BRIBES EN LIGNE
merle noir  pour       montagne    il apaches : monde imaginal,   voici donc la   iv    vers il y a bien là, dans textes mis en ligne en le temps passe dans la       apr&egra paysage de ta torna a sorrento ulisse torna avant dernier vers aoi comme c’est  les premières on dit qu’agathe   le texte suivant a       un       pav&eacu "si elle est je reviens sur des cher.e.s ami.e.s vous pouvez page suivante ► page page suivante ► page ils s’étaient nous dirons donc       objectif oiseau tranquille au vol page suivante ► page       rampant madame aux rumeurs preambule – ut pictura toute trace fait sens. que la mastication des pour martin de pareïs li seit la l’eau froide de l’anse recleimet deu mult       "   nous sommes       é branches lianes ronces   ces sec erv vre ile page suivante je crie la rue mue douleur cyclades, iii° (dans mon ventre pousse une sommaire ► page suivante page précédente retour de proche en proche tous "a cannes, propos de table ce poème est tiré du  hors du corps pas max charvolen, martin miguel lorsqu’on connaît une il faut laisser venir madame textes mis en ligne en dernier vers aoi   présentation du projet sables mes paroles vous la deuxième édition du  le livre, avec page suivante ► page       le elle disposait d’une « e ! malvais présentation du projet j’ai parlé sauvage et fuyant comme quel étonnant il y a des mots, mais comme   je n’ai jamais un temps hors du       maquis art jonction semble enfin marcel alocco a la mort, l’ultime port,       force sequence a ma mère, femme parmi chaises, tables, verres, le scribe ne retient douze (se fait terre se       grappes       je entr’els nen at ne pui   pour théa et ses       le       ce qui autre citation       ( des conserves ! page suivante page paru en ce mois de juin 2021, abstraction voir figuration l’attente, le fruit dans le train premier a propos de quatre oeuvres de tes chaussures au bas de       la madame chrysalide fileuse petit matin frais. je te et tout avait à la bonne       à on préparait         or décembre 2001. Éléments - le ciel est clair au travers bernadette griot vient de dessiner les choses banales béatrice machet vient de       jonathan imagine que, dans la pour marcel 1 2  aller à la bribe suivante toujours les lettres :       la page précédente       sous       midi un verre de vin pour tacher antoine simon 13 antoine simon 14 1 2  « et bien, de soie les draps, de soie   (à “dans le dessin page suivante ► page c’est seulement au dernier vers aoi page suivante ► christ a en cet anniversaire, ce qui       o       et le peintre manuel casimiro toulon, samedi 9       est-ce page suivante page pas même du bibelot au babil encore aller à textes mis en ligne en à yvon quand une fois on a equitable un besoin sonnerait 1 2 3 page suivante ► page       pav&eacu dernier vers aoi       tourneso (ma gorge est une c’est ici, me des quatre archanges que toute une faune timide veille     hélas, 1 2 3  c’était bribes en ligne a   un vendredi {{}} on trouvera la     son rafale n° 6 just do se reprendre. creuser son page suivante ► page c’est une sorte de dans le monde de cette       allong&e       entre cover-oleti_artin_ri page suivante ► page page suivante ► page si grant dol ai que ne normalement, la rubrique page suivante ► r.m. a toi in the country comme ce mur blanc quelque chose page suivante ► page « ces deux là suite du blasphème de       coude dernier vers aoi pour helmut dernier vers aoi aller à la bribe suivante       la un texte que j’ai douce est la terre aux yeux frères et cet article est paru dans le pénétrer dans ce jour, dernier vers aoi (de)lecta lucta        &       le très saintes litanies (la numérotation des d’un côté antoine simon 7 edmond, sa grande page suivante ► page « je suis un il semble possible écoute, josué,   entrons maintenant   d’un coté, pour accéder au texte, page suivante ► page le travail de bernard haut var ► trois petits ouverture de l’espace il aurait voulu être le lent déferlement pur ceste espee ai dulor e       deux pour écouter la lecture,       sur mult est vassal carles de       quinze       la la chaise, le châssis, le deux ce travail vous est pour frédéric   au milieu de  dans toutes les rues dans un clignement de       à chercher une sorte de lancinant ô lancinant langues de plomb a la josué ne       m’       descenda ce qui importe pour       ( pour accéder au pdf, depuis le 20 juillet, bribes       au elle ose à peine       que de       gentil       fleur préparer le ciel ii li quens oger cuardise      & antoine simon 15 ► abÉcÉdaire à jean pour gilbert ce 28 février 2002. avec marc, nous avons       le       voyage l’erbe del camp, ki bernard noël, droits le franchissement des antoine simon 26 je meurs de soif     pluie du la poésie, à la tout le problème le 15 mai, à       aujourd page suivante ► page     de rigoles en       magnolia sommaire ► page suivante le 26 août 1887, depuis ce n’est pas aux choses madame est toute libre de lever la tête immense est le théâtre et       apr&egra il arriva que accoucher baragouiner 1- c’est dans la route de la soie, à pied, quand il voit s’ouvrir,  tous ces chardonnerets antoine simon 10 travail de tissage, dans approche d’une attendre. mot terrible.     [1] l page précédente page sommaire ► page suivante quando me ne so itu pe 1 2 3 la terre nous page suivante ► page pour jacky coville guetteurs  de la trajectoire de ce pour michèle gazier 1) bruno mendonça accorde ton désir à ta 1 2  tous feux éteints. des    7 artistes et 1 hans freibach : gardien de phare à vie, au deuxième essai il avait accepté le recueil de textes 1 2  le numéro exceptionnel de l’illusion d’une me 1 2  et que vous dire des     sur la pente     chambre carmelo arden quin est une livre grand format en trois après la lecture de       &nbs « h&eacut clxvi deus li otreit (la sue) madame, c’est notre qui d’entre nous rossignolet tu la textes mis en ligne en mars       j’ issent de mer, venent as allons fouiller ce triangle deus li otreit (la sue) 1 2  1 2  alocco en patchworck © 1 2  ainsi fut pétrarque dans l’heure de la       la       avant et voici maintenant quelques dernier vers aoi difficile alliage de giovanni rubino dit pour daniel farioli poussant       je suis elle réalise des   tout est toujours en grande digue est dispersée dernier vers aoi descendre à pigalle, se pour accéder au texte, la cité de la musique tendresse du monde si peu       mé raphaËl clere est la noit e la nous savons tous, ici, que en ceste tere ad estet ja je suis occupé ces     sur la  la lancinante accéder à l’article le géographe sait tout       l’ la toile ou, du moins, la       dé catalogue.03pdf.pdf une errance de derniers textes mis en       à       baie pour andré on croit souvent que le but fin première sommaire ► page suivante       " et…   dits page suivante ► page       la       le ciel pas une année sans évoquer       entre exode, 16, 1-5 toute jusqu’à il y a le proche et le lointain  l’écriture       pé     l’é       dans la 1 2  dernier vers aoi clers est li jurz et li aller à la bribe suivante     une abeille de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : AUTRES RECUEILS EN COURS /

RAPHAËL MONTICELLI

Murmures des ténèbres

Les sept dormants d’Éphèse

Publication en ligne : 14 avril 2020

Dans la Légende dorée, Voragine écrit à propos de ces sept fugitifs reclus dans une grotte : « Après leur repas du soir, ils s’assirent et s’entretinrent avec tristesse et larmes » et poursuit ainsi sa phrase : « à l’instant, par la volonté de Dieu, ils s’endormirent ».
Mon texte s’insère entre ces deux membres de phrases. Il est dédié à Muriel Desambrois qui en a fait les illustrations en céramique pour les éditions de la Diane française (galerie Quadrige, Nice) en 2014.
Ces illustrations sont visibles en cliquant sur le portfolio qui se trouve en bas de page.


Pour écouter la lecture, cliquer sur l’icône ci-dessous

LECTURE

Postquam autem coenabant sedentes et colloquentes in luctu et lacrymis…

Jacobi a Voragine

Après leur repas du soir, ils s’assirent et s’entretinrent avec tristesse et larmes
Jacques de Voragine

« Nous voici à l’abri dans les mains jointes de la terre,
loin de la lumière du jour, loin de la douceur des nuits,
loin du vacarme du monde, ses insultes, ses cris.

Seules nos voix pourraient troubler, dans le silence,
la sueur des pierres, ce rythme de larme qui goutte,
ou le battement de nos cœurs, ou l’étranglement de nos souffles.

Mettons nos voix à l’unisson de l’eau des pierres,
nos souffles accordés aux mouvements de l’air.
N’allumons ni lampe ni torche
pour qu’aucune lumière d’homme ne nous trahisse.

Seules nos voix nous accompagnent
et que nos mots
soient un murmure d’eau dans les ténèbres,
un filet de lumière dans notre obscurité. »

Ainsi parlait Maximien, et ses frères l’écoutaient.

« Pourtant dans ce silence, dit Marcien,
une angoisse me prend
et la tristesse
désespérée
de celui qui, dans la douleur des solitudes
ne parvient pas même à prier.

Nous voici ensemble, sous son Nom réunis ;
exclus pourtant de la communauté des hommes.
Ne sont-ils pas nos frères aussi ceux qui nous chassent ?
Que Dieu les sauve !
Que jamais
nous n’ayons contre eux de haine.
Ce qui m’attriste
et dont s’embuent mes yeux,
c’est d’être incapable de partager l’amour
au nom duquel je vis. »

Marcien étouffait ses sanglots dans la grotte
et ses frères sentaient leur gorge se nouer.

La voix de Sérapion glissa dans les ténèbres :

« Tu parles d’amour, mon frère,
et c’est l’amour qui nous sépare du monde »

Et Sérapion pleurait tout en parlant.

« Comment aimer ceux qui nous haïssent ?
Comment voir la part de sainteté qu’ils portent ?
Comment pardonner à ceux qui nous poursuivent ?
Dieu seul peut pardonner. »

Ses six amis mêlaient leurs larmes
aux siennes et au murmure des eaux…

« Quand bien même, souffla Maximien,
quand bien même
il ne resterait qu’une perle d’amour dans l’océan des haines,
cela suffirait à me donner espoir. »

« Et n’a-t-il pas été bafoué, flagellé, crucifié, mis au tombeau ?
reprit Constantin.
Et à ceux qui souffraient de sa souffrance,
à ceux qui pleuraient de le voir souffrir, il disait
« ne pleurez pas sur moi, fils et filles de Sion
pleurez sur vous et vos enfants ».
La route des méchants est plus sinistre
que les ténèbres qui nous environnent
Ne pleurons pas sur notre sort, mes frères,
plaignons ceux qui sont travaillés par la haine
N’ayons pour eux que des prières et des mots de consolation
et ces mots nous consoleront. »

Malchus parla alors dans la tristesse épaisse des ombres :

« Ayons une pensée, mes frères, pour le plus grand de nos persécuteurs.
La haine qui l’anime est la mère des haines,
et son pouvoir est absolu :
c’est lui qui décide et condamne en ce monde.
Tu dis vrai Marcius, il est notre frère…
Le sommeil des tyrans est déchiré de crimes.
Lorsque la nuit entrouvre les portes de l’enfance,
l’enfant en lui crie d’effroi et de peine
de toute la souffrance qu’il provoque.
Le ventre de sa mère se révulse d’horreur,
et sa douceur s’assèche infiniment.
Il souffre, mes frères, dans sa nuit.
Mais alors que l’amour qui nous porte
mue nos souffrances en joie et jouissance,
la haine attise les siennes
tord ses poumons et sa langue,
brûle ses yeux,
pétrifie son cœur,
putréfie ses viscères,
émiette son cerveau.
Prions pour Décius, mes frères,
et s’il nous faut nous lamenter
que ce soit sur lui et non sur nous. »

« Ne ressens-tu donc aucune angoisse
demanda Denis, la voix tremblante,
frères, pardonnez-moi, je me sens couvert d’un grand linceul
qui glace ma sueur et mes larmes ;
mon cœur bat si fort que je redoute
qu’il brise sa cage d’os.
L’obscurité nous protège dis-tu.
Elle me serre si fort que j’ai mal à poser mes mots dans l’air.
Éloigne de moi ce calice de fiel, disait, sur la croix,
celui qui, ce matin encore, me faisait espérer. »

C’est Jean qui répondit :

« Notre frère connaît l’angoisse, Denis,
comme chacun de nous
ici, en ce moment ;
comme la connut notre frère sur la croix.
Mais j’entends sa prière
de remettre nos vies entre les mains de Dieu
et de nous abandonner nous-mêmes.
C’est en faisant taire toute haine en nous,
en retenant le seul aujourd’hui entre nous,
que nous effacerons les horreurs du monde. »

« Tu es de bon conseil, frère de miséricorde,
dit Maximien
Proclamons qu’il est doux de vivre en aimant.
Laissons agir seulement ce moment entre nous,
laissons cette confiance que nous partageons,
cet amour qui nous lie,
faire en nous leur travail d’apaisement.
Laissons l’obscurité glisser en nous
par toutes les portes de nos corps.
L’amour la fera lumière.
Vivons loin des rumeurs du monde
dans la solitude des amants.
Abandonnons toute angoisse, toute haine.
Et espérons.
Qu’avons nous à craindre ?
Nous naîtrons à nouveau demain un premier jour.
Chaque réveil nous est résurrection. »


subito, sicut Deus voluit, dormiverunt
Jacobi a Voragine

et à l’instant, par la volonté de Dieu, ils s’endormirent.
Jacques de Voragine

 

Emboitage de l’ouvrage par Muriel Desambrois, format de l’ouvage : 18x25 cm.
Céramique

Un ciel de Dieu étendit alors sur eux ses voiles.
Passant le seuil,
Ils entrèrent dans le sommeil séculaire des scruteurs d’horizons,
où le temps s’efface,
enveloppés,
flottant
dans la chaleur de tous les corps aimés.

 

info portfolio

Céramique de Muriel Desambrois Céramique de Muriel Desambrois

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP