BRIBES EN LIGNE
      l’ max charvolen, martin miguel le plus insupportable chez il y a bien là, dans la vie est ce bruissement en ceste tere ad estet ja         or       marche       juin nu(e), comme son nom       le vent vedo la luna vedo le quand vous serez tout antoine simon 3 percey priest lake sur les antoine simon 25 5) triptyque marocain coupé le son à dernier vers aoi cher bernard et que vous dire des  “ne pas pour m.b. quand je me heurte       je suis   maille 1 : que       ce pour martin vos estes proz e vostre  la toile couvre les mm si c’est ça creuser, pour jean marie ouverture de l’espace f toutes mes ecrire sur très saintes litanies     vers le soir  de même que les pour maxime godard 1 haute effleurer le ciel du bout des josué avait un rythme la fraîcheur et la       ton ce pays que je dis est       à a propos de quatre oeuvres de 1257 cleimet sa culpe, si   pour adèle et vi.- les amicales aventures …presque vingt ans plus le grand combat : j’ai parlé et si au premier jour il     extraire « pouvez-vous     les fleurs du je m’étonne toujours de la elle réalise des jamais je n’aurais     cet arbre que   si vous souhaitez   ciel !!!! au commencement était dans le pain brisé son non... non... je vous et nous n’avons rien       au       sur le dans un coin de nice,       le ciel d’un côté     depuis  pour de sauvage et fuyant comme       pav&eacu macles et roulis photo 7 dernier vers aoi les textes mis en ligne       " encore une citation “tu comme une suite de deuxième apparition dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le   je n’ai jamais abu zayd me déplait. pas genre des mots mauvais genre et…   dits       vu les un tunnel sans fin et, à       neige antoine simon 9 « amis rollant, de       allong&e antoine simon 32 vous n’avez je meurs de soif guetter cette chose dernier vers aoi pour premier vers aoi dernier antoine simon 30 a propos d’une il ne reste plus que le       bien a claude b.   comme une titrer "claude viallat, la fraîcheur et la f qu’il vienne, le feu au rayon des surgelés       et deuxième essai  hier, 17       la antoine simon 27       les 1- ai-je reçu une antoine simon 14       devant       dans la comment entrer dans une seul dans la rue je ris la       bâ nous avancions en bas de quelque chose très malheureux...     le cygne sur d’ eurydice ou bien de la mastication des commençons donc par le de l’autre         &n       le le lent déferlement depuis le 20 juillet, bribes today i eat my  ce qui importe pour sainte marie, la musique est le parfum de ce qui importe pour outre la poursuite de la mise     son macles et roulis photo 4 seins isabelle boizard 2005 able comme capable de donner le pendu mieux valait découper ce va et vient entre       les      & je découvre avant toi un homme dans la rue se prend       pass&eac       que de mult ben i fierent franceis e rafale n° 3 des je ne sais pas si le 23 février 1988, il comme c’est derniers vers sun destre ses mains aussi étaient je rêve aux gorges début de la mise en ligne de dans l’innocence des c’était une eurydice toujours nue à Éléments - madame aux rumeurs décembre 2001.       la il en est des noms comme du tromper le néant       droite quand les eaux et les terres j’ai perdu mon dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va edmond, sa grande de la f les feux m’ont il ne s’agit pas de     longtemps sur la bouche pure souffrance le travail de bernard du bibelot au babil encore sur l’erbe verte si est       la       le       ruelle nice, le 18 novembre 2004 derniers       dans le       bonheu       au madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi la deuxième édition du   la production il faut aller voir on trouvera la video cyclades, iii°       au soir thème principal : f le feu est venu, ardeur des reflets et echos la salle un jour, vous m’avez       l’ (ô fleur de courge... au labyrinthe des pleursils langues de plomb a la chercher une sorte de     pluie du j’oublie souvent et   iv    vers       nuage 1254 : naissance de <img852|left> forest   (dans le noble folie de josué, pour raphaël avec marc, nous avons       six autre petite voix un verre de vin pour tacher allons fouiller ce triangle le texte qui suit est, bien <script     quelques textes    de femme liseuse madame est une       enfant la poésie, à la commençons donc par nouvelles mises en nous savons tous, ici, que     les provisions dieu faisait silence, mais ce texte m’a été clquez sur       ma         tout en travaillant sur les un nouvel espace est ouvert la gaucherie à vivre,       en deux mougins. décembre c’est vrai attention beau s’égarer on envoi du bulletin de bribes ils avaient si longtemps, si       gentil le vieux qui       coude six de l’espace urbain,  au travers de toi je   l’oeuvre vit son troisième essai sept (forces cachées qui madame, vous débusquez     au couchant       apr&egra       l’ violette cachée ton rm, le 2/02/2018 j’ai fait et il fallait aller debout f le feu s’est le franchissement des       sabots depuis ce jour, le site je t’enlace gargouille je sais, un monde se       un dernier vers aoi reprise du site avec la   saint paul trois l’existence n’est les plus terribles lancinant ô lancinant il existe deux saints portant et ces essai de nécrologie, "école de errer est notre lot, madame, dernier vers aoi art jonction semble enfin       su lou antoine simon 2 (de)lecta lucta   religion de josué il dernier vers aoi   ces notes       allong&e quando me ne so itu pe deux mille ans nous pour julius baltazar 1 le paysage de ta saluer d’abord les plus pas même le galop du poème me rossignolet tu la bal kanique c’est et c’était dans dix l’espace ouvert au d’un bout à quand nous rejoignons, en la lecture de sainte chaises, tables, verres, je suis celle qui trompe de proche en proche tous       & viallat © le château de intendo... intendo ! le ciel de ce pays est tout il semble possible ajout de fichiers sons dans en cet anniversaire, ce qui       ce qui il faut laisser venir madame pour michèle auer et temps de pierres dans la au matin du dernier vers aoi un jour nous avons vous avez une errance de nous dirons donc antoine simon 26  au mois de mars, 1166 cinq madame aux yeux       est-ce ma chair n’est       la sous la pression des ma mémoire ne peut me il n’était qu’un le geste de l’ancienne,         rêves de josué, li emperere s’est             voyage  marcel migozzi vient de carles li reis en ad prise sa dernier vers aoi il s’appelait    il antoine simon 23 de toutes les  martin miguel vient les lettres ou les chiffres       reine avant même de commencer, lu le choeur des femmes de voici quelques années, je n’aime pas les gens       sur les       la neuf j’implore en vain temps de bitume en fusion sur       cette les photos et archives il était question non et ma foi, Ç’avait été la pour egidio fiorin des mots       le (elle entretenait onze sous les cercles     hélas, une fois entré dans la c’est la peur qui fait tant pis pour eux. le coeur du « ah ! mon face aux bronzes de miodrag       dans le station 5 : comment et encore   dits       l’ mesdames, messieurs, veuillez et si tu dois apprendre à « 8° de madame, on ne la voit jamais       m’ ] heureux l’homme je n’aime pas ce monde.       le poussées par les vagues       araucari beaucoup de merveilles normalement, la rubrique la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Miguel > Nous appelons ça : « Creuser »

RAPHAËL MONTICELLI

<- Acte III |
Acte IV : creuser
© Raphaël Monticelli, Martin Miguel
Artiste(s) : Miguel
Clefs : entretiens

MM
Si c’est ça creuser, voici :

Pour essayer d’ôter non pas des réticences mais des voiles, des troubles, des absences. Pour essayer aussi de voir les liens, la pertinence à l’œuvre :

La perte avec les « silence de météore » était physique, réelle. De la peinture se retirait par effondrement, du texte se retirait doublement, de sa masse par recouvrement partiel et de sa substance par absorption. Le texte se pliait ou profitait de la procédure.
Avec les dessins les modalités de la perte sont différentes. Ce qui subsiste du retrait ce n’est plus l’effondrement d’un objet mais un objet qui résiste et doit être ôté par un acte volontaire. Cela prend du temps d’ailleurs. Le résultat de la présence/absence n’est pas tout à fait le même. La présence colle beaucoup plus à l’absence dans les dessins. Le dessin est une succession de pertes : la taille, la copie rapide d’une image d’une réalité, d’abord à main levée, puis sa simplification liée à la technique du pliage et la résistance du matériau et enfin le cadrage. La constitution du support n’est pas un retrait, c’est l’inverse, c’est un ajout. De la matière se dépose. Mais les modalités de son dépôt peut créer du manque. Le manque est alors là où la matière ne se dépose pas. La constitution du support confronté au dessin crée de la forme que je distingue du dessin. De la forme pleine et de la forme vide.
La technique de constitution matérielle du texte, et sa perte, que j’ai proposée sera la même que celle du dessin. La perte et le gain informationnels du texte que tu as proposé se couleront donc plutôt dans la perte et le gain informationnels du dessin par la série de cadrages d’une même référence.

RM, le 4/02/2018 à 04h22
Oui, c’est ça creuser.

RM, le 4/02/2018 à 9h37
rapidement…
je vais inverser ma proposition :
Je ne vais pas considérer qu’il y a une phrase répartie et donc éparpillée sur 5 espaces plastiques, mais que j’ai 5 textes différents qui peuvent se réunir en une phrase…
On pourrait même quelque part écrire la phrase entière, en petit, si on veut jouer ce jeu jusqu’au bout.
Cela dit, même si chaque fragment actuel fait sens, il se pose parfois des problèmes, comme pour la bête / perdus…
Donc… Attends un peu et je fais 5 textes cohérents tant du point de vue du sens que de celui de de la grammaire et de la syntaxe, et que l’on pourra réunir en une seule phrase.

J’ai, je crois, plutôt bien compris ce que tu expliques concernant le rapport entre couleur ou dessin et construction du support. Ça appelle encore remarques et réflexion, mais, dans un premier temps, je suis d’accord avec toi : il y a apparemment inversion de procédure entre couleur/support et dessin/support. Et je vais sans doute introduire cette idée dans le texte.
Les remarques viendront.. quand j’en aurai le temps. Parce que, par exemple, la couleur est donnée première comme masse, alors que le dessin est donné premier comme fragment. Que la perte que subit la couleur du fait de la construction du support, le dessin la connaît du fait de ton choix etc.

Autre chose : je reste tout de même sur mon point de vue que je souhaite que le texte soit altéré par son immersion dans l’espace plastique. Sinon, il transforme l’espace plastique en espace scriptural, et autant rester sur l’espace de la feuille et du livre.
Mon problème est bien d’interroger ce « moment » de la démarche où le texte perd, au moins en partie, son statut de texte pour devenir objet plastique, pas vraiment à part entière : ni le texte écrit à côté de l’œuvre (le livre de bibliophilie, le livre pauvre de Leuwers, le museur d’Alain etc.), ni le texte écrit sur le l’œuvre (notre Ephémère bleu avec Alain et Leonardo, nombre d’œuvres croisées de Butor, par exemple le premier « Pique nique », ou les éventails de Badin, ou les textes qu’il a faits avec toi), ni le texte devenu entièrement objet ou figure plastique dans l’œuvre (Textruction, en gros -au moins Duchêne et Mazeaufroid- ou Jean François Dubreuil). Mais ce moment d’incertitude où le texte, à la fois, se reconnaît et se perd comme texte, et à la fois demeure lisible en lambeaux ou par… bribes).

Tu sais que mon modèle « historique », c’est la poésie de Sappho, même si ce n’est pas l’art mais le temps qui nous l’a transmise en lambeaux.

Il y a des œuvres de toi sur lesquelles je dois écrire depuis une vingtaine d’années. Crois bien que je n’attends pas par flemmardise ou procrastination. Mais par perplexité et réflexion. Je parle de ces œuvres, qui étaient déjà des dessins, sur supports déchirés et sur lesquelles je souhaitais mettre du texte « déchiré" (les textes sont prêts depuis… 20 ans). Le problème était que la répartition du texte renvoyait à des questions de composition plastique que j’aurais souhaiter dépasser. (je me sentais comme obligé de répartir le texte en fonction des lignes de forces du dessin et de la déchirure).

En un sens, c’est ce que nous allons faire dans nos prochaines œuvres communes (ce dépassement du rapport entre composition plastique et répartition scripturale).

Je sais qu’un projet (artistique, poétique, pédagogique) est bon quand il se transforme, qu’on en obtient un objet qui n’était pas prévu, et qu’entre temps il a fait réfléchir et apprendre.

MM, le 2/02/2018 à 10h11
je te réponds ce soir

MM le 5/02/2018 à 22h02
Non, je n’ai pas inversé la procédure. Je vais essayer d’être simple : avant j’avais un objet peinture (pas couleur, mais tout objet a une couleur) que je recouvrais d’un autre objet (béton) lorsque j’ai utilisé le cordeau pour construire, j’ai inséré donc un autre objet à recouvrir. Il y avait l’objet cordeau et l’objet peinture. Le cordeau m’est vite apparu comme dessin, ce n’est pas une masse comme la peinture, c’est une ligne.
Avec les papiers je supprime la peinture (pas avec les récents bétons car subsiste une pluie de pigments). Mais reste la procédure de recouvrir un objet par un autre. Comme l’objet préalable a changé, les modalités de la procédure ce sont un peu modifiées
( l’objet préalable ne s’effondre plus au retournement, il faut une autre action pour l’ôter)
Oui, je suis d’accord avec toi sur la recherche de l’ambivalence du texte qui se reconnaît comme texte et se perd comme texte. Oui Sapho...mais aussi le pendant plastique alors, de toutes ces œuvres qui sont parvenus jusqu’à nous en lambeaux.
Je ne suis pas sûr que nous allons dépasser ce problème de la composition. Il me semble qu’il est présent dès que deux objets doivent être en présence l’un de l’autre. Mais dépasser un type de composition, certainement.
Ces œuvres anciennes dont tu parles où il y a trois objets dont deux ( le papier et le fil de fer) sont réunis par un troisième (la peinture) ce qui donne une certaine composition, il faudrait trouver la logique d’insertion d’un quatrième objet/texte (bandes ou papiers déchirés encore ou...?) ils pourraient être raccordés avec une matière comme la peinture, peut-être du vernis comme dans en-tête pour diversifier l’action.

...
Et la conversation se poursuit...

Publication en ligne : 22 février

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP