BRIBES EN LIGNE
      sabots     à juste un tout en travaillant sur les equitable un besoin sonnerait       neige  dans le livre, le  un livre écrit     &nbs       dans nécrologie madame déchirée souvent je ne sais rien de et si tu dois apprendre à station 4 : judas        le travail de tissage, dans (vois-tu, sancho, je suis certains prétendent rita est trois fois humble. dans l’innocence des       " que d’heures quelque chose vous deux, c’est joie et écrirecomme on se       qui à la bonne dernier vers aoi pour max charvolen 1) quand les mots fin première comme c’est c’est extrêmement n’ayant pas autre citation"voui bernadette griot vient de       bruyan "moi, esclave" a toi, mésange à  l’écriture paroles de chamantu peinture de rimes. le texte tout le problème si j’avais de son       nuage torna a sorrento ulisse torna pour yves et pierre poher et   ciel !!!! dans le pays dont je vous    si tout au long frères et j’entends sonner les références : xavier religion de josué il  “comment       sur je n’hésiterai abu zayd me déplait. pas temps de pierres dans la l’éclair me dure, dans le respect du cahier des pas facile d’ajuster le       s̵ dentelle : il avait carles li reis en ad prise sa macles et roulis photo 3 sequence 6   le pluies et bruines, o tendresses ô mes l’illusion d’une     double le temps passe si vite, glaciation entre la gaucherie à vivre, le ciel de ce pays est tout dernier vers aoi 1 au retour au moment dernier vers aoi  dernier salut au moi cocon moi momie fuseau réponse de michel ce qui fascine chez comme un préliminaire la un titre : il infuse sa  tu vois im font chier tendresses ô mes envols dernier vers que mort je découvre avant toi temps où le sang se       droite j’ai donné, au mois poussées par les vagues     cet arbre que       voyage in the country carissimo ulisse,torna a quant carles oït la   un vendredi la chaude caresse de couleur qui ne masque pas       le       au le bulletin de "bribes       nuage inoubliables, les tout est prêt en moi pour       deux je ne peins pas avec quoi, chaises, tables, verres, en ceste tere ad estet ja pour jean marie dernier vers aoi         marche j’oublie souvent et la force du corps,  au travers de toi je       dans trois tentatives desesperees l’heure de la il existe au moins deux mougins. décembre raphaËl le 26 août 1887, depuis je meurs de soif       &ccedi ne faut-il pas vivre comme       sur cher bernard un trait gris sur la À l’occasion de       dans     nous macles et roulis photo 7 carissimo ulisse,torna a     le cygne sur dernier vers aoi  les trois ensembles il y a des objets qui ont la dernier vers aoi       pourqu "le renard connaît       assis     faisant la       glouss une fois entré dans la …presque vingt ans plus et c’était dans madame des forêts de       la au rayon des surgelés       en un  la toile couvre les antoine simon 18 la légende fleurie est toutefois je m’estimais leonardo rosa a la fin il ne resta que ajout de fichiers sons dans autres litanies du saint nom des quatre archanges que approche d’une les lettres ou les chiffres présentation du siglent a fort e nagent e les premières f le feu s’est     rien sixième beaucoup de merveilles       le diaphane est le toutes sortes de papiers, sur       dans le soleil n’est pas générations f les marques de la mort sur archipel shopping, la dernier vers aoi et  riche de mes a la femme au max charvolen, martin miguel pour mireille et philippe ce qu’un paysage peut l’attente, le fruit dans un coin de nice,  tous ces chardonnerets béatrice machet vient de ici, les choses les plus c’est une sorte de antoine simon 23 carmelo arden quin est une antoine simon 3 et encore  dits  improbable visage pendu       le s’ouvre la "je me tais. pour taire. je crie la rue mue douleur       crabe- une autre approche de coupé en deux quand  de même que les (josué avait nouvelles mises en       le dire que le livre est une       l̵ pour mon épouse nicole je t’ai admiré, rêve, cauchemar, “le pinceau glisse sur       les lancinant ô lancinant lorsque martine orsoni on cheval g. duchêne, écriture le       la petites proses sur terre pourquoi yves klein a-t-il  “ne pas viallat © le château de       au       sur le cinquième citationne  le grand brassage des portrait. 1255 : voile de nuità la 5) triptyque marocain les dernières   en grec, morías       dans pas sur coussin d’air mais on dit qu’agathe   pour adèle et       entre pour jean gautheronle cosmos l’évidence "ah ! mon doux pays, il en est des meurtrières. quatrième essai rares       pass&e ma chair n’est       retour macles et roulis photo 1 préparation des f qu’il vienne, le feu temps où les coeurs     de rigoles en bribes en ligne a       maquis       les rm : nous sommes en clere est la noit e la       quand       grimpa l’homme est       d&eacu vous dites : "un       bonheu     les fleurs du jamais je n’aurais       &n il aurait voulu être station 1 : judas au seuil de l’atelier vous êtes à bernadette "tu sais ce que c’est i en voyant la masse aux et il parlait ainsi dans la troisième essai       sur dernier vers aoi     hélas, ...et poème pour   jn 2,1-12 :     quand       je dernier vers aoi dans ma gorge se placer sous le signe de "si elle est autre citation six de l’espace urbain, macles et roulis photo 4       st vedo la luna vedo le       les de sorte que bientôt l’impossible cette machine entre mes pour qui veut se faire une « 8° de immense est le théâtre et       la “dans le dessin dans les rêves de la 0 false 21 18 ne pas négocier ne pour raphaël nice, le 18 novembre 2004 abstraction voir figuration (en regardant un dessin de antoine simon 16 halt sunt li pui e mult halt       un       la       le (ma gorge est une il ne reste plus que le il avait accepté effleurer le ciel du bout des le 19 novembre 2013, à la   pour julius baltazar 1 le pour marcel le texte qui suit est, bien dimanche 18 avril 2010 nous       pour iv.- du livre d’artiste   je ne comprends plus soudain un blanc fauche le  ce qui importe pour le temps passe dans la gardien de phare à vie, au f le feu m’a outre la poursuite de la mise les avenues de ce pays ils sortent bien sûrla station 7 : as-tu vu judas se       allong       chaque le géographe sait tout toutes ces pages de nos   six formes de la  la lancinante le scribe ne retient granz fut li colps, li dux en       sur si grant dol ai que ne       montag un verre de vin pour tacher       en à la mémoire de  “s’ouvre attendre. mot terrible. quand sur vos visages les le samedi 26 mars, à 15 dans les écroulements tout à fleur d’eaula danse "nice, nouvel éloge de la c’est vrai issent de mer, venent as les étourneaux ! antoine simon 26       la       une printemps breton, printemps ce qui importe pour pour martin bal kanique c’est   (dans le   l’oeuvre vit son ce texte se présente       ce pour martine nice, le 30 juin 2000 giovanni rubino dit       longte histoire de signes . fontelucco, 6 juillet 2000 de profondes glaouis le passé n’est le lent tricotage du paysage il pleut. j’ai vu la À max charvolen et martin depuis le 20 juillet, bribes sept (forces cachées qui edmond, sa grande       il (À l’église ma voix n’est plus que       "  née à face aux bronzes de miodrag dans les carnets la route de la soie, à pied,       l̵  monde rassemblé au labyrinthe des pleursils nous avons affaire à de de pareïs li seit la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Anne-Valérie Gasc

RAPHAEL MONTICELLI

<- Odyssées furtives, 1 | Odyssées furtives, 3 ->
Odyssées furtives, 2

12 fictions pour Anne-Valérie Gasc

Artiste(s) : Gasc (site)


DEUX


Ce travail vous est apparu d’abord –d’emblée- comme un questionnement de l’urbanité, des relations –ou des non-relations- dans la ville : vous avez vu Anne-Valérie Gasc investir tout un continent, des pays et des villes. Vous vous êtes laissé aller au charme immédiat des noms : « Huesca, Vienne, Vanves, Budapest », vous l’avez vue mettre le feu –en fiction, mais quelle fiction !- à tous les monuments d’une capitale1. Elle est bien une Ulysse, destructrice de villes – par ruse et par raison- et vous savez pourquoi le chant des femmes en guerre sans trêve vous revient à l’évocation de son nom.


Madame aux yeux de nuit. Elle va de fenêtre en fenêtre, embrase les bouches de la ville au loin le roulement des fièvres la plainte des assiégeants elle découpe l’espace.


                                (mon souffle
au matin s’étend mon souffle au matin s’éve[ ]
antiques voix de bronze
entre nuit et clarté
le vent mon souffle)


 


L’eau s’effiloche en nuage
Si tu me disais mon amour
Comment tes yeux se sont rayés
Aux barrières des octrois
Et aux portails des cathédrales
Je pourrais au moins espérer


2 « Stratégie N° 1 » L’assaut direct, pochoirs de papier calque, peinture acrylique rouge, Budapest, 2004

Publication en ligne : 18 mars 2015
/ Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette