BRIBES EN LIGNE
sequence un jour nous avons    au balcon marcel alocco a un temps hors du à     pourquoi tu il y a deux villes à attendre. mot terrible.       tourneso l’attente, le fruit page suivante page je n’hésiterai en introduction à dans les écroulements 1 2  mouans sartoux. traverse de décembre 2001. une fois entré dans la       vaches 1 2  accorde ton désir à ta les cuivres de la symphonie biboon. plus qu’une saison.       au soir sites de mes ( ce texte a 5) triptyque marocain il semble possible pour helmut       dans dernier vers aoi petites proses sur terre clers fut li jurz e li pour accéder au vingtième "le renard connaît  ce mois ci : sub  dans toutes les rues nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 22 des voix percent, racontent       sur la lecture de sainte je suis bien dans page suivante ► page suite du blasphème de un trait gris sur la j’oublie souvent et merle noir  pour   iv    vers cher bernard le 23 février 1988, il apaches : de prime abord, il un homme dans la rue se prend aller à la bribe suivante tous ces charlatans qui vos estes proz e vostre 1 2      une abeille de sainte marie, la pureté de la survie. nul       avant       un antoine simon 12  hier, 17       au il ne s’agit pas de       à       s’ comme un préliminaire la       fleurett tous feux éteints. des pour martine, coline et laure       aujourd       la textes mis en ligne en pas même normal 0 21 false fal autre essai d’un joseph a pour sens "dieu un tunnel sans fin et, à toute trace fait sens. que je voudrais voir les arbres page suivante ► page       le al matin, quant primes pert     rien page suivante gérard pour jean gautheron le cosmos les plus vieilles page suivante ► page page suivante page macao grise mes pensées restent rafale chants à tu mon recueil vous êtes page suivante ► page cinq madame aux yeux dernier vers s’il nous serons toujours ces a la fin   il ne resta       marche et voici maintenant quelques haut var ► trois petits       cerisier       voyage dernier vers aoi dans le respect du cahier des début de la mise en ligne de       ce 0- souviens-toi. sa soudain un blanc fauche le 1 2        descenda il était question non li emperere s’est  de la trajectoire de ce couleur qui ne masque pas page suivante sixième       la antoine simon 9 pour pierre theunissen la pour alain borer le 26 heureuse ruine, pensait i.- avaler l’art par       " comme une suite de pour accéder au pdf du a l’aube des apaches,       ruelle le nécessaire non tendresse du monde si peu  les trois ensembles commencé le 10 mars 2019, un texte que j’ai "école de quelque chose antoine simon 14  au travers de toi je dernier vers aoi juste un  l’exposition  nous dirons donc je désire un un texte que j’ai       deux toutes ces pages de nos madame, on ne la voit jamais sur l’erbe verte si est grande lune pourpre dont les       la dernier vers aoi entr’els nen at ne pui       et le géographe sait tout troisième essai il n’est pire enfer que       la ce 28 février 2002. et ces si tu es étudiant en au seuil de l’atelier (vois-tu, sancho, je suis page suivante ► page d’ eurydice ou bien de station 5 : comment le bulletin de       pé max charvolen, martin miguel pour accéder au pdf,     sur la pente       longtem       crabe-ta       magnolia le poiseau de parisi mon page suivante ► page 1 2  le texte qui suit est, bien  le "musée titrer "claude viallat,       les station 7 : as-tu vu judas se pas facile d’ajuster le  si, du nouveau je n’ai pas dit que le je déambule et suis quelques autres madame est une torche. elle 1 2  textes mis en ligne en    en page suivante ► page carcassonne, le 06 ce qu’un paysage peut page suivante ► page antoine simon 15 toujours les lettres : antoine simon 20 au programme des actions dans ce périlleux nice, le 8 octobre raphaËl il existe deux saints portant textes mis en ligne en deuxième essai 1 2 3 a claude b.   comme une     les fleurs du montagnes de rafale n° 4 on le  l’écriture art jonction semble enfin du même auteur : les dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la pour martin   marcel guetter cette chose que reste-t-il de la douze (se fait terre se aller à la bribe suivante  avec « a la 1 2  l’éclair me dure, À propos de fata en     du faucon les grands page suivante ► page j’arrivais dans les page suivante page j’aime chez pierre 199* passé galerie souvent je ne sais rien de aller à la bribe suivante encore une citation “tu       le lu le choeur des femmes de "si elle est derniers textes mis en       les fragilité humaine.     dans la rue la et c’était dans thème principal : seul dans la rue je ris la       ton que nos princes et empereurs recleimet deu mult       bâ en ceste tere ad estet ja       é rafale n° 5 un 1 2  l’homme est de proche en proche tous les céramiques et leurs et que dire de la grâce du même auteur : un tromper le néant dans les hautes herbes epuisement de la salle, si vous entendez le lac la toile ou, du moins, la       la dernier vers aoi réponse de michel       ma bribes dans le nid de je dors d’un sommeil de antoine simon 7 pour écouter la lecture, le 26 août 1887, depuis préparation des corps cher.e.s ami.e.s vous pouvez dans le vacarme des couleurs,     tout autour  de même que les la route de la soie, à pied, de tantes herbes el pre monde imaginal,       une       le « ah ! mon       à arbre épanoui au ciel janvier 2002 .traverse       baie c’est extrêmement       enfant ses mains aussi étaient dernier vers aoi pourquoi yves klein a-t-il 1 2  « je suis un mise en ligne page suivante ► page À la loupe, il observa halt sunt li pui e mult halt   d’un coté,     pluie du de pa(i)smeisuns en est venuz 1 2 3    courant une il faut dire les on cheval aux george(s) (s est la       le       va ton il ne sait rien qui ne va vous dites : "un antoine simon 3 de l’autre 1 2 3 démodocos... Ça a bien un posté sur facebook sorti de j’ai travaillé l’appel tonitruant du pour andré quai des chargeurs de   six formes de la       mé page précédente le café se reprendre. creuser son pour michèle textes mis en ligne en ainsi alfred…   1) cette       au approche d’une       au      & le 15 mai, à cliquetis obscène des       gentil la mastication des i mes doigts se sont ouverts edmond, sa grande ensevelie de silence,       je   un vendredi       le le scribe ne retient pure forme, belle muette, et il fallait aller debout       "       nuage       chaque page suivante ► page       l’ rita est trois fois humble. pour voir le cahier 18,       coude pour martine aller à la bribe suivante 3 

les lieux aussi sont dernier vers aoi ils sortent page suivante ► page ils s’étaient attelage ii est une œuvre antoine simon 32 au matin du l’impossible nous avancions en bas de le grand combat : abu zayd me déplait. pas toute une faune timide veille les étourneaux ! se placer sous le signe de et si tu dois apprendre à alocco en patchworck © page suivante ► page     double le "patriote", la brume. nuages inoubliables, les je suis comme ce mur blanc       "j&  il y a le châssis, dernier vers aoi  tous ces chardonnerets page suivante ► page "l’art est-il       apr&egra carles li reis en ad prise sa       dans le je serai toujours attentif à la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > LAURENT Jean-Jacques

RAPHAËL MONTICELLI

Jean-Jacques, peintre
Publication en ligne : 10 janvier
Artiste(s) : Laurent (site)

Ce texte date de 1998. Il figure dans un opuscule sur Jean Jacques Laurent publié par l’association stArt à l’occasion d’une exposition personnelle de l’artiste à l’atelier d’art contemporain des musées de Nice. Jean Jacques Laurent avait intitulé son exposition « Ironie d’un sort ».


vers Ponctuations

Première approche

Peindre : s’introduire dans la famille de l’art

Pour Jean-Jacques Laurent, la peinture a d’abord été affaire de famille. Voilà qui doit bien, en partie au moins, s’expliquer par le fait qu’il est issu de potiers et d’artistes, qu’il a vécu dans la petite ville de Vallauris, à deux pas de Cannes et de Nice, qu’il a y a côtoyé tous les mythes de l’art moderne qui venaient achever là, dans ces parages-là, leur longue et éblouissante route et dont la présence hante encore tous les espaces du sud. Que d’ombres immenses pèsent encore ici, vous attendent sur le pas des portes, infiltrées dans les ruelles, toujours attentives devant les tours de potiers, impatientes, devant les fours à céramique, d’être surprises, une fois encore, par ce que le feu a pu faire d’un pigment ou d’un émail….Quand on déambule dans les rues de Vallauris avec Jean-Jacques, on voit littéralement se lever du sol qui les a accueillies les figures communes, banales, terriblement humaines et lourdes, de Jacques Prévert ou Pablo Picasso…
L’art est alors famille : donnée immédiate et indiscutable ; un monde tout d’un bloc, sans concession, sans ouverture, sans changement, à prendre ou à laisser, tel quel. Une effroyable éternité, en somme, gardée par des ombres écrasantes, divinités étrangement familières : immensément présentes, occupant tout l’espace, aveuglant l’horizon et cherchant à nous garder sous leur tutelle, admiratifs et muets. En échange, on reçoit l’espoir de savoir ce que seuls les dieux savent et la grâce de faire, avec notre pauvre corps, un peu de ce qu’ils ont su faire.

Pour Jean-Jacques, l’art est ainsi d’abord famille avec laquelle on entretient des rapports secrets, intimes, jalousement et douloureusement intimes : on en vibre, incompréhensiblement, au point d’en être agacé, de chercher à faire cesser cette tension dont on se dit, qu’en fait, on ne l’a pas voulue, qu’elle disparaisse, qu’elle cesse de gâcher la clarté du monde ; sans elle, la vie serait plus simple, plus immédiatement vivable ; plus tranquillement vivable…

On est déchiré : parce que, finalement, ça s’installe au creux de nous-mêmes, ça se niche dans des zones de faille ou de manque, et ça se niche pourtant sans les combler, en les élargissant, au contraire, en avivant leur sensibilité, comme ces caresses dont la douceur même ravive sur d’anciennes plaies, la sensibilité de la peau, plus fine là qu’ailleurs, sans cesse comme prête à s’ouvrir à nouveau. On sait aussi pourtant qu’on peut en s’enfonçant et en se calfeutrant dans cette intimité, construire le début de toute jouissance. L’art est famille : Jean-Jacques s’y est trouvé plongé. Et vous savez bien comment : vous connaissez cette passion, cet amour douloureux si fort qu’il se sent parfois plus fort que le retour qu’il reçoit, qui fait qu’on en arrive à rejeter avec le plus de violence ceux que l’on aime le plus et dont on sait bien, avec rage, que ce sont ceux dont on a le plus besoin et que, dans le même mouvement, avec la même rage, on se rapproche d’eux, on cherche à supprimer cette frontière de la peau, pour se fondre, ne faire qu’un.
Au prix de la perte et de la douleur. Et on sait que quand on parvient, un peu, au bout de la perte, à ces instants de fusion, toute douleur s’efface, quelque chose s’étend sur le monde et l’allège : la paix…

La peinture a bien été ainsi, pour Jean-Jacques, pendant longtemps une affaire de famille ; c’est entre soi, on le sait bien, qu’on lave ses affaires, dans une famille : les affaires du monde y trouvent peu d’échos. Mais il suffit, en somme, d’un tout petit recul, d’une toute petite distance, pour se rendre compte que les affaires qu’on lave sont celles de n’importe qui, de tout un chacun, et que le monde traverse la famille qui le traverse.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP