BRIBES EN LIGNE
sous l’occupation autre essai d’un autres litanies du saint nom attendre. mot terrible. fontelucco, 6 juillet 2000 pour le prochain basilic, (la je ne saurais dire avec assez depuis le 20 juillet, bribes       baie cinquième essai tout antoine simon 31 la fraîcheur et la       juin les dieux s’effacent    de femme liseuse       ton al matin, quant primes pert je meurs de soif dernier vers aoi         la heureuse ruine, pensait  “s’ouvre        tous ces chardonnerets rm : nous sommes en le ciel est clair au travers   pour olivier       "     &nbs ce qu’un paysage peut  on peut passer une vie     du faucon grande lune pourpre dont les dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte f le feu s’est ma mémoire ne peut me dernier vers aoi macles et roulis photo 7 josué avait un rythme l’impossible un homme dans la rue se prend dernier vers aoi d’un côté       &eacut toute trace fait sens. que toulon, samedi 9 il y a dans ce pays des voies tout en vérifiant lu le choeur des femmes de (ma gorge est une       crabe-    courant antoine simon 26 passent .x. portes, antoine simon 22 au labyrinthe des pleursils quand les mots   pour théa et ses    tu sais au matin du antoine simon 12 tes chaussures au bas de mon travail est une quand vous serez tout    il station 1 : judas essai de nécrologie, travail de tissage, dans       vaches le texte qui suit est, bien à cri et à  un livre écrit         or la vie humble chez les « amis rollant, de clers fut li jurz e li et te voici humanité 1 la confusion des la bouche pleine de bulles bel équilibre et sa sculpter l’air : constellations et seul dans la rue je ris la       longte deuxième essai carles li reis en ad prise sa la poésie, à la madame a des odeurs sauvages antoine simon 27 d’un bout à       gentil le "patriote", quel ennui, mortel pour jamais je n’aurais À perte de vue, la houle des non, björg,       montag j’oublie souvent et pour jean gautheronle cosmos tout mon petit univers en régine robin, antoine simon 11       je me un besoin de couper comme de   dits de quand sur vos visages les rien n’est plus ardu le lent tricotage du paysage   (à on cheval     &nbs ce n’est pas aux choses deux ajouts ces derniers       le de mes deux mains À max charvolen et (josué avait  pour jean le moisissures mousses lichens antoine simon 25       sur on trouvera la video le scribe ne retient dernier vers aoi     une abeille de pour michèle gazier 1) le coeur du toutes ces pages de nos dans l’innocence des la mort d’un oiseau.  dans le livre, le nous avons affaire à de iv.- du livre d’artiste nous lirons deux extraits de est-ce parce que, petit, on equitable un besoin sonnerait macles et roulis photo 6       marche de soie les draps, de soie cliquetis obscène des       la  la lancinante   un   ces sec erv vre ile etait-ce le souvenir quelques autres les petites fleurs des mise en ligne d’un marché ou souk ou j’ai en réserve a grant dulur tendrai puis  l’écriture raphaël ce qui importe pour les enseignants : les dernières de sorte que bientôt comme c’est dernier vers aoi monde imaginal,       (       six toujours les lettres : Ç’avait été la trois tentatives desesperees paien sunt morz, alquant il ne reste plus que le le tissu d’acier suite du blasphème de     le (ô fleur de courge... de l’autre madame, vous débusquez       sur i en voyant la masse aux le lourd travail des meules pierre ciel       et le temps passe si vite,       nuage dernier vers doel i avrat, de proche en proche tous (de)lecta lucta   la liberté s’imprime à dans le pays dont je vous samuelchapitre 16, versets 1 pour gilbert « h&eacu       midi       enfant     nous ce pays que je dis est       cette attention beau       ruelle li quens oger cuardise  hier, 17 le temps passe dans la   que signifie       &agrav les parents, l’ultime ouverture d’une deuxième apparition de   se  dernier salut au deuxième approche de "tu sais ce que c’est pour egidio fiorin des mots  zones gardées de pour jacqueline moretti,       un rêves de josué, cet article est paru dans le dans les carnets assise par accroc au bord de passet li jurz, si turnet a j’ai ajouté la pureté de la survie. nul la vie est dans la vie. se le 26 août 1887, depuis sous la pression des de la dernier vers aoi ici. les oiseaux y ont fait janvier 2002 .traverse       les et c’était dans     dans la ruela         &n pour michèle gazier 1  née à dernier vers que mort lorsqu’on connaît une       les mult ben i fierent franceis e le passé n’est 5) triptyque marocain       journ& je t’enfourche ma un tunnel sans fin et, à voile de nuità la  “... parler une je déambule et suis "l’art est-il temps de bitume en fusion sur   voici donc la pas de pluie pour venir       pour il est le jongleur de lui etudiant à "mais qui lit encore le il s’appelait une autre approche de       neige arbre épanoui au ciel       arauca pour ma dernier vers aoi       &n huit c’est encore à iloec endreit remeint li os     ton  référencem  au mois de mars, 1166 spectacle de josué dit un soir à paris au les oiseaux s’ouvrent   iv    vers lorsque martine orsoni buttati ! guarda&nbs libre de lever la tête antoine simon 16 pour pierre theunissen la       neige j’entends sonner les que reste-t-il de la       dans laure et pétrarque comme a propos de quatre oeuvres de macles et roulis photo 3 antoine simon 24 je suis « e ! malvais certains soirs, quand je    regardant pour andré neuf j’implore en vain et il parlait ainsi dans la f j’ai voulu me pencher temps de cendre de deuil de       je epuisement de la salle,       aux mi viene in mentemi     chambre seins isabelle boizard 2005 pour daniel farioli poussant madame déchirée au commencement était un titre : il infuse sa nous viendrons nous masser 1.- les rêves de ecrire sur f les rêves de       la et  riche de mes sixième ce monde est semé quand c’est le vent qui (la numérotation des  dernières mises tandis que dans la grande  hors du corps pas f le feu m’a deux ce travail vous est 1257 cleimet sa culpe, si toute une faune timide veille depuis ce jour, le site des quatre archanges que       sur il existe deux saints portant carcassonne, le 06 de pareïs li seit la je t’enlace gargouille en introduction à o tendresses ô mes madame est la reine des traquer bien sûr, il y eut dessiner les choses banales     oued coulant       pav&ea       ma nice, le 18 novembre 2004 et que dire de la grâce       va antoine simon 20       la       au       dans dernier vers aoi ce jour-là il lui le 2 juillet un verre de vin pour tacher je rêve aux gorges merci à marc alpozzo l’évidence de profondes glaouis ils avaient si longtemps, si raphaël a propos d’une et voici maintenant quelques       &agrav les plus terribles chairs à vif paumes  de la trajectoire de ce madame est toute quai des chargeurs de antoine simon 9 dimanche 18 avril 2010 nous pour nicolas lavarenne ma que d’heures dernier vers aoi deuxième apparition je dors d’un sommeil de tendresse du mondesi peu de le glacis de la mort antoine simon 29 tu le sais bien. luc ne légendes de michel à bernadette pour qui veut se faire une  pour le dernier jour dans le train premier       les du fond des cours et des le samedi 26 mars, à 15 pour andré   un vendredi printemps breton, printemps "pour tes (vois-tu, sancho, je suis outre la poursuite de la mise se placer sous le signe de la force du corps,   entrons       l̵ le bulletin de "bribes comme ce mur blanc Être tout entier la flamme martin miguel art et la parol

Accueil > Autres textes

RAPHAEL MONTICELLI

<- La légende de saint Jean-Raphaël | A dispett del mond ->
Buttati
Artiste(s) : Rubino
Clefs : 2015 , poésie


Buttati !


Guarda : ti prendo per la mano, non preoccuparti.


Lascia che vada il sogno fra le navi ferme
Don’t worry. Time is not time
(and he said, approximadamente, tomorrow is my yesterday)
De la terre et des eaux remontent
en écume
les bruits assourdis du Zeit.
Non mi lasciare,
mantieni ferme le tue mani nelle mie.
Lo senti il calore ?
Nel ciliegio, int’ e prà, gli uccelli fanno un gran chiasso
e tu corri nel grano falciato.
Il cielo è già pieno del profumo del fieno,
lo vedi ?
Si spande
il profumo
diventa nuvole
et ses épis fauchés
sont autant de petits couteaux à travers tes sandales.
Laisse-toi aller
Laisse flotter tes rêves parmi les bateaux gelés.
Tuffati !
Per ritrovare il corpo di fanciullo che fui.


 


Les dames ont laissé tomber leurs voiles sur le monde
et d’une seule voix
font vibrer les fibres de la soie.

Publication en ligne : 27 décembre 2015
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette