BRIBES EN LIGNE
jusqu’à il y a derniers textes mis en rafale n° 10 ici     sur la pour andrée dans les rêves de la trois tentatives desesperees sauvage et fuyant comme  je ne voulais pas dernier vers aoi temps où le sang se les dernières f toutes mes 1 2 3       cerisier dernier vers aoi je t’enlace gargouille il y a tant de saints sur le 26 août 1887, depuis leonardo rosa livre grand format en trois       é       ( textes mis en ligne en « je suis un       en a claude b.   comme une rare moment de bonheur, ] heureux l’homme carmelo arden quin est une villa arson, nice, du 17 ço dist li reis : ma voix n’est plus que ( ce texte a la terre nous al matin, quant primes pert les routes de ce pays sont  dans le livre, le introibo ad altare Éléments - arbre épanoui au ciel tu le sais bien. luc ne clere est la noit e la       les vous avez vedo la luna vedo le si j’étais un a la femme au edmond, sa grande     faisant la       dans « h&eacut jamais je n’aurais   au milieu de pure forme, belle muette,  pour le dernier jour quand les eaux et les terres nos voix le désir de faire avec béatrice machet vient de ma mémoire ne peut me antoine simon 2  tu ne renonceras pas.       jardin la galerie chave qui rafale n° 9 un       dans le du fond des cours et des dernier vers aoi je n’aime pas ce monde. un texte que j’ai la force du corps, de proche en proche tous voudrais je vous       dans le  de même que les 1 2 3 …presque vingt ans plus   pour olivier       pé morz est rollant, deus en ad       le se placer sous le signe de tout est possible pour qui langues de plomb a la   j’ai souvent poussées par les vagues antoine simon 31     " merci à la toile de je ne saurais dire avec assez 1 2 3       le   pour adèle et et   riche de mes     le cygne sur face aux bronzes de miodrag maintenant il connaît le la route de la soie, à pied,  zones gardées de c’est vrai ce qui aide à pénétrer le il faut laisser venir madame dans un coin de nice, les cuivres de la symphonie immense est le théâtre et       araucari cinquième citation ne onzième  la toile couvre les des conserves ! religion de josué il pour michèle gazier 1 si j’avais de son il n’était qu’un       je suis tout à fleur d’eaula danse le tissu d’acier       voyage un verre de vin pour tacher « tu sais ce que assise par accroc au bord de le corps encaisse comme il les doigts d’ombre de neige la gaucherie à vivre, je t’ai admiré,   encore une « voici certains prétendent  ce mois ci : sub       au saluer d’abord les plus       neige   la baie des anges cet article est paru dans le douce est la terre aux yeux et ma foi, le grand combat : 5) triptyque marocain dans ma gorge l’attente, le fruit  née à le flot pâle des maisons a grant dulur tendrai puis   maille 1 : que c’est seulement au raphaËl bribes en ligne a  au travers de toi je "l’art est-il       enfant nous dirons donc tromper le néant  pour jean le moisissures mousses lichens       sur le il arriva que non, björg, s’il elle ose à peine bien sûr, il y eut la poésie, à la un soir à paris au a-t-il on cheval carcassonne, le 06 me       le deux nouveauté, antoine simon 7 1) notre-dame au mur violet derniers textes mis en       sur les j’ai changé le dernier vers aoi       à pour andré villers 1) heureuse ruine, pensait dans les carnets nu(e), comme son nom un texte que j’ai rafale a l’aube des apaches,       deux 7) porte-fenêtre un jour, vous m’avez l’illusion d’une laure et pétrarque comme issent de mer, venent as today i eat my le thème       sur le bien sûr la souvent je ne sais rien de       neige si vous entendez le lac       dans le folie de josué tout ce jour là, je pouvais tes chaussures au bas de chaque automne les   marcel       à pour jean gautheron le cosmos         pour julius baltazar 1 le et…   dits    tu sais       sur la antoine simon 23 antoine simon 30 dernier vers aoi  un livre écrit la pureté de la survie. nul le 15 mai, à       je me ce   que signifie quand c’est le vent qui dernier vers aoi sixième quai des chargeurs de       à je suis occupé ces f les feux m’ont f le feu s’est les premières pour accéder au pdf du  dans toutes les rues le poiseau de parisi mon   (à j’ai perdu mon comment entrer dans une de pareïs li seit la ici, les choses les plus à la mémoire joseph a pour sens "dieu outre la poursuite de la mise i.- avaler l’art par le coquillage contre ils s’étaient le ciel de ce pays est tout ma voix n’est plus que intendo carthage, fille de alocco en patchworck © pour nicolas lavarenne ma je désire un station 1 : judas  tu vois im font chier le passé n’est 1 2 3 à journée de il s’appelait       ce qui pour raphaël preambule – ut pictura (vois-tu, sancho, je suis       deux printemps breton, printemps le texte qui suit est, bien le temps passe dans la oiseau tranquille au vol {{}} on trouvera la a supposer que ce monde la légende fleurie est aux barrières des octrois je suis bien dans reprise du site avec la il en est des noms comme du (elle entretenait f j’ai voulu me pencher toute une faune timide veille bernadette griot vient de       aux dernier vers aoi chaque jour est un appel, une hans freibach : allons fouiller ce triangle il n’est pire enfer que rita est trois fois humble. d’un côté premier vers aoi dernier dernier vers aoi mougins. décembre 1 2 3 carles respunt : clers fut li jurz e li diaphane est le bribes dans le nid de nice, le 30 juin 2000  les éditions de recleimet deu mult et je vois dans vos pour marcel       embarq écoute, josué,       reine il semble possible dernier vers aoi deuxième apparition de samuel chapitre 16, versets 1 deuxième approche de le galop du poème me f le feu s’est   « moi,       " a la libération, les o tendresses ô mes       les  c’était       magnolia s’égarer on au programme des actions   dits de 1.- les rêves de nous avancions en bas de il ne reste plus que le antoine simon 16       pour avant même de commencer, percey priest lake sur les mult ben i fierent franceis e       la l’instant criblé il y a des objets qui ont la attelage ii est une œuvre certains soirs, quand je   ces sec erv vre ile dire que le livre est une       ç reflets et echos la salle iloec endreit remeint li os pour philippe       j’       reine pour anne slacik ecrire est l’existence n’est j’arrivais dans les dans l’effilé de       m’ passet li jurz, si turnet a dernier vers aoi merci au printemps des  dernier salut au suite de patrick joquel vient de pour mes enfants laure et ce paysage que tu contemplais etudiant à 1 2 3       sur le charogne sur le seuil ce qui attention beau que nos princes et empereurs toi, mésange à antoine simon 5 l’impression la plus chère florence dernier vers aoi marché ou souk ou f le feu m’a dont les secrets… à quoi tandis que dans la grande dernier vers aoi max charvolen, martin miguel nice, le 8 octobre       la j’ai longtemps madame, on ne la voit jamais       s’     tout autour etait-ce le souvenir régine robin, normal 0 21 false fal de tantes herbes el pre       devant elle réalise des autre citation "voui il avait accepté       bâ madame aux rumeurs       gentil google15f25081e0346654.html pas facile d’ajuster le "si elle est 0- souviens-toi. sa       & pas de pluie pour venir toutefois je m’estimais       en deux    courant « amis rollant, de la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Textes collectifs

Ce texte présentait une exposition collective, à l’APIAW (Association pour le Progrès Intellectuel et Artistique de la Wallonie) en 1974. Les artistes présentés étaient : Alocco, Chacallis, Charvolen, Isnard, Maccaferri, Massot, Miguel


D’ABORD LA CRISE DU SUJET

La production picturale est. marquée, depuis le début de ce siècle, par la contestation de la représentation ; et il est indéniable que le travail des cubistes en France, des futuristes en Italie, des suprématistes et des constructivistes en Russie, n’a pu être réalisé qu’à cette seule condition ; il est également traditionnel de faire remonter cette attitude à Cézanne... Sans doute est-il prématuré et déplacé de faire l’analyse des raisons de cette contestation

Dès lors, les peintres ne tendent plus vers (ou ne se servent plus de...) une représentation ressemblante, mais vont porter leur attention sur la présentation du matériau pictural : au lieu de chercher la ressemblance (considérée comme illusion) on insiste sur la réalité de la peinture.

Chacun connaît les avatars de cette prise de position : en Union Soviétique, dès 1924, le Réalisme Socialiste devenait expression artistique officielle (et il convient sans doute de ne pas porter de hâtifs jugements de valeur sur une telle forme d’art) ; dans les pays occidentaux l’art abstrait se constituait peu à peu... En somme, et dans les deux cas, les grandes orientations des mouvements d’avant-garde des années 1910-1920 étaient aussi délaissées que possible.

Il est bon de rappeler également que la mise en question du sujet (en d’autres termes du tableau comme lieu d’une représentation - sorte de “fenêtre ouverte sur le monde... de l’art”-) avait aussi bien conduit à l’abandon du tableau pour l’objet : c’est ainsi qu’apparaissent les Ready Made de M. Duchamp, et il faudra attendre les années 60 et les peintres du Nouveau Réalisme pour que l’objet surgisse à nouveau avec force, même si ce sont les outils du peintre qu’Arman piège parfois dans du plexiglas, même si Klein présente ses monochromes.

La nouvelle génération de peintres d’avant-garde, celle qui s’est fait connaître après 1966, se pose apparemment dans une attitude critique aussi bien à l’égard des Nouveaux Réalistes que des abstraits : dans et par la pratique picturale elle entend contester la nécessité du sujet, la valeur du tableau.

 Adoptant une attitude proche, sommes toutes, de celle des constructivistes, ces peintres entendent produire une analyse systématique des constituants immédiats de la peinture ; par constituants immédiats on désigne les matériaux dont dispose traditionnellement le peintre : châssis, toile, couleur (pigment, liant), différents ustensiles d’accrochage.

Ainsi semble se situer dans l’histoire de la peinture - mais l’essentiel reste à en dire - une avant-garde dont l’activité ça et là surgit, et dont il vous est présenté quelques exemples dans le cadre de cette exposition. Encore faudrait-il rendre compte des raisons pour lesquelles l’avant-garde française, si elle continue à devoir “monter à Paris” pour se faire connaître et exposer, se produit le plus souvent et produit d’abord en province, ainsi que des conditions qui ont fait du Sud de la France un impressionnant fournisseur de peintres d’avant-garde : depuis les Niçois du groupe “Nouveau-Réalisme”, jusqu’aux peintres, parmi tant d’autres, qui présentent leurs travaux dans la présente exposition, le catalogue serait des plus fournis.

Sans doute pourrait-on découvrir que ces raisons sont d’abord politiques, et ces conditions économiques ; les enseignements tirés d’une analyse rigoureusement conduite ne manqueraient pas de faire notablement avancer notre compréhension de l’art dans ses rapports avec la société à un moment précis de son évolution. Mais sur ce point, et malgré le travail accompli, la critique doit à l’honnêteté de reconnaître ses hésitations.

Toujours est-il qu’à Nice, au hasard des rencontres et de l’information, s’est organisée une activité que certains poursuivent dans une relative solitude, et que d’autres, se reconnaissant des objectifs communs et une prati que semblable, produisent en groupe.

Le choix des organisateurs s’est porté sur un groupe (Groupe 70) et deux individus (Alocco, Massot) [1] , sans doute eût-il pu être autre. L’important n’est pas, en fait, dans l’identité des artistes, mais dans l’approche qu’ils ont de l’activité du peintre. En cela, ils ont valeur d’exemples. Et il suffit, pour présenter l’ensemble de ces travaux, de reprendre l’orientation initialement définie :

un sujet : la matérialité de la peinture
un projet : l’analyse de ses constituants immédiats.

 

Publication en ligne : 22 janvier
/ catalogue d’exposition

Notes

[1NDLR de deux démissions intervenues le 15 décembre 1973 (entre la rédaction du texte et la présente exposition), il s’agira du Groupe 70 (CHARVOLEN, MACCAFERRI, MIGUEL) et de 4 individus (ALOCCO, CHACALLIS, ISNARD, MASSOT).

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP