BRIBES EN LIGNE
sequence un jour nous avons    au balcon marcel alocco a un temps hors du à     pourquoi tu il y a deux villes à attendre. mot terrible.       tourneso l’attente, le fruit page suivante page je n’hésiterai en introduction à dans les écroulements 1 2  mouans sartoux. traverse de décembre 2001. une fois entré dans la       vaches 1 2  accorde ton désir à ta les cuivres de la symphonie biboon. plus qu’une saison.       au soir sites de mes ( ce texte a 5) triptyque marocain il semble possible pour helmut       dans dernier vers aoi petites proses sur terre clers fut li jurz e li pour accéder au vingtième "le renard connaît  ce mois ci : sub  dans toutes les rues nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 22 des voix percent, racontent       sur la lecture de sainte je suis bien dans page suivante ► page suite du blasphème de un trait gris sur la j’oublie souvent et merle noir  pour   iv    vers cher bernard le 23 février 1988, il apaches : de prime abord, il un homme dans la rue se prend aller à la bribe suivante tous ces charlatans qui vos estes proz e vostre 1 2      une abeille de sainte marie, la pureté de la survie. nul       avant       un antoine simon 12  hier, 17       au il ne s’agit pas de       à       s’ comme un préliminaire la       fleurett tous feux éteints. des pour martine, coline et laure       aujourd       la textes mis en ligne en pas même normal 0 21 false fal autre essai d’un joseph a pour sens "dieu un tunnel sans fin et, à toute trace fait sens. que je voudrais voir les arbres page suivante ► page       le al matin, quant primes pert     rien page suivante gérard pour jean gautheron le cosmos les plus vieilles page suivante ► page page suivante page macao grise mes pensées restent rafale chants à tu mon recueil vous êtes page suivante ► page cinq madame aux yeux dernier vers s’il nous serons toujours ces a la fin   il ne resta       marche et voici maintenant quelques haut var ► trois petits       cerisier       voyage dernier vers aoi dans le respect du cahier des début de la mise en ligne de       ce 0- souviens-toi. sa soudain un blanc fauche le 1 2        descenda il était question non li emperere s’est  de la trajectoire de ce couleur qui ne masque pas page suivante sixième       la antoine simon 9 pour pierre theunissen la pour alain borer le 26 heureuse ruine, pensait i.- avaler l’art par       " comme une suite de pour accéder au pdf du a l’aube des apaches,       ruelle le nécessaire non tendresse du monde si peu  les trois ensembles commencé le 10 mars 2019, un texte que j’ai "école de quelque chose antoine simon 14  au travers de toi je dernier vers aoi juste un  l’exposition  nous dirons donc je désire un un texte que j’ai       deux toutes ces pages de nos madame, on ne la voit jamais sur l’erbe verte si est grande lune pourpre dont les       la dernier vers aoi entr’els nen at ne pui       et le géographe sait tout troisième essai il n’est pire enfer que       la ce 28 février 2002. et ces si tu es étudiant en au seuil de l’atelier (vois-tu, sancho, je suis page suivante ► page d’ eurydice ou bien de station 5 : comment le bulletin de       pé max charvolen, martin miguel pour accéder au pdf,     sur la pente       longtem       crabe-ta       magnolia le poiseau de parisi mon page suivante ► page 1 2  le texte qui suit est, bien  le "musée titrer "claude viallat,       les station 7 : as-tu vu judas se pas facile d’ajuster le  si, du nouveau je n’ai pas dit que le je déambule et suis quelques autres madame est une torche. elle 1 2  textes mis en ligne en    en page suivante ► page carcassonne, le 06 ce qu’un paysage peut page suivante ► page antoine simon 15 toujours les lettres : antoine simon 20 au programme des actions dans ce périlleux nice, le 8 octobre raphaËl il existe deux saints portant textes mis en ligne en deuxième essai 1 2 3 a claude b.   comme une     les fleurs du montagnes de rafale n° 4 on le  l’écriture art jonction semble enfin du même auteur : les dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la pour martin   marcel guetter cette chose que reste-t-il de la douze (se fait terre se aller à la bribe suivante  avec « a la 1 2  l’éclair me dure, À propos de fata en     du faucon les grands page suivante ► page j’arrivais dans les page suivante page j’aime chez pierre 199* passé galerie souvent je ne sais rien de aller à la bribe suivante encore une citation “tu       le lu le choeur des femmes de "si elle est derniers textes mis en       les fragilité humaine.     dans la rue la et c’était dans thème principal : seul dans la rue je ris la       ton que nos princes et empereurs recleimet deu mult       bâ en ceste tere ad estet ja       é rafale n° 5 un 1 2  l’homme est de proche en proche tous les céramiques et leurs et que dire de la grâce du même auteur : un tromper le néant dans les hautes herbes epuisement de la salle, si vous entendez le lac la toile ou, du moins, la       la dernier vers aoi réponse de michel       ma bribes dans le nid de je dors d’un sommeil de antoine simon 7 pour écouter la lecture, le 26 août 1887, depuis préparation des corps cher.e.s ami.e.s vous pouvez dans le vacarme des couleurs,     tout autour  de même que les la route de la soie, à pied, de tantes herbes el pre monde imaginal,       une       le « ah ! mon       à arbre épanoui au ciel janvier 2002 .traverse       baie c’est extrêmement       enfant ses mains aussi étaient dernier vers aoi pourquoi yves klein a-t-il 1 2  « je suis un mise en ligne page suivante ► page À la loupe, il observa halt sunt li pui e mult halt   d’un coté,     pluie du de pa(i)smeisuns en est venuz 1 2 3    courant une il faut dire les on cheval aux george(s) (s est la       le       va ton il ne sait rien qui ne va vous dites : "un antoine simon 3 de l’autre 1 2 3 démodocos... Ça a bien un posté sur facebook sorti de j’ai travaillé l’appel tonitruant du pour andré quai des chargeurs de   six formes de la       mé page précédente le café se reprendre. creuser son pour michèle textes mis en ligne en ainsi alfred…   1) cette       au approche d’une       au      & le 15 mai, à cliquetis obscène des       gentil la mastication des i mes doigts se sont ouverts edmond, sa grande ensevelie de silence,       je   un vendredi       le le scribe ne retient pure forme, belle muette, et il fallait aller debout       "       nuage       chaque page suivante ► page       l’ rita est trois fois humble. pour voir le cahier 18,       coude pour martine aller à la bribe suivante 3 

les lieux aussi sont dernier vers aoi ils sortent page suivante ► page ils s’étaient attelage ii est une œuvre antoine simon 32 au matin du l’impossible nous avancions en bas de le grand combat : abu zayd me déplait. pas toute une faune timide veille les étourneaux ! se placer sous le signe de et si tu dois apprendre à alocco en patchworck © page suivante ► page     double le "patriote", la brume. nuages inoubliables, les je suis comme ce mur blanc       "j&  il y a le châssis, dernier vers aoi  tous ces chardonnerets page suivante ► page "l’art est-il       apr&egra carles li reis en ad prise sa       dans le je serai toujours attentif à la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Joquel, Patrick /

PATRICK JOQUEL

Je lui ajoute trois petits cailloux
© Patrick Joquel
Publication en ligne : 22 octobre
/ sur site internet

Ce texte a été publié sur le site Francopolis en novembre 2014 et par Friches à l’automne 2017.


Lire Haut Var

Lire Brec d’Utelle

Je lui ajoute trois petits cailloux

*

Je monte à l’ombre des sommets. Parmi les pierres rosées. Les tapis mauves des rhododendrons contrastent avec les verts des mélèzes.

Passé le verrou le lac des Terres Rouges
je quitte le souffle et la rumeur du torrent pour entrer dans le silence

Le lac
École de silence et miroir

Marcher seul
sans bruit
pénétrer cette jubilation paisible
entrer dans la transparence

Le lac offre aux bleus les couleurs de chacun de ses cailloux
effleure la rugosité du minéral
une risée cligne sa paupière
un frisson les efface un instant

Sous la baisse Druos
lovés dans leurs écrins d’ombre
quelques névés crissent sous le pas
ils tentent la soudure avec le prochain hiver

Bleu lac
rouge caillou
couleurs polies des courbes glaciaires

Baisse
frontière
ici les eaux coulent vers l’Adriatique
et sous le col
cet inévitable abri militaire
explosé par le temps

*

Les bras hissent le corps
les jambes le poussent
le cœur tient le rythme et ne rate aucun battement
pourvu qu’il tienne ainsi longtemps
tant de sommets m’attendent
ou plutôt non
faudrait pas se croire
aucun sommet ne m’attend

Ils s’en foutent les sommets
de ma chair et de ses étincelles

Je me transporte jusque là-haut par pur plaisir

Au sommet du Malinvern deux chamois me soufflent un clin d’œil distant

A toi de tenir l’endroit, semblent-ils me dire. Prends la relève. Que tout ce paysage ne demeure inutile mais qu’il flambe à ta joie. Qu’il s’infiltre en tes neurones et se grave en ta mémoire.

Le cairn sommital mince élancé
un défi aux vents
à la pesanteur
rive le Malinvern à la Terre

Je lui ajoute trois petits cailloux
puis je me laisse traverser par le paysage
absorber par l’arc Alpin

*

Sur la Voie Royale et sous le soleil trois bruits m’accompagnent
celui des cailloux
quelques mouches
quelques mots songeurs
et le vent dans mes oreilles

Par moments le chant des eaux libres emplit l’espace puis disparaît sous les pierres il réapparaît plus loin comme une source fraîche et s’en va bercer les massifs de rhododendrons
s’en va écumer sa gambade vers le lac

La route coule ses pierres
chemin dallé
pavé
murets enjambant le vide

Comment ne pas saluer en marchant ici la mémoire de ces hommes qui ont transformé leur vie en route
échangé leur temps contre celui du chemin

Le lac Claus infuse ses derniers névés
je m’y trempe
rapidement
le froid de l’eau délasse instantanément les jambes
les muscles

le corps emmagasine cette fraîcheur
comme une caresse interne

Le soir au refuge formuler à nouveau des mots me pèse et peu importe leur langue après la solitude et le silence parler devient un effort

Les ombres reviennent
elles éteignent les névés
s’accrochent aux anfractuosités des rochers
elles s’appuient sur eux pour dérouler leur obscur tapis
elles glissent les pentes
sûres d’elles-mêmes
le crépuscule et la nuit les suivent

*

Au lever du jour la mer de nuages monte de la plaine du Pô
et vient écumer la vallée
sous mes pieds
sous mes yeux
blanche et légère
ourlet d’écume et de silence
mousse embrasée
soleil rasant

Je vais entre blanc et bleu sur l’ancien chemin royal

Après la nuit les muscles tirent
la marche et le soleil les assouplissent
pas à pas
pour la prochaine ascension

Je poursuis mon imbrication dans le silence
et l’émerveillement

Marcher ainsi dans le cloître minéral permet d’arpenter les sentiers de la liturgie du jour

Certains pour cela s’immobilisent entre les briques de leurs monastères
d’autres dans l’incertain de leurs ermitages
je préfère l’action
la déambulation
l’espace et cette confrontation au réel de la terre
être en prise avec
et tout en traversant ses espaces me laisser traverser par son silence et ses souffles
ses bleus
sa vie

L’œil suit la pente le corps s’élève et l’esprit tourne en silence
offert à la beauté
au vent
juste affiné au silence
aux cascades
juste éparpillé aux mille feux flambants des pierriers

Le soleil chauffe
évapore les nuages
reflux de la mer
la terre réapparaît
fidèle

*

Vallon du Préfouns

Totalement minéral
névés sur cailloux
glace sous les pierriers
Je croise un chamois avec au cou une balise Argos
je jette un œil à mon écran téléphone
je suis ici hors de tout réseau
plus inconnu que le chamois

Femelles et cabris traversent le vallon
légers
bondissent
puis leur pelage les camoufle parmi les pierres
seul un caillou parfois les localise à l’oreille

falaises
dents
aiguilles
la montagne a été déchiquetée par la glace
morcelée

Sous le pas l’inévitable abri militaire squatté par les bouquetins

Sur ce col les eaux se partagent
vallée du Pô vallée du Var
un sourire et je pisse sur les deux versants

Le vallon au sud s’élargit en auge
un chapelet de lacs
le lac Nègre médite la course du soleil


le vert gagne
plus de douceur de ce côté

les chamois jouent cabrent cabriolent sur la neige
insouciance de vie ?
simple joie d’être ?

Venir ici et partager cet instant
cela me rend plus humain
plus terrien
plus

Je longe les lacs
parmi des blocs éclairés de rhododendrons

Sous les lacs j’entre dans les mélèzes cela repose les yeux les pieds le dos les ruisseaux parmi les orchidées
le sentier porte en douceur le dernier col

Je m’interroge sur cette douceur
Mélèze
*

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP