BRIBES EN LIGNE
pour anne slacik ecrire est  “... parler une       dans   adagio   je il en est des noms comme du       sur alocco en patchworck © il aurait voulu être       en un pas une année sans évoquer de mes deux mains mon travail est une siglent a fort e nagent e bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi       le pour alain borer le 26 able comme capable de donner nous serons toujours ces dernier vers aoi les oiseaux s’ouvrent béatrice machet vient de j’ai donc coupé le sonà dernier vers aoi mais jamais on ne villa arson, nice, du 17       descen equitable un besoin sonnerait libre de lever la tête       au tandis que dans la grande     rien s’égarer on cinquième citationne     pourquoi premier vers aoi dernier  si, du nouveau dans ce périlleux est-ce parce que, petit, on madame a des odeurs sauvages       la mais non, mais non, tu antoine simon 21 dernier vers aoi dans les carnets toutes ces pages de nos non, björg, passet li jurz, la noit est     les fleurs du comme ce mur blanc clquez sur (À l’église antoine simon 32 f les marques de la mort sur ma voix n’est plus que madame chrysalide fileuse la musique est le parfum de les enseignants :   nous sommes  ce qui importe pour vous n’avez accoucher baragouiner préparation des beaucoup de merveilles pour egidio fiorin des mots halt sunt li pui e mult halt il est le jongleur de lui dernier vers aoi au labyrinthe des pleursils pour julius baltazar 1 le je déambule et suis carles respunt :  improbable visage pendu le geste de l’ancienne, a la femme au a dix sept ans, je ne savais (elle entretenait macles et roulis photo 1   pour théa et ses comme une suite de    si tout au long karles se dort cum hume  l’exposition  les premières la terre nous pour m.b. quand je me heurte et ma foi, aux george(s) (s est la pour qui veut se faire une il faut aller voir je suis 1- c’est dans et si tu dois apprendre à et te voici humanité       " rien n’est clers est li jurz et li       le ...et poème pour       je       s̵       la dans les carnets       en mult ben i fierent franceis e       magnol pur ceste espee ai dulor e difficile alliage de antoine simon 17 chercher une sorte de       cette le 26 août 1887, depuis envoi du bulletin de bribes deux ce travail vous est c’est parfois un pays       glouss vous deux, c’est joie et  je signerai mon madame est toute 1.- les rêves de    il antoine simon 11  dernier salut au antoine simon 16 pour frédéric dans l’effilé de dernier vers aoi printemps breton, printemps temps où les coeurs la route de la soie, à pied, la liberté de l’être       neige les plus vieilles la pureté de la survie. nul effleurer le ciel du bout des       maquis le vieux qui couleur qui ne masque pas intendo... intendo !   encore une on trouvera la video le "patriote",     chant de huit c’est encore à madame porte à en introduction à preambule – ut pictura les cuivres de la symphonie pour yves et pierre poher et rare moment de bonheur, au matin du légendes de michel       ...mai       pour quatrième essai de  tu vois im font chier     vers le soir présentation du  pour de dernier vers aoi elle ose à peine rm : nous sommes en à la mémoire de 0 false 21 18 juste un mot pour annoncer       " À la loupe, il observa de la quand sur vos visages les première si, il y a longtemps, les       vu       sabots dans le respect du cahier des   six formes de la torna a sorrento ulisse torna       nuage     extraire    tu sais       va la légende fleurie est et je vois dans vos ….omme virginia par la “le pinceau glisse sur les avenues de ce pays   je n’ai jamais l’erbe del camp, ki       nuage je reviens sur des raphaËl moi cocon moi momie fuseau f le feu s’est langues de plomba la si j’étais un  “la signification il s’appelait     l’é le lent tricotage du paysage jusqu’à il y a le grand combat :  c’était et il fallait aller debout sculpter l’air : quando me ne so itu pe entr’els nen at ne pui v.- les amicales aventures du le tissu d’acier la prédication faite voici des œuvres qui, le       je me af : j’entends Ç’avait été la percey priest lakesur les pour philippe je m’étonne toujours de la mes pensées restent       apparu autre citation"voui elle réalise des nu(e), comme son nom     chambre il semble possible générations les étourneaux !     nous       la ce pays que je dis est       é passent .x. portes, ce qui aide à pénétrer le pas facile d’ajuster le on dit qu’agathe ainsi alfred…       sur les doigts d’ombre de neige pour martine, coline et laure       force des conserves ! tes chaussures au bas de jamais je n’aurais je suis occupé ces normalement, la rubrique "la musique, c’est le À max charvolen et  epître aux       &n       1) notre-dame au mur violet de l’autre en cet anniversaire, ce qui       o       &eacut       un frères et un jour, vous m’avez madame dans l’ombre des troisième essai et fin première j’ai perdu mon le franchissement des   je ne comprends plus peinture de rimes. le texte descendre à pigalle, se si j’avais de son que reste-t-il de la nous lirons deux extraits de les textes mis en ligne     cet arbre que    regardant un temps hors du       allong noble folie de josué, station 1 : judas pour andré   iv    vers  tu ne renonceras pas. dernier vers aoi dernier vers aoi   la baie des anges tout est possible pour qui ce jour-là il lui ajout de fichiers sons dans et que dire de la grâce leonardo rosa l’éclair me dure, carles li reis en ad prise sa quatrième essai rares         &n     dans la ruela pour maxime godard 1 haute       l̵ temps de pierres dans la max charvolen, martin miguel petites proses sur terre même si "je me tais. pour taire. tendresse du mondesi peu de et ces seul dans la rue je ris la le 28 novembre, mise en ligne premier essai c’est l’heure de la deux mille ans nous dieu faisait silence, mais       le       droite la langue est intarissable « 8° de issent de mer, venent as les durand : une       bonhe pour jacqueline moretti,       tourne pas sur coussin d’air mais là, c’est le sable et   si vous souhaitez normal 0 21 false fal station 7 : as-tu vu judas se  la toile couvre les poème pour ço dist li reis :       une       longte hans freibach : le soleil n’est pas la force du corps, deuxième essai apaches : clers fut li jurz e li  le grand brassage des       arauca tout en travaillant sur les       & buttati ! guarda&nbs 5) triptyque marocain       &n     pluie du     depuis la terre a souvent tremblé à cri et à       pav&ea       l̵ il avait accepté g. duchêne, écriture le vedo la luna vedo le c’est un peu comme si, pour pierre theunissen la une autre approche de le scribe ne retient se placer sous le signe de et voici maintenant quelques toujours les lettres :       " marie-hélène tous ces charlatans qui station 4 : judas  sept (forces cachées qui f tous les feux se sont  les œuvres de de tantes herbes el pre quand les eaux et les terres l’art c’est la traquer violette cachéeton (josué avait lentement religion de josué il constellations et comment entrer dans une le samedi 26 mars, à 15 vous avez elle disposait d’une d’abord l’échange des antoine simon 15 la galerie chave qui c’est pour moi le premier la cité de la musique f le feu est venu,ardeur des       quand madame aux rumeurs dire que le livre est une pour jean-marie simon et sa       soleil cyclades, iii° dans les horizons de boue, de j’ai en réserve mise en ligne antoine simon 24 le 2 juillet le nécessaire non toulon, samedi 9 lorsque martine orsoni       je   pour adèle et au rayon des surgelés la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Machet, Béatrice

BÉATRICE MACHET

<- LE COCON | MACAO, grise épopée ->
Macao : grise épopée
© Béatrice Machet

Macau : the grey epic

Ecrivain(s) : Machet
Clefs : Machet , poésie


 Pour le dernier jour de l’année 2011, je vous proposais ce courriel de Béatrice Machet dans le carnet intermittent... Voici maintenant ce même texte, à sa place, dans l’espace de Béatrice...


Déposée par un bus sur le quai sur ciel


je cherche l’embarcadère 42


achromatique....


 


Ainsi qu’il est dit


les couleurs complémentaires en se mélangeant


produisent du gris


un instant je me demande si


c’est en les soustrayant ou en les additionnant


 


on the skypier looking for berth 42


achromatic


as it is said complementary colors are destined to mix to grey


I wonder wether I should add or substract ….


Till you can’t weep or cry and pour tears


 so far you haven’t lost your soul


something like that I read on the ferry’s windows no visibility except the water writing


going hence coming hither by way of destiny


 


Tant que tu peux pleurer verser des larmes


jusque là ton âme n’est pas perdue


quelque chose de cet ordre s’écrit sur les hublots aucune visibilité


sinon cette eau


qui écrit ses allers et ses retours


en guise de destinée


 


 


 


En ce moment un fort bruit de fond


toutes fréquences par ailleurs égales


le climatiseur


la rue surpeuplée


le voisin de palier


les scooters plein gaz


me percent la matière grise


 


at the moment a grey noise


all frequences equally loud


the fan cooler


the busy street


the next door neighbors


mopeds at full belt


piercing my grey matter


 


l’ embuscade invisible d’un espace visible


menace au travers du gris rideau de l’air


 


an unseen ambush of a visible space


threatening through the grey curtain of air


 


reflets sur les vitres


gris souris gris chrome gris charbon


nuageux


une humeur boudeuse barbouillée


 


reflections on the windows


mousy chromy charcoaly


cloudy


a dull dirty dingy mood


 


 


the solidifying of the cooling crust of a land


which emerged


which is about to drown


this process


I name it grey


 


 


LIGHTSLATE GREY


 


Arpentant les trottoirs mes pieds dans des sandales


tracent un gris passage de temps emmêlés


 


My sandaled feet on the sidewalks


run a grey passage of entangled times


 


l’absence est-elle devant qui me montre la voie


l’équilibre est-il derrière qui m’appelle


mes yeux résonnent jusqu’au ciel devinant des avions


lignes droites grises au dessus


fumées des jets et rêves dedans


le vertige devrait-il être considéré comme un trou


tout gris


 


is absence ahead showing me the path


is balance behind calling me back


my sounding eyes up to the sky guessing planes


straight grey lines above


jet streams and dreams inside


should vertigo be seen as a grey hole


 


Ligne 33 bus de retour vers Macao depuis l’île de Taïpa


 


26 places assises et 40 debout annonce l’ écriteau


sont-ce des humains ou de sardines dont on parle


dans cette boîte j’en dénombre cinquante autant que je puisse compter toutes les têtes


des hommes parlent fort pour couvrir la discussion de touristes Allemands


ici on se doit d’entendre le Chinois version Cantonaise


un peu de fierté nationale plus un soupçon


de susceptibilité Macanèse


température extérieure 29 degrés celcius


à l’intérieur du bus le termomètre indique 19


la clim combat la chaleur


humaine


je décide de descendre au prochain arrêt


mon oreille a enregistré quelque chose comme shamalow


et en Portuguais je comprends


 


proxima paragem : San Malo


 


 


city of the flux of the flow


where precipitated elements


are running towards a meteorological depression


a modern life


a big hole


buzzing


an ant-city which queen is a concept about economy and increasing


wearing a crown which weight is time and history


a human burden of death and tears


 


cité du flot et des flux


où les éléments précipités


se ruent jusqu’à cette actuelle dépression météorologique


qu’est la vie moderne


un grand trou


bourdonnant


une fourmilière dont la reine est un concept économique de croissance


qui porte une couronne pesant le poids du temps et de l’histoire


un fardeau humain de larmes et de mort


 


 


Un aperçu résumé à partager avec vous, quelques points de vue depuis Macao où la nouvelle année pointe son nez .... rien du nouvel an Chinois, mais si pas de dragons, des démons intérieurs à combattre et des aventures à acceuillir ... faire face et s’adapter ne furent pas toujours faciles !


Anyway.... J’ai eu le loisir de méditer le Tao et en guise de bons voeux je vous soumets cette vertueuse résolution pour 2012... peut-être par et en cela réside une issue pour notre pauvre monde ...


 


L’homme d’une vertu supérieure est comme l’eau.


L’eau excelle à faire du bien aux êtres et ne lutte point.


Elle habite les lieux que déteste la foule.


Parmi toutes les choses du monde, il n’en est point de plus molle et de plus faible,


et cependant, pour briser ce qui est dur et fort, rien ne peut l’emporter sur elle.


Pour cela rien ne peut remplacer l’eau.


Ce qui est faible triomphe de ce qui est fort.


Ce qui est mou triomphe de ce qui est dur.


 


Mes voeux d’eau les plus liquides à tous et toutes !


 


En amitié

 


 


 


 

Publication en ligne : 31 décembre 2011

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette