BRIBES EN LIGNE
      quand de pa(i)smeisuns en est venuz dans les carnets et te voici humanité       dans nous serons toujours ces  “la signification il existe deux saints portant  “s’ouvre max charvolen, martin miguel poussées par les vagues  il y a le l’art n’existe       la pie       au 1. il se trouve que je suis huit c’est encore à toute une faune timide veille vos estes proz e vostre l’impossible       le agnus dei qui tollis peccata si tu es étudiant en je ne sais pas si quelque chose  les œuvres de immense est le théâtre et je reviens sur des       ruelle il faut laisser venir madame bientôt, aucune amarre les cuivres de la symphonie dernier vers aoi et  riche de mes dernier vers aoi ce va et vient entre       mouett a grant dulur tendrai puis       et tu je suis occupé ces       en attelage ii est une œuvre d’abord l’échange des « e ! malvais  “ne pas nice, le 18 novembre 2004 bel équilibre et sa  dernières mises normalement, la rubrique f j’ai voulu me pencher  tous ces chardonnerets       l̵ monde imaginal,       j̵ cinquième essai tout madame, on ne la voit jamais       ...mai pour alain borer le 26       journ&       nuage pour philippe tendresse du mondesi peu de dans ce périlleux       ton chercher une sorte de dernier vers aoi  les éditions de le 26 août 1887, depuis antoine simon 27 ce paysage que tu contemplais légendes de michel       le       assis       &eacut n’ayant pas c’est parfois un pays dernier vers aoi il faut aller voir spectacle de josué dit il en est des meurtrières.       je les durand : une la réserve des bribes les amants se mieux valait découper ainsi fut pétrarque dans 0 false 21 18 madame, vous débusquez ki mult est las, il se dort derniers on a cru à       fourr& mise en ligne       jardin depuis ce jour, le site mon cher pétrarque, un besoin de couper comme de bribes en ligne a napolì napolì     cet arbre que dernier vers aoi l’existence n’est où l’on revient dorothée vint au monde j’arrivais dans les le passé n’est le franchissement des i mes doigts se sont ouverts l’erbe del camp, ki dernier vers aoi bruno mendonça 1257 cleimet sa culpe, si madame chrysalide fileuse     rien  dans le livre, le merle noir  pour deuxième apparition de dernier vers aoi       la les dessins de martine orsoni       la réponse de michel petites proses sur terre     tout autour références : xavier tant pis pour eux. merci à la toile de j’ai parlé dernier vers aoi       le   j’ai souvent    courant "nice, nouvel éloge de la art jonction semble enfin bernard dejonghe... depuis l’éclair me dure, j’ai travaillé       ce toutes ces pages de nos de sorte que bientôt très saintes litanies de tantes herbes el pre antoine simon 10 en cet anniversaire, ce qui halt sunt li pui e mult halt f le feu m’a     à f toutes mes  hors du corps pas j’ai relu daniel biga, antoine simon 21 la route de la soie, à pied, je désire un       la un temps hors du pour       et dans un coin de nice, paroles de chamantu     du faucon assise par accroc au bord de g. duchêne, écriture le       voyage antoine simon 33 pour qui veut se faire une une il faut dire les       deux dentelle : il avait tous feux éteints. des pour martine lentement, josué f le feu est venu,ardeur des rm : nous sommes en je suis bien dans la bouche pure souffrance en ceste tere ad estet ja antoine simon 13 sous l’occupation chaises, tables, verres, j’ai en réserve avant dernier vers aoi la rencontre d’une essai de nécrologie, dernier vers aoi toute trace fait sens. que cher bernard       neige rita est trois fois humble. a toi le don des cris qui       parfoi a la femme au si, il y a longtemps, les couleur qui ne masque pas  la toile couvre les quand les mots madame a des odeurs sauvages       sur josué avait un rythme       le       à au rayon des surgelés printemps breton, printemps r.m.a toi le don des cris qui il tente de déchiffrer, jamais si entêtanteeurydice d’ eurydice ou bien de     son un nouvel espace est ouvert sous la pression des  “comment là, c’est le sable et la littérature de merci à marc alpozzo juste un mot pour annoncer       au générations       régine robin,       une normal 0 21 false fal   ces sec erv vre ile j’ai donc a ma mère, femme parmi deuxième essai le quai des chargeurs de li quens oger cuardise deuxième À l’occasion de avant propos la peinture est est-ce parce que, petit, on non, björg, temps de pierres dans la mais non, mais non, tu       ( f les marques de la mort sur jusqu’à il y a     le cygne sur cliquetis obscène des       d&eacu     au couchant écrirecomme on se de proche en proche tous un titre : il infuse sa ce 28 février 2002. dans les hautes herbes     pourquoi       arauca antoine simon 5 j’aime chez pierre grant est la plaigne e large dernier vers aoi le coeur du rien n’est dernier vers aoi souvent je ne sais rien de autre citation"voui tromper le néant les parents, l’ultime antoine simon 2       juin introibo ad altare l’évidence i en voyant la masse aux leonardo rosa et il fallait aller debout seul dans la rue je ris la pour martin   d’un coté, dernier vers aoi     pluie du c’est la peur qui fait la force du corps,       s̵   en grec, morías c’est une sorte de       "  marcel migozzi vient de le lourd travail des meules c’est extrêmement sculpter l’air :       droite  c’était je suis celle qui trompe troisième essai et les étourneaux ! noble folie de josué,  de la trajectoire de ce mise en ligne d’un encore la couleur, mais cette un jour nous avons reflets et echosla salle de l’autre       baie premier essai c’est   (à « amis rollant, de       allong dernier vers aoi la vie est ce bruissement du fond des cours et des autre petite voix "l’art est-il       & bal kanique c’est     extraire   anatomie du m et         or « pouvez-vous ce qui fait tableau : ce 1.- les rêves de dernier vers aoi   il était question non dernier vers aoi elle disposait d’une     vers le soir il n’était qu’un   pour adèle et       quinze lu le choeur des femmes de       je me tout en travaillant sur les frères et       va   adagio   je 0 false 21 18 madame déchirée la communication est qu’est-ce qui est en c’est le grand       les ne faut-il pas vivre comme antoine simon 23 (dans mon ventre pousse une dans la caverne primordiale "si elle est   né le 7 même si       pourqu lorsqu’on connaît une       au pour angelo sept (forces cachées qui   je n’ai jamais ainsi va le travail de qui       reine ce monde est semé non... non... je vous assure,       le       object le 15 mai, à le pendu la chaude caresse de à cri et à  la lancinante "ah ! mon doux pays, rien n’est plus ardu villa arson, nice, du 17 la cité de la musique       midi "tu sais ce que c’est il est le jongleur de lui on peut croire que martine premier vers aoi dernier v.- les amicales aventures du se placer sous le signe de       &agrav    seule au       la dans les écroulements s’ouvre la vous avez a la libération, les attendre. mot terrible. charogne sur le seuilce qui quant carles oït la raphaËl pour anne slacik ecrire est "mais qui lit encore le pierre ciel       bien       fleur exacerbé d’air  le grand brassage des       aux jouer sur tous les tableaux nouvelles mises en  pour jean le recleimet deu mult pour mireille et philippe       st accoucher baragouiner cet article est paru dans le et tout avait la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

RAPHAEL MONTICELLI

<- Je vois la digitale... | Je vois la digitale... ->
Je vois la digitale...
Artiste(s) : Boccù


Les dieux s’effacent lentement
ne restent
au bout de nos doigts
que les couleurs de leurs ombres
ambres liquéfiés
flottant entre bleu et bleu parmi l’écume
et dans l’écume confondus


Un parterre de boutons d’or ruisselle d’une nuée de sources
eaux drainées des fontes proches
par les filets de rhizomes
de minces poignards d’agate
glissent dans les futaies
parmi roches et éboulis
épanouis
griffant le ciel


 


Tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 16 décembre 2015

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette