BRIBES EN LIGNE
      un toute une faune timide veille g. duchêne, écriture le aux barrières des octrois allons fouiller ce triangle si tu es étudiant en sculpter l’air : viallat © le château de la vie est ce bruissement       l̵   né le 7 quand vous serez tout diaphane est le il n’y a pas de plus chairs à vif paumes  la lancinante beaucoup de merveilles etudiant à   est-ce que       " pour qui veut se faire une derniers vers sun destre bel équilibre et sa j’ai en réserve siglent a fort e nagent e la communication est 1 au retour au moment       nuage deux nouveauté, l’art n’existe effleurer le ciel du bout des le 2 juillet pour philippe mais jamais on ne pour max charvolen 1) À la loupe, il observa béatrice machet vient de  “... parler une d’un côté   pour théa et ses portrait. 1255 :       au  les œuvres de f tous les feux se sont  le grand brassage des  ce mois ci : sub    courant antoine simon 20       object depuis le 20 juillet, bribes au seuil de l’atelier décembre 2001.   nous sommes j’ai parlé le soleil n’est pas   pour olivier       la antoine simon 17 introibo ad altare cyclades, iii°       au à propos “la le glacis de la mort   dits de dernier vers que mort vos estes proz e vostre peinture de rimes. le texte dernier vers aoi « h&eacu printemps breton, printemps ecrire les couleurs du monde antoine simon 22 dernier vers aoi deuxième suite du fond des cours et des faisant dialoguer       dans madame est la reine des l’homme est macles et roulis photo 7 écoute, josué,  l’exposition  « pouvez-vous la fonction,  “ce travail qui pour ma n’ayant pas que reste-t-il de la lancinant ô lancinant       il  martin miguel vient quelques textes equitable un besoin sonnerait on dit qu’agathe       je me       &eacut madame, c’est notre       le il ne s’agit pas de antoine simon 33       dans       l̵ à propos des grands   le texte suivant a     quand fontelucco, 6 juillet 2000 quando me ne so itu pe       ce sept (forces cachées qui la mort d’un oiseau. antoine simon 6 les premières on a cru à le 19 novembre 2013, à la premier essai c’est zacinto dove giacque il mio des conserves ! comme c’est       cette dans les horizons de boue, de qu’est-ce qui est en chercher une sorte de       la je découvre avant toi c’est pour moi le premier en cet anniversaire, ce qui li emperere par sa grant ce il y a dans ce pays des voies lu le choeur des femmes de       chaque entr’els nen at ne pui karles se dort cum hume       deux et combien granz fut li colps, li dux en quelque temps plus tard, de       j̵ li quens oger cuardise       tourne dans les rêves de la 0 false 21 18 ce n’est pas aux choses nice, le 30 juin 2000       la ainsi fut pétrarque dans rm : nous sommes en mougins. décembre   ciel !!!! et si tu dois apprendre à macles et roulis photo 1       le       antoine simon 10 et ma foi, pour martine, coline et laure  il est des objets sur sainte marie, il pleut. j’ai vu la       bruyan les enseignants :       entre cet univers sans je suis rien n’est rita est trois fois humble. des quatre archanges que madame porte à       pass&e       assis       pourqu   marcel voici des œuvres qui, le  jésus "la musique, c’est le "le renard connaît   si vous souhaitez encore la couleur, mais cette madame est une ce paysage que tu contemplais nous dirons donc       les bal kanique c’est le ciel est clair au travers antoine simon 25 et voici maintenant quelques     chant de attendre. mot terrible. et c’était dans un jour, vous m’avez       " fin première       ce essai de nécrologie,  née à le travail de bernard leonardo rosa la tentation du survol, à station 5 : comment à la bonne 1. il se trouve que je suis chaque jour est un appel, une       quinze       nuage quelques autres able comme capable de donner 0 false 21 18 moi cocon moi momie fuseau de pa(i)smeisuns en est venuz l’attente, le fruit sors de mon territoire. fais   1) cette les durand : une       un et que dire de la grâce     après       mouett de soie les draps, de soie j’ai travaillé immense est le théâtre et       je comment entrer dans une en ceste tere ad estet ja pour gilbert station 1 : judas journée de     rien       pass&e et la peur, présente aux george(s) (s est la tout en vérifiant       sur le poème pour     son     surgi dernier vers aoi ce jour-là il lui       dans a supposer quece monde tienne patrick joquel vient de station 4 : judas  j’oublie souvent et   six formes de la et  riche de mes abu zayd me déplait. pas certains soirs, quand je trois (mon souffle au matin       sur   maille 1 :que       aux lentement, josué hans freibach : chaque automne les l’appel tonitruant du rm : d’accord sur antoine simon 31 la pureté de la survie. nul     de rigoles en des voix percent, racontent pour jacky coville guetteurs 1-nous sommes dehors. 1) notre-dame au mur violet et il fallait aller debout (ô fleur de courge...  si, du nouveau "l’art est-il rossignolet tu la   iv    vers temps de pierres   la baie des anges a propos de quatre oeuvres de l’existence n’est pas de pluie pour venir       b&acir temps où le sang se       ton       gentil de prime abord, il       &agrav dans le respect du cahier des les étourneaux !       au    7 artistes et 1 je m’étonne toujours de la maintenant il connaît le ainsi va le travail de qui       fourr& genre des motsmauvais genre       marche  pour jean le antoine simon 24       magnol       sabots madame, on ne la voit jamais       devant on peut croire que martine     chambre tout en travaillant sur les  dans le livre, le il s’appelait       sous dernier vers aoi   pour adèle et   anatomie du m et approche d’une       grappe  les trois ensembles pour andré quel étonnant dernier vers aoi       la dans les carnets l’impossible montagnesde À max charvolen et martin « amis rollant, de       au cet article est paru marcel alocco a   adagio   je "moi, esclave" a pour jean gautheronle cosmos la chaude caresse de là, c’est le sable et     sur la pente accorde ton désir à ta       sur le   l’oeuvre vit son le pendu    nous régine robin,       apr&eg bien sûrla normalement, la rubrique pour le prochain basilic, (la ….omme virginia par la     les provisions       l̵ comme une suite de jamais si entêtanteeurydice sables mes parolesvous pour maxime godard 1 haute       p&eacu pour michèle gazier 1) À l’occasion de langues de plomba la livre grand format en trois    il bribes en ligne a       va c’est une sorte de       la iv.- du livre d’artiste laure et pétrarque comme lorsqu’on connaît une ouverture d’une vous avez dernier vers aoi antoine simon 13 les textes mis en ligne carissimo ulisse,torna a temps de bitume en fusion sur troisième essai madame dans l’ombre des a l’aube des apaches, la danse de je suis celle qui trompe dernier vers aoi m1       le plus insupportable chez c’est seulement au pure forme, belle muette, écrirecomme on se coupé en deux quand l’éclair me dure, on trouvera la video bernard dejonghe... depuis c’était une       st coupé le sonà madame est une torche. elle       allong la gaucherie à vivre, l’illusion d’une après la lecture de des quatre archanges que il aurait voulu être vous dites : "un il en est des noms comme du  on peut passer une vie j’ai changé le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Latil Magali

MAGALI LATIL

| À propos des grands calques ->
Écrire un dessin

Notes d’atelier


JPEG - 4.8 Mo
Les grands calques

 Un travail qui demande du temps - qui appelle le temps –

Par le temps je guette le moment où - la forme apparaîtra.
Ça ne marche pas toujours, mais parfois un tremblement peut surgir, (peut-être parce que « ça n’arrive jamais au bout et c’est comme s’épuisant, ») / un tremblement peut surgir par la perte du temps
 
 
La seule chose à questionner serait un rapport de vitesse.
Le temps n’est plus qu’un point, un éclair - l’espace rétrécit les os et les organes s’annihilent.
Nous allons devenir les dinosaures du doute et du mal de ventre – du détail et de la fabrication.
Les hommes oublient leurs spectres
La libération de la main
L’apparition du langage
 
 
Travail du dessin / Cheminement d’aveugle : attention extrême donnée à ce qui surgit - dans l’instant même du surgissement.
 
 
Le temps linéaire... le temps extérieur... est une convention, une vue détachée.
Le temps, est intérieur, il est stratification avec coutures, jointures, strates de différentes épaisseurs.
 
 
Petit gestes.
Le son d’une frappe obsessionnelle, puis, une résonance.
Répétition, ressassement, une sorte de bégaiement.
Petits traits sur les bords, cernent un vide, empilement des lignes et vibrations.
Dans la lenteur, courent de petites sensations - de petites perceptions se soulèvent.
J’égrène mon chapelet 
 
 
Réminiscence : l’événement d’un pli – un repli du temps
Dans la durée du tracé, le geste porte en lui la présence des œuvres passées,
Réminiscence : faire détail et garder au bord du regard l’ensemble du travail
Mais alors, qu’en est-il de quel présent ?
 
 
Quelque chose de non-délimitées dans le temps : une forme qui n’aurait pas de bord, une matière qui se donne au vide.
 
 
Lorsque j’arrive à dire "ça tient", "ce dessin est terminé, je ne le touche plus", le "ça tient", n’est autre que le point où, la forme dessinée est l’écho d’un mouvement qui se situerait dans un espace intérieur. Intérieur au corps.
Il se passe là une sorte de "reconnaissance", de "réflexion".
Cela reviendrait à dire "cette forme m’appartient".
 
 
 
 
 
 
L’impression que le papier devient peau et chair.
Le dessin va de plus en plus vers la "lévitation", vers un espace traversé.
La forme dessinée pourrait subitement devenir une matière à part entière qui dans son mouvement (elle semble ramper à la surface du papier) pourrait à tout moment glisser hors de lui et prendre appuis dans l’espace environnant…. sur l’air tout simplement.
Passer sa vie à essayer d’attraper de l’air, voilà une bonne occupation.
 
 
Un dessin est toujours, ancré au précédent. C’est une couture, ce sont des points de couture.
Entre deux points, entre un dessin et l’autre, un espace "vide", un entre-deux,. qui précise que la main et l’esprit sont directement reliés.
L’idée est "collée" à la manipulation de la matière, au travail de la main.
Une respiration, le travail de la main crée de la pensée et inversement.
Dans cet espace, la réflexion et les mots "travaillent". 
Une question devient prenante : « comment, et d’où, surgissent les choses ». Le problème de la représentation se déplace alors et on en vient à rechercher la « source » même du geste. Observer la naissance, en soi, de la forme devient alors sujet et objet.
 
Le dessin se mord la queue
 
 
 
 
Le besoin de nommer, écrire, participe à rendre visible un invisible, tout comme dans l’espace plastique.
« Je me parle ».
Besoin de mettre en bouche, par moment, le processus de création, les sensations de l’apparition. Cela engendre parfois l’apparition de nouvelles formes plastiques – la main et l’esprit respirent là encore dans un même mouvement.
 
 
Répétition :
ne pas finir – rallonger le moment de la fin.
 
 
Dans la répétition, le temps lent du faire, laisse place à un apparaitre intérieur.
 
 
La forme intérieure n’est certainement pas une image, encore moins du langage ou une pensée structurée.
Une sensation ? La sensation d’une forme entrain de surgir, une forme naissante... un état.
 
 
La forme intérieure apparait - dans et par - un va et vient mental.
Un va et vient du microscopique au macroscopique
Tout comme l’œil qui voudrait discerner un regroupement d’étoiles. Il ne doit pas chercher à voir la constellation pour qu’elle surgisse du fond de l’espace mais doit adopter un regard dans le vague, sur l’ouvert, sur la totalité de l’espace - fixer son attention sur le tout, ne pas rechercher le détail : Une vision dans le vague des étoiles
 
 
 
 
 
Publication en ligne : 10 mars 2014

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette