BRIBES EN LIGNE
      la al matin, quant primes pert il en est des meurtrières. la bouche pleine de bulles     " ce (josué avait lentement pour mon épouse nicole dans le respect du cahier des       retourn&       avant ce monde est semé depuis ce jour, le site   six formes de la pour michèle gazier 1) madame aux rumeurs 1 2  l’appel tonitruant du marcel alocco a deux ce travail vous est le 15 mai, à  pour jean le (ma gorge est une       la 1 2  dernier vers aoi le bulletin de torna a sorrento ulisse torna  dans toutes les rues écrire comme on se alocco en patchworck © f les marques de la mort sur       une     le cygne sur li emperere par sa grant quand sur vos visages les bernard dejonghe... depuis merci à la toile de effleurer le ciel du bout des les photos et archives je voudrais voir les arbres  le "musée a dix sept ans, je ne savais antoine simon 30 f toutes mes neuf j’implore en vain il y a dans ce pays des voies voile de nuit à la la fraîcheur et la errer est notre lot, madame, pour helmut sous la pression des halt sunt li pui e mult halt toutefois je m’estimais cet article est paru et je vois dans vos bribes en ligne a       en deux une fois entré dans la       la dernier vers aoi       gloussem de profondes glaouis chants à tu mon recueil       il « mais qui lit polenta       au le temps passe dans la il y a des objets qui ont la ( ce texte a pour jean-marie simon et sa a claude b.   comme une pour robert       l’ réponse de michel le pendu écoute, josué, tout en travaillant sur les f le feu s’est d’un bout à les enseignants : de soie les draps, de soie et ces       chaque  tu ne renonceras pas.       dans le il ne s’agit pas de j’ai longtemps       est-ce     tout autour       dans le patrick joquel vient de       pass&eac       longtemp le numéro exceptionnel de dans les horizons de boue, de titrer "claude viallat,     sur la       descenda pas facile d’ajuster le  pour de où l’on revient du fond des cours et des bernadette griot vient de  la lancinante ce qui fait tableau : ce antoine simon 13 nous lirons deux extraits de temps de pierres f qu’il vienne, le feu dorothée vint au monde  pour le dernier jour pour jean marie cher.e.s ami.e.s vous pouvez les amants se       crabe-ta À peine jetés dans le dans l’innocence des la réserve des bribes baous et rious je suis Ç’avait été la percey priest lake sur les deuxième       voyage elle réalise des ajouts à la il existe au moins deux vous avez       pass&eac       la 1) la plupart de ces       va ton carcassonne, le 06 le coeur du     l’é pour pierre theunissen la quelques textes nouvelles mises en et   riche de mes ...et la mémoire rêve à la bonne il pleut. j’ai vu la 1 2  ce qui aide à pénétrer le  ce mois ci : sub d’un côté dans un coin de nice, ne faut-il pas vivre comme et que dire de la grâce       jonathan madame est une difficile alliage de tout est prêt en moi pour les cuivres de la symphonie       sabots c’est la chair pourtant et…   dits       le (vois-tu, sancho, je suis « et bien, rafale       au au commencement était       embarq seul dans la rue je ris la Être tout entier la flamme 1 2  dernier vers aoi   se       mouette       sur le j’ai relu daniel biga,       dans le  mise en ligne du texte madame, on ne la voit jamais attention beau onzième google15f25081e0346654.html trois tentatives desesperees       fourr&ea       pé suite de dans ce périlleux       neige de la tout le problème  les premières dans le pain brisé son textes mis en ligne en     à folie de josué tout je t’enlace gargouille le coquillage contre quand les eaux et les terres antoine simon 31 clers est li jurz et li je meurs de soif madame dans l’ombre des pour andrée       l’ petites proses sur terre       au fond quai des chargeurs de   3   

les "si elle est     quand basile etudiant à le samedi 26 mars, à 15 abu zayd me déplait. pas       ç de pa(i)smeisuns en est venuz granz est li calz, si se antoine simon 21 encore une citation “tu dernier vers aoi  il est des objets sur villa arson, nice, du 17 0- souviens-toi. sa (en regardant un dessin de  martin miguel vient       à vertige. une distance un texte que j’ai         descendre à pigalle, se i.- avaler l’art par       au dentelle : il avait il faut aller voir elle disposait d’une commençons donc par le deux nouveauté, mult est vassal carles de et nous n’avons rien ses mains aussi étaient et encore   dits un soir à paris au la brume. nuages deuxième essai edmond, sa grande comment entrer dans une station 7 : as-tu vu judas se  marcel migozzi vient de madame chrysalide fileuse antoine simon 22 présentation du     une abeille de pour marcel     oued coulant le soleil n’est pas       dans       un       coude deuxième suite pour lee la chaude caresse de dernier vers aoi de toutes les antoine simon 16 pour m.b. quand je me heurte toulon, samedi 9 la route de la soie, à pied,  il y a le châssis, sur la toile de renoir, les pour mireille et philippe antoine simon 3 « tu sais ce que et si tu dois apprendre à des quatre archanges que cet article est paru dans le       sous pour jean-louis cantin 1.- seins isabelle boizard 2005   iv    vers       objectif tant pis pour eux. les grands r.m. a toi le don des cris le nécessaire non je m’étonne toujours de la       qui rafale le scribe ne retient madame, vous débusquez dans les rêves de la à cri et à    7 artistes et 1   d’un coté, branches lianes ronces dernier vers doel i avrat, rafale n° 9 un quatrième essai de   dits de       bâ on croit souvent que le but « 8° de       pourquoi je déambule et suis un temps hors du sa langue se cabre devant le coupé en deux quand  dans le livre, le         or iloec endreit remeint li os je crie la rue mue douleur les petites fleurs des     longtemps sur et il fallait aller debout issent de mer, venent as la vie humble chez les le ciel de ce pays est tout nous avons affaire à de pour egidio fiorin des mots     les provisions quand on arrive de new-york rita est trois fois humble. dieu faisait silence, mais pour alain borer le 26       m’ rafale n° 3 des le plus insupportable chez antoine simon 7 et te voici humanité la poésie, à la se placer sous le signe de quand les mots       grimpant carissimo ulisse, torna a antoine simon 17   la baie des anges nous serons toujours ces « ces deux là sors de mon territoire. fais de l’autre tendresse du monde si peu s’ouvre la mise en ligne le désir de faire avec "le renard connaît c’est un peu comme si, la rencontre d’une la mort d’un oiseau. dans les écroulements   tout est toujours en     pourquoi tu l’eau froide de l’anse le lourd travail des meules pour martin ce jour là, je pouvais je découvre avant toi ainsi alfred…       bonheu dernier vers aoi   si vous souhaitez beatrice machet le quelque temps plus tard, de démodocos... Ça a bien un       dans (elle entretenait temps où le sang se fin première macles et roulis photo 1 c’est parfois un pays 5) triptyque marocain       aux         à la mémoire macles et roulis photo   encore une janvier 2002 .traverse les doigts d’ombre de neige et voici maintenant quelques pour jacqueline moretti,       force f le feu s’est antoine simon 27 aux george(s) (s est la       je suis dernier vers aoi       allong&e       cette c’est une sorte de     au couchant j’ai donné, au mois merci au printemps des sauvage et fuyant comme 1 2 3 cet univers sans la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > ELI Gérard

RAPHAËL MONTICELLI

<- À la dame de Millepertuis |
Lettre aux élèves du collège Port Lympia

Lors de l’exposition de Gérard Éli au collège Port Lympia, à Nice, le principal m’a demandé de rédiger une préface à l’intention des élèves. Comme toujours dans ce type d’exercice, j’écris pour des élèves, mais je compte sur leurs enseignants...


Chers élèves du collège port Lympia et des écoles proches,

Comment vais-je m’y prendre pour parler du travail d’un artiste ?
J’aimerais vous en parler, pas pour tout vous expliquer, mais pour vous proposer de le regarder.
L’artiste, c’est Gérard Eli. Son travail, ce sont les œuvres qui sont exposées dans le collège en ce début d’année scolaire 2018-2019.

Tâchons de nous intéresser à deux choses, et à deux seulement
Première chose : comment c’est fait. Comment cet artiste s’y prend-il pour faire ce que nous voyons ?
Deuxième chose : comment regarder ces signes ou traces que l’on trouve souvent dans ses œuvres.

D’abord comment c’est fait...
De quoi Gérard Éli se sert-il ? De quels matériaux, de quels outils ? Comment ces matériaux sont-ils associés, réunis. Quels gestes doit-il exécuter pour arriver au bout de son travail ?
Vous voyez bien que, selon les œuvres, y a du bois, du métal, de la céramique.
Il est facile aussi de se rendre compte que tous ces matériaux, minutieusement travaillés, sont assemblés de façon très précise. Regardez bien. Ça vous fera peut-être penser à des tas de choses.
Pour Gérard Éli, la technique compte beaucoup. La qualité technique, le savoir faire, la maîtrise. Même si ce n’est pas pour lui le plus important, il aime que les choses soient bien faites. Et ça se voit.

Quelques cas de rapports à la technique
De nombreux artistes ont les mêmes exigences que Gérard Éli. Parfois, c’est tellement important pour eux, qu’ils gardent secrets leurs outils, leur façon de faire. Je vous donne deux exemples : Michel Ange, l’artiste de la Renaissance italienne, il y a 400 ans, ne voulait pas que l’on sache quels étaient ses secrets de fabrication. Il souhaitait que les spectateurs pensent que tout lui venait comme naturellement.
Plus récemment, un peintre du XXe siècle, Hans Hartung, cachait ses pinceaux (qui étaient vraiment extraordinaires) dans une sorte de coffre fort.
D’autres artistes estiment que les œuvres d’art doivent suivre les règles précises de l’art, utiliser des outils, des moyens, des supports bien connus et que l’on doit apprendre à bien maîtriser. Ce n’est pas ça, non plus, que fait Gérard Éli.
Certains, au contraire, modifient les règles, utilisent les moyens de façon inattendue, se servent de techniques qui n’appartiennent pas à l’art mais à la couture, à la cuisine, à la maçonnerie... parfois ils mettent au point des techniques inconnues.
Je crois que Gérard Éli fait partie de cette catégorie. Qu’est-ce que vous en dites ?

L’art sans technique
Tous les artistes ne pensent pas comme ça. À l’inverse, il y en a qui divulguent sans difficulté matériaux, techniques et outils. Expliquent précisément comment il s’y prennent. Parfois, quand on voit leurs œuvres, on se dit « ça ? Moi aussi, je peux en faire autant »... Et c’est peut-être ce qu’ils veulent que nous pensions : que chacun de nous peut être un artiste.
J’en connais qui ne réalisent pas même d’objet : par exemple, ils prennent un objet du quotidien tel qu’il est et le présentent comme œuvre d’art. Le premier et le plus connu de ces artistes est Marcel Duchamp, qui est né en 1887... vous voyez, ce n’est pas tout récent. D’autres, plus récemment, font une fiche pour expliquer comment on peut réaliser l’œuvre à laquelle ils ont pensé. Ils vendent cette idée et laissent le spectateur, l’amateur ou le collectionneur réaliser l’œuvre. Le plus illustre exemple de cet art est un artiste américain, Sol Lewitt. Pour eux, la réalisation de l’objet est très secondaire. l’important, c’est l’idée qu’il s’en font, et il est amusant de voir comment, avec la même recette on arrive à des objets très différents. Comme en cuisine.

-Et les signes alors ?

De loin, sur certaines œuvres de Gérard Éli, on croirait voir une écriture. En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il est pratiquement impossible d’y trouver deux signes identiques. Regardez n’importe quel texte de n’importe quelle langue, qu’il soit écrit avec les signes de l’alphabet que nous utilisons, ou que ce soit dans un autre : grec, cyrillique, arabe, hébraïque. Que ce soit même transcrit avec des idéogrammes, comme le chinois ou le japonais, que ce soit des hiéroglyphes, même si vous n’y connaissez rien, vous verrez que parfois, les mêmes signes reviennent. Ce n’est pas le cas de Gérard Éli. Il ne s’agit donc, dans son travail, ni d’écriture, ni de code secret. Il reste bien quelque chose de l’écriture pourtant : le geste, les outils, et peut-être, le sens dans lequel les signes sont tracés.

En fait, vous connaissez déjà ça. Vous avez déjà vu des choses de ce genre. Peut-être vous rappelez-vous avoir vous même tracé ainsi des signes qui n’ont pas de sens. On trouve ça dans le gribouillage des enfants. Peut être vous amusez-vous encore à faire des signes de ce genre comme s’il s’agissait de l’écriture d’une langue inconnue, ou qui n’existe pas.
Si ça ressemble à une écriture, elle est illisible. Dans ce cas aussi, Gérard Éli nous rappelle que d’autres artistes, écrivains ou peintres, ont inventé des sortes de codes secrets, quelque chose est lisible, mais on ne sait pas quoi.
Il nous rappelle aussi que certains autres ont rendu volontairement leur écriture illisible... Ou se sont servi d’une écriture connue pour la rendre illisible.

Picasso, un artiste que vous connaissez certainement, a écrit ainsi des poèmes dans une écriture illisible. Un autre peintre, Dautremont, a réalisé des tableaux remplis de signes tous différents. Ça ressemble à une écriture : il y a le geste, l’outil, la trace... mais ça ne veut rien dire. Vous trouverez d’autres exemples, nombreux, dans l’histoire… Je pense à un poète comme Henri Michaux qui a réalisé des tableaux remplis de signes comme une écriture indéchiffrable. Je pense à un peintre et poète moins connu, Gérard Duchêne… Mais ce serait trop long à expliquer.

On regarde ces sortes d’écriture comme une énigme que l’on peut trouver belle. Comme un poème japonais ou chinois, comme une calligraphie hébraïque, quand on ne connaît pas ces langues. Comme l’arabesque qui rappelle une écriture sans en être une. Comme les manuscrits du moyen âge. On regarde, on peut apprécier, on ne sait pas si on en trouvera un jour le sens. Mais, même si nous ne savons pas les déchiffrer, même s’ils sont complètement indéchiffrables, ils peuvent nous faire rêver.

J’avais dit « deux choses »... c’est fait. Il y en aurait beaucoup d’autres, bien sûr... Vous avez tout le temps devant vous pour savoir quoi.
Regardez. Regardez et laissez venir en vous images et pensées.

Publication en ligne : 9 mars

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP