BRIBES EN LIGNE
f j’ai voulu me pencher je meurs de soif mieux valait découper 1 2  le lent déferlement       voyage      & le geste de l’ancienne, la danse de le poiseau de parisi mon       "je dernier vers aoi on a cru à   adagio   je       dans dernier vers s’il approche d’une envoi du bulletin de bribes       la       en un mult ben i fierent franceis e ce jour-là il lui cliquez sur l’icône morz est rollant, deus en ad   je ne comprends plus cinq madame aux yeux       et   le texte suivant a ma voix n’est plus que avez-vous vu pendant quelques années immense est le théâtre et l’instant criblé 1 2   pour le dernier jour page suivante page quel ennui, mortel pour 13) polynésie       l’ le galop du poème me où l’on revient travail de tissage, dans seul dans la rue je ris la tout en vérifiant depuis le 20 juillet, bribes  la lancinante lu le choeur des femmes de madame est une recleimet deu mult antoine simon 3 madame, vous débusquez antoine simon 19 rafale n° 10 ici apaches :       dans le tout en travaillant sur les       avant       midi       retourn& 1 2  attention beau antoine simon 10 il ne s’agit pas de       fourr&ea       une À perte de vue, la houle des textes mis en ligne en mai pour martin (elle entretenait le recueil de textes je suis celle qui trompe de sorte que bientôt normal 0 21 false fal voile de nuit à la madame chrysalide fileuse titrer "claude viallat, juste un mot pour annoncer       en madame aux rumeurs une errance de je suis si grant dol ai que ne       & quatre si la mer s’est macles et roulis photo 4 il existe au moins deux pour m.b. quand je me heurte antoine simon 21 pour pierre theunissen la rêve, cauchemar, madame 1 madame est la pénétrer dans ce jour, 1257 cleimet sa culpe, si       objectif tout mon petit univers en on dit qu’agathe cet article est paru pour accéder au pdf du (ô fleur de courge...       la rafale n° 7 un  pour de pour   je n’ai jamais petites proses sur terre       force la tentation du survol, à dernier vers aoi       bruyante       vaches quant carles oït la douze (se fait terre se se reprendre. creuser son antoine simon 29 ma mémoire ne peut me ki mult est las, il se dort le samedi 26 mars, à 15 pour accéder au pdf, pour jean-louis cantin 1.-     les fleurs du 1 2  il aurait voulu être je rêve aux gorges saluer d’abord les plus pour jean-marie simon et sa début de la mise en ligne de ce monde est semé aucun hasard si se dernier vers aoi dernier vers aoi pour michèle auer et comme un préliminaire la in the country       la biboon. plus qu’une saison. les éditions de la passe du le 15 mai, à       la ….omme virginia par la le thème {{}} on trouvera la (vois-tu, sancho, je suis dans le respect du cahier des "pour tes trois (mon souffle au matin       le li emperere par sa grant il tente de déchiffrer, j’ai parlé chants à tu mon recueil passet li jurz, si turnet a       st ce n’est pas aux choses antoine simon 31 sous l’occupation un temps hors du page suivante page cyclades, iii° allons fouiller ce triangle une il faut dire les errer est notre lot, madame, ] heureux l’homme la réserve des bribes macles et roulis photo 3       coude       assis ce  avec « a la       neige a la fin   il ne resta 1 2  f dans le sourd chatoiement et voici maintenant quelques       l’ béatrice machet vient de dernier vers aoi dans le patriote du 16 mars ( ce texte a   six formes de la même si moi cocon moi momie fuseau madame dans l’ombre des       au fond se placer sous le signe de       nuage rita est trois fois humble. c’est extrêmement la lecture de sainte nice, le 18 novembre 2004 soudain un blanc fauche le je reviens sur des derniers vers sun destre       au a christiane me 1 2 3 abstraction voir figuration libre de lever la tête nous lirons deux extraits de antoine simon 14 1 2 3 la gaucherie à vivre, et c’était dans a la femme au     sur la madame est la reine des quatrième essai de       est-ce a ma mère, femme parmi dernier vers aoi dernier vers aoi       voyage la fonction,   encore une il y a des objets qui ont la f tous les feux se sont pour andré encore la couleur, mais cette rafale je n’hésiterai dernier vers aoi   aller à la bribe suivante pour jacky coville guetteurs       le  tu ne renonceras pas.       objectif que reste-t-il de la dans les rêves de la mon cher pétrarque, 10 vers la laisse ccxxxii       araucari a inishmore chaque plante est       l’ macles et roulis photo 7 macao grise bal kanique c’est toulon, samedi 9 dans l’effilé de aller à l’échange sur       sur la À propos de fata en       é l’évidence     sur la pente       soleil       la un homme dans la rue se prend le lent tricotage du paysage macles et roulis photo ouverture de l’espace   marcel station 3 encore il parle la communication est 1 au retour au moment rossignolet tu la les petites fleurs des on peut croire que martine les avenues de ce pays aller à la bribe suivante nice, le 8 octobre al matin, quant primes pert  c’était       devant sequence à la bonne la galerie chave qui le coeur du page suivante ► page       pass&eac etait-ce le souvenir nous avancions en bas de pour le prochain basilic, (la cher.e.s ami.e.s vous pouvez ces feuilles pour frédéric je t’ai admiré, page précédente le café page précédente page 1- nous sommes dehors. derniers samuel chapitre 16, versets 1       longtem       deux       deux       ( ainsi va le travail de qui sixième souvent je ne sais rien de rafale n° 4 on le (dans mon ventre pousse une je suis occupé ces       dé       dans le j’ai perdu mon merle noir  pour       1 2  clers fut li jurz e li madame déchirée j’arrivais dans les folie de josué tout    en archipel shopping, la tout est possible pour qui pour julius baltazar 1 le       m’       su lou on cheval je découvre avant toi    de femme liseuse carles respunt : marché ou souk ou toutes ces pages de nos   d’un coté, autres litanies du saint nom et si tu dois apprendre à ici, les choses les plus douce est la terre aux yeux predication_du_15_ao       un       le passet li jurz, la noit est ils avaient si longtemps, si 1 la confusion des temps de cendre de deuil de   un vendredi page suivante gérard       pourquoi le tissu d’acier avec marc, nous avons petit matin frais. je te madame des forêts de  née à dans le pain brisé son rafale n° 5 un accorde ton désir à ta je n’aime pas les gens s’égarer on       je suis page suivante page sur l’erbe verte si est pour gilbert glaciation entre       sur le maintenant il connaît le il n’y a pas de plus    7 artistes et 1 religion de josué il  référencem le ciel de ce pays est tout   maille 1 : que temps de pierres présentation du ce qui fait tableau : ce textes mis en ligne en pour accéder au pdf, ce pays que je dis est paroles de chaman tu antoine simon 28     faisant la       embarq page suivante ► page 1.- les rêves de page suivante page carissimo ulisse, torna a du bibelot au babil encore article_butor-3.pdf le ciel est clair au travers un texte que j’ai macles et roulis photo 1  il y a le châssis, sous la pression des antoine simon 17 diaphane est le mot (ou quand c’est le vent qui deux ajouts ces derniers f le feu s’est frères et   saint paul trois en cet anniversaire, ce qui les dessins de martine orsoni grant est la plaigne e large pas de pluie pour venir    regardant     &nbs l’impression la plus janvier 2002 .traverse il arriva que lorsque martine orsoni avant dernier vers aoi       pass&eac dernier vers aoi   la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Glück Michaël > Premières pages

MICHAËL GLÜCK

Journal d’arlequin
© Michaël Glück
Publication en ligne : 19 septembre

page suivante ►

page précédente

mon sourire sur ta lèvre n’est qu’un besoin d’ironie

tes mots d’espoir se meurent

sur ma bouche lépreuse

j’étais déjà jaloux aux noces de Sylvie

magiciennes d’un jour oh pâles amoureuses

tu cherchais mes yeux

qui cherchaient les tiens

les infidèles ont des airs de mandoline

qui pardonnent souvent

je vous ai rêvées

combien d’oiseaux se sont égosillés

d’amourettes enrouées

tendresse sans cesse

inassouvie

j’avais trop soif

pour refuser tout les parfums

les arbres sont encore

perchés sur vos jupons

***

mes yeux ont déjoué la solitude

pour se confondre

au clair de lune

nos lèvres

n’en parlons pas la coupe est pleine

se sont ouvertes à la rosée

***

les yeux sont clairs sont

clair de lune

Pierrot est invalide

son masque a pris des rides

vous m’aimerez

belles

aux yeux de bitume

***

 

finir ma vie

comme un poème

par un saut périlleux

***

mes doigts entremêlés d’herbe

trouvèrent la solitude de détestable

mais

au baiser de la terre

je reconnus tes lèvres

***

le nuage a brisé

notre vieux parapluie

d’étoiles

nous avons déserté

nous nous sommes trouvés

sur les quais de l’insomnie

corbeaux éclatants

refrains de chrysanthèmes

***

nos lèvres de midi

ont

des zézaiements de source

les arbres innocents

tendent leurs bras refuges

 

ta bouche esquisse

un sourire de moisson

l’herbe enivre ta main

les matins sont des buissons

sous mes paupières

le sable imagine la rose

plus douce qu’un jardin

où je t’avais perdue

le clocher fouette

les réverbères à minuit

ton corps à la senteur

des écorces d’orange

les fleuves ressuscitent

les néons de la ville

les clochards sous les ponts

raniment les violettes

***

page suivante ►

page précédente

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP