BRIBES EN LIGNE
      avant tous feux éteints. des rien n’est plus ardu un besoin de couper comme de page suivante ►   les antoine simon 28 ço dist li reis : lancinant ô lancinant cet article est paru archipel shopping, la page suivante page  jésus page suivante ► page 1254 : naissance de       l’       descenda grande lune pourpre dont les       cette     un mois sans attendre. mot terrible. pour accéder au pdf, et…   dits li emperere par sa grant antoine simon 29 page suivante ► page textes mis en ligne en juin portrait. 1255 : dans le pain brisé son aller à la bribe suivante retour vers le musicien carcassonne, le 06 aller à la bribe suivante page précédente l’eau froide de l’anse aller à la bribe suivante autres litanies du saint nom un survol de l’annÉe       dans la a la libération, les d’abord un curieux page suivante ► page       mé       sur la ainsi va le travail de qui il n’était qu’un le lent déferlement   tout est toujours en pour michèle auer et pour écouter la lecture, maintenant il connaît le se reprendre. creuser son j’ai parlé       &nbs dernier vers aoi       fleur page précédente longue allons fouiller ce triangle     quand basile       un     longtemps sur lire chronogaphie (bribe 133 page suivante ► page sommaire ► page suivante eloge de la boite aux dieu faisait silence, mais sur la toile de renoir, les 1 2    pour théa et ses quand c’est le vent qui  dans toutes les rues abu zayd me déplait. pas quand il voit s’ouvrir,       dans le   ces notes effleurer le ciel du bout des la pureté de la survie. nul       neige pour egidio fiorin des mots       apr&egra dire que le livre est une l’illusion d’une de sorte que bientôt       sur le dans les hautes herbes je suis celle qui trompe    de femme liseuse entr’els nen at ne pui de profondes glaouis passet li jurz, la noit est je n’hésiterai page précédente le café seins isabelle boizard paien sunt morz, alquant bernard dejonghe... depuis chers élèves du collège du maurithuis par Éléments - mouans sartoux. traverse de         voyage clers est li jurz et li  les trois ensembles madame est une torche. elle nice, le 8 octobre toujours les lettres : antoine simon 30       aujourd lorsque martine orsoni page suivante page       araucari il a surgi sans crier quai des chargeurs de hans freibach : page suivante ► page couleur qui ne masque pas ( ce texte a pourquoi yves klein a-t-il etudiant à page précédente retour       sur le rare moment de bonheur,       bruyante « pouvez-vous page précédente page antoine simon 6 la danse de voici quelques années, textes rÉunis sous un titre À peine jetés dans le je rêve aux gorges arbre épanoui au ciel page suivante ► page aller à la bribe suivante       au autre petite voix il faut laisser venir madame (dans mon ventre pousse une carles li reis en ad prise sa       dans la       la voir document expo boltanski l’instant criblé l’impression la plus on dit qu’agathe       dans le page précédente retour à l’évidence ce poème est tiré du les textes mis en ligne       bonheur a l’extrémité du reprise du site avec la ensevelie de silence, retour au texte après la lecture de la gaucherie à vivre, antoine simon 21 descendre à pigalle, se etait-ce le souvenir page suivante ► r.m. a toi et que vous dire des able comme capable de donner     une abeille de la vie est dans la vie. se   en grec, morías       pour aller à la bribe suivante antoine simon 12 présentation du projet       &   ciel !!!!   nous sommes dernier vers aoi   rafale n° 7 un  il y a le châssis,       crabe-ta tendresse du monde si peu pas une année sans évoquer 1 2   hors du corps pas soudain un blanc fauche le       le pour daniel farioli poussant   un vendredi ] heureux l’homme suite de dernier vers aoi    si tout au long nous dirons donc derniers textes mis en    seule au pour angelo leonardo rosa bal kanique c’est il aurait voulu être zacinto dove giacque il mio <img852|left> forest       longtem il avait accepté passent .x. portes,       dans dont les secrets… à quoi elle disposait d’une si j’avais de son page suivante page avec marc, nous avons cliquez sur l’icône depuis le 20 juillet, bribes le géographe sait tout page suivante ► page  ce mois ci : sub j’ai travaillé dernier vers aoi paru en ce mois de juin 2021, ce qu’un paysage peut 1 2  a la fin   il ne resta À l’occasion de       embarq de toutes les chaque automne les retour à la recherche  au mois de mars, 1166   la baie des anges dans le train premier 10 vers la laisse ccxxxii   (à deuxième essai sixième « voici et il fallait aller debout le soleil n’est pas     cet arbre que démodocos... Ça a bien un   voici donc la       à tous ces charlatans qui toulon, samedi 9 dorothée vint au monde de l’autre l’homme est je n’ai pas dit que le 1 2      double “dans le dessin pour pierre theunissen la sommaire ► page suivante page suivante ► ce pays que très malheureux... toutes ces pages de nos un soir à paris au       parfois très saintes litanies page suivante ► page       cerisier   1) cette pour m.b. quand je me heurte marché ou souk ou dernier vers que mort 1 2  certains prétendent je voudrais voir les arbres macao grise oiseau tranquille au vol   pour olivier   encore une trois (mon souffle au matin posté sur facebook sorti de ils sortent haut var ► brec ki mult est las, il se dort décembre 2001.       " nous avancions en bas de je ne sais pas si 1 la confusion des le proche et le lointain       qui guetter cette chose et   riche de mes six de l’espace urbain, pour accéder au pdf, "a cannes, propos de table dernier vers aoi pour michèle page suivante ► page cet article est paru dans le 1 2  il ne sait rien qui ne va vue à la villa tamaris antoine simon 19       chaque equitable un besoin sonnerait ce n’est pas aux choses li quens oger cuardise il semble possible dernier vers aoi clere est la noit e la       juin dans les carnets c’est la peur qui fait pour philippe page suivante ► page page suivante ► page     pluie du       bonheu       vu les la force du corps, madame est une sainte marie, cliquetis obscène des page suivante ► nous village de poussière et de il n’y a pas de plus       en un       deux le lent tricotage du paysage quant carles oït la       rampant page suivante ► page paroles de chaman tu une fois entré dans la bien sûr la je suis bien dans c’était une gardien de phare à vie, au     chambre mise en ligne madame est la reine des       sous l’une des dernières       sur le sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante « mais qui lit pour michèle gazier 1 ajout de fichiers sons dans branches lianes ronces la communication est début de la mise en ligne de le texte qui suit est, bien il y a deux villes à       é et combien juste un mot pour annoncer antoine simon 25 d’ eurydice ou bien de       m’ page suivante ► page il y a bien là, dans rafale j’oublie souvent et agnus dei qui tollis peccata présentation du projet de la quelques textes preambule – ut pictura dans l’innocence des       est-ce  le "musée beaucoup de merveilles {{}} on trouvera la ses mains aussi étaient textes mis en ligne en onzième 1 2  cet univers sans ouverture d’une constellations et histoire de signes . comment entrer dans une page précédente retour     son  dans le livre, le heureuse ruine, pensait chère florence  pour de         1 2  "l’art est-il  l’entretien il existe deux saints portant page suivante ► page 1 2  le franchissement des       ( peinture de rimes. le texte rafale n° 5 un page suivante ► page sous ces étagements liquides le geste de l’ancienne, page précédente retour la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Hubi, Jean Claude /

JEAN CLAUDE HUBI

New-York
© Jean-Claude Hubi
Publication en ligne : 9 juillet 2020

Localisation : 52°22’347’’N - 9°44’267’’E


Au centre des quartiers de New-York, qui sont sept comme ceux de Venise, la vaste île rocheuse de Manhattan abrite le cœur financier de la planète. Babel à trois dimensions où l’ascenseur complète la voiture, la toile arachnéenne de ses ponts et l’obscur réseau de ses tunnels l’ancrent aux flancs du Bronx et de Long Island.

A l’extrême sud, pas très loin du mur disparu qui protégea le premier campement des premiers arrivants, la prairie carrée de Washington Square est bordée d’immeubles bas et anciens comme ceux d’une ville européenne ; un terrain de boules où quelques joueurs arborent un béret basque à la stupeur des passants pourtant habitués à tous les excentriques borde le côté qui fait face à Sullivan Street. Le soir venant atténue l’accablante chaleur de la journée ; les enfants noirs courent entre les petits trafiquants de drogues qui importunent effrontément chaque passant. Des asiatiques sereins se livrent silencieusement à leur lente gymnastique traditionnelle, quelques jongleurs répètent torse nu, le nez en l’air, leur numéro. Des groupes de musiciens jouent, des policiers placides patrouillent, un grand Noir dort allongé sur un banc.

Près de là c’est Christopher Street bordée de platanes, où les hommes déambulent en couple ; la Sixième Avenue où des groupes d’amateurs se retrouvent devant le Village Vanguard qui va ouvrir dans une demi-heure. Sur le trottoir un homme maigre aux yeux cachés par des lunettes de soleil s’est accroupi près de vieux magazines crasseux étalés sur le sol, alibi probable de trafics plus lucratifs. Fait-il jour, fait-il nuit ? La lumière électrique se déverse à flots, et les rues de traverse à l’éclairage plus rare ne sont pas plus obscures que durant la journée où le soleil ne peut pénétrer dans leur profonde tranchée.

Dans Alphabetville, près du dénuement de la Bowery, l’extrême misère a été dépassée. Des enfants accablés, prêts à tous les commerces et à beaucoup de crimes, ont écrit sur les murs et les rideaux de fer baissés leur passion de détruire. Sur les marches du Met des étudiantes en cheveux aux jupes très longues se sont assises en attendant des amis. Dans Central Park des hommes de tous âges trottinent péniblement sous l’œil blasé de policiers à cheval. De l’autre côté de l’immense parc le peuple Noir s’est approprié un quartier entier de l’immense ville, où il établit une vigilante surveillance. C’est Harlem aux rues désertes jonchées de débris, bordées d’immeubles incendiés dont on a muré les portes et les fenêtres. D’une église adventiste sans nef ni transept qui ressemble à un gymnase, on entend monter des chants rythmés et rauques, note noire d’espoir.

De l’autre côté du Washington Bridge aux deux étages surchargés de voitures miroitent les lumières de New Rochelle dans le New Jersey. On peut descendre l’Hudson par l’autoroute qui longe l’ample fleuve ; les quais se succèdent jusqu’au porte-avions qui surplombe la 42e rue, jusqu’à Battery Park où l’on s’attarde à contempler la statue de la Liberté, jusqu’au Pier 17 où les cadres de Wall Street viennent prendre leur lunch entre les grands voiliers blancs.

Par où qu’on la prenne, la ville tourne autour de Times Square qui partage le Nord du Sud, l’Est de l’Ouest, à égale distance du Madison et du Rockefeller Center - là où commence Broadway, entre les livres de la Bibliothèque centrale et la luxure tapageuse des putains agressives. La ville luit violemment, les avions la survolent en grondant, le flot des taxis jaunes balaie les panaches de vapeur qui s’élèvent dans chaque rue. Elle commerce avec fureur. Elle vit dans le bruit, le mouvement, la couleur, la sueur, la bousculade, les cris ; il ne lui manque que les rires.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP