BRIBES EN LIGNE
  anatomie du m et pour martine dans ce périlleux    seule au jamais je n’aurais reprise du site avec la je m’étonne toujours de la je serai toujours attentif à pour michèle aueret     " charogne sur le seuilce qui  “... parler une macles et roulis photo 4 bernadette griot vient de antoine simon 19 "ces deux là se est-ce parce que, petit, on générations dans les carnets temps où le sang se il avait accepté il pleut. j’ai vu la       la viallat © le château de       p&eacu       coude sixième si j’étais un antoine simon 7   je ne comprends plus dont les secrets… à quoi       au ils s’étaient maintenant il connaît le ecrire les couleurs du monde le plus insupportable chez je reviens sur des       magnol 1- c’est dans mise en ligne       l̵ dans l’innocence des   pour le prochain on a cru à "la musique, c’est le non... non... je vous assure, références : xavier on croit souvent que le but a la femme au       "       l̵ marcel alocco a   j’ai souvent       pass&e       o l’impossible "tu sais ce que c’est       &eacut r.m.a toi le don des cris qui la langue est intarissable le travail de bernard quatrième essai rares juste un mult ben i fierent franceis e des quatre archanges que pour philippe 1 au retour au moment f j’ai voulu me pencher démodocos... Ça a bien un où l’on revient pour jean gautheronle cosmos       au sous l’occupation merci au printemps des pour michèle gazier 1) l’existence n’est dernier vers aoi       b&acir pour qui veut se faire une toujours les lettres :       j̵     à       dans etait-ce le souvenir que d’heures l’art c’est la       voyage on cheval quand nous rejoignons, en histoire de signes .    de femme liseuse la mastication des       je petites proses sur terre le coquillage contre douze (se fait terre se tu le sais bien. luc ne glaciation entre on trouvera la video li emperere par sa grant pure forme, belle muette, dernier vers aoi  hors du corps pas de profondes glaouis hans freibach : station 4 : judas  À max charvolen et bientôt, aucune amarre agnus dei qui tollis peccata dans les rêves de la  de la trajectoire de ce pour michèle gazier 1 “dans le dessin   on n’est pas facile d’ajuster le (josué avait les oiseaux s’ouvrent la cité de la musique des quatre archanges que       l̵ (elle entretenait la deuxième édition du carcassonne, le 06 il n’était qu’un in the country antoine simon 29 décembre 2001. toi, mésange à le ciel de ce pays est tout nous serons toujours ces       fourr& ecrire sur antoine simon 12 la légende fleurie est bruno mendonça       vu   maille 1 :que « h&eacu nouvelles mises en  “ne pas  zones gardées de Ç’avait été la la galerie chave qui ce 28 février 2002. au rayon des surgelés etudiant à pour alain borer le 26 le pendu       baie a claude b.   comme avec marc, nous avons  de même que les siglent a fort e nagent e     son béatrice machet vient de f le feu s’est il existe deux saints portant je sais, un monde se g. duchêne, écriture le dorothée vint au monde fragilité humaine. eurydice toujours nue à   le 10 décembre pour (vois-tu, sancho, je suis le lourd travail des meules       dans libre de lever la tête       cette buttati ! guarda&nbs       que       voyage  monde rassemblé mais non, mais non, tu toutefois je m’estimais et ces       va on peut croire que martine cinq madame aux yeux a propos d’une     chant de et encore  dits   tout est toujours en       sur le samuelchapitre 16, versets 1   se       su nous avons affaire à de nécrologie et je vois dans vos     longtemps sur dernier vers aoi travail de tissage, dans     de rigoles en macles et roulis photo 6 la mort d’un oiseau. max charvolen, martin miguel la fraîcheur et la l’ami michel je suis       je  je signerai mon     du faucon lancinant ô lancinant mouans sartoux. traverse de j’ai changé le deuxième apparition clquez sur ce jour là, je pouvais       vu poussées par les vagues temps de pierres dans la       une le tissu d’acier  la lancinante     les fleurs du       s̵ tout est prêt en moi pour le 15 mai, à j’entends sonner les 10 vers la laisse ccxxxii la tentation du survol, à livre grand format en trois l’évidence cet article est paru dans le       pour le nécessaire non paien sunt morz, alquant rita est trois fois humble. les parents, l’ultime al matin, quant primes pert  pour jean le dans le pain brisé son pour daniel farioli poussant et…  dits de rm : d’accord sur à cri et à o tendresses ô mes ils sortent  dernier salut au au lecteur voici le premier pluies et bruines, premier essai c’est       pass&e     pluie du       le       pass&e ] heureux l’homme le géographe sait tout paysage de ta tombe  et la force du corps,       et tu il n’y a pas de plus   pour adèle et     cet arbre que c’est le grand  “comment zacinto dove giacque il mio chaque automne les       je me dans ma gorge dernier vers aoi   pour théa et ses         or coupé en deux quand       le abstraction voir figuration ne pas négocier ne bal kanique c’est un jour nous avons madame est une ma mémoire ne peut me a l’aube des apaches, merci à marc alpozzo deuxième essai       &ccedi       vaches dernier vers s’il à la bonne la liberté s’imprime à       ruelle       dans bien sûrla le passé n’est       jardin       il       la le glacis de la mort m1       station 7 : as-tu vu judas se dernier vers aoi   mieux valait découper que reste-t-il de la (en regardant un dessin de ce pays que je dis est madame, on ne la voit jamais carissimo ulisse,torna a quai des chargeurs de à propos des grands f tous les feux se sont pour michèle     dans la ruela difficile alliage de À perte de vue, la houle des antoine simon 3       ton martin miguel art et marie-hélène       fleure pas sur coussin d’air mais       marche quando me ne so itu pe ainsi alfred… les routes de ce pays sont s’ouvre la sculpter l’air : il ne reste plus que le le 19 novembre 2013, à la antoine simon 5       le montagnesde d’un bout à les premières ki mult est las, il se dort nice, le 8 octobre 1) la plupart de ces quatrième essai de   nous sommes   dits de très malheureux... un trait gris sur la alocco en patchworck © vue à la villa tamaris quatrième essai de i.- avaler l’art par au labyrinthe des pleursils       le d’un côté vous n’avez clers est li jurz et li  le "musée régine robin,   si vous souhaitez  hier, 17  on peut passer une vie le galop du poème me       apr&eg (la numérotation des constellations et quelque temps plus tard, de       apparu ses mains aussi étaient antoine simon 27 ici. les oiseaux y ont fait de toutes les dans les horizons de boue, de madame chrysalide fileuse       le si tu es étudiant en       la pour jean marie   la production le lent déferlement la chaude caresse de le bulletin de "bribes       sur paroles de chamantu pas de pluie pour venir   entrons attention beau onzième quand les mots dernier vers aoi c’est la chair pourtant  un livre écrit  ce qui importe pour guetter cette chose i en voyant la masse aux antoine simon 20  les premières à la mémoire de edmond, sa grande percey priest lakesur les pour jean-louis cantin 1.- le franchissement des       st suite de dernier vers aoi la question du récit "moi, esclave" a poème pour iloec endreit remeint li os la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Anne-Valérie Gasc

RAPHAEL MONTICELLI

<- Odyssées furtives, 10 | Odyssées furtives, 12 ->
Odyssées furtives, 11
Artiste(s) : Gasc (site)


ONZE


Sous les cercles enchevêtré
Ils sont venus de toutes parts
Les anciens compagnons d’armes
Il y avait à conquérir
Tant de terres endeuillées
Ils sont venus tenant aux dents
La chair défaite des envies


(fais toi terre le temps dure la trace [ ]
sang s’écoule et poisse s’[ ] sourd [ ]
garde serrée ta prise de dents
ailes mes yeux ouverts ma vie armes [ ] 
flèches regards lances le sang s’y glisse
je tue ce qui me tue ma tête tape
charogne abattue meurs charognarde air troué de part en part de moi
femmes en guerre dans l’ardeur des luttes tu sens la chaleur fondre et fuir
les ailes lèvent l’ombre creusée
glisse et fuit pisse fond poisse pousse giffle entre nuit et clarté
le sang les corps s’y traînent rôde charognarde
et gicle le sang sous la pompe hésitante
la fin le temps tarde je crie
mon souffle tord antique voix [ ] la fin bruissante)


Il faut dire à Madame les grâces rituelles et leur complexité têtue c’est ce que Madame attend elle a su s’enfouir dans la bouche du temps pour devenir mère de ses mères et fille de ses plus lointains descendants


 


Le travail d’une artiste s’est enfanté en vous en vous il fait se lever des nuées nouvelles, des couples inattendus, toute une irisation des possibles que seule Anne Valérie Gasc vous a jusqu’à ce jour ouverte ; vous voyez qu’elle a touché, ici ou là, des zones déjà occupée, l’arpentage de l’espace, le vécu de la ville, le désespoir et l’ennui, la basse continue de la féminité, la fuite, la précarité, la dynamique trouble des frontières10 ; vous voyez aussi qu’elle le fait avec une ardeur désespérée à laquelle vous n’aviez pas encore goûté ; ou, plutôt, en brûlant du désespoir.


 


10 « Stratégie n° 4 », La sape, photographie des couleurs de démarcation/frontière du quartier juif de Budapest, 2004

Publication en ligne : 27 mars 2015
Première publication : 1er janvier 2005 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette