BRIBES EN LIGNE
f j’ai voulu me pencher je meurs de soif mieux valait découper 1 2  le lent déferlement       voyage      & le geste de l’ancienne, la danse de le poiseau de parisi mon       "je dernier vers aoi on a cru à   adagio   je       dans dernier vers s’il approche d’une envoi du bulletin de bribes       la       en un mult ben i fierent franceis e ce jour-là il lui cliquez sur l’icône morz est rollant, deus en ad   je ne comprends plus cinq madame aux yeux       et   le texte suivant a ma voix n’est plus que avez-vous vu pendant quelques années immense est le théâtre et l’instant criblé 1 2   pour le dernier jour page suivante page quel ennui, mortel pour 13) polynésie       l’ le galop du poème me où l’on revient travail de tissage, dans seul dans la rue je ris la tout en vérifiant depuis le 20 juillet, bribes  la lancinante lu le choeur des femmes de madame est une recleimet deu mult antoine simon 3 madame, vous débusquez antoine simon 19 rafale n° 10 ici apaches :       dans le tout en travaillant sur les       avant       midi       retourn& 1 2  attention beau antoine simon 10 il ne s’agit pas de       fourr&ea       une À perte de vue, la houle des textes mis en ligne en mai pour martin (elle entretenait le recueil de textes je suis celle qui trompe de sorte que bientôt normal 0 21 false fal voile de nuit à la madame chrysalide fileuse titrer "claude viallat, juste un mot pour annoncer       en madame aux rumeurs une errance de je suis si grant dol ai que ne       & quatre si la mer s’est macles et roulis photo 4 il existe au moins deux pour m.b. quand je me heurte antoine simon 21 pour pierre theunissen la rêve, cauchemar, madame 1 madame est la pénétrer dans ce jour, 1257 cleimet sa culpe, si       objectif tout mon petit univers en on dit qu’agathe cet article est paru pour accéder au pdf du (ô fleur de courge...       la rafale n° 7 un  pour de pour   je n’ai jamais petites proses sur terre       force la tentation du survol, à dernier vers aoi       bruyante       vaches quant carles oït la douze (se fait terre se se reprendre. creuser son antoine simon 29 ma mémoire ne peut me ki mult est las, il se dort le samedi 26 mars, à 15 pour accéder au pdf, pour jean-louis cantin 1.-     les fleurs du 1 2  il aurait voulu être je rêve aux gorges saluer d’abord les plus pour jean-marie simon et sa début de la mise en ligne de ce monde est semé aucun hasard si se dernier vers aoi dernier vers aoi pour michèle auer et comme un préliminaire la in the country       la biboon. plus qu’une saison. les éditions de la passe du le 15 mai, à       la ….omme virginia par la le thème {{}} on trouvera la (vois-tu, sancho, je suis dans le respect du cahier des "pour tes trois (mon souffle au matin       le li emperere par sa grant il tente de déchiffrer, j’ai parlé chants à tu mon recueil passet li jurz, si turnet a       st ce n’est pas aux choses antoine simon 31 sous l’occupation un temps hors du page suivante page cyclades, iii° allons fouiller ce triangle une il faut dire les errer est notre lot, madame, ] heureux l’homme la réserve des bribes macles et roulis photo 3       coude       assis ce  avec « a la       neige a la fin   il ne resta 1 2  f dans le sourd chatoiement et voici maintenant quelques       l’ béatrice machet vient de dernier vers aoi dans le patriote du 16 mars ( ce texte a   six formes de la même si moi cocon moi momie fuseau madame dans l’ombre des       au fond se placer sous le signe de       nuage rita est trois fois humble. c’est extrêmement la lecture de sainte nice, le 18 novembre 2004 soudain un blanc fauche le je reviens sur des derniers vers sun destre       au a christiane me 1 2 3 abstraction voir figuration libre de lever la tête nous lirons deux extraits de antoine simon 14 1 2 3 la gaucherie à vivre, et c’était dans a la femme au     sur la madame est la reine des quatrième essai de       est-ce a ma mère, femme parmi dernier vers aoi dernier vers aoi       voyage la fonction,   encore une il y a des objets qui ont la f tous les feux se sont pour andré encore la couleur, mais cette rafale je n’hésiterai dernier vers aoi   aller à la bribe suivante pour jacky coville guetteurs       le  tu ne renonceras pas.       objectif que reste-t-il de la dans les rêves de la mon cher pétrarque, 10 vers la laisse ccxxxii       araucari a inishmore chaque plante est       l’ macles et roulis photo 7 macao grise bal kanique c’est toulon, samedi 9 dans l’effilé de aller à l’échange sur       sur la À propos de fata en       é l’évidence     sur la pente       soleil       la un homme dans la rue se prend le lent tricotage du paysage macles et roulis photo ouverture de l’espace   marcel station 3 encore il parle la communication est 1 au retour au moment rossignolet tu la les petites fleurs des on peut croire que martine les avenues de ce pays aller à la bribe suivante nice, le 8 octobre al matin, quant primes pert  c’était       devant sequence à la bonne la galerie chave qui le coeur du page suivante ► page       pass&eac etait-ce le souvenir nous avancions en bas de pour le prochain basilic, (la cher.e.s ami.e.s vous pouvez ces feuilles pour frédéric je t’ai admiré, page précédente le café page précédente page 1- nous sommes dehors. derniers samuel chapitre 16, versets 1       longtem       deux       deux       ( ainsi va le travail de qui sixième souvent je ne sais rien de rafale n° 4 on le (dans mon ventre pousse une je suis occupé ces       dé       dans le j’ai perdu mon merle noir  pour       1 2  clers fut li jurz e li madame déchirée j’arrivais dans les folie de josué tout    en archipel shopping, la tout est possible pour qui pour julius baltazar 1 le       m’       su lou on cheval je découvre avant toi    de femme liseuse carles respunt : marché ou souk ou toutes ces pages de nos   d’un coté, autres litanies du saint nom et si tu dois apprendre à ici, les choses les plus douce est la terre aux yeux predication_du_15_ao       un       le passet li jurz, la noit est ils avaient si longtemps, si 1 la confusion des temps de cendre de deuil de   un vendredi page suivante gérard       pourquoi le tissu d’acier avec marc, nous avons petit matin frais. je te madame des forêts de  née à dans le pain brisé son rafale n° 5 un accorde ton désir à ta je n’aime pas les gens s’égarer on       je suis page suivante page sur l’erbe verte si est pour gilbert glaciation entre       sur le maintenant il connaît le il n’y a pas de plus    7 artistes et 1 religion de josué il  référencem le ciel de ce pays est tout   maille 1 : que temps de pierres présentation du ce qui fait tableau : ce textes mis en ligne en pour accéder au pdf, ce pays que je dis est paroles de chaman tu antoine simon 28     faisant la       embarq page suivante ► page 1.- les rêves de page suivante page carissimo ulisse, torna a du bibelot au babil encore article_butor-3.pdf le ciel est clair au travers un texte que j’ai macles et roulis photo 1  il y a le châssis, sous la pression des antoine simon 17 diaphane est le mot (ou quand c’est le vent qui deux ajouts ces derniers f le feu s’est frères et   saint paul trois en cet anniversaire, ce qui les dessins de martine orsoni grant est la plaigne e large pas de pluie pour venir    regardant     &nbs l’impression la plus janvier 2002 .traverse il arriva que lorsque martine orsoni avant dernier vers aoi       pass&eac dernier vers aoi   la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

Nous sommes tous des primitifs
© Michel Butor
Publication en ligne : 2 août

Ce texte a été rédigé en 1993.


L’automne culturel français, sur fond de négociations du GATT, nous offre en particulier deux manifestations : les Couleurs de l’Himalaya à Montpellier et les Vallées du Niger au Musée des Arts Africains et Océaniens à Paris, qui nous rappellent opportunément que nous sommes peut-être dans le même danger d’extermination culturelle que les Nigériens ou les Bretons hier, les Basques ou les Tibétains aujourd’hui. Une inondation est en cours, par l’intermédiaire de puissants réseaux multinationaux d’origine américaine. Nous nous sentons enfin en danger comme les autres.

Quelle chance pour nous que ce renversement de situation, que cette sensation soudaine d’être dans la peau d’un Algérien du temps où l’Algérie était encore officiellement trois départements français ! Dans le même péril qu’eux nous devenons capables d’écouter la leçon des autres ; ils peuvent nous montrer comment conserver, manifester et métamorphoser notre différence.

Belle ironie de l’Histoire que cet accès de modestie nous poussant aujourd’hui à chercher des repères, des aides, des modèles, chez ces peuples qu’hier nous méprisions, nous détruisions ? Comment ont-ils su répondre, eux à nos agressions ? C’est ce que depuis trois ans, par exemple, l’association Art sans Frontières nous donne à voir avec ces étonnantes expositions d’« art contemporain primitif » : les peintures à l’acrylique des Aborigènes australiens dans leurs déserts, les créations de sable des Navajos ou des Tibétains.

Les Couleurs de l’Himalaya nous révèlent, outre de dansantes variations sur tapis autour de la peau du tigre, et de superbes échantillons de représentations de mandalas sur toile, la constitution progressive d’une peinture de sable aux couleurs éclatantes et un mandala-vidéo sur écran de télévision, non pas commentaire sur un art dont on dit que c’est le Bienheureux lui-même qui traça sur le sol les premiers exemples, mais fruit de la collaboration d’un des cent-quatre-vingts moines qui entourent le Dalaï-Lama exilé en Inde dans le monastère de Dharamsala et du département d’images de synthèse de la prestigieuse Cornell University dans l’ouest de l’état de New-York.

Ici l’Amérique se met au service du moine-artiste, pour explorer avec lui la fascinante architecture du mandala, cartographie de la terre idéale, maquette du pur palais où durent les dieux, scenario et mise en scène de notre douloureux parcours depuis la naissance jusqu’après la mort, depuis les ténèbres jusqu’à quelque clarté. Passionnant ce moment où des civilisations différentes apprivoisent les techniques mises au point par la nôtre.

Dans l’exposition sur les Vallées du Niger au MAAO, ce qui retient, c’est l’approche archéologique de ces civilisations africaines antérieures dont nous ignorons encore presque tout. Alors que l’ethnographe cherche et montre des objets contemporains (même s’ils sont contemporains des premiers colonisateurs), dont il espère qu’ils sont restés purs de tout contact avec l’Occident, et donc risque de figer la culture qu’il étudie dans sa distance, son irrémédiable altérité vis à vis de la nôtre, il s’agit ici de fouiller dans ce qu’il y avait avant cette époque de la pénétration européenne, de mettre en évidence les relations qu’entretiennent ces deux couches. Il est fondamental pour nous de comprendre ce que nous avons détruit, ce que nous avons cru remplacer, alors que nous savons très bien qu’un Japonais ou un Africain qui dort dans un Hilton, même un Français, n’en devient pas pour autant un Américain.

L’assimilation prend fort longtemps et n’est heureusement jamais achevée. Nous n’avons pu supprimer entièrement l’antérieur, nous l’avons seulement refoulé, et ce refoulé reste actif ; c’est lui qui est responsable de ces violences auxquelles nous assistons de toutes parts. Il est indispensable que nous comprenions peu à peu ce qui se passe dans la conscience de tous ces peuples avec qui nous sommes en contact aujourd’hui, non seulement pour qu’une véritable paix soit possible, mais aussi pour mieux comprendre l’architecture très complexe de nos propres refoulements. L’archéologie des sites est liée à celle des consciences. Sous le rutilant vernis chrétien des Mexicains actuels, dort, rumine, rugit leur Aztéquité, celle que les Espagnols et nous avec avons combattue, piétinée, tenté d’exorciser, d’extirper. Si nous voulons comprendre le présent de ces peuples et imaginer leur futur qui sont aussi les nôtres, il faut rechercher et comprendre leur passé.

Contrairement à une attitude encore trop fréquente chez les ethnographes, ce sont les objets métissés, les mélanges, les phénomènes d’acculturations qui sont les plus riches d’enseignement. Les Japonais, contraints par les guerres et leurs suites, nous ont montré surabondamment qu’ils étaient capables d’assimiler la culture occidentale, mais sans pour autant renoncer à la leur, nous donnant à la fois des musiciens capables de diriger l’orchestre symphonique de Boston et de formidables interprètes de Nô. Les deux tendances étaient jadis considérées comme incompatibles : c’était ou bien occidentalisation ou tradition ; mais nous n’en sommes plus là. Je pense à des musiciens comme Takemitsu ou Takahashi qui nous apprennent maintenant à intégrer dans nos orchestres symphoniques des instruments traditionnels parfois transformés, avec leurs modes et accords propres.

Cette capacité à résoudre les conflits très douloureux auxquels notre civilisation qui a toujours beaucoup de mal à se débarrasser du rêve impérial romain, fait que tel ou tel de ces peuples, même parmi ceux que nous avons longtemps, avec tant de condescendance, qualifiés de « primitifs », terme que l’on ne peut plus employer qu’avec des pincettes, peut nous apprendre à poser sur le monde un nouveau regard. « L’œil pense » comme dit le beau titre de Jean-Pierre Barou ; il y a toute une culture préalable dans notre œil. Dans la vision la plus immédiate est déjà inscrite une élaboration complexe.

Nos sociétés, les « peuples du livre », Juifs, Chrétiens, Musulmans, ont longtemps redouté ou méprisé l’image, tout ce savoir que contient le regard. A plusieurs reprises on a assisté à des crises iconoclastes. Toute représentation humaine ou animale risquait de devenir idole, c’est-à-dire de réveiller les vieux démons dans lesquels survivaient les vieux dieux. Donc les seules images permises étaient le texte même avec ses lettres. Durant des siècles les autres images n’ont été admises que comme illustrations des textes fondamentalement préexistants.

On parle d’Histoire quand on est en présence d’une écriture. Auparavant c’est la Préhistoire qui peut se préciser en Protohistoire dans les régions limitrophes. Mais il y a toutes sortes d’écritures et de liaisons entre l’écriture telle que nous la pratiquons, et les autres images. Avec l’évolution de l’audio-visuel, l’image aujourd’hui envahit tout. Et ceux que l’on peut appeler les « peuples de l’image » peuvent nous apporter des boussoles pour naviguer dans cette inondation. Les langages très complexes des pictogrammes australiens, amérindiens ou de tant d’autres, nous apprennent à regarder, à lire autrement.

Inventons nos langues nouvelles en étudiant non seulement les galeries du Louvre, mais les objets déterrés aux vallées du Niger ou les mandalas-vidéo qui projettent aujourdhui sur les murs des monastères leurs lueurs inattendues. De ces confrontations entre siècles et continents jaillit une fontaine de jouvence.

titre documents joints

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP