BRIBES EN LIGNE
posté sur facebook sorti de le recueil de textes rafale 1- nous sommes dehors. les plus vieilles quelques autres traquer pluies et bruines, comment   dits de eloge de la boite aux de l’autre pas facile d’ajuster le s’ouvre la vous êtes rossignolet tu la seul dans la rue je ris la madame est une torche. elle   un nous dirons donc textes mis en ligne en   iv    vers  monde rassemblé il existe deux saints portant       dans le in the country glaciation entre       nuage pas sur coussin d’air mais page suivante ► page pierre ciel   un vendredi 1254 : naissance de antoine simon 2 les lettres ou les chiffres dans ce périlleux retour au pdf sui generis       midi ] heureux l’homme c’est — pense-t-on - la tentation du survol, à   la baie des anges antoine simon 24 1 2 en haut var ► trois petits       le   ces notes aller à la bribe suivante page précédente longue       six       embarq laure et pétrarque comme voici des œuvres qui, le ainsi va le travail de qui un jour nous avons etudiant à lorsque martine orsoni troisième essai     chant de a propos d’une la vie est ce bruissement au seuil de l’atelier       aujourd mélodie granz est li calz, si se je t’enlace gargouille  il y a le châssis, je découvre avant toi l’heure de la (vois-tu, sancho, je suis dernier vers doel i avrat, prenez vos casseroles et dans le train premier station 1 : judas page suivante ► page rêve, cauchemar,     extraire le nécessaire non la vie humble chez les derniers textes mis en   *   libre page suivante ► page fin première je reviens sur des   anatomie du m et       objectif aller à 1 2 3&nbs petit matin frais. je te le 23 février 1988, il 1 2 3&nbs     du faucon les céramiques et leurs rafale n° 4 on le       dans la deuxième essai je crie la rue mue douleur j’ai changé le clxvi deus li otreit (la sue) page suivante ► page je suis occupé ces antoine simon 13 ils avaient si longtemps, si trois (mon souffle au matin paysage de ta j’ai ajouté travail de tissage, dans antoine simon 12    en tout est possible pour qui c’était une très jeune onzième antoine simon 5 dans le pain brisé son c’est la chair pourtant page suivante gérard         rita est trois fois humble. présentation du projet il y a des mots, mais comme bal kanique c’est 1 2 3&nbs       pav&eacu   ciel !!!! nous lirons deux extraits de nouvelles mises en dans l’effilé de allons fouiller ce triangle       la 1 2 3&nbs ce 28 février 2002. faisant dialoguer       assis aller à la bribe suivante dernier vers aoi ki mult est las, il se dort deux mille ans nous       ...mais       ( les grands tout le temps est là sièges la brume. nuages bel équilibre et sa   encore une       fourr&ea madame, vous débusquez j’arrivais dans les aller à la bribe suivante la musique est le parfum de madame déchirée textes rÉunis sous un titre mult est vassal carles de vos estes proz e vostre a la libération, les j’ai parlé page suivante ► page       rampant       un 1 2 3&nbs       qui  pour le dernier jour préparer le ciel i dernier vers aoi       deux aller à la bribe suivante dernier vers aoi   pour visionner la       voyage       une 1 2 3&nbs       pass&eac quant carles oït la     rien avant dernier vers aoi quatre si la mer s’est   est-ce que imagine que, dans la dernier vers aoi   j’ai souvent preambule – ut pictura dessiner les choses banales page suivante ► page antoine simon 14 à cri et à sequence 1 2 3 en page suivante ► page retour à la recherche rafale n° 6 just do le chêne de donne (i) ► le toi, mésange à       ce     un mois sans page suivante ► page exode, 16, 1-5 toute si grant dol ai que ne vous avez "l’art est-il préparer le ciel i vous, dont l’âme, le aller à la bribe suivante       reine predication_du_15_ao  le grand brassage des  dans le livre, le raphaël monticelli 30 juin       marche       chaque descendre à pigalle, se       pé aller à la bribe suivante 7) porte-fenêtre démodocos... Ça a bien un       sur le       au pas à frères et références : xavier le slam ? une ruse de « tu sais ce que béatrice machet vient de 1 2 3       fleur 1 2 3&nbs ce qu’un paysage peut percey priest lake sur les  marcel migozzi vient de À hélène il ne sait rien qui ne va sommaire ► page suivante aller à la bribe i au       vu les il y a longtemps, pour accéder au texte,       montagne un tunnel sans fin et, à page suivante ► page       &nbs    regardant   maille 1 : que 1) notre-dame au mur violet et tout avait couleur qui ne masque pas violette cachée ton dernier vers aoi       entre max charvolen, martin miguel       au  ce qui importe pour antoine simon 17       au       reine dernier vers aoi       bruyante       quinze tous ces charlatans qui dernier vers aoi 1 2 3&nbs page suivante ► page   pour olivier josué avait un rythme sur l’erbe verte si est quando me ne so itu pe j’ai perdu mon page suivante page haut var ► brec sommaire ► page suivante  pour de   au milieu de       en deux viallat © le château de ils s’étaient de nouvelles mises en iigne,       crabe-ta bernadette griot vient de en 1958 ben ouvre à       dans le préparer le ciel i li emperere s’est dans ma gorge la fonction, de sorte que bientôt hans freibach :       o       je fais page suivante ► nous préparer le ciel i ce qui aide à pénétrer le       allong&e       la a supposer que ce monde ecrire les couleurs du monde entr’els nen at ne pui       cerisier pour jean marie le plus insupportable chez       st derniers vers sun destre       ton sous ce titre inspiré de la sommaire ► page suivante en ceste tere ad estet ja la fraîcheur et la page suivante ► page aller à la bribe suivante autres litanies du saint nom un verre de vin pour tacher titrer "claude viallat, les photos et archives « je me tais. dans le vacarme des couleurs, page suivante ► page la cité de la musique  je ne voulais pas aller à la bribe suivante comme c’est l’appel tonitruant du       une antoine simon 30 cet univers sans       mé 1 2 3&nbs       au     sur la pente Ç’avait été la     le       sur le page suivante ► page catalogue.03pdf.pdf autre citation dernier vers aoi se placer sous le signe de je meurs de soif station 5 : comment 1 la confusion des 1 2 3&nbs       ruelle       la  hors du corps pas etait-ce le souvenir       maquis la toile ou, du moins, la pour michèle josué ne si elle est belle ? je page précédente retour       objectif rafale n° 3 des nous avons affaire à de bien sûr, il y eut       sur la du maurithuis par  mise en ligne du texte pas de pluie pour venir page suivante ► page le corps encaisse comme il sites de mes sommaire ► page suivante samuel chapitre 16, versets 1 1 les morceaux de nuit se ce poème est tiré du       à n’ayant pas recleimet deu mult tout en vérifiant on croit souvent que le but où l’on revient des conserves ! le chêne de donne (i) ► le 1 2 3&nbs marché ou souk ou thème principal : et…   dits dernier vers aoi l’une des dernières dans le respect du cahier des       s’ si c’est ça,       dans le       cyclades, iii° il pleut. j’ai vu la       m’ page suivante ► page   ces sec erv vre ile textes mis en ligne en mars ce qui importe pour je suis celle qui trompe 1 2 3 je charogne sur le seuil ce qui rimbaud a donc page précédente page a a quelques exceptions près la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Hubi, Jean Claude /

JEAN CLAUDE HUBI

Montréal
© Jean-Claude Hubi

Les villes de papier

Publication en ligne : 6 avril 2020

Localisation : 45° 30’ 6.08’’ N - 73° 34’ 2.122’’ W


Quand on arrive de New-York on distingue au loin, des dizaines de kilomètres avant d’arriver au Saint-Laurent, les gratte-ciels de la ville. On franchit un des grands ponts grêles qui s’appuie en son centre sur une île remplie de manèges et d’attractions, et derrière les immenses brasseries Molson on arrive au centre de la grande métropole, au bout du boulevard René Lévesque. Une croix métallique, illuminée la nuit, domine le paysage, au sommet du Mont Royal qui est la seule éminence notable de la ville.

Le Mont Royal est entouré par la rue des Pins, l’Hôpital Général, l’Université de Montréal, l’avenue Côte-des-Neiges, le lycée Marie-de-France, l’Oratoire Saint-Joseph, la rue Queen Mary et le pimpant village anglais de Westmount. C’est une colline, mais c’est aussi un immense parc entre les quartiers d’affaires au sud et les quartiers résidentiels ; on va s’y promener longuement quand vient l’automne, pour voir la nature roussir autour du lac des Castors, pour admirer les violentes coulées d’or et de feu qui commencent à s’y répandre sur les grands érables ; pour regarder la ville qui va s’assoupir aux bords du Saint-Laurent pendant près de cent cinquante jours. Au nord l’Université a construit des laboratoires, des salles de cours, des gymnases, de vertigineuses résidences à flanc de colline, en ménageant de vastes espaces verts où courent les petits écureuils gris. A l’entrée du parc s’établit chaque matin un marché où les anglophones viennent chercher leurs citrouilles d’Halloween, des fruits exotiques et des légumes du jour, toute la fraîcheur de l’automne si attendu et si désiré.


L’hiver venu la neige s’empare de toute la ville, des trottoirs, des toitures, des escaliers de fer. Des machines gigantesques déblaient dès le lever du jour les voies essentielles ; les voitures arrêtées au bord du trottoir sont couvertes d’une épaisse couche blanche, et un fil électrique souvent les relie à la maison proche pour maintenir liquide l’huile du moteur.
Quand le soleil brille tout est lumineux, glacé, brillant. Les passants emmitouflés soufflent un filet de buée, les visages sourient, le froid est un ami - un ami dangereux mais qu’on connaît bien. Parfois cependant la neige arrive portée par un blizzard coupant ; le ciel s’assombrit, le vent tourbillonne, aucune lumière ne parvient à percer la nuit survenue en plein jour. Le désordre furieux qui saisit les flocons ne permet plus de distinguer avec sûreté le sens et la direction des choses. On nomme poudreries ces tempêtes de neige, assez dangereuses pour que la radio et la télévision appellent ceux qui n’y ont pas d’obligation à s’abstenir de sortir. On reste alors chez soi, face aux innombrables chaînes de télévision à moitié américaines et à moitié francophones ; de temps à autre on va à la fenêtre à guillotine pour regarder la neige s’accumuler sans ordre en monticules impressionnants. Si l’on met le nez à la porte on comprend qu’une sortie est sans espoir.
Il suffira d’attendre ; la poudrerie ne dure pas plus de trois jours. Alors on retrouvera dehors sous le ciel bleu la neige éclatante qui embellit tout, et les passants heureux de ressortir dans ce froid qu’ils aiment tant. Et on partira en expédition dans les immenses centres souterrains où l’on trouve commerces, services, administrations, hôtels, restaurants... C’est la ville du dessous, qui fonctionne surtout l’hiver, constituée de cellules-villages reliées par les axones du rapide et silencieux métro, où l’on s’aperçoit à peine que la lumière est artificielle.

Si l’on emprunte la longue rue Saint-Hubert devenue sur plusieurs kilomètres un centre commercial chic, et qu’après le CEGEP Ahuntsic l’on se dirige par l’île Jésus jusqu’à Saint-Hippolyte et les Laurentides, la fraîcheur de la ville se transforme en froid puis en gel. La neige se fait plus épaisse, même si l’on voit bien que son combat est perdu, au moins pour cette année ; les bourgeons se préparent, des feuilles tendres déjà éclosent à certaines branches. Le feuillage sombre des sapins semble moins insolite. Il fait froid et lumineux, mais la voiture climatisée est chaude ; Marie a les dents très blanches.

En sortant à Sainte-Adèle et au prix d’un itinéraire compliqué nous rejoignons en pleine forêt une « cabane à sucre » où Charles a des souvenirs. Au tournant du printemps les journées deviennent tièdes même si la nuit il gèle encore ; la sève monte dans les érables, c’est le moment de recueillir le doux sirop qui est le symbole même de la Province. On le concentre à une température exacte dans de grandes cuves, il s’épaissit sous de lourds panaches de vapeur.
Près de là sous d’immenses hangars, dans un bruit d’enfer, tout le Montréal français se retrouve chaque fin de semaine pendant un mois pour fêter le retour du printemps et le réveil de la nature. On mange du jambon, des oreilles de Christ, d’énormes pommes de terre, des haricots de Boston arrosés de ce miel des arbres doux et blond. On chante, on boit, les visages s’empourprent de la chaleur du repas et du plaisir du beau temps qui revient. On revit. Dans un coin de la salle un violoneux joue une musique simple et sautillante à mi-chemin du square dance, de la country et des vieux airs irlandais ; c’est peut-être tout simplement une musique campagnarde française que nous avons oubliée. Près de lui un vieil Indien au visage impassible souligne le rythme avec une paire de cuillers de bois qu’il fait claquer contre sa cuisse.
On paie pour entrer, et l’on se sert ensuite comme l’on veut. C’est dire que la fin du repas est difficile, et l’on a le souffle court pour se lever et regagner, à l’extérieur, la fraîcheur des bois. On se retrouve à quelques-uns autour d’un gros homme qui étend sur un tas de neige éclatante des rubans de pâte sucrée qui durcit aussitôt et qu’on suce comme du sucre d’orge. C’est la tire dont les enfants raffolent, la dernière étape avant que le sirop se solidifie et devienne du sucre. Ce sont les plaisirs simples du printemps si désiré, si attendu, promesse des longues journées d’été où l’on va pouvoir dépenser enfin l’énergie accumulée pendant les mois d’hiver.

Dans la chaleur accablante de l’été les voitures ouvertes parcourent au pas la rue Sainte-Catherine bigarrée de publicités lumineuses pour des glaces, des journaux, des restaurants, des stations de radio, des spectacles. Parfois un groupe de motards bardés de cuir, énormes et inquiétants, double lentement la file de voitures où les conversations s’éteignent à leur passage.
On passe devant Eaton, La Baie, le Méridien, le Théâtre des Arts. Souvent la rue Saint-Laurent est fermée, parce que pendant deux semaines c’est le festival du jazz et pendant deux autres semaines c’est le festival du rire...
Les gens entrent et sortent des boutiques climatisées des dépanneurs, un sac brun à la main, la sueur au front déjà ; si c’est du « fort » ou de la bière, ils déposent le sac dans le coffre de leur voiture ; sinon, ils ouvrent en s’asseyant au volant la boîte de soda glacé qui leur rafraîchit déjà les mains.
Dans les cabarets tonitruants des filles splendides bougent lentement au rythme d’une musique assourdissante, en enlevant un à un les légers vêtements qui révèlent leur corps lisse et parfumé. On boit, on mange, on rit, on parle fort pour dominer l’effrayant tapage de la musique ; il y faut la voix de bûcherons musculeux habitués au tonnerre des chutes et au grondement terrible des orages en forêt. Les filles ne regardent personne, ne voient personne. Elles sont entièrement nues, délicates et gracieuses ; elles traversent la salle sous le regard souriant et fiévreux des hommes. Ils ne font pas un geste pour les toucher.
Dehors des guirlandes de lumières tracent le parcours d’Ontario, Maisonneuve, Sherbrooke, de Lachine à La-Pointe-aux-Trembles. C’est l’été, le bref été québecois intense, accablant, si désiré.


Automne, hiver, printemps, été : à Montréal les quatre saisons sont puissantes. Chacune est nécessaire, attendue, préparée. Chacune a ses plaisirs - la peine, elle, n’a pas de saison. Montréal est une ville qui a du rythme et dont le coeur bat à grandes saccades, à gros bouillons.

 

Peut-être simplement Montréal est-elle une ville qui a du coeur.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP