BRIBES EN LIGNE
c’est la distance entre tendresse du mondesi peu de quatrième essai de vedo la luna vedo le Éléments -       ruelle       droite    seule au   maille 1 :que dans ce périlleux accoucher baragouiner normal 0 21 false fal epuisement de la salle, moisissures mousses lichens bernadette griot vient de     dans la ruela       la pour andré villers 1) dernier vers que mort f dans le sourd chatoiement encore la couleur, mais cette       dans giovanni rubino dit je ne peins pas avec quoi, ses mains aussi étaient a claude b.   comme soudain un blanc fauche le voudrais je vous d’un bout à pluies et bruines, huit c’est encore à karles se dort cum hume napolì napolì mougins. décembre jamais si entêtanteeurydice depuis ce jour, le site     &nbs la littérature de       aujour à la bonne temps où les coeurs antoine simon 31 elle ose à peine   le texte suivant a dans le train premier introibo ad altare bel équilibre et sa       ce juste un au programme des actions     m2 &nbs le 2 juillet il y a dans ce pays des voies madame, vous débusquez toutes sortes de papiers, sur       je si j’étais un temps de pierres nice, le 30 juin 2000       fleure pour qui veut se faire une sous l’occupation le tissu d’acier       la juste un mot pour annoncer       que l’heure de la       nuage spectacle de josué dit       il pour helmut libre de lever la tête le plus insupportable chez eurydice toujours nue à au rayon des surgelés       quinze de pareïs li seit la un trait gris sur la une autre approche de       grappe je reviens sur des la question du récit carles respunt : toutes ces pages de nos dans le pain brisé son antoine simon 14       je me (ô fleur de courge...  les éditions de dans les écroulements       le à bernadette martin miguel art et  au mois de mars, 1166     [1]  antoine simon 12 il en est des noms comme du   le 10 décembre la mort d’un oiseau. je suis premier essai c’est sables mes parolesvous couleur qui ne masque pas dans l’effilé de dernier vers aoi  il est des objets sur  de même que les nice, le 18 novembre 2004 allons fouiller ce triangle       au nous serons toujours ces       dans temps de pierres dans la ce va et vient entre       "       l̵ dernier vers aoi       sur       allong le travail de bernard  c’était toujours les lettres :    courant le grand combat : au matin du des conserves ! paroles de chamantu livre grand format en trois du bibelot au babilencore une tandis que dans la grande « e ! malvais les dieux s’effacent À perte de vue, la houle des tout en travaillant sur les     une abeille de station 5 : comment la poésie, à la l’erbe del camp, ki       au i mes doigts se sont ouverts un homme dans la rue se prend   pour adèle et un soir à paris au  dernier salut au c’est ici, me on peut croire que martine sept (forces cachées qui dernier vers aoi v.- les amicales aventures du  “ce travail qui dans les rêves de la nos voix la terre nous toulon, samedi 9 le coquillage contre antoine simon 29 …presque vingt ans plus glaciation entre mes pensées restent c’est un peu comme si, a propos d’une       grimpa nous dirons donc pourquoi yves klein a-t-il   dits de un titre : il infuse sa j’oublie souvent et       au raphaËl le "patriote", iv.- du livre d’artiste le temps passe si vite, voici des œuvres qui, le le galop du poème me une il faut dire les madame, on ne la voit jamais titrer "claude viallat,       une le lourd travail des meules j’aime chez pierre mieux valait découper a christiane carles li reis en ad prise sa la fraîcheur et la je meurs de soif pour mes enfants laure et pour michèle gazier 1) l’instant criblé       dans la tentation du survol, à portrait. 1255 : je désire un dans le pays dont je vous vi.- les amicales aventures deux ce travail vous est autre essai d’un de pa(i)smeisuns en est venuz       &agrav ce pays que je dis est     chant de quatre si la mer s’est seins isabelle boizard 2005       les o tendresses ô mes branches lianes ronces         pour théa et ses À max charvolen et martin de prime abord, il les plus vieilles station 1 : judas folie de josuétout est vous avez max charvolen, martin miguel       &agrav aucun hasard si se ils s’étaient pour alain borer le 26 quai des chargeurs de quand les mots il était question non   on n’est sixième en introduction à  si, du nouveau  les premières lentement, josué journée de   d’un coté, que reste-t-il de la rm : d’accord sur la musique est le parfum de ajout de fichiers sons dans       le histoire de signes . et tout avait   ces sec erv vre ile cher bernard macles et roulis photo 4 des voix percent, racontent les lettres ou les chiffres ne pas négocier ne carissimo ulisse,torna a       dans  pour jean le je crie la rue mue douleur la fraîcheur et la       apparu coupé en deux quand raphaël madame est toute (la numérotation des       devant la terre a souvent tremblé dernier vers s’il onzième ouverture de l’espace le corps encaisse comme il     " dimanche 18 avril 2010 nous  il y a le reprise du site avec la mult est vassal carles de temps de cendre de deuil de       montag envoi du bulletin de bribes tout le problème la gaucherie à vivre, la route de la soie, à pied, deux nouveauté, charogne sur le seuilce qui antoine simon 25 la mort, l’ultime port, deuxième suite       l̵ 5) triptyque marocain dernier vers aoi coupé le sonà a toi le don des cris qui pour yves et pierre poher et     les provisions comme une suite de   voici donc la  le livre, avec c’est la peur qui fait       fleur       je le glacis de la mort cinquième citationne       un travail de tissage, dans très saintes litanies attendre. mot terrible. dernier vers aoi       m&eacu       et "si elle est le lent déferlement  l’écriture dieu faisait silence, mais l’évidence  avec « a la "le renard connaît lancinant ô lancinant dans les horizons de boue, de morz est rollant, deus en ad madame chrysalide fileuse sainte marie, à il tente de déchiffrer,       &eacut pur ceste espee ai dulor e genre des motsmauvais genre le géographe sait tout  référencem       " attention beau vous avez       "    regardant l’existence n’est j’ai relu daniel biga,       marche assise par accroc au bord de torna a sorrento ulisse torna   en grec, morías       pav&ea il n’y a pas de plus printemps breton, printemps 1- c’est dans toutefois je m’estimais ecrire les couleurs du monde cliquetis obscène des       apr&eg apaches : au lecteur voici le premier rêves de josué,   au milieu de  je signerai mon à la mémoire de nouvelles mises en jusqu’à il y a dans les hautes herbes quel ennui, mortel pour antoine simon 3 les petites fleurs des antoine simon 22 le scribe ne retient       fourr&       sur le madame a des odeurs sauvages       le pas facile d’ajuster le deux ajouts ces derniers la vie est ce bruissement exacerbé d’air merci au printemps des et nous n’avons rien ce qui aide à pénétrer le rien n’est plus ardu carissimo ulisse,torna a       &agrav madame porte à       sur générations laure et pétrarque comme quel étonnant il en est des meurtrières. antoine simon 15 marie-hélène       apr&eg       banlie       au       sur le beaucoup de merveilles    7 artistes et 1       et tu ainsi alfred… dernier vers aoi       le l’impression la plus     depuis   la baie des anges leonardo rosa macao grise  pour de tendresses ô mes envols     &nbs quand sur vos visages les lorsqu’on connaît une bien sûr, il y eut il y a tant de saints sur il avait accepté violette cachéeton tu le saiset je le vois       bien la parol

Accueil > Carnets intermittents

Publication en ligne : 28 juin 2016

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette