si tout au long si vous entendez le lac à la bonne grant est la plaigne e large      & f le feu s’est       é en cet anniversaire, ce qui autre citation très malheureux... c’est ici, me       s’ guetter cette chose l’impossible       je me pur ceste espee ai dulor e percey priest lake sur les       apparu de sorte que bientôt ce qu’un paysage peut       un voudrais je vous me on trouvera la video quelque temps plus tard, de     après et si au premier jour il siglent a fort e nagent e bribes dans le nid de antoine simon 10       é rafale n° 5 un à propos “la il tente de déchiffrer,   marcel       entre ses mains aussi étaient j’ai donné, au mois   entrons maintenant dernier vers aoi pour max charvolen 1) je meurs de soif le 10 décembre 2013, passet li jurz, la noit est commençons donc par le à ma voix n’est plus que j’écoute vos   iv    vers jamais je n’aurais la fonction, les plus terribles antoine simon 13 deuxième apparition de madame 1 madame est la et…   dits un soir à paris au la question du récit l’instant criblé     son sa langue se cabre devant le À peine jetés dans le dans ce périlleux antoine simon 6 abstraction voir figuration mes pensées restent la galerie chave qui       pav&eacu pour marcel m1       ce qui importe pour ma voix n’est plus que le franchissement des dernier vers aoi villa arson, nice, du 17 lorsque martine orsoni le samedi 26 mars, à 15 envoi du bulletin de bribes printemps breton, printemps       magnolia je n’ai pas dit que le antoine simon 23 1.- les rêves de le ciel est clair au travers passent .x. portes,       banlieue f tous les feux se sont « 8° de dernier vers aoi ce texte m’a été antoine simon 9 raphaël nous savons tous, ici, que le coquillage contre descendre à pigalle, se rêves de josué,         le vent il y a dans ce pays des voies quando me ne so itu pe pour daniel farioli poussant les éditions de la passe du dernier vers aoi comme un préliminaire la le flot gris roule contre    de femme liseuse dieu faisait silence, mais les plus vieilles       tourneso       &nbs travail de tissage, dans violette cachée ton décembre 2001. si elle est belle ? je         &n je voudrais voir les arbres mesdames, messieurs, veuillez références : xavier « e ! malvais il y a deux villes à       deux un homme dans la rue se prend tromper le néant comme c’est       dans       au  je ne voulais pas  mise en ligne du texte "le renard connaît   ces sec erv vre ile on croit souvent que le but abu zayd me déplait. pas giovanni rubino dit au labyrinthe des pleursils c’est un peu comme si, préparation des corps       juin le geste de l’ancienne, religion de josué il à sylvie madame, c’est notre dernier vers aoi pour mes enfants laure et village de poussière et de quand nous rejoignons, en merci à la toile de nous lirons deux extraits de  un livre écrit (elle entretenait je suis bien dans ne pas négocier ne o tendresses ô mes     hélas, chère florence le glacis de la mort a claude b.   comme une petites proses sur terre       sur le grand combat : elle réalise des un titre : il infuse sa     sur la pente       "   un vendredi antoine simon 29 antoine simon 22 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > BRIBES, VOLUME 5
<- CXLVI | CXLVIII ->
CXLVII

Première publication : 17 décembre 2008


« Tu sais ce que c’est ce soir ? » - « Un type... » - « Tu as vu la crit ? » Elle entre sourire aux yeux flexion des bras sans cesse vêtue de blanc se mordillant le petit doigt ses cheveux auréole ou nuage nimbent son cou offert. Il reste que seule la statue s’animant m’échappa. Elle seule tint sa promesse. D’elle seule je n’étais en droit rien attendre. (ou est-ce la vie des choses qui nous tue ?). Lui trépigne il baisse la tête soumis ? La retenue Elle la revenue sur elle-même accroupie. Tu ricanais, Josué, tu prétendais que je me lamentais sur le sort du marionnettiste. La statue seule seule tint sa promesse d’elle seule pourtant je n’attendais rien. Diaphane comme ma mémoire (vous êtes de Paris, non ? Vous êtes de Paris. disait-elle. Non, non, c’est là bas que vous vous êtes connus. Ah , Ah ! la capitale, disait-elle clap clap La capitale) Et c’est la mort comme les mots sur les mots posés. Il y avait ce crucifix et ce vieillard suspendu entre ciel et terre et entre ciel et terre écrivant posté au seuil de son silence Josué si lence sentinelle des regards ce que jamais plume n’avait pu ou su écrire aux arbres les fleurs comptent les fruits Josué connaissait cette fatigue des peuples lutteurs quand, longtemps après que l’on a cru leur fin largement révolue, ils sortent soudain de la mort et parlent (de sorte qu’un plongeur prisonnier sous la glace aurait le temps) ou encore ces voyages entre la toile et les pigments, entre deux couches de peinture, entre la fresque et son masque ou son voile, ou son cache. Mais ce déguisement n’en était pas un car il faudrait. Vieux lutteur son regard doucement se pose s’embue volette autour des choses que sa voix caresse. Je ne sais pourquoi, j’avais toujours rêve de posséder l’un de ces mannequins animés, de ces « automates » qui, à l’instar du joueur de M. de ***- donnent si imparfaitement- et pourtant de si fascinante façon- l’illusion de la vie. N’était-elle pas qu’une illusion ? L’ombre d’une ombre, figée, finie ? fallait-il forcer son pauvre esprit ( ses pauvres forces) à l’attrait de la plume et du papier. Entre la glace et l’eau, un nageur pourrait se sauvegarder. Ithaque ma pierreuse m’a saisi, Ithaque, ma terre, bien assez riche, gorgée de blés, de vins, propice aux arbres qui donnent aux vents parfums et paroles. Que viennent des temps élastiques, que viennent les ouragans. Et Elle, passante, (cheveux au bord du cou) Le poignet droit s’envole agrippé à ses doigts. Fallait-il forcer son pauvre esprit à l’attrait de la plume courant (indifférente). C’est la solitude. c’est l’a lente attente entre quatre murs. AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP