BRIBES EN LIGNE
la bouche pleine de bulles sept (forces cachées qui  tu ne renonceras pas. dans un clignement de ce n’est pas aux choses aller au texte nous sommes page suivante ► page station 5 : comment   un vendredi i en voyant la masse aux       qui a propos de quatre oeuvres de année 2019 ► albert 1 2 3 pour michèle gazier 1) préparer le ciel ii la mort, l’ultime port,       & nous lirons deux extraits de cliquez sur l’icône il y a des objets qui ont la  il est des objets sur pour andré pour accéder au vingtième page suivante ► page le numéro exceptionnel de dernier vers aoi reprise du site avec la j’ai changé le       une antoine simon 29 au seuil de l’atelier   j’ai souvent comme une suite de à sylvie   ces sec erv vre ile posté sur facebook sorti de les dernières gardien de phare à vie, au dernier vers aoi on dit qu’agathe ce paysage que tu contemplais       ( 1 2  « la musique,  le grand brassage des dernier vers aoi page suivante ► page 1 2        "j& deux nouveauté,       vaches le temps passe dans la page suivante ► page nous serons toujours ces essai de nécrologie, se reprendre. creuser son pour egidio fiorin des mots page suivante ► page le peintre manuel casimiro preambule – ut pictura onzième six de l’espace urbain, on préparait (ô fleur de courge...       la bernadette griot vient de nous dirons donc       six       la régine robin, prenez vos casseroles et la deuxième édition du pour jean gautheron le cosmos    tu sais antoine simon 17 pas une année sans évoquer à propos “la antoine simon 24       la on trouvera la video dernier vers aoi       le ensevelie de silence, et te voici humanité page suivante ► page sous la pression des         entr’els nen at ne pui langues de plomb a la bel équilibre et sa       sabots certains prétendent   d’un coté, baous et rious je suis à la mémoire page suivante ► page quelques textes granz est li calz, si se mais jamais on ne l’heure de la  pour le dernier jour et il fallait aller debout Être tout entier la flamme 1 2  le flot pâle des maisons vous dites : "un pluies et bruines, comment normalement, la rubrique le lent tricotage du paysage toulon, samedi 9       fleur guetter cette chose passet li jurz, la noit est on cheval À propos de fata en en cet anniversaire, ce qui i mes doigts se sont ouverts comme un préliminaire la pour jacqueline moretti, le lent déferlement       sur la       journ&ea sur la toile de renoir, les tout est possible pour qui la brume. nuages  ce mois ci : sub       la pie descendre à pigalle, se 1 2  un livre écrit pour robert et tout avait pour accéder au texte, vous avez sous ces étagements liquides je suis celle qui trompe page suivante ► voici donc   (dans le       un la fraîcheur et la mouans sartoux. traverse de ma chair n’est       descenda ce qu’un paysage peut pour jacky coville guetteurs l’ami michel equitable un besoin sonnerait le géographe sait tout page suivante ► page « ah ! mon nous serons toujours ces josué ne edmond, sa grande marché ou souk ou       force deux mille ans nous 1 2  la force du corps, mult ben i fierent franceis e À peine jetés dans le dernier vers aoi voici quelques années, agnus dei qui tollis peccata c’est la chair pourtant je suis aller à la bribe suivante les amants se premier vers aoi dernier aller à la bribe suivante       maquis  le livre, avec voir l’essai sur antoine simon 3 deuxième essai cyclades, iii°       le traquer   je n’ai jamais  mise en ligne du texte       les dieu faisait silence, mais dernier vers aoi passent .x. portes, ainsi alfred… ► abÉcÉdaire à jean encore une citation “tu dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans       fourr&ea jusqu’à il y a avant même de commencer,       ...mais dernier vers aoi  jésus ici, les choses les plus       sur le       sur       retourn& constellations et tromper le néant       j’ la route de la soie, à pied, page suivante ► page   adagio   je je meurs de soif dernier vers aoi       la 1 2    *   libre page suivante page etudiant à       cette c’est extrêmement fontelucco, 6 juillet 2000 même si 1 2  pour alain borer le 26 1.- les rêves de décembre 2001. la musique est le parfum de  l’écriture préparation des corps et ma foi, page suivante ► page monde imaginal, 1 2  le texte qui suit est, bien le slam ? une ruse de vertige. une distance       m’ l’éclair me dure, aller à la bribe suivante       l’ a l’aube des apaches, page précédente page sur l’erbe verte si est       objectif issent de mer, venent as 1 2 3 pour daniel farioli poussant un nouvel espace est ouvert       je me juste un mot pour annoncer   saint paul trois page suivante ► page derniers textes mis en au rayon des surgelés 7) porte-fenêtre dans le pain brisé son je suis bien dans présentation du  pour de page suivante page textes mis en ligne en ne pas négocier ne       aux le recueil de textes la rencontre d’une ses mains aussi étaient tous ces charlatans qui page suivante ► page rare moment de bonheur, de toutes les textes mis en ligne en carissimo ulisse, torna a imagine que, dans la dernier vers aoi       vu les et que dire de la grâce antoine simon 28 paroles de chaman tu derniers vers sun destre soudain un blanc fauche le réponse de michel non... non... je vous le réveil des satyres tous sors de mon territoire. fais la terre a souvent tremblé percey priest lake sur les le travail de bernard la mort d’un oiseau. et nous n’avons rien 10 vers la laisse ccxxxii  de même que les sauvage et fuyant comme et que vous dire des       en deux leonardo rosa tout en travaillant sur les page suivante ► page antoine simon 14 je t’enlace gargouille dernier vers aoi un survol de l’annÉe lancinant ô lancinant 1 2  un homme dans la rue se prend haut var ► trois petits dernier vers aoi du maurithuis par       dans le   nous sommes       dans le grand combat : journée de page précédente le café « e ! malvais       juin       avant  les premières mise en ligne d’un  référencem dernier vers aoi   pour le prochain       &  l’entretien page suivante ► page page suivante ► page a la femme au page suivante tant pis pour eux.       les quatre si la mer s’est     une abeille de on peut croire que martine chaque automne les       au pas 1 2  je déambule et suis 1 2 en       &nbs « et bien, dans le train premier nous serons toujours ces dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna       le l’entreprise dont je me       "     quand basile antoine simon 16     [1] l       mé frères et village de poussière et de       voyage       la envoi du bulletin de bribes j’ai longtemps       à tout en vérifiant eurydice toujours nue à pour marcel  dans toutes les rues 1 2  page suivante ► page dans ce périlleux allons fouiller ce triangle en ceste tere ad estet ja 1 2  aller à la bribe suivante des conserves ! se placer sous le signe de madame est une torche. elle       objectif c’est la peur qui fait zacinto dove giacque il mio   ces notes apaches :       parfois à cri et à le corps encaisse comme il  née à livre grand format en trois page suivante page derniers textes mis en       ".. les premières     hélas, sainte marie, toutefois je m’estimais page suivante ► page seins isabelle boizard page suivante page pour angelo la cité de la musique       dans le tu le sais bien. luc ne quelques autres il aurait voulu être page suivante ► page pas facile d’ajuster le antoine simon 32 aller à la bribe suivante carles li reis en ad prise sa clers est li jurz et li       bien il faut aller voir la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : SEUILS PASSAGES ET TRANSMISSIONS /

RAPHAËL MONTICELLI

Je suis né à Nice...
Publication en ligne : 8 décembre 2020

Lors de la célébration des 150 ans de la réunion de Nice et de la France, en 2010, l’hebdomadaire Le Patriote a sorti un numéro spécial ouvert à une quarantaine d’artistes et une quinzaine d’écrivains.
Je me demandais depuis quelques années où j’avais bien pu parler d’un épisode de formation où il est question d’un petit italien, d’un maître d’école, d’une carte de France et d’un grand moment de doute...
En classant les archives, je retrouve ce texte... Le voici.


page suivante ►

Je suis né à Nice. D’immigrés italiens, comme nombre de Niçois....
Je n’ai pas eu à trouver cette ville accueillante : c’était ma ville. Longtemps, je n’ai pas su si j’étais Français ou Italien. La chose importait peu : j’étais Niçois.
A peine avions-nous appris à lire, au CP (c’est une anecdote que je raconte souvent) que notre maître, monsieur Raffaeli, nous avait distribué des cartes de France sur lesquelles nous avions déchiffré : « Enfant, voici ton pays »... Nous en avions parlé à la maison. Plein de scrupules, j’étais allé le voir : je ne pouvais pas garder cette carte, puisque ce n’était pas mon pays... « Tu es né où ? » m’a demandé monsieur Raffaeli. « Ici, à Nice ». « Alors, tu es Français, puisque tu es Niçois... si tu veux, mon garçon, garde la carte »... C’est ainsi que Nice m’a donné la France. J’ai cherché, en Italie, à acquérir une carte analogue : « Franciullo, ecco il tuo paese ». Je ne l’ai jamais trouvée.
Nice n’a jamais été italienne. Cela, je l’ai appris assez tôt. Mais rien n’est ici comme ailleurs. Une population de toutes origines. De toutes langues. De toutes confessions. Une topographie dense et comme pressée : c’est la montagne et c’est la neige et aussitôt, c’est la mer et l’été. Et la montagne poursuit sa course sous la mer. Et le Paillon aussi, qui continue à la dévaler, sous l’eau salée. Nice a sa langue nissarde. Elle était langue de travail : à l’atelier, mon père parlait niçois avec ses compagnons : un Arménien, un Sénégalais, un Polonais et... un Niçois, tous Français, par ailleurs. Et elle est langue littéraire. J’ai appris le niçois. Et nous lisions, sous la puissante tutelle de Compan, aussi bien la Nemaida que Mireio. Nice a sa langue, et elle est occitane.
En 1960, commémoration du centième anniversaire du rattachement de Nice à la France. Combien de milliers d’enfants étions nous, au stade du Ray, à harmoniser nos mouvements pour célébrer l’événement ? Je suis deux fois Français, se disait le petit Italien. Une fois parce que je suis né à Nice. Une fois parce que Nice a choisi le rattachement à la France. Pas si évident, me disait un vieil homme encore tout plein du souvenir de Garibaldi. Deux fois Français et Italien aussi, se disait l’enfant.
Ma paroisse, c’était Don Bosco. Le Piémontais. Italien. Ses successeurs étaient des justes. Dans la crypte de Notre Dame Auxiliatrice on en garde le précieux souvenir et on voit encore le soupirail dérobé par lequel on faisait se sauver des enfants que la force publique recherchait pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Nice est aussi la ville des Justes.
L’adolescence fut plus complexe. Étais-je Français, moi qui continuais à parler italien à la maison ? Je suis devenu enseignant. Professeur de... français... Et je militais. Un peu au syndicat des enseignants, le SNES, beaucoup au parti communiste... À Nice, j’ai salué mes camarades : antifascistes, antifranquistes, Niçois de souche plus ou moins anciennes, avec, parfois, de curieuses réactions de Barbet, ces sortes de Chouans du Comté. C’est à Nice, en militant pour que l’école soit meilleure pour les enfants, que le territoire soit plus doux pour ceux qui y vivent, que le travail soit plus respecté que j’ai le mieux compris ou accepté ces complexes questions d’appartenance... et aussi en travaillant sur la période de la Résistance, et en côtoyant et écoutant mes camarades, militants de l’enseignement, militants de la pédagogie, résistants, antifascistes, partisans, antifranquistes... Ces va-et-vient, à Nice, entre France et Italie, entre hier et aujourd’hui, entre terroir et territoire, entre comté, pays et planète, entre ce bout de monde et le monde auquel il était ouvert, ces va-et-vient m’ont transmis des valeurs, des principes, des interrogations et des doutes.
Nice est frontière –poreuse et incertaine frontière- de temps, d’espaces, de langues, de croyances, de convictions. Les trop denses vérités s’y effilochent et s’y défont au profit d’une sorte d’humanisme de l’incertitude, premier pas de l’attention à l’altérité.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP