BRIBES EN LIGNE
pour marcel ce qui fait tableau : ce quel étonnant quelque temps plus tard, de j’ai longtemps ajout de fichiers sons dans       chaque accorde ton désir à ta la pureté de la survie. nul les étourneaux ! i.- avaler l’art par 13) polynésie       ma pour andré villers 1) il pleut. j’ai vu la       l̵ pour gilbert une errance de       il antoine simon 9 là, c’est le sable et ma voix n’est plus que six de l’espace urbain, j’ai ajouté   le texte suivant a     tout autour granz est li calz, si se attention beau ma voix n’est plus que saluer d’abord les plus madame a des odeurs sauvages " je suis un écorché vif.         or il ne reste plus que le       rampan       vu       tourne à propos “la j’ai en réserve j’entends sonner les je suis celle qui trompe       les nous savons tous, ici, que troisième essai et    seule au quatrième essai de       embarq       crabe- dernier vers aoi macles et roulis photo 7   si vous souhaitez trois (mon souffle au matin    nous l’art c’est la   pour théa et ses merci au printemps des       la vous dites : "un       pav&ea les plus terribles troisième essai l’appel tonitruant du une il faut dire les les routes de ce pays sont nous serons toujours ces 0 false 21 18 antoine simon 20 dernier vers aoi       apr&eg le temps passe si vite, que d’heures le travail de bernard       fourr& deuxième essai « 8° de à la bonne     de rigoles en temps de cendre de deuil de       cerisi       l̵       l̵ réponse de michel le lent déferlement       entre     un mois sans antoine simon 26 les premières ce texte m’a été       grappe de profondes glaouis le "patriote", dans ma gorge  il y a le  “ce travail qui dernier vers aoi passet li jurz, la noit est cinquième citationne antoine simon 21 sept (forces cachées qui  pour le dernier jour c’est la chair pourtant lentement, josué heureuse ruine, pensait       sur le coeur du       une sous la pression des montagnesde À perte de vue, la houle des je t’ai admiré, pour michèle aueret       jardin       bonheu a claude b.   comme il n’était qu’un qu’est-ce qui est en       dans de tantes herbes el pre ...et poème pour dernier vers doel i avrat, ecrire sur douce est la terre aux yeux carles li reis en ad prise sa madame, vous débusquez       fleur antoine simon 28 et…  dits de rien n’est plus ardu titrer "claude viallat, tout est prêt en moi pour et te voici humanité a toi le don des cris qui       gentil le vieux qui journée de       le le 28 novembre, mise en ligne li quens oger cuardise sur la toile de renoir, les able comme capable de donner   iv    vers     sur la       en il était question non des voix percent, racontent  hier, 17 inoubliables, les s’égarer on et  riche de mes     oued coulant pour jean marie si j’avais de son    il       la pie douze (se fait terre se   entrons clers fut li jurz e li station 5 : comment       le dans un coin de nice, je t’enlace gargouille alocco en patchworck © dernier vers aoi je sais, un monde se josué avait un rythme j’ai relu daniel biga, dans le pain brisé son dans le monde de cette la fonction, martin miguel art et dans les horizons de boue, de au rayon des surgelés deuxième essai le l’éclair me dure, de pa(i)smeisuns en est venuz pour mes enfants laure et il souffle sur les collines 1254 : naissance de il est le jongleur de lui et il parlait ainsi dans la       dans "moi, esclave" a écoute, josué, le scribe ne retient a la fin il ne resta que       marche jamais je n’aurais antoine simon 12 giovanni rubino dit   est-ce que f qu’il vienne, le feu chairs à vif paumes dans la caverne primordiale madame est une torche. elle il avait accepté       &n pour nicolas lavarenne ma les dieux s’effacent dans ce périlleux quant carles oït la pour egidio fiorin des mots bribes en ligne a dimanche 18 avril 2010 nous tous feux éteints. des pour julius baltazar 1 le     dans la ruela la réserve des bribes rêve, cauchemar, 1-nous sommes dehors. poème pour f dans le sourd chatoiement quand il voit s’ouvrir, de proche en proche tous madame, c’est notre madame dans l’ombre des rimbaud a donc   saint paul trois antoine simon 14 le coquillage contre je dors d’un sommeil de la question du récit mieux valait découper pour ma buttati ! guarda&nbs il faut laisser venir madame reflets et echosla salle le glacis de la mort  les éditions de vi.- les amicales aventures       au mesdames, messieurs, veuillez j’ai travaillé À la loupe, il observa les cuivres de la symphonie pour yves et pierre poher et o tendresses ô mes le 19 novembre 2013, à la ensevelie de silence,         marcel chercher une sorte de j’ai parlé bal kanique c’est le bulletin de "bribes le texte qui suit est, bien ce qui aide à pénétrer le  la lancinante il aurait voulu être dernier vers aoi sixième dans le train premier c’est une sorte de       b&acir tant pis pour eux.       dans À max charvolen et   maille 1 :que de la le lent tricotage du paysage  je signerai mon « h&eacu quando me ne so itu pe il existe au moins deux       &agrav la brume. nuages pas même madame aux rumeurs sauvage et fuyant comme passet li jurz, si turnet a vous êtes mon cher pétrarque, antoine simon 30       "       " v.- les amicales aventures du vous deux, c’est joie et il y a des objets qui ont la       le pour maguy giraud et       juin exode, 16, 1-5 toute au commencement était essai de nécrologie, dernier vers aoi petit matin frais. je te le nécessaire non lu le choeur des femmes de       en attelage ii est une œuvre un homme dans la rue se prend frères et       les les oiseaux s’ouvrent       m̵ au labyrinthe des pleursils les amants se ils sortent rm : nous sommes en       descen je découvre avant toi carissimo ulisse,torna a     pourquoi halt sunt li pui e mult halt voudrais je vous f toutes mes j’ai donné, au mois l’homme est ils avaient si longtemps, si toujours les lettres : le geste de l’ancienne, un soir à paris au livre grand format en trois  un livre écrit       sur le suite de ki mult est las, il se dort tout en vérifiant dans ce pays ma mère  il est des objets sur 1 au retour au moment ils s’étaient d’abord l’échange des  marcel migozzi vient de les plus vieilles f le feu s’est ] heureux l’homme il arriva que la tentation du survol, à antoine simon 13 la force du corps, deuxième il existe deux saints portant janvier 2002 .traverse toulon, samedi 9       le      & se placer sous le signe de  c’était       à franchement, pensait le chef, 0 false 21 18 dessiner les choses banales viallat © le château de constellations et et que vous dire des       les       avant     au couchant onzième la langue est intarissable madame, on ne la voit jamais (josué avait elle ose à peine pour max charvolen 1)   prenez vos casseroles et dernier vers aoi approche d’une       dans grande lune pourpre dont les sous l’occupation station 1 : judas antoine simon 23       allong   on n’est je rêve aux gorges bribes en ligne a si elle est belle ? je vue à la villa tamaris patrick joquel vient de pour mon épouse nicole       le     extraire antoine simon 7 antoine simon 17 les doigts d’ombre de neige       dans cette machine entre mes antoine simon 5 pluies et bruines, le géographe sait tout ce poème est tiré du autre essai d’un iloec endreit remeint li os violette cachéeton a propos d’une un titre : il infuse sa       dans  mise en ligne du texte pur ceste espee ai dulor e pas une année sans évoquer chaque jour est un appel, une la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Pagès
<- Survol d’une oeuvre |
Une dynamique à l’oeuvre
Artiste(s) : Pagès (site)

Références : Xavier Girard : Bernard Pagès, catalogue raisonné des sculptures, 1984-1989, Centre Régional d’Art Contemporain, 1989 (120 f.)
Catalogue d’Ivry, Bernard Pagès, histoire de dessins, par Xavier Girard. (40 f.)

Oeuvres visibles dans les environs : Musée Picasso, Antibes, MAMAC, Collège des Vallées du Paillon, Contes.

L’exposition :

Un ensemble de dessins et quelques photos montrent comment une forme prévue pour une sculpture (celle de la place Voltaire à Ivry) émigre finalement vers une autre (commandée par la ville de Paris). Cette "transition" se fait en tenant compte de diverses contraintes.
Cet instant du dessin, ou de l’étude, moment particulier, et en général inconnu, du travail n’a de sens que replacé dans la façon dont Pagès pratique la sculpture, et dont on peut retenir, à des titres divers, quelques éléments moteurs : Pagès fait oeuvre en se posant le problème du disparate ( de la fusion du différent ) à des échelles diverses, tendanciellement de plus en plus monumentales, et en tenant compte des effets induits toujours plus nombreux tant au plan de la technique qu’à ceux du fonctionnement social, symbolique, poétique ou sémiotique, plastique, environnemental de l’objet produit. C’est la façon dont ce type de contraintes est pris en compte que la présentation des dessins "transitoires" met en évidence.

Ainsi assembler le disparate -naturel et artificiel, brut et usiné, peint et non-peint, minéraux et métaux, matériaux divers (béton, matériaux de construction, bois...)- conduit, à chacune des échelles, à rechercher des solutions d’assemblage -et de mise en oeuvre (individuelle ou collective )- appropriées. A partir d’une certaine dimension de la construction les armatures métalliques internes sont nécessaires ; leur mise au regard et leur traitement esthétique (leur traitement dans l’économie d’ensemble de la sculpture) peuvent conduire selon le contexte à deux solutions techniquement différentes :

première solution : l’armature -ou sa figure- sort de la construction qu’elle arme et dont elle se fait arborescence- ornementale (sève métallique qui pousse hors de l’arbre minéral) en fonction, notamment de la forme propre à la sculpture et des lignes de force de l’environnement ; elle rappelle alors aussi bien les bâtiments en construction que ceux que l’on démolit ; elle esthétise en ce sens l’aléatoire des arborescences urbaines des chantiers du bâtiment ;

deuxième solution : l’armature permet de joindre des éléments préfabriqués, notamment dans le cas où la monumentalité l’impose ; elle doit assurer leur assemblage, et donner à l’ensemble la stabilité nécessaire ; elle est alors épine dorsale, structure osseuse, colonne vertébrale ;
dans les deux cas la forme adoptée tient compte de l’ensemble de la masse de la sculpture dont elle joue. Ainsi, par exemple, le dessin qui transite entre la sculpture d’Ivry et celle de Paris, prend comme référence de départ -prévue pour Ivry- la forme de l’os. Ce qui a contrarié, à Ivry, l’utilisation de cette forme osseuse intermédiaire, c’est que la colonne vertébrale y était inadéquate dans la mesure où la sculpture disposait déjà d’un point d’appui : la cheminée de ventilation de la place Voltaire... La structure vertébrale inadéquate laissait la place aux arborescences qui jouaient avec un ensemble urbain riche en arêtes franches.
La sculpture de Paris, prévue pour une cour d’Hôtel de l’époque classique, fonctionne de façon plus sobre et plus autonome, focalisant davantage le regard. Elle est l’occasion de traiter esthétiquement l’une des nécessité de construction en même temps qu’elle opère un grossissement de ces rainures qui marquent, dans la sculpture traditionnelle, les joints de construction.

De ce point de vue il est encore intéressant de noter l’inter-relation des formes minérales et des formes métalliques : le travail d’épuration du dessin obéit à la recherche de l’efficacité graphique ; en même temps la forme produite doit s’intégrer à l’ensemble de la sculpture et plus précisément au rapport formel avec la masse minérale, prenant en compte les oppositions poli/brut, naturel/artificiel.

L’enjeu :

Il est des moments où le regard sur l’art oblige à s’interroger sur la raison d’être de ce qui naît ; fascination de ces oeuvres qui sont oeuvres -créations- justement parce que rien de ce que nous voyions de la réalité ne nous permettait de les attendre. Elles obligent à s’interroger sur ce qui les génère, et, ce faisant, à lire autrement un présent et une histoire dont on ne pouvait, à l’évidence, attendre ce phénomène.
Cela fait près de 25 ans que Bernard Pagès nous oblige à cet exercice de relecture du réel... Force est donc de chercher à saisir comment l’artiste ressource son oeuvre, comment il lui donne les moyens de constamment naître, en d’autres termes comment il la forme ou la fait vivre... Un regard sur la transition des dessins facilite sans aucun doute l’approche de cette dynamique à l’oeuvre.


Il faudrait ajouter (...mais ce serait le propos d’un autre texte), qu’il s’agit de l’un des aspects les plus novateurs de Pagès que ce travail systématique de la fusion du disparate ; et que cette fusion s’opère d’abord par l’agglomérat puis par le travail sur ce qui est aggloméré, comme masse unique, par cassures, entailles, polissage...
Autre texte encore : la sculpture impose traditionnellement de grands ateliers et plus d’un sculpteur se plie à une pratique collective. Dans le cas de Bernard Pagès, l’agglomérat des matériaux renvoie à celui des corps de métier, de l’ensemble des entreprises et des individus sollicités en vue de la réalisation d’une oeuvre.

Ici encore il conviendrait de développer la dialectique du caché et du montré dans les pratiques de l’art... Montrer les aspects classiquement caché de l’oeuvre -notamment ce qui la "fait" et plus généralement ses "moments" ou ses "étapes", le travail dont l’oeuvre visible est le résultat, est l’une des exigences de toute "création" d’importance, et l’une des caractéristiques les plus affirmées des démarches les plus fortes de cette deuxième moitié du siècle.

Publication en ligne : 16 mars 2008
Première publication : 1989

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette