BRIBES EN LIGNE
accorde ton désir à ta       l̵ pour jean-marie simon et sa arbre épanoui au ciel toutes ces pages de nos pour maguy giraud et il souffle sur les collines quand il voit s’ouvrir, la réserve des bribes       sous madame est une torche. elle iloec endreit remeint li os pour ma dernier vers aoi     nous quand les mots buttati ! guarda&nbs le géographe sait tout les installations souvent, o tendresses ô mes c’est la peur qui fait huit c’est encore à pas même       " immense est le théâtre et pas sur coussin d’air mais       journ& la fonction, la fraîcheur et la la rencontre d’une "et bien, voilà..." dit je t’enlace gargouille j’aime chez pierre en ceste tere ad estet ja ce va et vient entre marché ou souk ou de prime abord, il mon cher pétrarque, dernier vers aoi  la toile couvre les (ma gorge est une les dieux s’effacent le nécessaire non le temps passe si vite,       allong edmond, sa grande très saintes litanies       jonath a supposer quece monde tienne etait-ce le souvenir station 7 : as-tu vu judas se  “s’ouvre le ciel de ce pays est tout "je me tais. pour taire. g. duchêne, écriture le madame, c’est notre  tu vois im font chier suite du blasphème de avez-vous vu errer est notre lot, madame, " je suis un écorché vif. les étourneaux ! "ah ! mon doux pays, la gaucherie à vivre, pour anne slacik ecrire est le pendu       dans la vie humble chez les       fourr& jusqu’à il y a       quinze “le pinceau glisse sur l’art n’existe À max charvolen et attention beau pur ceste espee ai dulor e       bien le bulletin de "bribes     au couchant au lecteur voici le premier “dans le dessin marcel alocco a antoine simon 12 des quatre archanges que       soleil       le       dans       allong       une pour pierre theunissen la nous serons toujours ces       sur je t’enfourche ma vous n’avez il ne s’agit pas de ….omme virginia par la pour egidio fiorin des mots l’ami michel antoine simon 31 il était question non coupé le sonà ce qui aide à pénétrer le attendre. mot terrible. j’arrivais dans les madame dans l’ombre des un jour nous avons les plus vieilles macao grise « h&eacu l’évidence les cuivres de la symphonie sequence 6   le tout est prêt en moi pour il semble possible tu le sais bien. luc ne le 26 août 1887, depuis 0 false 21 18 tant pis pour eux. pour andré villers 1)       gentil rm : nous sommes en       b&acir la tentation du survol, à nice, le 30 juin 2000 eurydice toujours nue à       au       coude c’est le grand non... non... je vous assure, les grands pour jean-louis cantin 1.- le geste de l’ancienne,       nuage       va cinquième citationne     rien temps de pierres dans la il arriva que je ne sais pas si mi viene in mentemi ce texte m’a été n’ayant pas epuisement de la salle, sous l’occupation douze (se fait terre se macles et roulis photo 6 f toutes mes dans les carnets carles respunt : alocco en patchworck © les routes de ce pays sont s’ouvre la     &nbs encore une citation“tu journée de 10 vers la laisse ccxxxii les plus terribles madame des forêts de       les carissimo ulisse,torna a et combien il pleut. j’ai vu la lorsque martine orsoni  les œuvres de f le feu est venu,ardeur des toute une faune timide veille "pour tes pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi la vie est ce bruissement "moi, esclave" a l’éclair me dure,     " derniers bien sûrla réponse de michel f les feux m’ont   si vous souhaitez ouverture d’une une fois entré dans la voici des œuvres qui, le première   se la terre a souvent tremblé       un       neige       le a claude b.   comme ecrire les couleurs du monde que d’heures tout le problème violette cachéeton     pourquoi       grappe li quens oger cuardise normal 0 21 false fal (josué avait lentement       avant       le macles et roulis photo 3 et il parlait ainsi dans la       st il y a dans ce pays des voies       au       banlie bernard dejonghe... depuis  un livre écrit un homme dans la rue se prend       sur       dans dans le train premier rêves de josué, de sorte que bientôt l’appel tonitruant du       apr&eg avant propos la peinture est       su antoine simon 18       sur   voici donc la « e ! malvais (en regardant un dessin de avant dernier vers aoi et ma foi, folie de josuétout est ensevelie de silence,  au mois de mars, 1166 seul dans la rue je ris la     une abeille de l’attente, le fruit "l’art est-il difficile alliage de la lecture de sainte chaque jour est un appel, une       il temps de bitume en fusion sur     m2 &nbs dernier vers aoi la terre nous ...et poème pour  si, du nouveau       m̵     l’é   l’oeuvre vit son morz est rollant, deus en ad pas facile d’ajuster le 1254 : naissance de j’ai ajouté reflets et echosla salle paien sunt morz, alquant       sabots juste un mot pour annoncer (josué avait rêve, cauchemar, premier essai c’est titrer "claude viallat, de proche en proche tous  ce mois ci : sub une errance de       quand       je deuxième approche de       &agrav merle noir  pour       &agrav madame est la reine des allons fouiller ce triangle dans la caverne primordiale je ne peins pas avec quoi,    tu sais toutefois je m’estimais       l̵ autre petite voix nous savons tous, ici, que autre citation"voui station 4 : judas  les textes mis en ligne elle réalise des dans les rêves de la le glacis de la mort beaucoup de merveilles pour nicolas lavarenne ma travail de tissage, dans       apr&eg de toutes les on cheval nous viendrons nous masser     cet arbre que introibo ad altare il n’était qu’un antoine simon 24       dans   le texte suivant a ici, les choses les plus nous dirons donc  ce qui importe pour les oiseaux s’ouvrent non, björg,  pour le dernier jour       sur le     oued coulant écrirecomme on se       la souvent je ne sais rien de ma chair n’est du fond des cours et des béatrice machet vient de       mouett   entrons       voyage       "       une comment entrer dans une mieux valait découper la galerie chave qui     du faucon  dans le livre, le là, c’est le sable et à la mémoire de le plus insupportable chez       dans il s’appelait   marcel giovanni rubino dit dernier vers aoi       la merci à la toile de     extraire       le s’égarer on   je ne comprends plus ici. les oiseaux y ont fait et tout avait autre essai d’un on trouvera la video si j’étais un 13) polynésie antoine simon 7 envoi du bulletin de bribes et…  dits de antoine simon 28 je reviens sur des il y a des objets qui ont la nous avancions en bas de c’est vrai cet article est paru dans le carmelo arden quin est une quand les eaux et les terres tout est possible pour qui       dans       au f le feu s’est vous avez la pureté de la survie. nul il faut aller voir mougins. décembre  il y a le encore la couleur, mais cette est-ce parce que, petit, on    nous je me souviens de chaque automne les 1) notre-dame au mur violet l’impossible     depuis un jour, vous m’avez    seule au       droite       d&eacu et si tu dois apprendre à       nuage tout en travaillant sur les "ces deux là se petit matin frais. je te moisissures mousses lichens       (     son la bouche pleine de bulles avec marc, nous avons voile de nuità la dernier vers aoi   les parents, l’ultime v.- les amicales aventures du dans les carnets       l̵ madame déchirée le franchissement des antoine simon 21 5) triptyque marocain       au la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Epuisement de la salle, silence. Par vagues. Dieu seul pouvait penser le contraire qui, s’il n’avait pas seulement su le plaisir de parler, s’il l’avait connu par la mesure des poumons, par les vibrations et les retenues de l’air, le plaisir des fibres musculaires, par les répercussions sur la peau et dans le corps, sur les membranes fragiles et diaphanes, n’aurait jamais pu s’épuiser ... Remâchant un rêve de terre, Josué se tenait dans une attitude proche de la prostration, la tête légèrement penchée au dessus des curseurs

  Il avait été peintre ébloui des petits matins de

Saint Tropez, comme des lagunes hantées de Venise, le long du chemin inquiet qui va de Turner à Nicolas de Staël ... Salut !

  (La salle frémissait, douloureuse)
  et les mots s’envolèrent (il

pleuvait à Londres ce jour là, et la côte d’Azur jouissait d’un soleil splendide)

je me suis défiguré... qui eût osé le faire sinon moi ?

(L’oignon est ainsi... où commence la pulpe ? où finit la peau ? Sa peau n’est finalement qu’un dessèchement de sa pulpe.)

voiles d’Isis..

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette