BRIBES EN LIGNE
c’est extrêmement macles et roulis photo 1 dernier vers aoi  c’était  de même que les     le c’est la chair pourtant sous l’occupation       les que reste-t-il de la cher bernard rare moment de bonheur, c’est la distance entre recleimet deu mult s’égarer on       nuage mult ben i fierent franceis e dernier vers aoi rita est trois fois humble. il faut aller voir il semble possible       ( les grands       bruyan je ne saurais dire avec assez  “s’ouvre chaque automne les le tissu d’acier deuxième le galop du poème me toute une faune timide veille langues de plomba la bribes en ligne a nice, le 8 octobre dans les carnets Être tout entier la flamme le grand combat :  les trois ensembles       voyage antoine simon 17     le cygne sur  tous ces chardonnerets     &nbs un soir à paris au a propos de quatre oeuvres de quand il voit s’ouvrir, j’ai en réserve   on n’est pour gilbert j’ai donné, au mois certains soirs, quand je       un et si au premier jour il mise en ligne dernier vers aoi les petites fleurs des chercher une sorte de dessiner les choses banales les enseignants :     tout autour       m&eacu sequence 6   le le samedi 26 mars, à 15       longte f le feu s’est passent .x. portes,       fourr& pour frédéric quand les mots sors de mon territoire. fais 13) polynésie carissimo ulisse,torna a genre des motsmauvais genre un tunnel sans fin et, à pour marcel je me souviens de sixième pour jacqueline moretti, pour maguy giraud et a l’aube des apaches, le plus insupportable chez autre essai d’un 10 vers la laisse ccxxxii je désire un mon travail est une       deux vous avez       les passet li jurz, si turnet a onzième     hélas, la littérature de macles et roulis photo chaises, tables, verres, errer est notre lot, madame, « pouvez-vous deuxième essai les cuivres de la symphonie (ma gorge est une pour jean-marie simon et sa       que ici. les oiseaux y ont fait mes pensées restent au programme des actions pour ma et la peur, présente au seuil de l’atelier pour julius baltazar 1 le troisième essai vous deux, c’est joie et       à le ciel est clair au travers f les marques de la mort sur       ruelle attention beau       j̵    courant marché ou souk ou la mastication des  martin miguel vient ce qui fascine chez       la  dans toutes les rues carissimo ulisse,torna a macao grise quand sur vos visages les tendresse du mondesi peu de       le marie-hélène  le "musée raphaËl tant pis pour eux.  ce mois ci : sub j’ai changé le       juin (ô fleur de courge...    au balcon qu’est-ce qui est en  jésus mouans sartoux. traverse de "la musique, c’est le approche d’une comme c’est merci à la toile de preambule – ut pictura   3   

les       o où l’on revient dernier vers s’il chairs à vif paumes       ...mai ce va et vient entre le vieux qui     pluie du le lent tricotage du paysage station 5 : comment le proche et le lointain       maquis quel étonnant       s̵       midi dernier vers aoi       &n  si, du nouveau pour andré de toutes les l’appel tonitruant du derniers vers sun destre tout mon petit univers en ce n’est pas aux choses la réserve des bribes avez-vous vu dieu faisait silence, mais assise par accroc au bord de antoine simon 16       apparu livre grand format en trois vi.- les amicales aventures dernier vers aoi  hors du corps pas raphaël grant est la plaigne e large hans freibach : de proche en proche tous générations de mes deux mains faisant dialoguer nous savons tous, ici, que en 1958 ben ouvre à       jardin le géographe sait tout iv.- du livre d’artiste       &eacut toujours les lettres :       la       fourmi fin première ce qui aide à pénétrer le       la quand vous serez tout       object dernier vers aoi     de rigoles en       en inoubliables, les derniers j’arrivais dans les dans l’innocence des envoi du bulletin de bribes       rampan deux nouveauté, paien sunt morz, alquant très malheureux...   la baie des anges  référencem cyclades, iii° j’ai relu daniel biga,   est-ce que ils s’étaient le scribe ne retient réponse de michel vous êtes       dans pour yves et pierre poher et dernier vers aoi       au raphaël       et tu elle disposait d’une       sur essai de nécrologie, je t’enlace gargouille je déambule et suis c’est vrai 7) porte-fenêtre 1-nous sommes dehors. bal kanique c’est antoine simon 11       le pour nicolas lavarenne ma toi, mésange à si j’étais un       la ce texte m’a été toutes ces pages de nos pour le prochain basilic, (la les avenues de ce pays       &agrav onze sous les cercles bernadette griot vient de béatrice machet vient de le coeur du attendre. mot terrible. la fraîcheur et la tout est prêt en moi pour outre la poursuite de la mise josué avait un rythme       un et  riche de mes madame aux rumeurs "mais qui lit encore le juste un mot pour annoncer       & le texte qui suit est, bien       m̵ polenta la liberté de l’être je crie la rue mue douleur l’instant criblé exode, 16, 1-5 toute       &agrav pour michèle gazier 1 f dans le sourd chatoiement alocco en patchworck ©   le texte suivant a       dans pour maxime godard 1 haute ouverture de l’espace dernier vers aoi tes chaussures au bas de       le madame des forêts de dernier vers aoi lu le choeur des femmes de vous n’avez couleur qui ne masque pas       dans pour     sur la pente à cri et à     oued coulant lancinant ô lancinant il n’y a pas de plus encore une citation“tu pour lee quelque temps plus tard, de deuxième apparition macles et roulis photo 3 nu(e), comme son nom et…  dits de dernier vers doel i avrat, percey priest lakesur les autre citation"voui       dans       droite  dans le livre, le   1) cette       le suite du blasphème de trois (mon souffle au matin dernier vers aoi nous lirons deux extraits de l’art n’existe après la lecture de ainsi va le travail de qui il s’appelait cette machine entre mes       au les amants se histoire de signes . dernier vers aoi       voyage charogne sur le seuilce qui diaphane est le d’un côté       (     du faucon     chambre merle noir  pour       " je suis bien dans   le 10 décembre i en voyant la masse aux il arriva que       bonheu dorothée vint au monde grande lune pourpre dont les la vie est dans la vie. se spectacle de josué dit     extraire     les provisions       dans le glacis de la mort le "patriote",       la nice, le 30 juin 2000       sur antoine simon 21 a ma mère, femme parmi       apr&eg     à fontelucco, 6 juillet 2000 ce qu’un paysage peut ce texte se présente c’est ici, me j’ai travaillé ...et poème pour et ma foi, traquer temps où le sang se les dieux s’effacent et combien station 3 encore il parle  “... parler une antoine simon 25 bribes en ligne a       ce de pa(i)smeisuns en est venuz dernier vers aoi dernier vers aoi   il y a des objets qui ont la un nouvel espace est ouvert et je vois dans vos sables mes parolesvous ma voix n’est plus que j’ai ajouté       m̵ f qu’il vienne, le feu il existe au moins deux       " présentation du une fois entré dans la sa langue se cabre devant le tout en vérifiant   d’un coté, l’évidence le recueil de textes s’ouvre la       au nouvelles mises en on a cru à la poésie, à la la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

et combien d’hommes ?
  AOI

oui oui il est mort oui c’est terrible si jeune et si plein de promesses pensez donc ingénieur à son âge et avec une carrière déjà derrière lui combien combien pas même la quarantaine vous vous rendez compte pas même l’airbus oui l’airbus en partie c’est lui oui oui vous vous rendez compte si jeune et déjà disparu et les hélicoptères aussi oui c’est terrible mort pendant un essai vous vous rendez compte c’est terrible oui terrible et il était si attachant si intéressant tellement oui tellement oui c’est combien ?

Comme un écho de Josué
(La salle frémissait encore de fumées de cris, de rumeurs musicales, de vents évanouis, d’orgues puissantes ; quelque chose cependant mûrissait, se creusait, douloureux...)

et premièr essai d’autoportrait dit à l’entomologiste
Je suis à vrai dire d’un naturel placide et doux. Doux et placide pour être plus exact ; je veux dire, plus proche de ma réalité... Contemplatif doit être le mot. Oui. Contemplatif... Du genre qui aime, dans les sous-bois, regarder longtemps la composition d’un amas de branchages e finit par en découvrir la structure interne... Ai-je bien précisé "longtemps ?" Longtemps à s’en émouvoir... S’émouvoir à l’idée que, sans cesse, ce que l’on regarde se détruit, et tenter d’en saisir l’évolution, un peu comme on aime contempler la lente désagrégation des chairs... Il est vrai, n’est-ce pas, qu’il ne nous est guère donné de nous attarder devant le pourrissement des chairs humaines, encore qu’elles soient -à mon sens- les plus belles à regarder dans leur décomposition parce que les plus chargées... Comment dire ?... de vie. Oui. De... sens. On se rabat donc su des vie plus médiocres : chiens ou chats écrasés, cadavres de mulots ou de rats ; les insectes, en ce sens, sont les plus faciles à découvrir, à observer... On se donne toujours, dans ce cas, un petit air d’entomologiste qui est très bien porté, très facile à adopter. Il y a, bien sûr, ce cas particulier des mues. Si proches de la terre. Grand corps creux... Espèce... comment dit-on ? d’exosquelette. C’est sans doute ce qu’il y a de plus effrayant : cette mort vivante. Cette sorte de faculté de renaissance. D’incompréhensible aussi. Ou -peut-être- c’est-à-dire d’incompréhensible. Les compositions végétales sont du même ordre : ça pousse et ça meurt en même temps ; ça se détruit et ça se compose à la fois. C’est bien ce qu’il y a d’apaisant dans la contemplation de ces riens puissants et indifférents... De profondément pacifié : l’acceptation du renouveau... On dit rêveur, n’est-ce pas ? Ou bien : dit -on rêveur en parlant de moi ? Ou bien : parle-t-on de moi ? Et si oui, est-ce en disant "rêveur" ? J’avoue que si l’on dit "rêveur", c’est bien loin de la réalité... Doux et paisible, oui. Mais pas rêveur. La réalité qui m’apaise doit, finalement, fort peu à moi-même : je ne m’y projette aucunement ; c’est elle, plutôt, qui se projette en moi, et me fouille, et me pousse dans mes retranchements, et me force à me découvrir. " A m’ouvrir" serait-il plus précis ? S’il est un rêve en moi, il n’est pas de moi, mais des choses. Exosquelette, n’est-ce pas ? Je n’oserais pas, personnellement, être aussi impudique. Vous savez bien... Rêver d’autant d’odeurs, de tant d’attouchements, d’aussi constantes lacérations superficielles ; rêver d’une telle ivresse calme. Non. Je n’oserais pas. Ou, en tout cas, ne saurais pas. Et la chaleur de la terre nue ? Et sa fraîcheur un peu gluante après la pluie ? Et ses odeurs confuses, riches, pleines ? Et ses grouillements quand on la fouille d’un doigt attentif et timide ? Et sa complexité, sa terrible complexité ? Terre inattendue, capable de toutes les surprises, de tous les remuements, et si placide pourtant... Impudiquement placide. Certains, dit-on, vendaient leur âme au diable. J’ai dû donner mon corps à la terre... C’est un peu le marché inverse. La terre ne me donne aucune jeunesse, mais seulement l’amour de ma mort. S’il est une jeunesse, c’est la sienne, une immortalité, la sienne aussi. Après je suis peut-être un peu Antée ; sauf que le renouveau est celui de la terre, et non le mien. Je donnerai, de toutes manières, mon corps à la terre ; ou, du moins, on le lui livrera. Mais mon apaisement viendra de ce que je le lui aurai donné bien avant. Ce ne sera plus qu’une formalité à remplir ; comme un sceau concluant un pacte... Exosquelette, n’est-ce pas ? Comme l’inverse d’une mue.
Cette placidité, cette douceur, m’ont joué bien des tours. C’est ainsi que sont les hommes : ils ne comprennent pas qu’on puisse rester là, bien tranquille, à regarder les transformations des choses et à s’en sentir transformé... C’est ainsi qu’ils sont. Impossible même de s’allonger dans les sous-bois. Crainte des promeneurs : leur crainte, ou la mienne. Impossible de faire corps avec l’eau des rivières, celle des lacs, ou même celle de la mer ou de l’océan. Impossible parce qu’il suffit que vous soyez là, tranquille, à tenter d’en surprendre l’origine, tout en sachant qu’elle n’est pas plus loin, sur le cours de la rivière ou au milieu du lac ou en haute mer, non, qu’elle s’inscrit dans l’ordre des choses : non un début, mais une sorte de "c’est ainsi", de vaste aller-retour dont fait partie le regard ; il suffit donc, disais-je, que l’on soit ainsi tranquille, pour qu’ils s’agitent et brisent l’harmonie. Engeance sordide, agitée, remuante, sans nécessité, superficielle, incapable de soutenir quelque peu son attention ; incapable de scruter la forme des nuages, les ridules de l’eau, les micro-tourbillons, les fantastiques transformations de la terre, l’activité nécessaire et incessante des fourmis. Race bruyante, mais dont le bruit couvre celui des profondeurs, comme un masque sonore à la profonde respiration des choses. Espèce puante, mais dont l’exhalaison a rarement à voir avec celle, première, nécessaire, vivace, vivante, des feuilles qui se font terreau, des fleurs aux séductions obligées et comme calculées, indispensable à l’essence même des fleurs, à proprement parler ; espèce puante, oui, qui a su transformer les odeurs du monde en puanteurs pestilentielles... Insupportable, vraiment. Engeance des déchets ; non de déjections, mais de déchets : comme une traînée de néant derrière elle. Espèce incapable de sentir l’intelligence des choses, l’intelligence profonde d’un cours d’eau ou du peuplement de la mer, l’intelligence première de la mer. Espèce inapte, engeance stupide, perverse, oui, vraiment perverse, immorale, nécessairement immorale, dévoyée, normalement dévoyée.
Insupportable quand sa barbarie déferle, brisant des millénaires de mises en place. Impossible, quand elle vient, de se faire adopter par la longue patience des choses : impossible, quand elle ravage, de s’adapter patiemment à la forme des choses. Bruyante, sordide, agitée, puante et, malheureusement, immortelle....

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette