BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi hans freibach : textes mis en ligne en en introduction à madame est la reine des diaphane est le page suivante ► page       bâ toute trace fait sens. que pour nicolas lavarenne ma       neige       o    il   la production madame dans l’ombre des le 15 mai, à sommaire ► page suivante   pour olivier soudain un blanc fauche le Éléments - il ne s’agit pas de au programme des actions (vois-tu, sancho, je suis       midi sequence    en cliquez sur l’icône c’est seulement au toujours les lettres : « 8° de À perte de vue, la houle des douce est la terre aux yeux     dans la rue la dans le respect du cahier des à yvon quand une fois on a       maquis page suivante ► page face aux bronzes de miodrag langues de plomb a la       nuage       " 1 2      cet arbre que   on n’est       baie       apparu la rencontre d’une je t’enfourche ma max charvolen, martin miguel       le il tente de déchiffrer,   si vous souhaitez rafale       objectif au matin du page précédente retour eloge de la boite aux la tentation du survol, à traversé le lieu-dit de la mort d’un oiseau. pur ceste espee ai dulor e dire que le livre est une À la loupe, il observa 1 2  qu’est-ce qui est en j’oublie souvent et       au dernier vers aoi page suivante ► page seins isabelle boizard un texte que j’ai encore une citation “tu rêve, cauchemar,       le       cette page suivante ► page des conserves !       sous       dans le gardien de phare à vie, au voici quelques années, tout le problème préparer le ciel i huit c’est encore à torna a sorrento ulisse torna tout en vérifiant le "patriote", inoubliables, les aller à derniers textes mis en pour gilbert aller à la bribe suivante il y a des mots, mais comme 1 2        longtem Être tout entier la flamme page précédente retour à rafale n° 5 un     le page suivante ► page sommaire ► page suivante la vie est dans la vie. se antoine simon 26 jamais je n’aurais       force       bonheu elle disposait d’une archipel shopping, la j’ai changé le je voudrais voir les arbres allons fouiller ce triangle 1 2        jardin (ma gorge est une de pa(i)smeisuns en est venuz       est-ce une errance de dans les carnets page suivante page quel étonnant du bibelot au babil encore la gaucherie à vivre, j’arrivais dans les quai des chargeurs de pour angelo le soleil n’est pas dans la caverne primordiale page suivante ► page la cité de la musique textes mis en ligne en mai textes rÉunis sous un titre       la et   riche de mes des voiles de longs cheveux mieux valait découper baous et rious je suis page suivante ►   les et voici maintenant quelques dans les rêves de la toutefois je m’estimais       fleurett la littérature de accorde ton désir à ta page suivante page ce texte m’a été page suivante gérard 1 2      tout autour page suivante ► page antoine simon 3       pass&eac page suivante ► page dernier vers aoi   ne pas négocier ne il est le jongleur de lui 1- c’est dans aller à la bribe suivante page suivante ► page a la femme au présentation du projet d’abord un curieux textes mis en ligne en mars   ces sec erv vre ile nice, le 18 novembre 2004 page suivante page j’ai donc 0- souviens-toi. sa comment entrer dans une dans le vacarme des couleurs, textes mis en ligne en ce jour là, je pouvais  née à   que signifie dans le monde de cette dans un clignement de pour accéder au pdf, li emperere par sa grant     rien il en est des noms comme du cette machine entre mes       soleil li emperere s’est au labyrinthe des pleursils le peintre manuel casimiro page suivante ► page       au zacinto dove giacque il mio clere est la noit e la sommaire ► page suivante je me souviens de       la page suivante ► page les céramiques et leurs       magnolia aller à la bribe suivante outre la poursuite de la mise       l’ aller à la bribe suivante commençons donc par passet li jurz, si turnet a carissimo ulisse, torna a que nos princes et empereurs   les (elle entretenait 1 2 3       pav&eacu 1 2          « voici      & chaises, tables, verres,     faisant la       &   six formes de la avez-vous vu une fois entré dans la  monde rassemblé       au vous dites : "un aller à la bribe suivante je t’enlace gargouille madame des forêts de c’est — pense-t-on - page suivante ► page       pav&eacu       la       nuage       ma aller à la bribe suivante  il est des objets sur il faut aller voir j’ai ajouté trois tentatives desesperees  l’entretien 1 2  ensevelie de silence, avant même de commencer, pour accéder au pdf, « ah ! mon reflets et echos la salle       pour       à au commencement était madame est une torche. elle     sur la pente       objectif quatre si la mer s’est       voyage "école de neuf j’implore en vain  les œuvres de   la baie des anges dorothée vint au monde de soie les draps, de soie il avait accepté page suivante ► page 199* passé galerie sommaire ► page suivante 1 2        le je ne saurais dire avec assez on peut croire que martine macao grise pour marcel nous serons toujours ces station 5 : comment sur l’erbe verte si est pour egidio fiorin des mots sommaire ► page suivante       droite textes mis en ligne en mai page suivante ► page       alla béatrice machet vient de haut var ► brec  de la trajectoire de ce la force du corps, le franchissement des l’illusion d’une d’ eurydice ou bien de 1 2 3 grande lune pourpre dont les       une       le  les éditions de 1 2 3 aller à la bribe suivante sommaire ► page suivante aux barrières des octrois page suivante ► page  tous ces chardonnerets je découvre avant toi deux mille ans nous c’est la peur qui fait a la libération, les le texte qui suit est, bien nos voix sommaire ► page suivante frères et       neige comme c’est préparer le ciel i dans les écroulements     ton plaisir et que vous dire des le lent tricotage du paysage avec marc, nous avons nous avons affaire à de « je me tais. chaque automne les 1 2        la je rêve aux gorges la question du récit dernier vers aoi page suivante ► nous 1 2  merci au printemps des       au soir       " la réserve des bribes josué ne des voix percent, racontent page précédente ► le pas même dernier vers s’il  le grand brassage des       un dernier vers aoi laure et pétrarque comme quand il voit s’ouvrir, la brume. nuages       dans la la mastication des il semble possible epuisement de la salle, page suivante ► page j’ai travaillé       la toutes sortes de papiers, sur tout le temps est là sièges    regardant aller à la bribe suivante « et bien, (À l’église deus li otreit (la sue)   le texte suivant a buttati ! guarda  retour à la recherche de toutes les il existe au moins deux voir l’essai sur rafale les grands prenez vos casseroles et       reine préparation des corps antoine simon 29 les premières les amants se  l’exposition  pour alain borer le 26 les textes mis en ligne   jn 2,1-12 : page suivante page présentation du projet dernier vers aoi sommaire ► page suivante pour visionner la quatrième essai de au centre des quartiers de station 1 : judas   (à sa langue se cabre devant le il y a tant de saints sur nouvelles mises en       gentil où l’on revient     après aller à la bribe suivante autre petite voix antoine simon 10 posté sur facebook sorti de dans le train premier cet univers sans aller vers bribes, livres 1 dernier vers aoi antoine simon 2       je me page suivante ► page un nouvel espace est ouvert percey priest lake sur les on préparait page suivante ► page la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : SEUILS PASSAGES ET TRANSMISSIONS /

RAPHAËL MONTICELLI

Je suis né à Nice...
Publication en ligne : 8 décembre 2020

Lors de la célébration des 150 ans de la réunion de Nice et de la France, en 2010, l’hebdomadaire Le Patriote a sorti un numéro spécial ouvert à une quarantaine d’artistes et une quinzaine d’écrivains.
Je me demandais depuis quelques années où j’avais bien pu parler d’un épisode de formation où il est question d’un petit italien, d’un maître d’école, d’une carte de France et d’un grand moment de doute...
En classant les archives, je retrouve ce texte... Le voici.


page suivante ►

Je suis né à Nice. D’immigrés italiens, comme nombre de Niçois....
Je n’ai pas eu à trouver cette ville accueillante : c’était ma ville. Longtemps, je n’ai pas su si j’étais Français ou Italien. La chose importait peu : j’étais Niçois.
A peine avions-nous appris à lire, au CP (c’est une anecdote que je raconte souvent) que notre maître, monsieur Raffaeli, nous avait distribué des cartes de France sur lesquelles nous avions déchiffré : « Enfant, voici ton pays »... Nous en avions parlé à la maison. Plein de scrupules, j’étais allé le voir : je ne pouvais pas garder cette carte, puisque ce n’était pas mon pays... « Tu es né où ? » m’a demandé monsieur Raffaeli. « Ici, à Nice ». « Alors, tu es Français, puisque tu es Niçois... si tu veux, mon garçon, garde la carte »... C’est ainsi que Nice m’a donné la France. J’ai cherché, en Italie, à acquérir une carte analogue : « Franciullo, ecco il tuo paese ». Je ne l’ai jamais trouvée.
Nice n’a jamais été italienne. Cela, je l’ai appris assez tôt. Mais rien n’est ici comme ailleurs. Une population de toutes origines. De toutes langues. De toutes confessions. Une topographie dense et comme pressée : c’est la montagne et c’est la neige et aussitôt, c’est la mer et l’été. Et la montagne poursuit sa course sous la mer. Et le Paillon aussi, qui continue à la dévaler, sous l’eau salée. Nice a sa langue nissarde. Elle était langue de travail : à l’atelier, mon père parlait niçois avec ses compagnons : un Arménien, un Sénégalais, un Polonais et... un Niçois, tous Français, par ailleurs. Et elle est langue littéraire. J’ai appris le niçois. Et nous lisions, sous la puissante tutelle de Compan, aussi bien la Nemaida que Mireio. Nice a sa langue, et elle est occitane.
En 1960, commémoration du centième anniversaire du rattachement de Nice à la France. Combien de milliers d’enfants étions nous, au stade du Ray, à harmoniser nos mouvements pour célébrer l’événement ? Je suis deux fois Français, se disait le petit Italien. Une fois parce que je suis né à Nice. Une fois parce que Nice a choisi le rattachement à la France. Pas si évident, me disait un vieil homme encore tout plein du souvenir de Garibaldi. Deux fois Français et Italien aussi, se disait l’enfant.
Ma paroisse, c’était Don Bosco. Le Piémontais. Italien. Ses successeurs étaient des justes. Dans la crypte de Notre Dame Auxiliatrice on en garde le précieux souvenir et on voit encore le soupirail dérobé par lequel on faisait se sauver des enfants que la force publique recherchait pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Nice est aussi la ville des Justes.
L’adolescence fut plus complexe. Étais-je Français, moi qui continuais à parler italien à la maison ? Je suis devenu enseignant. Professeur de... français... Et je militais. Un peu au syndicat des enseignants, le SNES, beaucoup au parti communiste... À Nice, j’ai salué mes camarades : antifascistes, antifranquistes, Niçois de souche plus ou moins anciennes, avec, parfois, de curieuses réactions de Barbet, ces sortes de Chouans du Comté. C’est à Nice, en militant pour que l’école soit meilleure pour les enfants, que le territoire soit plus doux pour ceux qui y vivent, que le travail soit plus respecté que j’ai le mieux compris ou accepté ces complexes questions d’appartenance... et aussi en travaillant sur la période de la Résistance, et en côtoyant et écoutant mes camarades, militants de l’enseignement, militants de la pédagogie, résistants, antifascistes, partisans, antifranquistes... Ces va-et-vient, à Nice, entre France et Italie, entre hier et aujourd’hui, entre terroir et territoire, entre comté, pays et planète, entre ce bout de monde et le monde auquel il était ouvert, ces va-et-vient m’ont transmis des valeurs, des principes, des interrogations et des doutes.
Nice est frontière –poreuse et incertaine frontière- de temps, d’espaces, de langues, de croyances, de convictions. Les trop denses vérités s’y effilochent et s’y défont au profit d’une sorte d’humanisme de l’incertitude, premier pas de l’attention à l’altérité.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP