BRIBES EN LIGNE
ils avaient si longtemps, si page suivante ► page pas une année sans évoquer la bouche pleine de bulles      &       voyage quai des chargeurs de  la lancinante seins isabelle boizard très malheureux... intendo... intendo !       le  pour de le slam ? une ruse de je découvre avant toi une fois entré dans la antoine simon 29       deux grande digue est dispersée       la errer est notre lot, madame, aller à la bribe suivante quando me ne so itu pe on préparait aller au texte nous sommes c’était une le grand combat : c’est la peur qui fait   1) cette a christiane       la a ma mère, femme parmi       é textes mis en ligne en bruno mendonça les premières madame est une des conserves ! À propos de fata en traversé le lieu-dit de antoine simon 5 le 26 août 1887, depuis monde imaginal, accorde ton désir à ta je serai le pilote aux yeux   la baie des anges antoine simon 24 j’pense à toi bruno       & (ô fleur de courge... mise en ligne page précédente ► page ils sortent de la halt sunt li pui e mult halt janvier 2002 .traverse un temps hors du   pour théa et ses un homme dans la rue se prend il en est des noms comme du       dans présentation du projet voir l’essai sur aller à la bribe suivante 1 2  "école de       ( quand on arrive de new-york qu’est-ce qui est en des voix percent, racontent sommaire ► page suivante elle réalise des la mastication des sommaire ► page suivante rêve, cauchemar, sors de mon territoire. fais  martin miguel vient antoine simon 3 « e ! malvais page suivante ► page     du faucon madame porte à la galerie chave qui à bernadette  pour jean le il existe au moins deux préparation des corps     après chercher une sorte de je rêve aux gorges À la loupe, il observa j’oublie souvent et 1 2        deuxième suite       va ton page suivante ► page textes mis en ligne en rafale n° 5 un page suivante page textes mis en ligne en  le grand brassage des un besoin de couper comme de on trouvera la video “dans le dessin       sous attention beau le glacis de la mort dimanche 18 avril 2010 nous dernier vers aoi violette cachée ton laure et pétrarque comme page suivante ► page "pour tes cover-oleti_artin_ri un survol de l’annÉe       nuage si elle est belle ? je les plus vieilles  née à 1 2 3       l’ textes mis en ligne en nous lirons deux extraits de carles respunt : dernier vers aoi   l’erbe del camp, ki j’arrivais dans les pour gilbert en 1958 ben ouvre à deux ce travail vous est       ç il n’y a pas de plus « ah ! mon tout le temps est là sièges clers fut li jurz e li le temps passe dans la des voiles de longs cheveux aux barrières des octrois iloec endreit remeint li os la brume. nuages ma mémoire ne peut me aller vers le musicien nègre pour accéder à madame aux rumeurs tu le sais bien. luc ne en cet anniversaire, ce qui page suivante page   les     sur la pente   tout est toujours en       fourr&ea je n’aime pas les gens       sur les   ces notes préparer le ciel i 1) notre-dame au mur violet       les 1 2        l’ soudain un blanc fauche le le flot pâle des maisons si c’est ça, d’ eurydice ou bien de biboon. plus qu’une saison. cet univers sans       il       sur le dernier vers aoi antoine simon 25       le ne pas négocier ne       crabe-ta   un vendredi imagine que, dans la exode, 16, 1-5 toute les dernières siglent a fort e nagent e je déambule et suis le peintre manuel casimiro la liberté de l’être         (vois-tu, sancho, je suis encore la couleur, mais cette et il fallait aller debout réponse de michel de toutes les dernier vers aoi         baie « voici aller à la bribe suivante  de la trajectoire de ce comme c’est 1 2  sa langue se cabre devant le recleimet deu mult tu le sais et je le vois       bien antoine simon 22 a propos de quatre oeuvres de       la pie i mes doigts se sont ouverts       la au matin du ce ecrire les couleurs du monde 1 2        entre quelque temps plus tard, de       les haut var ► brec textes mis en ligne en     vers le soir la fonction,       mouette je me souviens qu’à propos       au dernier vers aoi dans le pain brisé son et c’était dans aucun hasard si se rafale n° 4 on le       vu les aller à la bribe suivante merci au printemps des dernier vers doel i avrat,       dans la madame est la reine des dernier vers aoi la chaude caresse de antoine simon 28 béatrice machet vient de station 1 : judas ce qu’un paysage peut préparer le ciel i attendre. mot terrible. dans ce périlleux       journ&ea page suivante ► page et si tu dois apprendre à aller à la bribe suivante entr’els nen at ne pui       pass&eac       dans le et que vous dire des toute une faune timide veille page suivante ► page ce 28 février 2002. ce texte m’a été nice, le 8 octobre textes mis en ligne en août bernard dejonghe... depuis sixième     au couchant préparer le ciel i neuf j’implore en vain nouvelles mises en 1 2  marcel alocco a  si, du nouveau il y a des mots, mais comme station 4 : judas  dans le monde de cette page suivante ► macles et mon cher pétrarque, rien n’est plus ardu textes mis en ligne en antoine simon 12      & "nice, nouvel éloge de la dans la caverne primordiale je serai toujours attentif à je me souviens de si j’avais de son       un l’attente, le fruit       sur toutes sortes de papiers, sur granz est li calz, si se       le       pé page suivante page 1 2  page suivante ► page la chaise, le châssis, le aller à la bribe i au pour raphaël page suivante ► page lire chronogaphie (bribe 133 1 2  page suivante fragilité humaine. page précédente retour à dire que le livre est une un texte que j’ai 1 2  textes mis en ligne en août  marcel migozzi vient de   voici donc la samuel chapitre 16, versets 1 dans les hautes herbes pour michèle gazier 1)     les provisions vous, dont l’âme, le   au milieu de rossignolet tu la  hors du corps pas posté sur facebook sorti de page suivante ► page dernier vers aoi dernier vers aoi Être tout entier la flamme 1 2  ce jour-là il lui 1 2  3 

les lieux aussi sont sommaire ► page suivante macao grise présentation du projet cet article est paru dans le toujours les lettres : douce est la terre aux yeux       je fais 0- souviens-toi. sa le pendu « ces deux là pour andré chère florence travail de tissage, dans       fleur antoine simon 31 madame, c’est notre       bonheur       page suivante ► page rafale n° 10 ici les installations souvent, rafale l’instant criblé la poésie, à la histoire de signes .   ces sec erv vre ile cliquetis obscène des sequence « je me tais.       pass&eac nous serons toujours ces pour michèle de mes deux mains je n’hésiterai ce qui fascine chez quant carles oït la l’impossible       une les grands       enfant il souffle sur les collines sommaire ► page suivante vos estes proz e vostre deux mille ans nous     double quand les mots       assis 1- c’est dans 1 2 3       alla 1 2  page suivante ► page madame déchirée       les       maquis sur la toile de renoir, les la danse de tout en vérifiant pour andré villers 1) nous serons toujours ces apaches :       au langues de plomb a la page suivante ► page l’ami michel le vieux qui       pour   dits de pour lee     extraire sommaire ► page suivante rafale ce poème est tiré du au programme des actions    courant       le bal kanique c’est pour jacky coville guetteurs       dans le la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : BUTOR Michel /

RAPHAËL MONTICELLI

Approche du continent Butor
Publication en ligne : 20 janvier 2020

Ce texte a été publié en 1991. Il préface l’ouvrage « Échanges, carnets 1986 » de Michel Butor, Z’édition ed, Nice.


approche du continent butor

pour Francine Guibert

I- ouverture

Il n’est pas d’écriture qui ne s’articule au temps et à l’espace ; il ne saurait y en avoir en dehors de ces lieux matériels dans lesquels elle niche et qui, à vrai dire, portent, enveloppent, replient en eux-mêmes la temporalité de la voix. Il ne peut y avoir de travail de l’écrit sans que soit réfléchie toute la variété des espaces où s’organisent nos vies.
L’écriture est ainsi sans cesse déplacement des champs du réel à ceux du symbolique, transfert des lieux aux textes, des pérégrinations du corps dans le monde à la main sur la feuille, de l’organisation du réel à celle de la langue ; les territoires symboliques que définit le travail littéraire ont toujours quelque chose à voir avec les territoires matériels.
Dans les problématiques qui développent l’exploration des rapports entre l’écriture et l’espace, l’œuvre de Michel Butor occupe une place tout-à-fait singulière. La thématique de l’espace est évidemment centrale dans sa production romanesque que l’on songe à l’importance de l’immeuble de Passage de Milan [1] ou à celle, mythique dans notre littérature contemporaine, du compartiment dans lequel se déroule La Modification [2] ; sa réflexion critique et ses lectures creusent volontiers ce thème dans les œuvres littéraires et artistiques ; plus nettement encore son écriture s’est trouvée transformée des recherches qu’il a consignées dans les textes de la série du Génie du Lieu [3] et dans ceux qui rendent compte d’espaces particuliers : Venise [4], les Etats-Unis d’Amérique [5], ou les chutes du Niagara [6] L’Espace est ainsi dans l’oeuvre de Michel Butor un thème et un problème.
Un aspect moins étudié sinon moins connu, et parfois plus controversé, des rapports entre écriture et espace chez Michel Butor concerne son attention aux œuvres d’art. On sait que les espaces plastiques apparaissent dans son œuvre romanesque, par exemple comme motif de la relation amoureuse dans La Modification ; on connaît aussi sa pénétrante étude sur les rapports entre écriture et peinture [7]. Ce que sans doute Michel Butor a développé de plus inédit, c’est le travail en collaboration avec des peintres, inédit par le nombre des artistes avec lesquels il travaille comme par le rôle (ou les rôles) qu’il assigne à son écriture lors de ces collaborations [8]

Notes

[1Passage de Milan, ed de Minuit, Paris 1954

[2La Modification, ed de Minuit, Paris 1957

[3Génie du lieu, ed Grasset, Paris 1958, dont les lieux de référence sont Cordoue, Istanbul, Salonique, Delphes, Mallia, Mantoue, Ferrare et l’Egypte ;
Ou, (Le Génie du Lieu 2), ed Gallimard , Paris 1971, dont les lieux de référence sont Paris, Séoul, Le mont Sandia, Angkor, Santa Barbara, entre Bloomfield et Bernalillo, Zuni ;
Boomerang, Le Génie du Lieu 3, ed Gallimard, Paris 1978.

[4Dans Description de san Marco, ed Gallimard , Paris 1963

[5Dans Mobile, Etude pour une représentation des Etats Unis, ed Gallimard, Paris 1962

[6Dans 6 818 000 litres d’eau à la seconde, ed Gallimard, Paris 1965.

[7Les Mots dans la Peinture, ed Skira, les sentiers de la création, Genève, novembre 1969, repris dans Répertoire IV, ed de Minuit, Paris 1974

[8Ces œuvres nées du rapport aux espaces plastiques forment un monumental ensemble de quelque 500 pièces liant le nom de Michel Butor à plus de 150 autres. Impossible de les reprendre tous ici bien sûr. Même parmi les plus importants je me suis contraint à de volontaires -et douloureux- oublis. C’est le cas par exemple pour Dotremont et Alechinsky. On pourra voir à ce propos les ouvrages suivants :

  • Dotremont et ses écritures en collaboration avec Michel Sicard, ed Jean-Michel Place, Paris, 1978
  • Alechinsky dans le texte, entretien avec Michel Sicard, ed Galilée, Paris 1984
  • Alechinsky, frontières et bordures en collaboration avec Michel Sicard, ed Galilée, coll. Renault Art et Industrie, Paris, 1984
  • Cartes et Lettres, Correspondance Michel Butor/Christian Dotremont, établie et annotée par Michel Sicard, ed Galilée, Paris,1986
  • ABC de correspondance avec Michel Sicard sur des tableaux de Pierre Alechinsky, ed Daniel Delong, coll. Repères, Paris, 1986.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP